Articles

Accueil > Actualités > Les marchands de Soleil ne veulent plus marcher à l’ombre

 

Les marchands de Soleil ne veulent plus marcher à l’ombre

18 mars 2009 - Dernier ajout 24 mars 2009

La révolte gronde parmi les commerçants de feu le Marché du Soleil, emblématique bazar où se sont vendues durant près de vingt ans toutes sortes de marchandises, et qui s’est embrasé en juin dernier. Si les flammes ont ravagé une partie des 5 000 m² de locaux situés entre la Porte d’Aix et le quartier Camille Pelletan, laissant sur le trottoir des dizaines de négociants, ceux-ci – las de se faire balader par le propriétaire et les institutions – ont décidé pour se faire entendre de tenter le coup de force et de réinvestir les allées du Marché les moins dégradées. Diaporama.


 

 

L’œil met quelques instants à s’adapter à la pénombre. Venant de la rue du Bon pasteur, où le soleil darde ses rayons en cette matinée de mardi, et passé le rideau de fer entrebâillé, le spectacle est lugubre. On peine à imaginer qu’il y a quelques mois, les travées du Marché du Soleil rayonnaient encore de marchandises bigarrées, qu’il était difficile de circuler tant les échoppes étaient serrées, les clients nombreux. Pourtant, nous entrons dans la partie qui n’a que peu souffert de l’incendie qui a ravagé les lieux le 18 juin dernier. Tous les commerçants ont néanmoins été contraints d’abandonner leur parcelle, un arrêté de péril frappant les lieux depuis le sinistre. La totalité des 120 marchands de Soleil se sont donc retrouvés sur le carreau. Ou plutôt sur le trottoir, aucune solution de relogement pérenne ne leur ayant été proposée, ni aucun travaux engagés. C’est cette situation insoutenable, qu’ils vivent depuis exactement neuf mois, qu’ils entendaient dénoncer hier, en investissant sans autorisation le Marché.

L’un d’entre eux n’a pu soutenir la vision infernale, dans la partie des bâtiments ravagée par les flammes, de sa boutique autrefois prospère. Laissée en ordre la veille de l’incendie, elle n’est aujourd’hui que cendres et formes calcinées. Il ne l’avait pas revue depuis. Myriem Kheloufi, autrefois à la tête de deux magasins, a tout perdu. Face à l’incurie du propriétaire de l’endroit, mais également des pouvoirs publics qui ont tout fait pour ne pas se substituer à lui, elle explose. « Il veulent quoi, qu’on pointe tous au RMI ? Nous, nous voulons travailler. J’ai toujours travaillé, je n’ai pas besoin d’être assistée ! ». Elle crie : « Nous sommes dehors, dans la rue. Nous avons vendu dans le froid, sous la pluie, sous la neige même. Il y a des jours où on n’a même pas pu travailler. Dans ces conditions, comment vivre ? ».

En effet, privés de leurs outils de travail, mais également d’un lieu où faire étal de leurs produits, les détaillants ont peu à peu fait le siège de la rue. Ils s’admonestent pour un mètre linéaire, afin de pouvoir y exposer de quoi appâter un peu le chaland, congestionnant la rue du Bon Pasteur et les venelles attenantes, sur fond de gêne pour les riverains. C’est l’un d’entre eux d’ailleurs qui a pris l’initiative du « coup de force », afin de sortir de leur torpeur les responsables d’un tel capharnaüm. Omar Djellil est vice-président de l’association Présence Citoyenne et réside à quelques mètres de l’entrée du Marché du Soleil.
Lui, comme beaucoup d’autres, pointe des « accointances », voire une collusion entre pouvoir politique et Georges Dahan, à qui l’espace appartient. Employé à la mairie du premier secteur (que dirige le socialiste Patrick Mennucci), il se sent « proche du conseiller municipal Miloud Boualem, le seul élu a avoir pris officiellement position en faveur du Marché et des commerçants », et n’est pas tendre avec les autres représentants de la gauche marseillaise, « élus de la diversité qui n’ont pas bougé le petit doigt ». Omar Djellil était déjà à l’origine de la marche qui avait mené, en janvier, une délégation de commerçants à être reçue par la mairie d’arrondissements concernée et la mairie centrale. Sans grand effet.

« Accointances politiques »

« Chaque mois, Dahan promet de faire des travaux, il dit qu’il va déposer un permis de construire, mais rien n’est fait » se lamente Hamid Barnas, établi dans le Marché du Soleil depuis son ouverture, en 1989. Il n’est pas loin de penser que l’incendie n’est finalement qu’une vaste arnaque à l’assurance. Il désigne, au premier étage de ce qu’il reste de l’édifice, des «  studios ». Des chambrettes en réalité, destinées à la location, et dont la taille – quelques mètres carré à peine – ne suffiraient pas selon la législation à en faire des logements décents.
Construits à la hâte et apparemment sans autorisation, les clapiers du marchand de sommeil n’ont finalement pas eu le temps d’abriter qui que ce soit, peut-être seulement de gonfler un peu le montant du remboursement par l’assurance en cas d’avarie. Leurs murs recouverts de lambris ont sans aucun doute favorisé la propagation du feu, dans la nuit du 17 au 18 juin 2008. A L’entrée du couloir, tapissé et alourdi d’une multitude de compteurs électriques, un pan entier de cloison s’affaisse.

Quant aux propositions de la mairie, personne ne semble prêt à en accepter les conditions : s’installer de façon temporaire et précaire dans le quartier de Bougainville, voire aux puces, ne convient en rien aux exigences de proximité et de stabilité que tous évoquent. Le bulldozer « Euroméditerranée » est dans toutes les bouches : à diverses reprises la zone de réaménagement du centre ville et la volonté de « nettoyer » le quartier sont suggérées. Le service municipal dédié au commerce écarte l’argument en affirmant que Georges Dahan a proposé un projet de parking surmonté d’une galerie commerciale, en passe d’être accepté et qui serait opérationnel d’ici deux ans.
Un délai qui, ajouté aux neuf mois que viennent de passer dans la rue les commerçants paraît extrêmement long. D’autant que nul n’a reçu l’assurance que son bail y serait renouvelé dans les mêmes conditions que précédemment.

Beaucoup plus prompte que n’importe quelle administration, une dizaine de marchands armée de balais, a déjà dégagé l’allée centrale du bâtiment encore viable, en une heure de temps. La poussière vole et l’air devient irrespirable. Des rats courent se réfugier plus loin. Quelques marchandises traînent encore ça et là. Le plafond aura besoin d’être complètement revu. Omar Djellil ne cache pas que les lieux représentent potentiellement un danger pour ceux qui les « squattent ».
Boutiquiers et associatifs promettent d’employer les grands moyens afin de faire entendre leur voix : saisine de la Halde, envoie d’une délégation auprès de Nicolas Sarkozy et organisation d’un blocage le 18 juin prochain, un an jour pour jour après que leur lieu de travail, et parfois leur vie, ont été anéantis.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard