Articles

Accueil > Actualités > Le Sida, Hadda Berrebouh n’en veut pas

 

Le Sida, Hadda Berrebouh n’en veut pas

3 décembre 2010 - Dernier ajout 7 décembre 2010

Dès la fin des années 80, face au fléau du sida qui décime les jeunes de la cité des Flamants, Hadda Berrebouh monte l’association « Les amis de l’espoir ». Patiemment, elle réussit à briser le tabou de la maladie, en faisant du porte-à-porte pour informer et prévenir. Aujourd’hui elle poursuit la lutte, distribuant préservatifs et affiches. Mercredi, plusieurs dizaines de personnes se sont réunies dans son local, pour marquer la Journée mondiale contre l’infection mortelle.


 

« Il est venu soixante personnes hier à l’association ! » Hadda Berrebouh ne cache pas sa satisfaction. Encore une fois, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida qui a eu lieu mercredi 1er décembre, le local situé au premier étage du bâtiment 6 de la cité des Flamants a fait salle comble. Parents et jeunes, amis, habitants se sont retrouvés autour d’un « grand couscous » pour discuter de tout, mais surtout de la maladie. « Il y a eu un bon dialogue ». Même les élus locaux ont rendu une visite amicale. Au programme : distribution de préservatifs, de prospectus, visionnage de vidéos et point sur les avancées en matière médicale. Venue en renfort, l’antenne marseillaise de l’association Aides a installé un stand avec des jeux et a remis à Hadda Berrebouh affiches, et DVD de prévention.

JPEG - 49.5 ko
Hadda Berrebouh reçoit ceux qui le souhaitent au siège de son association, mais n’hésite pas à parcourir la cité des Flamants à la rencontre des habitants.

Dans les années 80, une maladie fait des ravages, notamment auprès des toxicomanes, des héroïnomanes. En 1984, le professeur Luc Montagnier isole le virus : le syndrome d’immunodéficience acquise. Le Sida a un nom. A Marseille, les quartiers ne sont pas épargnés, bien au contraire. La prévalence se révèle forte parmi les usagers de drogues dures. Aux Flamants, dans le nord de la ville, c’est l’hécatombe. Des fratries entières disparaissent : « Mes meilleures copines ont perdu un, deux, voire jusqu’à trois enfants », se souvient Hadda Berrebouh. En vingt ans, une trentaine de jeunes a été fauchée dans la fleur de l’âge. Elle qui a élevé dix enfants n’est pas touchée personnellement. Mais cela la prend aux tripes et elle décide d’agir. Avec d’autres « mamans de l’immigration », elle fonde l’association « Les amis de l’espoir ». L’objectif est de « briser le tabou sur l’injection de drogue »*, et ses conséquences : les overdoses et la transmission du VIH par partage de seringues. Car « garder le « secret » a aussi à voir avec des logiques sociales liées à la trajectoire migratoire et à la sociologie du lieu de vie […et] révèle aussi les liens entre la circulation de l’information entre « ici » et « là-bas ». […] En décidant de sortir du silence, c’est donc l’ensemble de ces normes et logiques sociales que les mamans cherchent à reformuler », note l’Onusida**.

Un travail de fourmi qui paye

« Avant, quand quelqu’un avait le Sida ou se droguait, c’était presque dégradant pour la famille, on n’osait pas en parler. Et on croyait que même en passant à côté de quelqu’un qui était malade, on pouvait l’attraper ». Hadda Berrebouh prend alors le parti de faire du porte-à-porte. D’aller à la rencontre de ses voisins, de délivrer l’information en vis-à-vis, « sans aller franchement sur le sujet » dans un premier temps. Peu à peu, ce sont les habitants du quartier qui viennent à elle. « Les amis de l’espoir » sollicitent l’intervention « de professionnels de la santé, de médecins, d’éducateurs », pour démythifier la maladie et ses modes de propagation. Pour Kheira Kherroubi et Marie Rosembert, qui travaillent au côté d’Hadda depuis de nombreuses années, cette dernière a « contribué à sauver des vies en faisant de la prévention ».
A l’époque comme de nos jours, la maladie ne choisit pas ses cibles et frappe sans distinction de classe ou d’origine. « Même dans les familles aisées le sujet était très tabou ». Des parents de jeunes concernés, habitant le centre ville ou les quartiers sud de Marseille n’hésitent pas à s’adresser à Hadda pour obtenir des conseils.

JPEG - 60 ko
© Julie Pomery

Aujourd’hui, avec les bénévoles de toujours, celle qui a reçu la légion d’honneur en 2001 pour l’ensemble de son œuvre associative tient une permanence deux fois par semaine. Les lundis et jeudis, elle offre le café, tient à disposition une corbeille de préservatifs. Dans le cagibi, deux cartons regorgent de vieilles cassettes vidéo, contenant les témoignages de malades du Sida, de parents ayant vu leur enfant partir. Elles ont été visionnées un tel nombre de fois, que la bande s’en trouve complètement abîmée.
Désormais, Hadda Berrebouh est à la tête de deux associations de prévention Sida, Energy Jeunes et Message. La seconde est volontairement et essentiellement tournée vers les jeunes filles, « souvent oubliées ou dont on ne parle pas ». Des journées portes ouvertes sont organisées à l’approche de l’été, afin de sensibiliser les adolescents et les inciter à se protéger, dans une période particulièrement propice aux rencontres. « On travaille avec nos moyens, ce n’est pas grandiose, mais si on peut faire de la prévention – sans parler de sauver des vies – c’est déjà ça ».
Le Sida n’a qu’à bien se tenir. La femme d’honneur ne lâchera pas.

* cf. Femmes migrantes et VIH/Sida dans le monde : une approche anthropologique, lettre d’information du Crips, mars 2005.
**cf. L’approche culturelle de la prévention et du traitement du VIH/Sida, Unesco/Onusida, novembre 2004.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard