Articles

Accueil > Actualités > Le Merlan doit-il être un théâtre, comme les autres ?

 

Le Merlan doit-il être un théâtre, comme les autres ?

25 septembre 2014 - Dernier ajout 30 septembre 2014

Après la polémique qu’a suscité le licenciement par la direction du Merlan de Zora Berriche pour faute réelle et sérieuse et l’avertissement pour déloyauté prononcé à l’encontre de Patricia Putino, toutes deux salariées du Merlan, le fossé entre la direction du Merlan et le collectif des associations du Grand St Barthélémy se creuse. Une réunion est prévue le 26 septembre, entre la DRAC et le collectif des associations du Grand St Barthélémy pour discuter sur les cahiers des charges du théâtre. Classé scène nationale, le Merlan a développé une programmation artistique exigeante et de qualité, mais souvent coupée des attentes des riverains et n’a pas su se nourrir de partenariats participatifs avec les associations de terrain qui auraient pu être fructueux pour tous. Med-in-Marseille a tenu à rencontrer l’association CSF, et recueillir la parole des habitants, à la Cité La Busserine, juste à côté du théâtre. En leur demandant quel serait pour eux un théâtre proche des habitants.


 

JPEG - 207.5 ko

Concertation entre institutions et riverains, théâtre véritablement populaire … ces thèmes de la politique de la ville et de la culture sont à la mode, mais sur le terrain paraissent peu appliqués. Exemple dans le 14ème. « Pendant dix ans, l’ancienne direction du Merlan n’a pas eu de volonté de travailler avec les acteurs de terrain. Nous voulons que soit instituée une nouvelle relation avec les habitants » a déclaré à la presse Nadia Benjilali, membre du collectif des associations du Grand St Barthélémy et salariée du centre social l’Agora en juillet dernier. Aujourd’hui, beaucoup de riverains sont amers. La question se pose : un tel outil culturel, doit-il resté dans sa bulle, ou doit-il réellement s’ouvrir sur le quartier, et non pas « saupoudrer » sa programmation de quelques participations citoyennes, pour se donner bonne conscience ? Pour tenter d’ouvrir un débat, nous avons souhaité rencontrer l’association CSF, Confédération Syndicale des Familles, très impliquée sur ce thème, puisque l’une de ses responsables est Zora Berriche, par ailleurs, attachée aux relations aux publics du théâtre et désormais licenciée.

Les femmes de la CSF, Confédération Syndicale des Familles, Lahouaria, Céline et Zora Berriche, présentes dans leur local, à la Busserine, mercredi dernier, expriment leur colère, et ne souhaitent plus être « la caution quartier » d’une scène nationale qui n’a pas su composer avec les habitants d’un quartier populaire qui aurait bien besoin d’une bonne bouffée d’oxygène culturel. Le Collectif des associations du Grand St Barthélémy a demandé au président et au CA du Merlan, après le départ de l’ancienne directrice Nathalie Marteau, à « être consulté sur le projet à venir ». Le collectif a envoyé un mail au président qui leur a répondu que ces requêtes ne faisaient pas partie de ses compétences et les a orientés vers le ministère. Ils seront reçus par la Drac, Direction Régionale des Affaires culturelles, le 26 septembre prochain. A l’occasion du couac quartier créatif, la Drac avait reçu les associations, en mai 2013, pour retravailler les bases du partenariat avec le théâtre. Le sentiment, de ne pas être entendu par la direction sur d’éventuels projets communs et adaptés aux attentes de la population du 14ème est partagé par toutes les associations du Collectif. Si le Collectif est prêt à travailler, dans le cadre de partenariats, avec le théâtre, pour Zora Berriche, cela suppose au préalable une relation d’égalité avec la direction, hors elle déplore « une direction très totalitaire ». Et bien entendu, tous attendent un apaisement des tensions sociales qui règnent aujourd’hui en interne au théâtre. Zora, désormais, licenciée se bat pour sa réintégration, Céline et Lahouaria, pourtant pleines d’énergie et d’idées, préfèrent, pour l’instant ne plus avoir de lien avec le théâtre. Un des facteurs déclenchant a eu lieu en 2013, sur le projet quartier créatif établi dans le cadre de MP13. L’idée « d’un jardin possible », avec la participation des habitants avait germé au théâtre, un projet qui aurait bénéficié de financements conséquents. Mais les associations de quartier n’ont pas voulu joué le jeu car ce jardin aurait pu voir le jour, mais pour une durée déterminée, un jardin éphémère qui aurait demandé effort et travail pour disparaître quelques mois plus tard. Il est vrai que les quartiers n’ont pas vraiment le luxe de se payer ce genre de fantaisie… Quand on voit le manque d’espace vert tout autour du Merlan…. Bref, tout est resté lettre morte, et le jardin est aujourd’hui un parking. « Quand j’ai découvert le projet, que les habitants n’étaient pas dedans, que le jardin allait être éphémère, ça m’a mise en colère », se remémore Céline, future présidente de CSF.

Les tours de la Busserine

« Nos habitants ont du talent »

Mais au-delà de cet épisode, les associations ont bien conscience du formidable outil qu’est le théâtre du Merlan et foisonnent d’idées pour que la Culture puisse appartenir à tous. Pour Céline, l’impératif est de revaloriser les jeunes et l’image du quartier et au passage aider les jeunes talents à émerger. Quoi de mieux qu’un théâtre pour cela ? Et une scène nationale en plus ? : « Ce partenariat serait intéressant pour pouvoir mettre les jeunes en valeur, afin de montrer aux gens que nous vivons, que nous existons et que nous faisons des choses, pour essayer de nous débrouiller et de nous en sortir. Les quartiers nord sont stigmatisés par la ville de Marseille, les jeunes veulent s’en sortir, nous essayons de lutter contre la délinquance, le trafic et il n’a y a pour les jeunes, parfois, que ce moyen-là. » Leur souhait est que le Merlan fasse la place à une scène artistique locale, celle des habitants et qu’elle puisse émerger. Ce qui suppose de proposer des cours, des projets, des spectacles et laisser des nouveaux talents se produire sur la scène du théâtre. Céline s’enflamme : « Enormément de jeunes, ici, ont des talents artistiques phénoménaux ». « Ici, nous avons des rappeurs, des slameurs et beaucoup d’autres choses. Dans le quartier, nous sommes très riches de créativités. On veut montrer aux gens, de quoi on est capable », rajoute Zora. Pour Lahouaria ; il est essentiel que la programmation soit étendue en journée, afin que les habitantes qui ne peuvent pas sortir en soirée, puissent y participer. Elle estime également que « L’art ou les spectacles contemporains, sont un peu compliqués parfois, la danse contemporaine, c’est bien, mais beaucoup ne comprennent pas. ».

Pourquoi pas des spectacles comiques ?

Lahouaria a un même un souhait un peu fou : « J’aurais voulu que des têtes d’affiche passent au Merlan, notamment Jamel Debouze. Je viens d’une petite ville, Chartes et beaucoup d’artistes très connus venaient. Je me demande pourquoi on ne le fait pas ici. Et pourquoi ne pas programmer des spectacles comiques ou des sketchs ? » En dehors de ces vœux, le collectif défend également des projets artistiques ambitieux. « On pourrait aller encore plus loin et mettre en place d’autres projets qui marqueraient le quartier », estime Zora. Les habitants auraient, notamment voulu voir au Merlan, « Sur la Trace de nos pas », une pièce conçue avec des jeunes du quartier de la Busserine, et notamment Farouk, de l’Agora, acteur dans la pièce. Ce travail qui met en avant l’histoire des immigrations a fait l’objet d’un atelier résidence avec le metteur en scène, Yan Gilg de la compagnie Mémoires vives, au Centre social Agora en 2012. Or, de façon absurde, c’est au théâtre Toursky que les habitants ont pu la voir, en décembre 2013 : « Et la salle était comble. C’était un spectacle très émouvant. » Se souvient Céline. Tous n’ont pas compris pourquoi le Merlan ne l’a pas inscrite à l’époque dans la programmation. A force de demander, la pièce sera, tout de même, jouée en mars 2015 au Merlan.

« Le jardin possible qui est devenu le jardin pas possible »

En tout cas, l’échec du projet quartier créatif est dans toutes les têtes et attise la colère. Car, il faut reconnaître que l’idée de jardin éphémère était inappropriée, une erreur dans le beau rouage MP13. « Sachant qu’ils allaient débloquer une somme faramineuse, pour que ce soit détruit l’année d’après, je trouvais ça complétement ridicule. Quand on débloque de l’argent c’est pour quelque chose de durable et pas d’éphémère », s’indigne Céline. Et Zora rajoute : « un jardin pour les gens, c’est précieux. On produit des fruits et après on ne peut même pas les cueillir, plus rien. » L’image est belle et montre bien en quoi la politique destinée aux quartiers est souvent vide de sens. Tous ont le sentiment partagé d’un gros gaspillage d’argent dans un quartier qui en manque cruellement.
Mais Zora Berriche veut conclure sur une note positive : « J’estime malgré tout qu’il y a une avancée avec le théâtre. Le directeur nous a quand même répondu par mail. Et je trouve que pour la saison 2014-2015, le théâtre propose trois projets artistiques qui impliquent bien les habitants. » En plus de la programmation de « Sur la traces de nos pas » de Yan Gilg, elle cite les ateliers de pratique artistique de l’artiste Carol Errente, intitulés « Nous sommes toutes des reines », en direction de femmes du Grand Saint-Barthélemy. Et la résidence du metteur en scène François Cervantes « L’épopée du grand Nord » qui invite, pour la saison 2014-2015, les habitants du Grand St Barthélémy à s’exprimer pour produire « une création au dimension participative », et sera présentée sur scène, fin 2015.
Dans les quartiers, chacun a bien conscience qu’il faut respecter une exigence artistique pour le théâtre. « C’est important que le Merlan ne perde pas son label scène nationale », tient à rappeler Zora.

A lire : article sur le spectacle « Sur la Traces de Nos Pas », dans med’in-marseille. Déc. 2013
http://www.med-in-marseille.info/spip.php?article2248

François Cervantes recherche des habitants des quartiers Nord pour participer à son projet artistique dans le cadre d’une résidence au Merlan

« AVIS DE RECHERCHE, lancé par le théâtre du Merlan
Le Merlan accueille François Cervantes en résidence et l’accompagne “sur le terrain” à la rencontre des habitants, chez eux, dans le bus, les cafés, les commerces... Du recueil de cette matière, se construit l’écriture. L’épopée viendra clore la saison » .Participer à un projet artistique, transmettre des histoires du quotidien… Sur l’ensemble de la saison, François Cervantes sera régulièrement en résidence, pour travailler sur cette création aux dimensions participatives. Il recherche des habitants des quartiers Nord pour collecter témoignages, récits et histoires de territoire. Vous souhaitez discuter, échanger, raconter et prendre part à cette épopée ? Contactez le service des Relations avec le Public au 04 91 11 19 30
Le Merlan accueille François Cervantes en résidence et l’accompagne “sur le terrain” à la rencontre des habitants, chez eux, dans le bus, les cafés, les commerces... Du recueil de cette matière, se construit l’écriture. L’épopée viendra clore la saison »

Voir le courrier adressé au président, par le collectif des associations du Grand St Barthélémy

Marseille 12 septembre 2014
Monsieur le Président,
Nous revenons vers vous pour vous rappeler l’importance que revêtait pour nous l’envoi de notre invitation (en date du 12 mai dernier) à nous rencontrer. Faute de réponse de votre part à cette dernière relance, nous serions bien obligés de comprendre que votre silence est significatif d’un manque d’intérêt à notre démarche.
Sachez que d’ores et déjà, le manque de réponse jusqu’alors nous le trouvons regrettable et dommageable.
Voici donc pour mémoire le contenu de notre courrier en date du 12 mai 2014 :
« A l’heure où le Conseil d’Administration du Théâtre Le Merlan, scène nationale à Marseille, définit un nouveau projet théâtral à l’occasion du recrutement d’une nouvelle direction du Merlan, qui nous l’imaginons bien, tient compte du contexte territorial d’implantation de cet équipement culturel, nous venons vers vous afin de vous proposer d’échanger sur les relations passées entre le Théâtre et les associations du Grand Saint Barthélémy, et surtout engager avec vous une collaboration indispensable dans le cadre de votre nouvelle feuille de route pour une scène nationale à la configuration singulière, puisque placée au cœur d’un quartier populaire. »
Comment faire converger votre projet artistique et la réalité humaine et géographique de notre territoire ?
C’est tout l’enjeu de cette scène nationale et nul doute que les tutelles comme vous-même serez ouverts à un échange avec nos associations, implantées de longue date sur le Grand Saint Barthélémy, et forces de propositions.
Comme vous le savez, ce collectif d’associations a entamé des rencontres avec l’équipe actuelle de votre établissement culturel, mais aussi auprès des tutelles (rencontre de la DRAC PACA en mai 2013), nous pensons que le moment de votre appel à candidatures est propice à la réflexion partagée.
Aussi, nous sollicitons une rencontre avec votre Conseil d’Administration, à une date à définir ensemble, pour aller plus loin sur ces pistes de collaboration. »
Bien à vous,
Le collectif des associations du Grand Saint Barthélémy

Réponse par Lettre d’Alain Vidal Naquet, président du Merlan, daté du 17 septembre

« Vous m’avez adressé ce lundi 15 septembre un courriel de relance au sujet d’un précédent, daté du 12 mai. Malheureusement, ni moi, ni l’équipe n’avons trace de cette précédente correspondance : voilà pourquoi elle est restée lettre morte et qu’il ne faut pas en conclure un manque d’intérêt de ma part ou de celle du CA que je préside.
Cela étant, votre courriel du 15 septembre rappelle la substance de votre demande : dresser un bilan des collaborations passées et évoquer vos aspirations vis-à-vis du nouveau projet qui va se mettre en place. Votre requête est tout à fait légitime, mais je ne suis pas vraiment capable d’y répondre. En effet, la présidence que j’assume a pour vocation principale d’être le garant de la pérennité de cet équipement culturel. En revanche, c’est le Ministère de la Culture qui atteste de sa pertinence reconnue par le label Scène Nationale. Aussi la Diirection des Affaires Culturelles vous ayant récemment proposé une rencontre, votre demande sera satisfaite, car il s’agit de l’interlocuteur adéquat, celui qui validera le cahier des charges du prochain projet.
Puis le contenu d’un projet artistique et sa mise en œuvre seront confiés à un nouveau directeur ou une nouvelle directrice : il conviendra d’attendre sa nomination début 2015 pour aborder les possibilités concrètes de nouveaux partenariats.
Pour autant, comprenez et acceptez que l’équipe du Merlan ait à cœur de vous convier comme d’habitude à jouir de la saison qui démarre.
Je peux quand même vous rassurer sur un point fondamental : bien sûr, ce cahier des charges requiert du prochain projet qu’il irrigue son territoire d’implantation, Marseille, et plus particulièrement le 12ème et 14ème arrondissement. Mais vous ne pouviez en douter, car cela a été toujours été le cas depuis le début, on pourrait dire que c’est dans son ADN (et pour tout dire, dans des proportions beaucoup plus larges que dans les autres scènes nationales du pays).
Restant à votre disposition pour tout autre question, Je vous prie de croire, Mesdames, Messieurs, en l’assurance de ma haute considération.
Alain Vidal-Naquet
".

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard