Articles

Accueil > Actualités > « Le traitement médiatique des quartiers populaires est souvent (...)

 

« Le traitement médiatique des quartiers populaires est souvent insatisfaisant »

17 février 2011

« L’Université du Citoyen » a une fois de plus, donné la parole aux habitants des quartiers populaires de Marseille et d’Apt, réunis hier à la Maison des Familles du 14ème arrondissement, pour parler de l’image de leur quartier, trop souvent dénigrée par les « médias dits classiques ». Face à des responsables d’associations et de médias alternatifs (Etienne Bastide de Radio Galère, Florence Feraille, directrice d’Act Emploi, Pierre Rammah, journaliste, Michael Diebold, délégué régional de l’association « Moderniser Sans Exclure-Sud » et Ahmed Nadjar directeur de Med’in Marseille, les habitants ont décrit la vision qu’ils se font de leur quartier. Le débat, animé par Florence Tardillon qui gère l’antenne marseillaise de l’Université du Citoyen, a ensuite porté sur la façon dont les médias écornent l’image des quartiers populaires de la cité phocéenne ( Busserine, St Barthélémy, Picon, Les Flamants, Iris, Font-Vert etc...) et sur le rôle que doivent jouer les habitants pour sortir de cette impasse.


 

JPEG - 91.1 ko

« Comment parler de son quartier ? Comment les habitants voient-ils leur quartier ? Qu’ont-ils envie de dire à propos de celui-ci ? Quels sont les moyens autres que les « médias classiques » à leur disposition ? » Ce sont autant de questions qui leur ont été posées par l’association « l’Université du Citoyen », attristée par la façon dont les médias parlent de ces quartiers. En effet, pour Florence Tardillon, qui dirige l’antenne marseillaise de l’Université du Citoyen, « l’image des quartiers ne doit pas être laissée à ceux qui revendiquent être des professionnels (journalistes, ndlr) ». Pour celle-ci, les habitants ont un rôle à jouer notamment en s’interrogeant sur la place qu’ils veulent prendre dans l’image de leur quartier.

Rien de tel qu’une séance de dialogue entre habitants.

Pour rien au monde Messaouda ne quitterait son quartier où règne, « partage, solidarité, esprit familiale et échange ». Mariama partage le même point de vue et y ajoute même la « convivialité ». Une image qui n’apparait jamais dans les colonnes des journaux ou des médias audiovisuels et radiophoniques qui « renvoient souvent, une image stigmatisante des quartiers nord ».

« Les journalistes ne renvoient pas à la complexité des choses. Ils maximisent la menace et ne prennent pas le temps de fouiller » se plaint Estelle. La couverture en boucle de la récente fusillade du Clos La Rose (en novembre 2010) est à ce titre révélateur tient à souligner Ahmed Nadjar, directeur de Med’in Marseille. Or, s’il ne faut pas occulter les problèmes de sécurité dans les quartiers, il ne faut pas oublier que « l’image des quartiers véhiculés par les médias, a une conséquence directe sur la vie des gens » et puis, « les actes de délinquance ne sont pas si courants » poursuit Mariama.

JPEG - 79.7 ko

Pour changer le traitement de l’information et par la même occasion l’image de leurs quartiers, les habitants proposent de développer un certain nombre d’initiatives. Parmi elles, développer le projet « Hôtel du Nord » qui permet de mettre en valeur les habitants et le patrimoine des quartiers via l’ouverture de maisons et de chambres d’hôtes. Une façon d’attirer les touristes qui ont alors droit à une visite guidée des quartiers Nord et de leur patrimoine. D’autres habitants des quartiers nord de la cité phocéenne opteraient plutôt pour des ateliers d’éducation à l’image notamment pour leurs enfants afin d’éveiller leur sens critique et ce, en manipulant des images vidéo. Une matière qu’ils aimeraient voir enseigner à l’école.

JPEG - 94.7 ko
Diffusion du film de l’association "Moderniser sans exclure-Sud"

Assignation à l’image ? Les habitants s’enferment-ils dans leur rôle ?

Changer l’image d’un quartier n’est pas une mince affaire. Pour la Directrice du Centre Social de la Savine, la responsabilité est partagée. L’image du quartier est aussi du ressort de ses habitants, en effet cette dernière reproche leur silence lorsqu’il y a des agressions dans le quartier. Une omerta qui ne sert pas forcément les habitants.

Les médias alternatifs ont-ils alors un rôle à jouer ? « Les médias font ce qu’ils peuvent, c’est aux habitants de changer l’image de leur quartier » pense aussi Etienne Bastide, journaliste à Radio Galère (88.4 FM) qui ne peut faire l’impasse sur les évènements qui entachent l’image d’un quartier (fusillade du Clos La Rose, ndlr). Puis, la radio n’a pas les mêmes contraintes que la télévision. Les images diffusées sur les chaines de télévision peuvent, elles, ternir et dégrader la vie d’un quartier « si le journaliste qui couvre l’évènement est sans éthique » et sans réflexion. Or, le traitement de certains sujets laisse de plus en plus à désirer, regrette une journaliste indépendante, présente dans la salle et qui pointe du doigt le rôle « catastrophique » des écoles de journalisme qui « forment des gens qui ne pensent plus par eux-mêmes ».

A cela s’ajoute le travail dans l’urgence et la recherche du sensationnalisme, « beaucoup plus vendeur que des informations positives sur les quartiers » regrette à son tour Ahmed Nadjar, directeur de Med’in Marseille, un webzine qui « est le porte-voix des sans-voix et des damnés de la république ». Med’in Marseille est l’un des rares médias à avoir couvert « Les Deuxièmes Rencontres Nationales des Luttes de L’immigration » qui avaient alors réuni plus de 450 personnes. « L’absence des journalistes prouve que l’on ne veut pas montrer une image positive des quartiers populaires » s’est-il indigné.

JPEG - 99.4 ko

Pour Pierre Rammah, journaliste qui a notamment travaillé pour Marsactu, La Provence ou encore Marseille l’Hebdo et pour Act Emploi (pour le site « Vivre Ensemble dans le Grand Saint-Barthélemy », « ce n’est pas forcément les journalistes qu’il faut mettre en cause. Certains articles passent à la trappe parce qu’on préfère privilégier la publicité. C’est la logique économique qui prime. L’information est devenue un bien marchand » regrette-il. S’ajoute à cela, la « tendance à faire de l’information low-cost. Dans certaines rédactions, on n’a pas le temps de vérifier l’information sur le terrain. On n’utilise que le téléphone. On cherche la rapidité ». Or, cette « rapidité » peut coûter cher aux habitants et à l’image de leur quartier. Ahmed Nadjar se souvient parfaitement de la récente bévue du journaliste du « Point » s’étant alors fait piégé par Abdel El Otmani. Ce jeune de quartier, fixeur pour les médias, s’est fait passer au téléphone, pour Bintou, femme de polygame. Le journaliste de l’hebdomadaire avait alors sans aucun scrupule, décrit celle-ci sans l’avoir jamais rencontrée. Un triste « épisode » qui témoigne bien des clichés qu’entretiennent les médias, toujours à la recherche du sensationnel. Notamment celui qui consiste à ancrer dans les consciences collectives l’idée qu’il existe « un jeune de banlieue ». Or, pour Etienne Bastide, « le jeune de banlieue n’existe pas » cela d’autant plus vrai qu’il n’y a pas de banlieues à Marseille ».

Pour Mickael Diebold, délégué régional de l’association « Moderniser Sans Exclure-Sud » (MSE), les témoignages des habitants confirment l’existence d’un véritable décalage entre l’image donnée par les médias et la réalité sur le terrain. Ce dernier appelle donc à la responsabilisation, en invitant les habitants à « ne plus acheter ces torchons » et « à ne pas se satisfaire d’une seule source d’informations ».

Etienne Bastide invite également les habitants à solliciter davantage les médias alternatifs, dont Radio Galère, qui depuis près de 30 ans, donne la parole aux habitants des quartiers populaires. Pierre Rammah invite même les habitants à traquer les médias et à prendre l’habitude de les interpeller pour solliciter une plus large couverture médiatique de la vie du quartier. Car « il est dommage que les habitants manquent d’infos de proximité ». Même si dans les quartiers Nord, le site collaboratif des cités : Busserine, St Barthélémy 3, Picon, Le Mail, Les Flamants, Iris, Font-Vert et Benausse, tente de pallier au manque d’informations de proximité.

Et puis, « les médias des quartiers attendent que les citoyens s’expriment et veuillent bien prendre la parole pour ne pas se la faire confisquer ».

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard