Articles

Accueil > Actualités > Le diabète, « un véritable problème de Santé publique »

 

Le diabète, « un véritable problème de Santé publique »

19 novembre 2010

D’ici à 2025, le nombre de diabétiques risque de doubler sur la planète, en particulier dans les pays du Sud. Or, une bonne hygiène de vie peut endiguer ce phénomène inquiétant. Mercredi soir, la mairie des 11/12e arrondissements avait invité le Dr Martin Carvalho dans le cadre de la journée mondiale du diabète du 14 novembre. Devant une salle comble, l’endocrinologue a défini les grands principes de cette maladie, ses complications, sa prise en charge et ses nouveaux médicaments.


 

JPEG - 56.7 ko

Le diabète touche 250 à 300 millions de personnes dans le monde. Dans quinze ans, leur nombre sera doublé. Si l’Europe et l’Amérique du Nord échappent à cette progression alarmante, les autres continents sont surexposés au risque. En Asie, seul le Japon sera épargné. Les chiffres explosent en Amérique du Sud (de 20 à 42 millions) et l’Afrique (de 9.2 à 21.5 millions). La malbouffe est la responsable de tous les maux. En France, trois millions de cas sont déclarés et 800 000 sont des malades qui s’ignorent !

« Tout peut se dérégler à tout moment »

« Le diabète est un véritable problème de santé publique. Tout peut se dérégler à tout moment » explique le Dr Carvalho. Le diabète est une pathologie sournoise, les complications ne sont pas visibles. Les diabétologues insistent en particulier sur plusieurs organes, le cœur, les reins, les yeux. « Dès que le taux de sucre est élevé, toutes les artères sont attaquées sans exception » souligne le médecin. « Il n’y a pas de petit diabète. Le diabète le plus dangereux : c’est la personne disant, « ce n’est pas grave, j’ai mon comprimé ». Il s’avère plus dangereux que le diabète de la personne sous insuline » avertit l’endocrinologue.

Le sucre dans le sang provient de l’alimentation et du foie. S’il est vital pour l’énergie des cellules, sa quantité en circulation dans les vaisseaux doit être finement régulée à l’aide d’une molécule, l’insuline. Le pancréas, justement, secrète cette hormone. Le foie a une fonction de stockage et produit du sucre lorsque l’organisme en a besoin. Cet organe diffuse du sucre durant la nuit pour éviter l’hypoglycémie.

JPEG - 39.6 ko

Le surpoids, « une bombe atomique »

Deux types de diabète sont à distinguer. Pour le type 1, le patient est insulino-dépendant, le pancréas ne secrète plus d’insuline. Il est donc contraint de faire des injections d’insuline. Le diabète de type 2 concerne des individus n’ayant pas de problème génétique, mais ils sont en surpoids. Le taux de sucre s’accroît, causé par de mauvaises habitudes alimentaires et l’absence de dépense physique. « Le syndrome métabolique est une bombe atomique. Par exemple, aux Etats-Unis, on trouve une prévalence chez les afro-américains et les hispaniques » constate le médecin. « Il y a trop d’insuline car il y a trop de graisse » simplifie le Dr Carvalho.

Souvent, le problème touche des populations déjà fragilisées par des situations précaires. Le diabète de type 2 est de loin le plus conséquent quantitativement, responsable de 90 % des cas. Les complications sont dangereuses. Outre le cœur, les reins, les yeux, les patients s’exposent également aux AVC, aux infarctus du myocarde, à l’hypertension. Le diabète exige donc une surveillance rigoureuse. L’hémoglobine glyquée permet ainsi de déterminer la concentration de glucose dans le sang (ou la glycémie).

JPEG - 71 ko

« Le plus important, ce ne sont pas les médicaments »

La prise en charge repose avant tout sur une saine hygiène de vie : éducation thérapeutique, modification du mode de vie, alimentation, activité physique. Une alimentation équilibrée en privilégiant les fruits et légumes, le poisson est indispensable. L’activité sportive peut se limiter à une marche quotidienne.

«  Le plus important, ce ne sont pas les médicaments » avertit Martin Carvalho. Même s’ils deviennent nécessaires. Les traitements par voie orale sont multiples, il existe trois familles d’hypoglycémiants. Le plus ancien sont les biguanides –réduisant la production hépatique de glucose. Il est le premier traitement du diabète dans les recommandations internationales. Les sulfamides hypoglycémiants et les glinides stimulent la sécrétion d’insuline au niveau du pancréas. Un bémol, ce médicament est contre-indiqué pour des patients en surpoids ayant donc un pancréas, déjà entouré de graisse. Le Dr Carvalho préfère les inhibiteurs des alpha-glucosidases. Ce médicament retarde l’absorption des sucres au niveau intestinal. Le glitazone est un très bon médicament mais source de complications selon l’endocrinologue.

Des traitements futurs

Plus récemment, le système des incrétines –hormones capables de diminuer la glycémie- ouvre une nouvelle voie thérapeutique dans le diabète de type 2. Parmi les traitements du futur, on peut retenir les gliflozines, l’insuline expérimentale ultra-lente Degludec –permettant d’effectuer une injection par jour voire 2 à 3 par semaine. La première famille est exploitée aux USA mais pas encore en France. Le deuxième traitement devrait apparaître très prochainement outre-Atlantique.

En guise de conclusion, Martin Carvalho répète l’importance de nos comportements de vie. En s’appuyant sur les conseils nutritionnels issus des objectifs du PNNS (Programme National Nutrition Santé), une alimentation saine et l’activité physique restent des outils de prévention incontournables.

Cette rencontre a drainé environ 150 personnes, confirmant un engouement pour des questions de santé publique. Un constat qui incite le maire des 11/12e arrondissements, Robert Assante à suggérer des initiatives similaires dans les prochains mois. Ces futurs « rendez-vous Santé » de proximité pourraient devenir des actions de prévention et d’éducation, intéressantes pour le grand public.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard