Articles

Accueil > Actualités > Les Indigènes de la République présentent leur parti politique à (...)

 

Les Indigènes de la République présentent leur parti politique à Marseille

30 avril 2010 - Dernier ajout 1er mai 2010

En 2008 le mouvement des Indigènes de la République avait annoncé la couleur en souhaitant devenir un parti politique à part entière. En février dernier à Paris et cinq ans après l’appel des Indigènes de la République (en janvier 2005), le Parti des Indigènes de la République (PIR) naissait sous le slogan « Le PIR est avenir ». Le combat est clair : lutter contre les différentes formes de discriminations raciales, contre la négrophobie, l’islamophobie, les violences policières, les inégalités et surtout « mener le combat pour la libération décoloniale ». Youssef Brakni, Membre du PIR, Sadri Khiari, Membre fondateur du PIR et Houria Bouteldja, porte parole du Parti des Indigènes, présenteront, demain (samedi 1er mai) aux marseillais le nouveau parti. Entretien avec Houria Bouteldja.


 

JPEG - 36.4 ko

Il a fallu cinq années pour préparer la création du PIR, j’imagine que cela ne s’est pas fait sans difficultés ?

Effectivement, c’est un projet d’organisation politique. Cela n’a pas été évident parce que nous n’avons pas les moyens financiers. On refuse en effet d’être subventionné. Ce n’est pas facile notamment lorsqu’il s’agit de faire des déplacements en régions.

Notre projet est de transformer les rapports de force et de former des militants qui sont des militants associatifs et qui ne sont pas des militants politiques. Il y a une longue expérience de l’associatif dans les milieux de l’immigration et les quartiers populaires mais moins une expérience politique. On a affaire à des gens qu’il faut former dans le cadre d’une force politique qui, contrairement aux associations, a pour objectif de conquérir sa part de pouvoir politique dans le cadre d’élections ou pas, en tout cas le projet est de transformer les rapports de force. C’est un travail qu’on essaie de faire depuis 5 ans et on le poursuit aujourd’hui. Il est vrai que tout cela n’est pas du tout évident.

Vous serez demain à Marseille pour présenter ce nouveau parti, comment pensez vous que les marseillais vont l’accueillir ?

Moi, je ne sais pas comment ils vont l’accueillir. Tout ce qu’on sait c’est que depuis qu’on s’est constitué en parti, c’est-à-dire depuis notre congrès qui a eu lieu les 27, 28 février derniers, on a remarqué qu’il y avait une recrudescence des adhésions. On est en effet, sollicité un peu partout en France. Il y a beaucoup de gens qui veulent adhérer. On sent qu’il y a une espèce d’effervescence autour de l’idée d’une force politique et d’un parti ; donc je ne sais pas comment les marseillais vont réagir mais je sais que globalement la réaction est plutôt positive.

Face à l’islamophobie croissante, le PIR appelle à manifester ; c’est aussi pour cela que vous serez à Marseille demain ?

Oui, effectivement. On a deux objectifs. A la fois faire connaitre le Parti des Indigènes, expliquer nos objectifs et pourquoi il faut un parti. L’autre objet de la tournée est de lancer une campagne contre l’islamophobie et la négrophobie, c’est ce qui a été décidé lors des Etats Généraux de l’islamophobie qui ont eu le lieu le 11 avril dernier. On va donc essayer, pendant toute l’année, de faire le tour des villes de France pour faire campagne contre l’islamophobie parce que c’est une question qui n’est pas prise en charge par les autres partis politiques. Nous, on considère que c’est une question cruciale, qu’elle est fondamentale et que c’est un racisme structurel dans la société qu’il faut combattre. On voit aujourd’hui que c’est dans les plus hautes sphères de l’Etat que sont lancées les campagnes et les offensives islamophobes et qu’elles ont ensuite leurs répercussions, comme on l’a vu dans la région de Marseille ces jours derniers (la mosquée d’Istres a été la cible d’un mitraillage dans la nuit de samedi à dimanche dernier, ndlr). On veut donc sensibiliser et mobiliser autour de ces questions et c’est pourquoi le 8 mai 2011 il y aura une grande manifestation contre l’islamophobie et la négrophobie. Je dis « négrophobie » parce que l’islamophobie et la négrophobie sont les deux faces d’un même racisme, puisque les origines du racisme anti-arabe et antimusulman, sont aussi les origines du racisme anti-noir, c’est-à-dire qu’il y a une matrice commune qui est l’histoire coloniale.

Le racisme le plus spectaculaire actuellement c’est l’islamophobie mais on a trop tendance à ignorer le racisme anti-noir, qui lui n’est pas médiatisé, il n’y a pas de grandes campagnes contre les noirs, ça c’est certain, mais il y a un racisme des faits. La discrimination contre les noirs, le mépris qu’on a par rapport aux africains et à leurs histoires. Ils sont aussi victimes de discriminations et ce, à tous les niveaux, je veux dire discrimination sociale, discrimination au logement et au travail.

Puis, souvenez vous que Sarkozy avait dit : « Les Africains ne sont pas entrés dans l’Histoire », c’est vraiment l’expression d’un racisme profond, on a trop tendance à le négliger et on ne le met pas au même niveau que l’islamophobie. Or, pour nous il est important de montrer que justement la matrice est la même et qu’on ne peut pas rester indifférents à ce racisme là.

Un collectif du PIR va-t-il être crée à Marseille ?

Tout à fait, c’est aussi la raison de notre venue. On fait une réunion publique samedi 1er mai. On a déjà un groupe qui commence à se structurer et on va à Marseille pour le consolider, pour travailler ensemble et pour voir comment il peut voir le jour de manière officielle.

Le PIR a-t-il pour objectif de se présenter aux prochaines élections présidentielles de 2012 ?

On ne s’interdit aucune élection, que se soient les présidentielles, les municipales ou les législatives, on se prépare maintenant pour des échéances qui auront lieu dans deux, trois ans. On a encore rien déclaré d’officiel, on dit simplement qu’on envisage de participer à toutes ces élections.

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Rendez-vous demain.

Réunion publique du PIR avec Houria Bouteldja, Youcef Brakni et Sadri Khiari, Samedi 1er mai, à 19h au local de l’Union des Familles Musulmane, 26, rue Nationale 13001 Marseille, Métro : Saint-Charles & Noailles, Tramway T 2 : Station Alcazar

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard