Articles

Accueil > Actualités > Le PIR s’installe à Marseille, hip hip P.I.R Houria !

 

Le PIR s’installe à Marseille, hip hip P.I.R Houria !

5 mai 2010

La salle de l’Union des Familles Musulmanes (UFM) a fait le plein samedi 1er mai pour accueillir les Indigènes de la République et sa porte parole vedette Houria Bouteldja, venus présenter leur parti politique. Si le public était dans l’ensemble des sympathisants du MIR (Mouvement des Indigènes de la République), cela ne les a pas empêché de faire part de leurs nombreuses questions et interrogations aux fondateurs du nouveau parti des Indigènes de la République. En effet, si une partie de l’assistance est restée dubitative sur l’opportunité de créer un parti plutôt que de conserver le mouvement (sans toutefois craindre le P.I.R), d’autres plus enthousiastes y voyaient un meilleur outil pour lutter contre les maux dont souffrent les héritiers de la colonisation (négrophobie, islamophobie…). Ils se sont donc unis pour le meilleur et pour le P.I.R. Résumé du débat, faire part de naissance du collectif P.I.R de Marseille et interview vidéo d’Houria Bouteldja.


 

JPEG - 55.9 ko
Houria Bouteldja - Copyright Med’ in Marseille

« Exister, c’est exister politiquement » disait le sociologue Abdel Malek Sayad. C’est dans cette optique que les Indigènes de la République se positionnent en passant du MIR au PIR. Cette transition n’est pas passée inaperçue chez une partie des marseillais qui fût plus ou moins sceptique face la transformation du mouvement en parti politique. Yamina Benchenni, présidente de l’association des « Femmes Méditerranéennes en Action » fait partie des personnes qui craignent que les actions des Indigènes de la République deviennent moins efficaces que lorsque les Indigènes de la République étaient organisés en mouvement. Pour d’autres, le fait d’ériger le MIR en parti constitue même une erreur de stratégie. « Vous allez entrer dans une posture plus conventionnelle, plus classique » a insisté Nassurdine Haïdari pour qui les mouvements de ce type là, sont plus efficaces que lorsqu’ils se transforment en parti politique. À ce niveau là « les Etats-Unis sont un exemple ». Aux USA « les mouvements ont permis de faire avancer les choses » a-t-il souligné.

JPEG - 60.9 ko
Débat dans la salle de l’UFM, Intervention de Nassurdine Haïdari - Copyright Med’ in Marseille

Sadri Khiari, un des fondateurs des Indigènes de la République n’est pas d’accord et a insisté sur la nécessité de développer le MIR en passant la constitution d’un parti politique. « Le PIR est la continuité du MIR avec un palier supplémentaire franchi. Cette transition est naturelle car lorsque nous avons constitué le MIR, nous n’avons pas pensé comme une association. Dés le départ, le MIR était pensé comme une organisation politique. Le parti est un pallier supplémentaire dans la trajectoire du MIR. Il n’y a pas de rupture, il y a une maturation progressive et on pense pouvoir le faire » a-t-il expliqué.
Au-delà des désaccords suscités par cette transition, d’autres personnes ont attiré l’attention des fondateurs des Indigènes de la République sur la démarche à adopter. « Il faut faire attention à ne être dans une démarche de type « CRIF » communautaire » a mis en garde Yamina Benchenni, pour qui « la question n’est pas forcément celle de la race, elle est aussi de classe sociale » explique cette ancienne participante à la marche pour l’égalité et contre le racisme (1983). Cette dernière approuve néanmoins la démarche car les différents gouvernements n’ont pas respecté « Le pacte républicain ».

Mohammed Bensaada, président de l’association « Quartiers Nord, Quartier Forts » est sensiblement du même avis. « Il y a le danger de la question identitaire. L’homogénéité de la classe n’existe pas dans ce milieu. Certains arabes et certains noirs vomissent sur les gens des quartiers populaires. Ils ne voteront jamais pour le PIR car il remet en cause leur statut social » explique-t-il. Si ce dernier admire « la vraie radicalité » des Indigènes de la République il avoue tout de même qu’il préfèrerait que « les gens des quartiers aillent voter, s’engager dans les partis politiques et changer les choses de l’intérieur ». Une stratégie qu’il considère être la meilleure.

Un membre de l’assistance fait alors remarquer que « les listes où figurent essentiellement des maghrébins, enregistrent des scores faibles y compris dans des secteurs où la population immigrée est importante. Ils excèdent rarement 3-4%. Cela s’explique par le fait que les noirs et maghrébins n’ont pas un vote communautariste contrairement aux idées reçues » dit-il en se référant à des exemples d’élections où se sont positionné des listes « communautaires » et aux travaux* du politologue Vincent Geisser, présent dans la salle.

Un autre membre du public s’interroge alors sur « la stratégie du PIR ». « Où est la différence avec le MIR ? ». « Si tu ne la vois pas, c’est qu’elle n’existe pas. Tout notre acquis (MIR) fait parti de la base du PIR » répond Sadri Khiari. Houria Bouteldja insiste à son tour sur la nécessité « de construire ensemble ». « On n’est pas des prestataires de service […] c’est à chacun d’apporter sa pierre à l’édifice ».

JPEG - 50.4 ko
Sadri Khiari - Copyright Med’in Marseille

Aujourd’hui Marseille n’est plus en station MIR, un collectif PIR a décollé comme une fusée, reste à savoir si « le PIR est avenir ». Ce fameux slogan des Indigènes, dans un style humoristique et sismique ne laisse personne indifférent.

En tout cas, la salle de l’UFM a fait le plein et l’équipe du PIR était satisfaite, néanmoins Kader Hagoug, président du « CESAM » a trouvé la salle beaucoup trop petite et aurait souhaité rassembler « au moins 1000 personnes pour les Indigènes de la République ».

JPEG - 80 ko
Débat du PIR à Marseille, Intervention de Kader Hagoug - Copyright Med’ in Marseille

Pour finir, nous laisserons le dernier mot à l’égérie des Indigènes de France comme nous avons pu le constater par l’accueil enthousiaste de son fan club local. Dans la vidéo, elle se dit satisfaite de l’accueil donné aux Indigènes à Marseille et répond à nos questions notamment sur l’objet de la controverse autour du terme « souchien » et dément le fait que les Français de souche plus traditionnelle n’auraient pas droit au PIR…

JPEG - 75.7 ko
Copyright Med’ in Marseille

Vidéo :

* Vincent GEISSER et Schérazade KELFAOUI, "La communauté réinventée par les politiques. Enjeux municipaux autour de la communauté musulmane", Migrations Société, vol 13, n° 77, 2001.

Vincent GEISSER et Aziz ZEMOURI, Marianne & Allah. Les politiques français face à la "question musulmane", Paris, La Découverte, 2007.

JPEG - 2 ko

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard