Articles

Accueil > Actualités > Les centres sociaux des Bouches-du-Rhône souffrent du redécoupage des (...)

 

Les centres sociaux des Bouches-du-Rhône souffrent du redécoupage des quartiers de la politique de la ville.

26 septembre 2014

On l’attendait depuis un moment, le redécoupage des quartiers classés en politique de la ville a été dévoilé en juin dernier et sera arrêté début octobre 2014. Basé sur un revenu médian d’une population d’un territoire donné, ce découpage administratif ne prend pas en compte les disparités d’une population. Car au sein d’une même région, les inégalités peuvent être criantes et les centres sociaux, indispensables à une partie de la population la plus démunie. Mais le redécoupage fait fi de cela. Résultat plus d’une dizaine de centres sociaux dans les Bouches-du-Rhône, sortent de la géographie dite « politique » de la ville et vont connaître d’importantes difficultés financières. A Marseille, celui de Mer et colline, quartier de la Verrerie (8ème) et l’antenne dite « Les lierres » du centre social Bois Le maître (12ème) risquent purement et simplement de disparaître, faute de moyens. Quand la politique de la ville balaye, des décennies de travail avec une population…


 


La nouvelle géographie prioritaire de la Politique de la ville exclue des centres sociaux et menace l’existence ou le bon fonctionnement d’une dizaine d’entre eux dans le département. A l’annonce de ces changements, L’Union des Centres Sociaux du département (UCS) est montée au créneau et a demandé une entrevue avec Marie Lajus, la préfète déléguée pour l’égalité des chances, prévu jeudi 2 octobre prochain.

Le classement en politique de la ville se fera désormais sous la forme d’un contrat passé entre l’Etat et les collectivités locales, comme les communes, les communautés d’agglomérations, ou les métropoles. Pour pouvoir éventuellement s’élargir au Conseil Général ou Régional. Le CUCS, Contrat Urbain de Cohésion Social disparaît. Le classement d’un territoire en « Politique de la ville » est crucial pour un centre social, puisque ce dernier, outre des crédits spécifiques politiques de la ville, des aides de la CAF, des crédits complémentaires des collectivités et peut, au-delà, au titre de « quartier prioritaire » s’appuyer sur des financements connexes (comme des fonds européens). Mais si le centre sort de la géographie « Politique de la ville », il ne peut plus prétendre à ce type d’aides. Et risque de disparaître. Comme Mer et colline, quartier de la Verrerie (8ème) et l’antenne dite « Les lierres » du centre social Bois Le maître (12ème)

Le social menacé

Des actions sociales avec des travailleurs sociaux formés pour recevoir le public, actions indispensables et salutaires pour des populations, que les centres sociaux avaient mis en place sont sur le point de s’interrompre. Les dispositifs d’accès à l’emploi personnalisés, le soutien à la fonction parentale (accompagnement des familles avec un conseiller en économie sociale et familiale), la prévention pour les jeunes (éducateurs), l’éducation (éducateurs, animations), les points d’appui aux étrangers (voir article dans Med-in-Marseille), va avoir « des effets néfastes sur les habitants les plus vulnérables ». De plus, la disparition de certains centres signifie comme pour celui de Mer et Colline le licenciement de 6 personnes. « C’est toute le cœur de l’action sociale dans les centres sociaux qui risquent de disparaître », analyse François Lépena, le Président de l’USC 13, qui poursuit : « C’est un contexte qui demanderait d’être conforté et rassuré, là c’est l’inconfort et la déstabilisation ». Dans cette politique de redécoupage, les centres sociaux n’ont pas été concertés, seules les collectivités locales.

Résultat de cette nouvelle politique : quand les plus démunis ne sont pas assez nombreux sur un territoire, ils ne peuvent plus bénéficier du soutien des centres sociaux. Et UCS de conclure sur cette réforme : « Alors qu’il prétend mieux cibler les bénéficiaires des quartiers en difficulté, le nouveau découpage (qui a pour seul critère le revenu) exclue les habitants les plus démunis qui sont trop éparpillés sur leur territoire, et surtout pas assez massivement nombreux pour entrer dans les nouveaux périmètres de pauvreté. » Certaines structures seront moins touchées, par cette réforme que d’autres, comme le Centre social La Garde du quartier de la Rose, le centre Miramas et celui de St Martin de Crau.

La réforme des rythmes scolaires, à Marseille, laisse les enfants sans garderie, mercredi après-midi et vendredi après-midi et handicape les familles les plus pauvres. Les centres sociaux ont répondu à l’appel d’offres, mais auront-ils les ressources suffisantes, se demande son Président François Lapena qui constate, par ailleurs : « Nous entrons dans une ère d’inconfort et de déstabilisation »

Ceci intervient également avec une nouvelle contractualisation que les centres sociaux vont signer avec la CAF, qui prenait, jusque –là, en charge les postes de direction des centres. Mais l’UCS craint que ces nouveaux contrats avec la CAF qui seront signés début 2015 ne soient pas de très bonne augure pour assurer leur pérennité. « Il y a un recentrement de l’action sur les quartiers nord de la ville, ce qui n’est pas discutable, mais en même temps, il y a une destruction de tout ce qui s’est fait jusqu’alors », constate François Lapena . Les politiques abandonnent donc la prévention, là où il y a justement eu des résultats. Bref, c’est un peu : Arrêter une action, surtout quand elle fonctionne ! On s’étonnera après que ces quartiers rencontrent des problèmes, par la suite, faute de suivi social sur le terrain….

Les centres sociaux qui sortent du périmètre politique de la ville des BDR

Centre social Mer et colline, quartier de la Verrerie. Marseille
Centre social Bois Lemaître, quartier des Lierres. Marseille. Antenne des lierres
Dans les BDR
Centre social La Garde, quartier de la Rose. Marseille. Partiellement sort.
Centres social Le Bartas, quartier la Petite Garrigue. Vitrolles
Centre social Jacques Brel, quartier les amarantes. Port de Bouc
Centre social Les Oliviers. Saint-Martin-de-Crau
Centre social l’abeille, quartier de l’Abeille. La Ciotat
Centre social Albert Schweitzer, centre-ville. Miramas
Centre social Mosaïque, quartier Les Bressons. Salon-de-Provence

Les points d’appui aux étrangers (voir article dans Med-in-Marseille)
http://www.med-in-marseille.info/spip.php?article2372

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard