Articles

Accueil > Actualités > Les 2e Rencontres intergénérationnelles : réinventer la cohésion (...)

 

Les 2e Rencontres intergénérationnelles : réinventer la cohésion sociale

25 novembre 2010

Promouvoir, valoriser, innover au profit de relations et d’activités de nature intergénérationnelle tels sont les objectifs du Réseau Intergénération (RIG) en Région PACA. L’une de ses actions est justement l’organisation de ces Rencontres intergénérationnelles des 23 et 24 novembre, à la Salle Vallier à Marseille. Les deux principaux acteurs du RIG sont l’ACLAP (Action de coordination, de loisirs et d’accueil aux personnes âgées) et l’IFAC (Institut de formation, d’animation et de conseil) Provence.


 

JPEG - 52.7 ko

« Intergénération et territoires : concentrons nos énergies » telle était la thématique de ce colloque du 23 novembre. « Le territoire fait sens. Il doit maintenir une très grande diversité : ressources sociale, économique, culturelle, technologique, historique » aborde Corinne Grenier, coordinatrice scientifique du Pôle Santé/social d’Euromed Management Marseille. Mais il n’existe pas de politique de l’intergénération, à charge pour les collectivités de l’inventer. La première table ronde avait pour thème, « Rôles et compétences des collectivités locales dans la mise en œuvre d’activités intergénérationnelles ». Le territoire détermine dans ce cadre des accès à des ressources. En revanche, le territoire peut être aussi construit par un projet. Ce principe était présenté dans la deuxième table ronde, « Imaginons des dispositifs innovants pour décliner l’intergénération sur les territoires ». Quatre ressorts d’insertion seront nécessaires dans la co-construction des solidarités et des territoires, « nouveaux acteurs, expérimentation, politique publique, gouvernance », énumère Mme Grenier.

Promouvoir, valoriser, innover ces activités

Une question se pose : comment faire perdurer ces expérimentations ? L’une des réponses est détenue par le RIG PACA : promouvoir, valoriser et innover ces activités. Après le lancement officiel du réseau en avril 2009, une charte de l’intergénération a été signée la même année, en décembre.

A Marseille et sa région, deux associations développent depuis 1992 des pratiques de nature intergénérationnelle. Depuis une décennie, le partenariat de l’ACLAP, association favorisant le maintien à domicile des personnes âgées et l’IFAC Provence avec ses Maisons pour Tous s’est poursuivi par la création d’une commission Intergénération. Les premières Rencontres intergénérationnelles de 2008 sont une émanation de cette commission. Le dossier phare du réseau reste néanmoins la future Maison de l’Intergénération, projet social et culturel à vocation régionale sur Marseille, opérationnel en 2013. Des collectivités –Villes de la Ciotat, Marseille-, le CCAS, l’UDAF 13 (Union départementale des associations familiales), Euromed management, associations, mutuelles, groupe de maisons de retraite médicalisées ont rejoint les deux promoteurs au sein d’un comité de pilotage. Le promoteur du réseau est l’ACLAP, présidé par Guy Bocchino. La présidente en est Sylvie Martelli, secrétaire générale de l’ACLAP, directrice de l’IFAC Provence.

Lutte contre l’isolement, création de lien social font partie des engagements forts des deux associations.

JPEG - 87.5 ko

Intergénération, « une carte maîtresse »

Pour le Dr Jean-Jacques Portier, médecin coordinateur du réseau ACLAP Santé, l’intergénération est « l’une des cartes à jouer, une carte maîtresse », pouvant faciliter le maintien à domicile de personnes âgées fragilisées. Il s’agit d’impulser un mouvement social entre les personnes âgées et les jeunes. Bruno Andrey donne l’exemple de la Ciotat où il est directeur général adjoint de la mairie. « Nous avons un projet de cohésion sociale à construire dans cette ville à dimension humaine » explique M. Andrey. Le drame d’un passé industriel doit permettre « de faire connecter cette mémoire collective auprès des anciens. Pour que les plus jeunes se la réapproprient ». La Ciotat a fait le choix de l’habitat social –opération pilotée par l’ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine). « C’est au cœur de la famille que doit se jouer la restauration de ce lien intergénérationnel » souligne-t-il.

Dans une métropole, le programme à mettre en œuvre est plus complexe. A Marseille, Sylvie Carrega, adjointe au maire déléguée à l’action sociale évoque des initiatives sporadiques. Ainsi, des échanges ont lieu entre les résidents de Frais Vallon et des enfants du centre social de quartier autour du développement d’une chorale. Le CCAS compte un partenaire très important en l’ACLAP. Quant à Solange Moll, l’adjointe au maire chargée de la Politique en faveur des seniors soulève la problématique d’une pension de retraite faible et du maintien à domicile si l’adaptation du logement n’est pas prévue.

JPEG - 72.9 ko

« Améliorer le vivre-ensemble »

Jean-Pierre Guelfi, directeur général du CCAS de la Ville de Marseille parle de défi de cohésion sociale. Que fait-on de nos personnes âgées, handicapées, des exclus ? « On doit améliorer le vivre-ensemble. C’est l’une des modalités pour les mairies à trouver » se persuade-t-il. « Il doit y avoir un souci de transversalité alors que nous sommes trop dans la segmentation de nos politiques publiques » reconnaît M. Guelfi. Il émet deux idées : mise à disposition de salariés, futurs retraités à destination du monde associatif socioculturel par exemple et la création à l’instar de l’ANRU, d’une Agence nationale de rénovation humaine.

Depuis 1995, l’Etat tente de poser les bonnes questions face au vieillissement grandissant. La canicule de 2003 a montré une incapacité médico-sociale. Aujourd’hui, la santé des personnes âgées se prépare de meilleure façon. « Elles ont une place fondamentale dans la loi HPST (Hôpital, patients, santé et territoires). Dans le CLS (Contrat local de santé), Marseille a retenu parmi les thèmes, le vieillissement » rappelle le Dr Françoise Gaunet, adjointe au maire déléguée à la Santé. Cependant, elle déplore comme M. Guelfi, l’absence de transversalité dans les actions menées.

Néanmoins, des dispositifs innovants viennent dynamiser les territoires. « Korian » –groupe de maisons de retraite et de cliniques- a mis en place un projet sur Rouen à destination des personnes âgées et de leurs petits-enfants. Un espace évolutif est aménagé, différents loisirs sont proposés. Un concept développé au sein des résidences du groupe qui s’ouvre à l’extérieur, sur les écoles.

L’action doit s’inscrire dans la proximité

Chez les « Petits Frères des Pauvres » à Marseille, le directeur Manuel Pinto est convaincu que l’action ne peut s’établir que dans la proximité, « chaque bénévole est mis en relation avec la personne âgée de son quartier ». Un partenariat est instauré avec le lycée du Sacré-cœur, des élèves vont à la rencontre de leurs aînés, à leur domicile.

Le Dr Patrick Padovani, adjoint au maire délégué à la Santé, président de « Habitat Marseille Provence » escompte développer des actions, mixant les générations à l’image de la résidence intergénérationnelle Benoît Malon dans le 5e arrondissement. Ce mélange de populations est un élément positif, repris par le Dr Géraldine Delalande-Ridoux. Le médecin du réseau ACLAP Santé partage son expérience. « L’alliance avec les jeunes volontaires du Service civique » et l’association est judicieuse, « ils ont un rôle de sentinelle qui nous interpelle ». En effet, Unis-Cité met à disposition de l’ACLAP, de jeunes volontaires depuis plusieurs années. Une action qui, pour Mme Delalande-Ridoux, « rajoute du lien et de la sécurité pour les personnes âgées ». Un bémol : ces initiatives mériteraient d’être développées à plus grande échelle. La cohésion sociale est véritablement un pari sur l’avenir.

Le lendemain du colloque, le 24 novembre était une journée festive en direction des seniors.

plus d’informations, voir : ACLAP, http://www.aclap.org, IFAC Provence, http://ifac.asso.fr

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard