Articles

Accueil > Actualités > Les chibani(a)s au cœur d’une journée d’étude ce 18 novembre au (...)

 

Les chibani(a)s au cœur d’une journée d’étude ce 18 novembre au CRDP

15 novembre 2011 - Dernier ajout 16 novembre 2011

L’étude commandée par l’UNIFAPIL-Méditerranée et la Fédération régionale des Acteurs Intervenants auprès des Chibani (as) (F.R.A.C.H.I), met en avant un diagnostic très inquiétant. Vieillesse placée sous le signe de la précarité, conditions de logement difficiles, faible accès aux droits et aux prestations sociales, les chibani(a)s, invisibles et discriminé(e)s ne retiennent pas assez l’attention des pouvoirs publics. Pour pointer du doigt les défaillances dont sont victimes les vieux migrants mais aussi pour porter à la connaissance, les conditions dans lesquelles vivent ces immigrés, une journée d’étude est organisée au CRDP ce vendredi 18 novembre. La Fédération Régionale des Acteurs Intervenants auprès des Chibani(a)s entend permettre la restitution du diagnostic et la mise en avant du plan d’action en direction des vieux migrants, proposé par Abderrahmane Moussaoui, enseignant chercheur en Anthropologie à l’Université de Provence.


 

JPEG - 76.8 ko
Chibani(a)s au Réveillon de Solidarité organisé par l’Ampil en 2010 (Crédit photo : Med’In Marseille)

Ce sont des parcours de vie trop souvent noyés dans les silences. Des silences qui en disent long sur la façon dont les vieux migrants sont traités en France. Faire parler les chibani(a)s à Marseille est certes une tâche délicate. Les souvenirs mêlés à l’émotion laissent parfois leurs propriétaires sans voix. Les humiliations, les discriminations, les sacrifices et une vie partagée entre les deux rives de la Méditerranée, sont des souvenirs difficiles à évoquer.

Au cours de cette enquête, Abderrahmane Moussaoui avait ainsi pour objectif de « les aider à mettre en mots des vies morcelées et souvent tues ». « L’esprit de la présente étude a été d’approcher le vécu de ces chibanis avec à la fois l’empathie nécessaire à la compréhension de leur univers et la neutralité axiale que commande la rigueur du travail scientifique. Le but recherché est d’arriver à mieux comprendre pour mieux agir » explique Abderrahmane Moussaoui, enseignant chercheur en Anthropologie à l’Université de Provence. Le but « était aussi d’arriver à percer les univers de sens dans lesquels s’inscrivaient les actes de chacun et de chacune des interviewés » explique-t-il.

Des parcours de vie analysés sous l’angle social et scientifique. Une enquête qui mérite d’exister parce qu’elle est l’une des rares à décrire les réalités auxquelles sont confrontés les vieux migrants et dévoile des chemins de vie qui mériteraient d’être mis en lumière. Car ceux que l’on qualifie souvent d’« invisibles » ont des choses à raconter. Et ce serait aussi une façon de déconstruire les préjugés dont ils sont victimes en France.

L’enquête anthropologique réalisée entre 2010 et 2011 a été centrée sur les personnes fréquentant les différentes structures du collectif F.R.A.C.H.I. Ce collectif, crée après les deuxièmes rencontres nationales des luttes de l’immigration, est composé de travailleurs sociaux qui côtoient ces vieux migrants depuis de longues années. Des acteurs de terrain que l’on retrouve à l’AMPIL, à l’association « Schebba », au « centre social Agora » dans le quartier de la Busserine, de l’association « Visions de femmes » dans le quartier de Picon (La Busserine), du centre « centre social la Gavotte‐Peyret » à Septèmes‐les‐Vallons ; de l’association « Contacts » à Gardanne. Ce collectif « soucieux du respect les droits de ces vieux migrants », s’est réuni pour trouver des solutions et pour « remédier aux difficultés rencontrées par cette population ».

La journée d’étude du 18 novembre 2011 aura donc toute son importance car les acteurs sociaux en concertation avec les institutions publiques (la DRJSCS, le Conseil Régional PACA et le Préfet délégué à l’égalité des chances sous réserve) et les associations concernées par ces problématiques s’attacheront à mettre en lumière « la situation sociale dramatique et inacceptable que les chibani(a)s vivent au quotidien ». Une situation aggravée par les tracasseries administratives qui rendent difficile ou impossible le bénéfice de leurs droits sociaux ».

Programme du 28 novembre 2011 :

L’accueil des participants se fera à 9h et sera suivie d’une intervention de Mustapha Mohammadi, Président, de la F.R.A.C.H.I ainsi que des institutionnels.

Dès 10h30, Abderrahmane MOUSSAOUI, Enseignant chercheur en Anthropologie, Université de Provence, IDEMEC‐CNRS présentera son diagnostic et son plan d’action en direction des vieux migrants : démarches, résultats et préconisations.

A 11h30 : Interventions autour de trois thèmes :

« Les personnes âgées dans les cités d’habitat social collectif » par Hocine BEN-SAÏD, directeur du centre social La Gavotte- Peyret à Septèmes les Vallons.

« Le logement » par Kader ATIA, directeur de l’AMPIL.

« Les femmes âgées migrantes » par Karima BERRICHE, Directrice du Centre social l’AGORA et Fatima OULD KADDOUR, directrice de l’association SHEBBA.

« La santé » par Sabah BEKHEIRA, Coordinatrice « Espace méditerranéen pour les Personnes Agées », et le Docteur Arlette PAROLA, Directrice de l’I.R.I.P.S.

12h15 : Synthèse de la matinée

12h30 : Interventions des institutions (la DRJSCS et le Préfet délégué à l’égalité des chances).

13h00 : Buffet

Rendez-vous au CRDP, 31 boulevard d’Athènes, 13001 Marseille.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard