Articles

Accueil > Agenda > « Le Havre » : un conte de l’immigration selon Kaurismaki

 

« Le Havre » : un conte de l’immigration selon Kaurismaki

10 janvier 2012

En décembre dernier, le film « Le Havre », réalisé par Aki Kaurismaki, remportait le prix Louis-Delluc, récompensant le meilleur film français sorti dans l’année. Le film est encore à l’affiche : si vous ne le connaissez pas encore, c’est l’occasion ou jamais de découvrir le cinéma du grand maître finlandais. En attendant, petite plongée en douceur au cœur de son univers, une fois n’est pas coutume, made in France.


 

JPEG - 40 ko

Aki Kaurismaki est l’un des plus grands cinéastes de son époque, mais il reste malheureusement trop peu connu du grand public. Souvent confinées aux seules salles estampillées « art et essai », ses films font partie du cinéma que l’on qualifie de « difficile ». C’est vrai, Kaurismaki n’utilise pas d’effets spéciaux, pas d’avalanches de bruitages, son rythme est davantage celui d’une barque à la dérive que d’un jet-ski. Il aime les silences, les fait parler, il donne forme aux expressions, aux respirations, il sculpte les non-dits. Et ne livre pas toutes les clés de ses scénarios. Le spectateur conserve une part de découverte, de réflexion, d’imagination… Le réalisateur finlandais a réalisé de nombreux chefs-d’œuvre. C’est avec son loufoque « Leningrad Cowboys Go America », réalisé en 1989, qu’il acquiert une reconnaissance internationale. Puis en 2002, c’est « L’homme sans passé » qui remporte le grand prix et le prix d’interprétation féminine au festival de Cannes, avant d’être nominé aux Oscars en 2003 pour le meilleur film en langue étrangère.

Si l’on parle beaucoup de son dernier film, « Le Havre », c’est que –cocorico oblige- il se déroule en France, dans la cité éponyme. Le long métrage dévoile l’histoire d’un homme, ancien clochard, cireur de chaussures, Marcel Marx- nom de famille signifiant, s’il en est-, qui aide un jeune migrant clandestin à gagner l’Angleterre, alors que sa femme tombe malade d’un cancer.


LE HAVRE : BANDE-ANNONCE Full HD par baryla

Kaurismaki ne fait que raconter autrement la même histoire que Philippe Lioret dans « Welcome », se sont empressés d’affirmer certains critiques. L’histoire d’un homme qui s’oppose à la fermeté des politiques d’immigration et qui aide un clandestin, se mettant ainsi hors la loi. Oui, Kaurismaki raconte cette histoire, mais pas seulement.

« Le Havre », c’est surtout l’histoire d’une rédemption. La rédemption d’un homme un peu distant et froid, plutôt cynique : la première scène du film montre son indifférence totale à la mort d’un homme dont il vient de cirer les chaussures. « Tant qu’il m’a payé », lance-t-il alors. Au moment même où sa femme tombe malade, il fait la rencontre d’un jeune garçon, migrant clandestin tout juste débarqué d’un conteneur sur le port du Havre, et décide de l’aider. Son dévouement pour ce garçon, l’énergie qu’il va déployer à l’aider, va participer, en parallèle, à la guérison de sa femme. A l’instar de Lynch, Kaurismaki est un cinéaste à clés. L’une d’elle est donc cette idée de rédemption, qui se dessine dès le début du film. L’autre, c’est celle de la déréalisation. Dès le début, la profession de Marcel Marx met la puce à l’oreille : cireur de chaussure. Un métier plus vraiment en vogue en 2012, au Havre. Au fil des scènes, les voitures, les costumes, les décors des cafés, les logements, les chanteurs paraissent ancrés dans un autre espace-temps. S’ils appartiennent au passé, il ne faut pas voir leur convocation comme une nostalgie, mais plutôt comme une utopie. Kaurismaki veut montrer deux réalités qui s’entrechoquent. Il convoque des personnages qui n’existent pas, dans un monde bien ancré dans la dureté du réel. Comme un conte qui commencerait par « il était une fois, dans un Havre marqué par l’arrivée de migrants clandestins, dans un Havre qui regarde à la télévision le démantèlement brutal de la « jungle » de Calais, il était une fois un homme, cireur de chaussures, irréel, qui réinvente à son échelle l’humanité et la solidarité ». Et en filigrane, c’est cette solidarité, cette humanité qui se dessine hors du réel : elle apparait comme fantasmée, rêvée. Même si au quotidien, au Havre et ailleurs, des individus et des associations se battent pour la faire exister. C’est le combat de ces résistants, au chevet des migrants, que Kaurismaki poétise.

JPEG - 37.3 ko

Ce qui apparait bien réel au contraire, c’est donc l’univers dans lequel évoluent ces personnages. Alors que Marcel Marx tente d’aider le jeune garçon, la surveillance de la police se fait de plus en plus étroite et agressive, renforcée par la délation d’un voisin perfide (campé par Jean-Pierre Léaud). Peu à peu, derrière l’œil de la caméra, la police et par son intermédiaire l’Etat français actuel prend des allures fascistes. Les policiers multiplient les méthodes brutales, les gyrophares sont omniprésents et clairement anxiogènes, et le jeu du chat et de la souris s’intensifie. Avec finesse, Kaurismaki ne fait pas moins que mettre la politique d’immigration de Sarkozy au ban de l’humanité.

JPEG - 54.2 ko

On ne dévoilera pas la fin du film, particulièrement inattendue. Car ce qui compte surtout, c’est le parcours que les personnages, toujours abimés par la vie, empruntent pour y parvenir. Comme dans tout conte, le héros sort grandi et transformé de ses aventures. Et nous ? C’est le sourire aux lèvres que l’on quitte son fauteuil rouge. La tête dans les nuages, on se prend à rêver d’un monde humain, solidaire, où un regard remplacerait dix palabres, on l’on se laisserait le temps de sentir la brise océane, le temps de regarder les bateaux sortir du port. Le temps aussi d’écouter l’autre et de se soucier de ses voisins, quels qu’ils soient. Kaurismaki ne fait pas ses choix au hasard. S’il a ancré son film, peut être l’un de ses derniers, dans la réalité de la politique migratoire française, c’est que l’heure est grave. Son regard, acéré, décortique l’enfer des clandestins traqués, ainsi que le décalage entre l’idéal républicain de la « nation des droits de l’homme » et ses pratiques déshumanisantes. Au moins, Sarkozy pourra s’enorgueillir d’être rentré dans l’histoire du cinéma- mais pas par la bonne porte.

JPEG - 45 ko

 

par Noémie Coppin - Dans > Agenda



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 21 novembre

     

    On l’appelait « Chocolat »

    Cette exposition rend hommage au premier artiste noir ayant connu la célébrité sur une scène française. Jeune esclave cubain, vendu à un marchand espagnol, il arrive à paris en 1886, comme domestique d’un clown anglais. Foottit et Chocolat ont joué vingt ans ensemble. Ils ont inventé la comédie clownesque, le duo associant le clown blanc et l’auguste. Ils ont été aussi les premiers acteurs du cinéma muet. Haute figure de la vie parisienne à la Belle Epoque, lié à Toulouse-Lautrec, Debussy, Alphonse Allais, Firmin Gémier et bien d’autres, le clown Chocolat est tombé dans un injuste oubli après sa mort en 1917. A travers l’histoire de cet artiste, l’exposition aborde la question des discriminations et du (...)

     

  • 8 novembre

     

    La Palestine en Résistance, les 24 et 25 Nov. 2017 au Canopé Marseille 1er.

    C’est au 31 boulevard d’Athène, en bas des escaliers de la gare Saint-Charles, qu’auront lieu ces deux journées de réflexion, de connaissance et d’échanges en faveur de la Palestine, ce pays si injustement colonisé et martyrisé. Au menu, de copieux plats de "Résistance" vous seront servis. Et cela débutera vendredi 24 à 19 heurs avec la diffusion de l’excellent film de Maryse Gargour "La terre parle Arabe" un film d’histoire devenu historique et essentiel pour ceux qui veulent comprendre la tragédie de ce peuple. L’épuration ethnique que subissent les Palestiniens depuis des dizaines d’années ne sont pas sanctionné de façon coercitive par les nations unis, et les grande puissances. Pire, aujourd’hui des (...)

     

  • 8 novembre

     

    Financement participatif pour le film, Les Herbes Folles de Lucie Thierry, sur l’école bricabracs, une école créée par des parents à Marseille

    Le financement participatif du documentaire "Les Herbes Folles" de Lucie Thierry s’achève le 8 novembre. Ce documentaire suit l’aventure de la nouvelle école Bricabracs, dans les quartiers Nord de Marseille, école qui a été montée par des parents et un instituteur désireux de proposer à leurs enfants un autre système scolaire. Une aventure en constant mouvement et interrogation. « Raconter l’école, c’est raconter la société telle qu’elle est. Filmer l’école Bricabracs, c’est oser rêver à d’autres possibles », explique Lucie Thierry. La documentariste est également auteure du documentaire "Poussières de Femmes," diffusé sur la chaîne Arte qui relate le quotidien de trois femmes balayant les rues de (...)

     

  • 6 novembre

     

    Festival Les Instants Vidéo

    30e Festival Les Instants Vidéo Le Festival Les Instants Vidéo est une manifestation dédiée à l’art vidéo et la poésie électronique, sous toutes ses formes, monobandes, installations, performances, multimédias... "30 ans que nos désirs font désordre 30 ans que nous forçons les barrages culturels, sociaux et économiques 30 ans que nous dessinons avec les artistes des plans d’évasion 30 ans que nous tissons des réseaux de complicités internationales poétiques et politiques. Nous célébrons donc en 2017, 30 années d’agitations vidéo poélitiques intercontinentales en 30 événements sans frontières (Tunisie, Maroc, Palestine, Kirghizistan, Egypte, Argentine, Italie, France...) et de manière totalement (...)

     

  • 30 octobre

     

    L’Europe devient-elle fasciste ? "Mise en veille", la dernière création de la Compagnie Mémoires Vives

    La compagnie Mémoires Vives présente sa nouvelle création : MISE EN VEILLE. Le Jeudi 2 novembre 2017 à 20h00 et Vendredi 3 novembre 2017 à 14h30 et 20h00 Au Théâtre de l’Œuvre (1 rue Mission de France, 13001 Marseille) L’Europe devient-elle fasciste ? Elle qui s’était drapée des principes d’unité, de démocratie, de solidarité, d’harmonie et de paix entre les peuples… Elle qui, désincarnée, bafoue ces mêmes principes par des actes froids, technocratiquement pensés et exécutés…Dans quelle impasse est-elle en train de s’engouffrer ? Cette Europe qui devait se construire de nos rêves et qui finalement alimente nos peurs et se nourrit de nos cauchemars… Par des fragments de vie d’individus, ordonnés par la peur, (...)

     

  • 27 octobre

     

    Expo MUCEM : nous sommes foot

    En laissant entrer un ballon rond dans son enceinte, le Mucem rend hommage aux peuples et aux civilisations du football ainsi qu’aux pratiques culturelles et sociales qui l’accompagnent, en Méditerranée comme à Marseille. Défendue par son effectif de 300 œuvres, objets, photos et installations, « Nous sommes foot » met en jeu 11 séquences et, comme les règles sportives l’imposent, se visite en 90 minutes ! Mucem Nous sommes foot. Jusqu’au 4 fév 2018

     

  • 25 octobre

     

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires)

    Festival O.Q.P (Opération Quartiers Populaires) Du 23 Octobre au 04 Novembre 2017, le Festival O.Q.P occupe le Théâtre de l’Œuvre, implanté en plein quartier de Belsunce, à la lisière de La Canebière et de Noailles… Les Lieux • C’est à partir du Théâtre de l’Œuvre, lieu passerelle participatif, endroit de rencontres et d’échanges artistiques, maison de théâtre ouverte sur son environnement et ses habitants que le Festival va essaimer sur d’autres lieux emblématiques du territoire… • Le Polygone Etoilé, nom du Cinéma International de Quartier, géré par le collectif Film Flamme au Quartier de la Joliette, une Maison d’Artistes au cœur du public où l’on rencontre un public sans quartier. • Le Cinéma Les (...)

     

  • 24 octobre

     

    Mercredi 25 octobre Journée Associative Crottes/Cabucelle à la rencontre des habitants chez Amazigh au marché aux puces

     

  • 17 octobre

     

    Festival Film Femmes Méditerranée

    Fictions / Documentaires / Courts métrages / Web séries / Débats / Leçon de cinéma / Expo photos ​ Si l’objectif premier reste prioritaire : la mise à l’honneur du cinéma des réalisatrices méditerranéennes, les Rencontres 2017 empruntent aussi résolument des pistes nouvelles. La jeunesse et l’énergie en sont les maîtres mots. Au cœur de la programmation, l’offre de découverte de jeunes talents issus de 20 pays de la Méditerranée et au-delà, récompensés souvent dans de prestigieux festivals. 40 films : longs et courts métrages, fictions et documentaires, des inédits, des avant-premières, échos de l’âpreté de notre époque, mais aussi porteurs d’espoir, de courage et d’humanité. Toujours à l’affiche, (...)

     

  • 28 septembre

     

    Week-en soutien aux réfugiés, Librairie La Réserve à Bulles

    A la librairie spécialisée dans la Bande dessinée, La Réserve à Bulles, auteurs-trices et illustrateurs-trices se mobilisent et proposent un weekend festif au profit de Osiris, association de soutien thérapeutique aux personnes exilées. Au programme : Vendredi 29 septembre à partir de 18h : Lancement du weekend par Reem Mansour, présidente de Osiris suivi de : Amour Paix et Révolution, un concert de Catherine Vincent et Mohamed Al Rashi. Un répertoire de chansons pop-rock en français, arabe et espagnol. À 19H Vente des originaux, sérigraphies et autres belles choses offerts par les auteurs et les illustrateurs. Petits prix de 10 à 100€ max. Samedi 30 septembre à partir de 10h : (...)

     

Articles récents

Articles au hasard