Articles

Accueil > Actualités > Les Comoriens de Marseille réclament plus de représentativité politique, avant (...)

 

Les Comoriens de Marseille réclament plus de représentativité politique, avant les municipales

27 janvier 2014

Désormais représentés par le Collectif des Indignés de la Cité phocéenne, les Comoriens et Franco-comoriens de Marseille travaillent à exister politiquement, à l’aube de l’échéance municipale. Cette population qui représente 10% des Marseillais n’est, en effet, pratiquement pas représentée dans les instances électorales. Le Collectif multiplie donc, ces dernières semaines, les rencontres avec les politiques de tout bord, souhaitant peser non seulement sur le débat, mais également voir l’un des leurs accéder à un siège. Avec en toile de fond, une communauté qui souffrent encore de conditions de vie difficiles, en proie à la violence et au racisme.


 

JPEG - 91.1 ko
Deux membres du Collectif : Farid Soilihi et Ismaïl Ali ( à dte)

Dans leur local, Boulevard Danielle Casanova dans le 14ème, le Collectif des Indignés de la Cité phocéenne est sur la brèche, et le chargé de communication Ismaïl Ali Ismaïl Ali a fort à faire. Car les Comoriens de Marseille passent à l’offensive politique. Leur première était un rendez-vous, le 12 janvier dernier aux Docks des Suds, qui a rassemblé 2800 personnes, pour alerter les responsables de la ville sur « la situation insupportable », d’une population « qui reste stigmatisée et discriminée, notamment sur le plan politique » où les politiques ont répondu présents, comme Eugène Caselli, Dominique Tian, Lisette Narducci, Samia Ghali, Henri Jibrayel, Karim Zéribi, ou Sébastien Barles.

Depuis, les membres du collectif vont de rendez-vous en rendez-vous. Ils veulent, en effet, faire évoluer une situation marseillaise où « Aucun noir, qu’il soit d’origine comorienne ou africaine ne compose le Conseil municipal ». Les membres du collectif sont de diverses étiquettes politiques, PS, UMP, EELV, Modem ou Front de gauche. Comme Nassurdine Haïdari, adjoint PS de Patrick Menucci dans le 1-7, Saïd Ahmada, tête de liste Modem pour les municipales pour le 15-16ème ou Elisabeth Saïd et Maliza Saïd, pour l’UMP. Les discussions sont en cours avec Patrick Mennucci et Pape Diouf. Ils espèrent cette semaine une entrevue avec Jean-Claude Gaudin. Farid Soilihi, le négociateur politique du collectif, ancien candidat lors des dernières législatives pour Alliance Ecologique indépendante et qui est aujourd’hui sans étiquette rappelle que « Nous sommes une composante de la ville de Marseille qui représente plus de 10%. Cette composante est aujourd’hui invisible, et n’est pas représentée. Nous voulons que la ville de Marseille soit représentée par ceux qui vivent à Marseille, toutes les couches sociales. Ce n’est pas un combat communautaire, c’est un combat citoyen. »

Pas de communautarisme, mais un combat citoyen

Ce collectif qui existe depuis 1995 a été réactivé en 2013 pour peser sur les élections municipales et sur les futures échéances électorales, cantonales, européennes, régionales ou même sénatoriales. Le collectif est parti du constat que la communauté comorienne et franco-comorienne n’est pas du tout représentée politiquement à Marseille. Insistant sur le fait que les Comoriens de Marseille sont avant tout des Marseillais, estimant que différentes communautés, qu’elles soient arméniennes, maghrébines, juives sont, quant à elles, représentées, le Collectif entend travailler à la représentativité politique des leurs. Mais Ismaïl Ali tient à préciser que le « Collectif ne fait pas de communautarisme. Car dans ce combat, tout le monde peut s’y retrouver, les minorités visibles qu’elles soient africaines, maghrébines et même asiatiques sont bienvenues. Les communautés sénégalaise et malienne nous soutiennent Nous souhaitons associer toutes les communautés pour créer ensemble un projet pour notre ville. Nous appelons toutes les communautés à venir pour Marseille. Car avant tout nous sommes des marseillais. Nous voulons participer à cette ville, nous voulons être des acteurs, nous voulons que Marseille rayonne. »

Aujourd’hui, c’est la quatrième génération de Comoriens immigrés qui vit sur le sol marseillais, la première immigration comorienne datant de l’après seconde guerre mondiale. L’archipel des Comores a été indépendante en 1975, sauf Mayotte qui est restée française, et depuis cette époque là « beaucoup de nos parents ont été appelés par l’Etat français pour venir travailler ». Les liens avec la France sont donc importants comme le souligne Ismaïl Ali : « Nous sommes de langue francophone, notre histoire avec la France date du XIXème siècle et nous avons fait partie des anciennes colonies de l’Etat français, nous sommes liés historiquement et culturellement à la France, 95% de la population comorienne parlent français », souligne-t-il. La dernière étude sur le nombre de Comoriens à Marseille date de 1995, et chiffrait à 80 000 le nombre de personnes d’origine comorienne à Marseille. Et selon les derniers recensements de la préfecture, ils seraient 120 000 aujourd’hui à Marseille.

Le choc de 1995 et l’assassinat d’Ibrahim Ali

En février 1995, l’assassinat du jeune Ibraïm Ali par des colleurs d’affiche du Front National projette la communauté comorienne sous les projecteurs de l’actualité. « Et à partir de ce moment là, nous sommes devenus visibles comme communauté. Nous avons manifesté pacifiquement, et les autorités ont été étonnées, elles ne pensaient pas que cette communauté était aussi nombreuse » analyse Ismaïl Ali. Un premier combat pour rendre la communauté visible politiquement et accéder aux instances dirigeantes de la ville a été mené par le collectif aux municipales de 1995 avec pour résultat l’élection d’un premier représentant de la diaspora comorienne qui a été élu adjoint au maire dans le 13-14ème, M. Mamhoud qui fait encore partie du collectif. En 2007-2008, le collectif a été réactivé. Trois personnes d’origine comorienne ont ainsi accédé à des mandats électifs, Elisabeth Saïd, élue PS pour les 2-3ème arrondissement aujourd’hui à l’UMP, Nassurdine Haïdari, adjoint au maire dans le 1-7 et Claude Nassur, divers gauche, adjoint au maire des quartiers 13-14.

Mais aujourd’hui, le constat reste sombre comme l’explique Ismaïl Ali : « Depuis 2008 jusqu’à aujourd’hui, les conditions de vie de la communauté comorienne n’ont pas changé. Les conditions d’éducation, l’espoir pour les jeunes diplômés, et ils sont nombreux, mais qui ne trouvent pas leur place dans la société, n’ont pas évolué. Malheureusement, même si on le répète, le racisme est un fait qui empêche de trouver du travail. » Et il conclue : « Notre génération qui a grandi ici, qui a étudié ici, veut participer au rayonnement de la vie de Marseille. Nous avons décidé de tendre la main aux politiques, nous avons des projets qui intègrent Marseille et ses communautés. Et il va falloir compter avec cette communauté ».

Liberté sans égalité !

« Dans cette république française, nous avons la liberté, mais nous n’avons pas l’égalité, et ça ne peut pas durer comme cela » s’insurge Ismaïl Ali. La communauté d’origine comorienne est face à divers problèmes à Marseille. « La moitié des décédés des règlements de compte sont aujourd’hui d’origine comorienne. Il y a une forte explosion de la délinquance des jeunes comoriens. Parce qu’ils n’ont plus d’espoir. Par rapport à leurs frères ou sœurs aînés qui sont diplômés et qui ne trouvent pas de travail. Et ils se disent que les études ne servent à rien, le marché ne les accepte pas. C’est une réalité ! Malheureusement, il y a des esprits qui sont faibles, attirés par l’argent facile, ça entraîne l’apparition de caïds, et ça devient une guerre de gang dans les cités. A Luynes ou aux Baumettes, je pense que 70% de la population carcérale est d’origine comorienne », déplore le chargé de communication. Ce dernier explique cette montée de la délinquance : « Cette explosion de la violence est due aux conditions économiques et matérielles. Nous somme parqués dans les quartiers Nord, les cités, comme Plan d’Aou, Kallisté, La Solidarité, La Savine dans le 13-14, dans le 15-16 et dans le 2-3. Dans cette ville, on ne vit pas, on survit. C’est surtout la question du logement qui crée des problèmes. Des familles entières, qui travaillent pourtant, sont parquées dans ces quartiers, nous sommes entre nous. Nous sommes dans un apartheid social. Alors que nous sommes français. Les politiques ne veulent pas l’entendre. » Pour lutter contre ces fléaux, le collectif va mettre en place une table ronde et des assises de la communauté « pour répondre aux problèmes économiques et sociaux », avec un part importante de la réflexion sur les questions du logement.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard