Articles

Accueil > Actualités > Les enfants du département ne sont pas des sardines !

 

Les enfants du département ne sont pas des sardines !

26 mars 2012

Pour répondre aux suppressions de poste d’enseignants, d’encadrants scolaires et de RASED, prévus dans le département à la rentrée prochaine, une riposte était organisée, mercredi, devant la préfecture des Bouches du Rhône de Marseille, par la Coordination parents du 13, le collectif « On n’est pas des sardines », et Pour un avenir FCPE 13, (Fédération des conseils des Parents d’élèves) à l’heure du déjeuner. Quelques 200 manifestants avaient répondu présents à l’appel et avait choisi de partager leur déjeuner sur place avec leurs enfants. Au menu, sardinade de printemps alors qu’en face le Comité Départemental de l’Education Nationale entérinait la nouvelle carte scolaire. Présents le syndicat Sud-éducation, la CGT, des élus socialistes, comme Patrick Mennucci ou Christophe Masse et d’EELV avec Sébastien Barles, ou pour le Front de gauche, Jean-Marc Coppola.


 

JPEG - 94.3 ko

Pour protester contre la suppression des postes en France et dans le département, les parents d’élève se rebiffent et ont manifesté mercredi devant la préfecture. Ils dénoncent les classes surchargées (32 en maternelles), le non remplacement des professeurs absents, les suppressions des postes RASED, hors zone d’éducation prioritaire, le manque de moyens des écoles, comme pour l’école Etienne Milan où « les élèves de petite section de maternelle sont obligés de faire la sieste dans leur classe au milieu des tables et des chaises, car le coin repos est trop petit », la suppression des personnels d’accompagnement qualifiés et formés pour les élèves handicapés lorsque c’est nécessaire, bref l’hémorragie annoncée de l’éducation nationale. A leur manière.

JPEG - 37.6 ko

Présente à la Sardinade, Séverine Gilles de la coordination Parents du 13 dénoncait la situation « sont prévues, pour la rentrée, 110 fermeture de classes sur le département. A Aix, Miramas, Fos, Martigues, Aubagne … A Marseille, c’est près de 55 fermetures qui sont annoncées. 7 maternelles en ZEP sont touchées par des fermetures ». Et de poursuivre « On demande des moyens supplémentaires. Nous sommes dans un département pauvre, où on vit déjà des situations très difficiles dans les écoles primaires. On a du mal à avoir des locaux en état, du personnel encadrant. Et on veut maintenant nous enlever le peu qu’on avait, comme des postes d’enseignants et d’encadrants adultes. Car sur une maternelle, pour une classe sera supprimée, on va aussi supprimer un poste d’encadrant municipal, ce qui fera deux adultes en moins pour surveiller le même nombre d’enfants, on ne peut pas accepter cela. »

JPEG - 105.3 ko
Carte scolaire rentrée prochaine

Les enfants serrés comme des sardines !

Un exemple de ce qui attend les parents l’année prochaine est donné par cette mère inquiète et très mobilisé qui espère éviter une fermeture de classe maternelle à l’école Falque- Fiolle, « On peut maintenant se retrouver avec des classes de maternelles à 31 élèves, nous avons 8 classes, à la rentrée, on n’aura plus que 4 classes. Ca touchera forcément les plus petits, qui se retrouveront on ne sait pas où. Les enfants en trop iront boucher les trous ailleurs ! Pour toujours l’idée de mettre les classes à 31, on se sait pas techniquement comment cela va se passer ! »

JPEG - 83.3 ko

Côté élu politique : « Il ya des engagements qui ont été pris par François Hollande sur les questions de l’école, ce qui fait que nous espérons que ce type de situation n’existera plus si François hollande est président de la République. A Marseille, on a une nécessité d’avoir une éducation, car nous sommes une ville pauvre et c’est vraiment un sujet essentiel, or on voit comment il est traité, avec à la fois, par l’Etat qui fait ce qu’il fait, et la ville de Marseille qui se désintéresse de la situation. Nous sommes solidaires des parents qui sont là. Je trouve que l’initiative des sardines est drôle et en politique, il faut toujours arriver à avoir des symboles », a commenté Patrick Mennucci, président du groupe socialiste au Conseil municipal.

Pour sa part, Christophe Masse, Conseiller général PS, est revenu sur la politique actuelle : « On est solidaires d’une démarche des parents d’élèves, et des syndicats. On a l’impression que l’éducation nationale est une variable mathématique dans le budget et qu’on peut se permettre de dire qu’on peut récupérer des postes dans chaque académie, sans avoir une vision d’ensemble. C’est une valeur marchande. Et si aujourd’hui, on dit qu’il y a peu de différence entre la droite et la gauche, moi j’en vois une clairement ici aujourd’hui. C’est que pour le PS, il n’est pas question de sacrifier, même sur l’autel de la dette, l’éducation. Certes, il y aura peut-être des sacrifices à faire, mais il y a un pilier dans notre république qui ne doit pas être touché, c’est celui-là. Les réponses de l’inspecteur de l’académie à nos diverses demandes, élus ou conseillers, sont toujours les mêmes. Nous, on refuse de se mettre autour d’une table pour désigner celui qui sera pénalisé par rapport à d’autres. On ne doit pas gérer la pénurie, en termes d’éducation. Au contraire, si on veut parler demain de citoyenneté et d’intégration, d’humanisation dans certaines de nos cités, il faut mettre le paquet sur l’éducation. Dans l’éducation, les moyens sont tout ! Au PS, nous maintenons notre proposition sur les 60 000 postes. »

Présent à la sardinade, une personne de Vitrolles a voulu alerté sur la situation : « Il ya 110 fermetures de classes dans les départements et 90 fermeture de classes de RASED, c’est tout ce qui concerne l’aide des enfants en difficultés, ce sont des instituteurs spécialisés qui vont aider les élèves. Cela va complètement disparaître, puisqu’il n’en restera plus que 70 sur tout le département. A Vitrolles, 5 classes vont être supprimées, 1 classe maternelle et 4 classes élémentaires, dont 4 sont en ZEP. »

A Marseille : occupation d’écoles

A Marseille, la fronde s’organise avec des occupations de classes depuis février dernier. A l’école de La Loubière dans le 5ème, les parents d’élèves, après avoir manifesté devant l’école, occupent désormais celle-ci de l’intérieur. A la maternelle Etienne-Milan, 8ème et à l’école élémentaire Saint-André-Barnier 16ème où les parents d’élèves se battent contre la fermeture d’une classe à la rentrée prochaine ainsi que la suppression de postes d’enseignants RASED, les parents d’élèves ont bloqué l’accès de tous les élèves et de tous les enseignants, lundi matin. A l’école Franklin-Roosevelt de la rue Tivoli, dans le 4ème, on réfléchit également à des moyens d’action pour maintenir un poste de RASED-pédagogie, qui œuvre pour aider les élèves en rupture d’apprentissage scolaire. Même occupation à l’école maternelle Flaque -Fiolle.

JPEG - 98.3 ko

Vitrolles : les ZEP touchés

Sur place devant la préfecture, une personne de Vitrolles a voulu alerté sur la situation : « Il ya 110 fermetures de classes dans les départements et 90 fermeture de classes de RASED, c’est tout ce qui concerne l’aide des enfants en difficultés, ce sont des instituteurs spécialisés qui vont aider les élèves. Cela va complètement disparaître, puisqu’il n’en restera plus que 70 sur tout le département. A Vitrolles, 5 classes vont être supprimées, 1 classe maternelle et 4 classes élémentaires, dont 4 sont en ZEP. »

JPEG - 90.8 ko
Sébastien Barles, EELV

Sébastien Barles, Conseiller municipal EELV a analysé, à chaud, cette première coordination « C’est la première initiative fédérative autre que les manifestations devant l’inspection académique, il y a une coordination marseillaise qui est entrain de se mettre en place, il y a des mobilisations très fortes dans plusieurs écoles qui sont occupées dans Marseille. Il est impossible pour les parents et les enseignants de voir que le service public de l’éducation soit cassé à la hache, par le ministère et par le gouvernement Sarkozy. On souhaiterait qu’il y ait un moratoire sur la nouvelle carte scolaire, un gèle des décisions prises sur les suppressions de postes que ce soit, RASED ou enseignants, les 159 postes supprimés dans le département et on souhaite que les choses soient revues après les échéances électorales. Il faut reprendre la proposition de la FCPE, reprendre classe par classe et mettre des plafonds, dire en ZEP, ce n’est pas plus de 22 élèves par classe et hors ZEP, c’est 25 élèves par classe. Cela permet de ne pas raisonner dans une approche comptable, mais dans une approche de service public de qualité ».

L’écoleTivoli dans le 4ème, pour lutter contre la suppression des postes, invite chacun à une soirée projection du film « Un parmi les autres », de de Pierre de Nicola sur les enseignants RASED :
Vendredi 23 mars 2012 à 18h00 à l’Ecole Franklin Roosevelt . 5 rue de Tivoli Marseille 4ème

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard