Articles

Accueil > Actualités > Le Off d’Avignon : « Hiroshima mon amour » éternel

 

Le Off d’Avignon : « Hiroshima mon amour » éternel

23 juillet 2010

Ils sont beaux, ils sont jeunes, ils vivent un amour fou. Il est japonais, elle est française. 1959, Hiroshima, c’est l’histoire d’une rencontre éphémère. Hiroshima mon amour d’après le fabuleux livre de Marguerite Duras est ressuscité au théâtre par Julien Bouffier, fondateur de la compagnie de Montpellier, « Adesso e Sempre ». Dans une mise en scène puissante, théâtre, vidéo et pop musique offrent une subtile et délicate harmonie. Un spectacle splendide.


 

JPEG - 70.5 ko

1959, Hiroshima. Une comédienne française, lors d’un tournage de film sur la paix rencontre un japonais. Leur passé les sépare et les rapproche comme un aimant. Lui : « tu n’as rien vu à Hiroshima. Rien ». Elle : « j’ai tout vu ». Elle « je n’ai rien inventé ». Lui : « tu as tout inventé »…Elle : « j’ai eu l’illusion devant Hiroshima que jamais je n’oublierai. De même que dans l’amour ». L’huis-clos est troublant.

Les premiers instants de la pièce, des images documentaires défilent sur un écran, construit de boîtes d’archives cartonnées. D’autres images plus actuelles se superposent : des hommes, des femmes témoignent aujourd’hui dans les rues d’Hiroshima. Reconstitutions, explications pour tenter de comprendre l’incompréhensible geste, le spectacle désolant : une ville anéantie par une bombe atomique. Une femme (Vanessa Liautey), vêtue d’un kimono blanc est tout près de l’écran, qui évoque immanquablement le film culte d’Alain Resnais, Hiroshima mon amour.

Passé et présent s’affrontent

Elle disparaît derrière l’écran mais les images parviennent au spectateur grâce à un remarquable travail de l’espace du scénographe. Le présent lui échappe, son passé resurgit. Elle tente de ranimer un homme. Les souvenirs l’assaillent : son amour de jeunesse pour un soldat allemand tué à la fin de la guerre. L’amour est interdit, l’honneur de la jeune française est entaché. C’était à Nevers, « never, jamais » dit-elle au japonais. Elle : « Tu es complètement japonais ou pas complètement japonais »... « Tu y étais à Hiroshima ». Lui : « moi non. Ma famille oui. J’étais à la guerre ». Elle : « c’est une chance…une chance pour moi aussi. Se connaître à Hiroshima, c’est pas tous les jours ».

Les lignes temporelles bougent : nous sommes dans le présent, dans le passé. Le futur n’existe pas. Le Temps traverse l’histoire, et deux personnages surfent dans cet espace temps. Au sortir du labyrinthe de la mémoire, elle se retrouve dans le présent avec le japonais. Leurs déplacements hâtifs dévoilent ce temps qui passe inexorablement, leur confrontation permanente entre leurs passés, leurs souffrances, leur plaisir d’être ensemble aussi. Sur scène, ils se séparent, ils se retrouvent. Une éphémère complicité naît entre les deux corps, entre les deux esprits. Lui : «  je crois que je t’aime ». Elle : «  Je me souviens de toi. La nuit ne va pas finir. Le jour ne se lèvera plus sur personne ».

La peur de l’étranger

Marguerite Duras transporte ses héros dans une situation saisissante. Elle imagine l’éclosion d’un amour, sentiment humain dans un endroit totalement déshumanisé, une ville victime d’une explosion de la bombe atomique. L’auteure interpelle l’Histoire, le rapport à l’autre. Surtout s’il est étranger : il est différent de nous, il a une culture autre, une religion autre, une histoire différente. Pour s’imprégner de cette atmosphère, de ces sentiments et ressentiments, le metteur en scène a d’ailleurs nourri son spectacle avec une part d’ailleurs. Le travail s’est construit à l’étranger, entre Barcelone et Hiroshima. Même l’acteur a été sollicité à l’étranger. Julien Bouffier voulait travailler avec le syrien, Ramzi Choukair.

Dans ce spectacle, rien n’est laissé au hasard. Tout est savamment dosé dans cette relation de folie, imprévisible, insaisissable. La musique est superbe. Dimoné a composé les mélodies sur les mots de Duras. La scénographie est singulière, surprenante. L’écran est le point névralgique de la scène. Ce support vidéo symbolise le film de Resnais. Mais sa composition fragile permet d’en jouer. L’écran est illusion et parfois rétablit la réalité du théâtre. Ainsi à un moment donné, le comédien Ramzi Choukair détruit ce mur de carton, l’écran vole en éclats.

Une bien belle adaptation du livre de Duras

Scénographie, vidéos, musique s’entrecroisent, se cristallisent, parfois se scindent brutalement. A l’image des déchirements d’un homme, d’une femme qui vivent une passion sans lendemain, partagés éternellement entre passé et présent. Les acteurs sont bouleversants, en totale osmose. Ils mettent à mal leurs états d’âme : ils naviguent entre détresse, bonheur, tristesse, remords, nostalgie. Une formidable et paradoxale envie de vivre…de mourir s’empare d’eux. L’interprétation est sublime, le texte de Duras est sauvegardé dans toute sa richesse et sa profondeur. Nous avons assisté à une véritable performance. Du grand art !

Hiroshima mon amour, d’après Marguerite Duras, par la compagnie « Adesso e sempre », de Montpellier, tél 06 33 37 18 81, fs@adessoesempre.com, site http://www.adessoesempre.com. Représentations jusqu’au 27 juillet à 10h 45 à « La Manufacture », 2 rue des Ecoles, Avignon, tél réservations 04 90 85 12 71

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard