Articles

Accueil > Actualités > Le sort des Chibanis, peut-il être enfin amélioré ?

 

Le sort des Chibanis, peut-il être enfin amélioré ?

19 septembre 2013

Med’in’Marseille revient sur le sort réservé aux immigrés âgés en France. En juillet 2013, une mission d’information de l’Assemblée nationale a rendu ses conclusions et énoncé 82 préconisations pour améliorer les conditions de vie des immigrés âgés. Les choses commencent à bouger. Premier volet de notre dossier, nous sommes revenus sur les problèmes spécifiques que rencontre cette population, avec l’association Ayyem Zamen qui a ouvert à Paris, « Le Café Social », à Belleville, puis dans le 20ème et a inspiré d’autres lieux en France. Des espaces d’aides et de convivialité qui s’occupent au quotidien de ce public et tentent de les défendre pour faire valoir leurs droits dans le combat contre une administration kafkaïenne.


 

En juillet 2013, la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la situation des immigrés âgés rendait ses conclusions. Prenant en compte les 800 000 immigrés âgés de plus de 55 ans (dont 350 000 personnes de plus de 65 ans) originaires de pays tiers à l’Union européenne (pays du Maghreb principalement), elle a conclu que « le sort des immigrés âgés des pays tiers doit et peut être amélioré » et qu’il y a là « un impératif politique autant qu’un devoir moral. » Dans la foulée, elle a formulé 82 propositions, dont certaines très concrètes et importantes. Quatre grandes thématiques ont été retenues :

1. La nécessité de reconnaître le rôle des populations immigrées dans l’histoire de France

2. Garantir aux immigrés âgés des conditions de logement dignes,

3. Améliorer l’accompagnement du vieillissement de ces immigrés,

4. Lever les obstacles à « la liberté de vivre sa vieillesse » entre la France et le pays d’origine.
Interview de M. Moncef Labidi, directeur du Café social et de l’association Ayyem Zamen, qui signifie « Le Temps Jadis ».

Que faites-vous au café social et dans votre association Ayyem Zamen ?
Moncef Labidi : Notre travail est vraiment d’aider et d’accompagner les immigrés âgés dans la vieillesse. C’est-à-dire, tous les immigrés vieillissants qu’ils soient proches de la retraite ou retraités qui sont confrontés à des difficultés d’ordre administratif, juridique ou social. Nous avons des travailleurs sociaux. Le cœur du métier, c’est quand même la retraite et les droits sociaux. Nous les aidons dans les démarches liées à la retraite, à la protection sociale et toutes les prestations de service à la personne âgée. A côté de cela, nous organisons de nombreuses activités de loisir et culturels.

Vous avez un lieu d’accueil ?
M. L : Nous avons deux lieux d’accueil, le deuxième a été ouvert en 2008. Ce sont des espaces de vie conviviaux, un salon de thé. Les personnes peuvent participer à des jeux, jardiner, faire des sorties culturelles, touristiques, etc. Nous organisons des séjours de vacances, une fois l’an, un peu partout en France, des activités qui permettent aux personnes de sortir de l’isolement.

Votre association ne travaille qu’à Paris ?
M.L : Comme nous avons été un peu pionnier dans notre démarche, elle a inspiré d’autres associations qui ont pu créer des lieux similaires en France. A Grenoble, à Lyon, à Bordeaux, à Orléans, à Chalon. J’adorerais faire quelque chose à Marseille.

Quels sont les problèmes majeurs que rencontrent les personnes âgées immigrés que vous côtoyez dans votre association ?
M L
 : Les problèmes qui nous paraissent les plus importants sont l’accès et le maintien dans les droits sociaux. A chaque fois qu’un immigré retourne au pays, il peut perdre ses droits. La complexité pour eux est aussi de s’intégrer en France et de s’intégrer à nouveau dans le pays d’origine. Parce qu’au pays d’origine, les gens font le constat pénible qu’ils n’ont plus tout à fait leur place. Les autres ont beaucoup plus vécu avec l’absence de ces hommes qu’avec leur présence. A la fin, ils se retrouvent un peu perdus, ils ne savent plus à qui appartenir.

Pensez-vous que les préconisations de la mission de l’Assemblée nationale aient des chances d’aboutir ?
M.L
 : Cette commission a fait le rapport avec beaucoup de courage et de conviction. Ce ne sera pas une baguette magique. Ce sont des habitudes à faire changer dans les administrations. Ce sont des mesures, des instructions qui doivent être claires pour que cessent les contrôles intempestifs inopinés, lesquels contrôles se transforment quasiment en ratonnades administratives, ce qui est choquant pour un public qui ne sait ni lire, ni écrire, qui ne sait pas se défendre. Si on pouvait simplifier les procédures administratives, aboutir à une forme de reconnaissance pour qu’on ne puisse plus tracasser ces personnes. Ces 82 propositions intéressantes doivent se traduire en termes de mesures. On voit très bien qu’en terme politique, la question de l’immigration a toujours été une question sensible.

Pour revenir sur les préconisations prônées par la commission, est évoquée la volonté de lever les obstacles à « la liberté de vivre sa vieillesse » entre la France et le pays d’origine, quels sont, selon vous, les obstacles les plus importants à lever ?
M.L
 : Les raisons essentielles sont donc de se soigner et de maintenir ses prestations à l’ASPA. Les migrants âgés ont fait le choix d’être en fait dans un courant aérien entre ici et là-bas. A chaque fois, quand ils reviennent ici, ce sont des impératifs de soin qui les amènent et ceux de maintien de droit qui me paraissent indispensables à cette liberté d’aller et venir. Et l’on sait que ce sont des obligations de résidence notamment de 6 mois et un jour, sur une année pour pouvoir bénéficier de La pension de vieillesse qui relève de l’ASPA, Allocation de Solidarité pour les Personnes âgée sont un obstacle à liberté d’aller et venir. Ce qui est important, c’est de prouver que le migrant, ne s’est pas absenté plus de 6 mois du territoire national.

Le rapport prévoit deux éléments juridiques très importants « permettre aux étrangers ascendants de Français et présents sur le territoire depuis au moins 25 ans d’obtenir la nationalité et de rendre automatique, pour la personne ayant effectué au moins deux renouvellements de sa carte de résident, l’obtention d’une carte de résident permanent. » Selon vous, ces mesures sont-elles un moyen de résoudre le problème ?
M.L
 : Le titre de résident permanent me paraît être, de loin, la meilleure proposition faite depuis longtemps. C’est tout à fait nouveau. Parce que, jusque là, les immigrés voyaient leur carte de résidence s’éteindre, et il fallait la renouveler. Et c’est sans parler de la complexité administrative pour la renouveler quand les délais sont dépassés, alors qu’elle est renouvelable de plein droit. La carte de résident permanent me paraît être une solution peu coûteuse et intéressante. Il faut, en effet, savoir que renouveler une carte de séjour coûte 209 euros, or pour quelqu’un qui touche une pension de vieillesse de 700 euros, ça représente une somme.
A côté, je trouve que c’est quand même une façon de préparer un peu l’accès à la nationalité française. Par contre, à mon avis, il faut éviter le piège de l’automaticité de l’attribution de la nationalité française, il faut que ça relève au contraire d’une demande, d’un projet, d’un désir d’appartenir à cette nation. L’attribution automatique de la nationalité française, c’est ignorer que devenir Français, n’est pas rien, cela participe d’un choix, d’une volonté. Je trouve que ce n’est pas très intelligent de la rendre automatique. Que l’on puisse faciliter l’accès à la nationalité quand on totalise une vingtaine d’années de présence ici, c’est bien mais que l’on puisse accorder la nationalité dans qu’on ne l’ait demandé, c’est un peu compliqué. Parce que la plupart des gens ne souhaitent peut-être pas devenir Français. Et il faut comprendre pourquoi les gens cherchent à devenir Français. Il y a la volonté évidente de beaucoup qui aiment bien ce pays, qui y vivent depuis de longues années, qui y sont attachés, qui y ont des habitudes de vie proches des familles française. On peut dire que, pour eux, devenir Français c’est peut-être, une aspiration, ce n’est pas un contre-sens. Mais, il y en a beaucoup qui cherchent à devenir Français non pas par adhésion aux valeurs de ce pays, mais plutôt pour se mettre à l’abri d’une législation capricieuse et extrêmement changeante, c’est une façon de sanctuariser ses droits.

3/ Que répondez-vous aux personnes qui estiment que beaucoup d’étrangers ont participé à l’effort de la France et n’ont jamais pu toucher une pension de vieillesse puisqu’ils ont souvent travaillé sans contrat ou non déclaré, et pensent que l’octroie de la nationalité devrait être automatique ?
M.L
 : Pour moi cela n’a aucun sens. La nationalité est d’abord une adhésion à des valeurs républicaines, cela relève d’un acte volontaire. Cette volonté doit être vérifiée, que l’on puisse la faciliter cela est une bonne chose, mais que la nationalité puisse être donnée de façon automatique cela n’a aucun sens.

Les préconisations prévoient aussi « la transformation des foyers de travailleurs migrants en résidences sociales mieux insérées dans la ville et dotées de structures adaptées au vieillissement et à la perte d’autonomie ».
M.L
 : Selon moi, Les foyers devenant des résidences sociales restent des foyers améliorés, pour personnes, pour des hommes seuls. Cela veut dire que l’on va peut-être atténuer le côté triste, mais cela restera toujours une concentration d’hommes, des anciens travailleurs qui sont devenus aujourd’hui retraités. Même si les cages d’escalier ont été repeintes, les boites aux lettres rénovées cela reste toujours un foyer. Moi, je pose la question suivante : Est-ce de cette manière-là qu’on accepte que des personnes vieillissent seules, loin de la famille, dans des structures et que l’on ne se pose pas du tout la question de l’insertion de ce public dans toutes les formes d’habitat, y compris les HLM, l’accès à la propriété ou tout simplement des résidences dédiées aux personnes âgées ?Les foyers doivent conserver leur mission essentielle, à savoir loger temporairement ou de manière durable des personnes dont la mobilité sociale et professionnelle nécessite qu’elles puissent disposer d’un mode d’hébergement. C’est cela la vocation des foyers, ils n’ont jamais été faits, ni penser, pour devenir des lieux pour personnes âgés, des mouroirs quasiment. Ce n’est parce qu’il y a une concentration très importante et un vieillissement très important dans les foyers où l’on trouve beaucoup de migrants qu’il faille juste relooker un peu ces foyers, leur donner une autre dénomination, cela restera toujours des foyers.

Sur le logement des personnes âgées immigrées, que préconisez-vous dans le cadre de votre association et du Café social ?
M.L
 : Notre association travaille à la colocation, nous avons obtenu un agrément d’intermédiation locative qui nous permet de louer auprès des bailleurs sociaux de grands appartements qui vont être proposés à la colocation et dans lesquels on va trouver des petites unités de vie, à savoir trois ou quatre personnes qui partagent le même appartement, qui mutualisent tout le nécessaire, que ce soit la salle de bain, la cuisine, etc. C’est préférable que de les loger chacun individuellement dans un petit studio, parce que le jour où la personne a un malaise, c’est plus facile. Nous venons d’obtenir l’agrément et nous allons nous lancer dans cette opération. Ce n’est pas simple, parce qu’il faut trouver les bons profils, des personnes qui organisent leur vie ici, qui désirent sortir du meublé ou du foyer et trouver dans la colocation un système économique, convivial. Un système qui leur permette de partager ce qui leur reste à vivre avec d’autres personnes qu’ils n’auront pas choisi, mais avec lesquelles la vie sera peut-être plus intéressante que de se retrouver tout seul. Nous espérons lancer ce projet cette année. Il ne suffit pas d’avoir un appartement, il faut proposer ces logements prêts à vivre c’est-à-dire équipés et de les rendre confortables avec un loyer minimum. On va pouvoir compter sur des aides pour proposer des loyers adaptés au revenu de ces personnes. Pour le moment, nous avons l’agrément pour Paris, ce n’est pas exclu que l’on s’ouvre plus tard à la banlieue. L’intérêt de ce dispositif que l’on appelle « domicile partagé », c’est qu’il y a un travailleur social qui s’occupe de ces personnes, qui les aide à faire connaissance avec leur nouvel environnement de vie et un suivi que l’on fait aussi au café social, une aide à l’organisation à la vie commune.

cafesocial.free.fr

Les préconisations de la mission

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard