Articles

Accueil > Actualités > Les homos (et les autres) marchent pour l’égalité

 

Les homos (et les autres) marchent pour l’égalité

23 juin 2011

Dans un peu plus d’une semaine aura lieu la Lesbian & Gay Pride marseillaise, baptisée pour l’occasion Marche pour l’Egalité. Le slogan : « Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote ». La manifestation sera suivie d’un apéritif géant et d’une soirée musicale au Dock. Mariage homosexuel, situation à Marseille, diversité,... Didier Garcia, régisseur de l’événement pour l’association Tous&go, a répondu à nos questions.


 

Le 2 juillet prochain, vous organisez à Marseille la Lesbian & Gay Pride rebaptisée Marche pour l’Egalité. Il y a quelques jours, les parlementaires français se sont prononcés en défaveur d’une légalisation du mariage homosexuel. De quoi est-ce le symptôme, selon vous ?

Je crois que c’est le symptôme d’une espèce de frilosité française sur ces sujets-là. A la fois je pense qu’il y a une certaine tolérance et une acceptation tacite des Français sur les questions d’homosexualité et sur l’égalité. Et en même temps comme on est sur des échéances électorales, je pense que les politiciens, en tous cas ceux qui sont aujourd’hui les plus majoritaires, n’osent pas prendre des positions qu’ils imaginent être un peu osées, ou un peu avant-gardistes vis-à vis de leurs électeurs.

Pourtant il y a des personnalités politiques de premier plan, y compris à droite, qui ont eux approuvé cette idée ?

Bien sûr et heureusement qu’il y a des gens comme ça qui poussent les mentalités, qui poussent le cadre législatif. Le problème en France, c’est que l’on a un cadre législatif, un cadre règlementaire qui est toujours à la traîne de ce qu’est la société, de ce qu’est le mode de vie des Français, que ce soit sur l’homosexualité ou sur n’importe quelle question. C’est toujours a posteriori que les choses sont recadrées ou redéfinies. Mais les Français n’attendent pas que les lois soient en place pour vivre ce qu’ils ont envie de vivre.

Pensez-vous, comme la ministre aux Solidarités Roselyne Bachelot, que l’on y viendra tôt ou tard, au mariage homosexuel ?

Ca me paraît incontournable. C’est une question d’égalité, de sécurité des couples, de transmission de patrimoine,... de choses tellement basiques qu’il me paraît inéluctable d’y passer.

Vous parliez d’échéances électorales tout à l’heure. Le slogan qui trônera en tête de cortège de cette Marche est « Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote » : il s’agit de pousser les candidats à la présidentielle à prendre position sur la cause homosexuelle ou savez-vous déjà pour qui vous appellerez à voter ?

Non, nous n’appelons pas à voter pour untel ou unetelle. Nous voulons simplement que les candidats prennent position et soient clairs sur leurs engagements par rapport à ces questions-là. Il faut savoir que ce slogan que l’ensemble du milieu associatif marseillais a validé comme étant le mot d’ordre de la Marche de 2011 a été initié au départ par la Coordination InterPride France, qui a proposé ce slogan mais qui a dit qu’après, chacun pouvait l’adopter ou non. A Marseille, on l’a mis en débat lors de nos nombreuses réunions d’organisation qui précèdent la Gay Pride, où se sont retrouvées l’ensemble des associations LGBT du tissu marseillais. On a évoqué d’autres idées, d’autres slogans, mais finalement tout le monde était d’accord pour dire que c’était trop important par rapport à ce que l’on a envie de défendre, ce dont on veut faire prendre conscience. On s’est dit que cela donnerait plus de poids si on reprenait le mot d’ordre national. Nous, en tant qu’organisateurs de la Gay Pride, on n’est pas une entité politique. Ce que l’on veut, c’est dire : voilà ce que l’on propose, ensuite, chacun décide en son âme et conscience. En fonction de ce que chaque parti politique proposera dans son programme, de ses réponses à ces questions, chacun choisira.

Marseille est-elle une ville ouverte, où il fait bon vivre son homosexualité ? Est-il simple d’y être gay, peut-on s’y balader main dans la main librement ? On se souvient d’agressions homophobes qui avaient fait la une des journaux il y a quelques années...

Très bonne question... Je suis à Marseille depuis cinq-six ans maintenant. Avant, j’ai passé dix-sept ans à Paris. J’ai trouvé que Marseille était une ville particulièrement complexe, particulièrement originale au niveau de la visibilité homosexuelle. Il y a effectivement une population homosexuelle importante, sympathique, bigarrée, colorée. Simplement, je pense qu’il y a tout un poids de traditions, de mentalités qui font qu’il n’y a pas encore de visibilité, comme on peut en trouver dans d’autres villes comme Paris, ou encore des villes du nord de l’Europe. Je pense à Amsterdam, à Londres... On va dire qu’il y a quelque chose, une culture méditerranéenne qui rend cette visibilité plus difficile. Mais malgré tout il y a des gens, des associations...

Vous espérez que cette Lesbian & Gay Pride contribue à donner une autre représentation, une image de « normalité » des homosexuels à Marseille ?

C’est donner une image de « normalité », mais c’est aussi montrer ce qui est notre âme, notre état d’esprit : on est à la fois des gens concernés par la vie quotidienne, les problèmes du quotidien qu’on rencontre, la vie civile et civique... Et en même temps on a envie d’être légers, festifs. Effectivement on a une culture de la fête, on aime s’amuser, profiter de temps avec les amis. Et c’est aussi ce que montre la Gay Pride, cet espèce de décalage. On sait assez facilement se projeter.

Vous parlez d’égalité, de diversité dans cette Marche. Parfois, certaines voix se font entendre pointant le manque d’ouverture du milieu homosexuel : est-elle ouverte à tous et toutes, cette Gay Pride ?

Evidemment qu’elle est ouverte ! La Marche que l’on organise a pour but de montrer que à travers la revendication de l’égalité des droits des homosexuels on revendique l’égalité des droits pour tous, en fait. On essaye de se montrer le plus ouvert, le plus tolérant, le plus « intégrationnel » possible. C’est la deuxième année que je collabore à la Gay Pride, et j’ai été très étonné l’année dernière de voir beaucoup de personnes qui ne sont pas homosexuelles, participer à la Marche. Des amis d’amis, des enfants, des jeunes, des vieux...

Un peu comme à Paris où c’est finalement une manifestation culturelle comme les autres ?

Exactement. J’ai beaucoup d’amis qui ont participé à la Marche en disant « on veut être là, apporter notre soutien aux luttes que vous menez ». C’est assurément ouvert : on ne va pas demander leur orientation sexuelle aux gens avant des les autoriser à participer ! (rires). Tout ceux qui souhaitent revendiquer l’égalité des droits pour tous sont invités à s’associer à nous, à notre Marche et à tous les événements qu’il y a autour. Car à la suite de la manifestation on organise un apéritif géant sur la Place Bargemon, avec des animations, des jeux, des DJs : tout le monde y est invité. L’idée est de faire ensemble une fête participative. Ensuite il y aura une grande soirée dancefloor au Dock des Suds et encore une fois tous et toutes y sont conviés.

Vous attendez la présence du maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin ?

On aimerait bien parce que c’est une figure importante à Marseille, qui nous soutient. On a édité un petit livret qui présente tout le programme des festivités et M. Gaudin nous a écrit un édito dans lequel il nous souhaite bonne chance et nous assure de son soutien. Il est tout à fait le bienvenu à l’ouverture, sur le parcours, à l’apéritif... Quand il le voudra !

Pour poursuivre sur la question de « diversité », est-il plus compliqué encore pour des personnes d’origine étrangère d’afficher leur homosexualité et de la vivre sereinement ?

Je pense que les choses évoluent. Sans dévoiler de secret, je peux dire qu’on aura à Marseille, pour la première fois, un représentant d’une association de musulmans homosexuels Français (http://www.homosexuels-musulmans.org) qui défilera avec nous. Je pense effectivement que c’est plus ou moins facile en fonction des origines des participants d’être présents, de vivre ça. Mais il y a une réelle volonté d’améliorer les choses, de vivre plus facilement ça pour tout le monde, en France et à Marseille. Dans nombre de pays c’est encore un crime d’être homosexuel. Il est de notre devoir en étant ici de profiter de notre liberté pour faire avancer les mentalités et montrer que nous sommes des citoyens à part entière.

Pour finir, la Lesbian & Gay Pride en quelques chiffres ?

L’année dernière, on a estimé à 12 000 le nombre de participants, avec le concours de la préfecture de police. Cette année on espère un peu plus, en ayant avancé la date de la Marche d’une semaine et en ayant fait des efforts de communication. Peut-être 15 000. On a des contacts avec des amis et des associations du sud de la France, à Nice, à Toulon, à Montpellier, qui enverront des représentants. L’apéro devrait drainer 5 000 personnes et le concert peut-être 3 000.


L’ensemble du programme de la manifestation se trouve ici http://www.tousego.fr ou
.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard