Articles

Accueil > Agenda > « Le Havre » : un conte de l’immigration selon Kaurismaki

 

« Le Havre » : un conte de l’immigration selon Kaurismaki

10 janvier 2012

En décembre dernier, le film « Le Havre », réalisé par Aki Kaurismaki, remportait le prix Louis-Delluc, récompensant le meilleur film français sorti dans l’année. Le film est encore à l’affiche : si vous ne le connaissez pas encore, c’est l’occasion ou jamais de découvrir le cinéma du grand maître finlandais. En attendant, petite plongée en douceur au cœur de son univers, une fois n’est pas coutume, made in France.


 

JPEG - 40 ko

Aki Kaurismaki est l’un des plus grands cinéastes de son époque, mais il reste malheureusement trop peu connu du grand public. Souvent confinées aux seules salles estampillées « art et essai », ses films font partie du cinéma que l’on qualifie de « difficile ». C’est vrai, Kaurismaki n’utilise pas d’effets spéciaux, pas d’avalanches de bruitages, son rythme est davantage celui d’une barque à la dérive que d’un jet-ski. Il aime les silences, les fait parler, il donne forme aux expressions, aux respirations, il sculpte les non-dits. Et ne livre pas toutes les clés de ses scénarios. Le spectateur conserve une part de découverte, de réflexion, d’imagination… Le réalisateur finlandais a réalisé de nombreux chefs-d’œuvre. C’est avec son loufoque « Leningrad Cowboys Go America », réalisé en 1989, qu’il acquiert une reconnaissance internationale. Puis en 2002, c’est « L’homme sans passé » qui remporte le grand prix et le prix d’interprétation féminine au festival de Cannes, avant d’être nominé aux Oscars en 2003 pour le meilleur film en langue étrangère.

Si l’on parle beaucoup de son dernier film, « Le Havre », c’est que –cocorico oblige- il se déroule en France, dans la cité éponyme. Le long métrage dévoile l’histoire d’un homme, ancien clochard, cireur de chaussures, Marcel Marx- nom de famille signifiant, s’il en est-, qui aide un jeune migrant clandestin à gagner l’Angleterre, alors que sa femme tombe malade d’un cancer.


LE HAVRE : BANDE-ANNONCE Full HD par baryla

Kaurismaki ne fait que raconter autrement la même histoire que Philippe Lioret dans « Welcome », se sont empressés d’affirmer certains critiques. L’histoire d’un homme qui s’oppose à la fermeté des politiques d’immigration et qui aide un clandestin, se mettant ainsi hors la loi. Oui, Kaurismaki raconte cette histoire, mais pas seulement.

« Le Havre », c’est surtout l’histoire d’une rédemption. La rédemption d’un homme un peu distant et froid, plutôt cynique : la première scène du film montre son indifférence totale à la mort d’un homme dont il vient de cirer les chaussures. « Tant qu’il m’a payé », lance-t-il alors. Au moment même où sa femme tombe malade, il fait la rencontre d’un jeune garçon, migrant clandestin tout juste débarqué d’un conteneur sur le port du Havre, et décide de l’aider. Son dévouement pour ce garçon, l’énergie qu’il va déployer à l’aider, va participer, en parallèle, à la guérison de sa femme. A l’instar de Lynch, Kaurismaki est un cinéaste à clés. L’une d’elle est donc cette idée de rédemption, qui se dessine dès le début du film. L’autre, c’est celle de la déréalisation. Dès le début, la profession de Marcel Marx met la puce à l’oreille : cireur de chaussure. Un métier plus vraiment en vogue en 2012, au Havre. Au fil des scènes, les voitures, les costumes, les décors des cafés, les logements, les chanteurs paraissent ancrés dans un autre espace-temps. S’ils appartiennent au passé, il ne faut pas voir leur convocation comme une nostalgie, mais plutôt comme une utopie. Kaurismaki veut montrer deux réalités qui s’entrechoquent. Il convoque des personnages qui n’existent pas, dans un monde bien ancré dans la dureté du réel. Comme un conte qui commencerait par « il était une fois, dans un Havre marqué par l’arrivée de migrants clandestins, dans un Havre qui regarde à la télévision le démantèlement brutal de la « jungle » de Calais, il était une fois un homme, cireur de chaussures, irréel, qui réinvente à son échelle l’humanité et la solidarité ». Et en filigrane, c’est cette solidarité, cette humanité qui se dessine hors du réel : elle apparait comme fantasmée, rêvée. Même si au quotidien, au Havre et ailleurs, des individus et des associations se battent pour la faire exister. C’est le combat de ces résistants, au chevet des migrants, que Kaurismaki poétise.

JPEG - 37.3 ko

Ce qui apparait bien réel au contraire, c’est donc l’univers dans lequel évoluent ces personnages. Alors que Marcel Marx tente d’aider le jeune garçon, la surveillance de la police se fait de plus en plus étroite et agressive, renforcée par la délation d’un voisin perfide (campé par Jean-Pierre Léaud). Peu à peu, derrière l’œil de la caméra, la police et par son intermédiaire l’Etat français actuel prend des allures fascistes. Les policiers multiplient les méthodes brutales, les gyrophares sont omniprésents et clairement anxiogènes, et le jeu du chat et de la souris s’intensifie. Avec finesse, Kaurismaki ne fait pas moins que mettre la politique d’immigration de Sarkozy au ban de l’humanité.

JPEG - 54.2 ko

On ne dévoilera pas la fin du film, particulièrement inattendue. Car ce qui compte surtout, c’est le parcours que les personnages, toujours abimés par la vie, empruntent pour y parvenir. Comme dans tout conte, le héros sort grandi et transformé de ses aventures. Et nous ? C’est le sourire aux lèvres que l’on quitte son fauteuil rouge. La tête dans les nuages, on se prend à rêver d’un monde humain, solidaire, où un regard remplacerait dix palabres, on l’on se laisserait le temps de sentir la brise océane, le temps de regarder les bateaux sortir du port. Le temps aussi d’écouter l’autre et de se soucier de ses voisins, quels qu’ils soient. Kaurismaki ne fait pas ses choix au hasard. S’il a ancré son film, peut être l’un de ses derniers, dans la réalité de la politique migratoire française, c’est que l’heure est grave. Son regard, acéré, décortique l’enfer des clandestins traqués, ainsi que le décalage entre l’idéal républicain de la « nation des droits de l’homme » et ses pratiques déshumanisantes. Au moins, Sarkozy pourra s’enorgueillir d’être rentré dans l’histoire du cinéma- mais pas par la bonne porte.

JPEG - 45 ko

 

par Noémie Coppin - Dans > Agenda



 

 

Autres articles Agenda

 

Brèves Agenda

  • 15 septembre

     

    Journées Européennes du Patrimoine Marseille

    Jeunesse et patrimoine : tel est le thème choisi pour cette 34e édition des Journées Européennes du Patrimoine. Une édition résolument tournée vers le jeune public et sa sensibilisation au patrimoine, à l’histoire de la Nation et à l’histoire de l’art, ou encore aux métiers du patrimoine. Avec cet objectif majeur : mieux le comprendre et mieux le connaître, dans son contexte historique et social. Ces enjeux seront déclinés à Marseille de façon aussi pédagogique que ludique. Cette année encore, vous êtes invités à découvrir gratuitement des lieux habituellement fermés au public. Rendez-vous ces 16 et 17 septembre . Par ici le programme : (...)

     

  • 14 septembre

     

    préavis de désordre Urbain

    du 13 au 24 Septembre 2017 FESTIVAL INTERNATIONAL DE PERFORMANCE. 2dition 2017, sous le signe de l’hospitalité, à travers la ville de Marseille. Pendant 2 semaines le festival de performance met la ville sous tension créatrice avec un dispositif entièrement conçu pour expérimenter 5 manières de vivre ensemble. : Traduire, Oracle, Festoyer, Identité, et Veiller. Cette année, Redplexus vous invite pour 12 jours de partages d’expériences artistiques dans un dispositif particulier : une installation nomade et immersive dans l’espace urbain inspirée du mythe de la Tour de Babel. Le Programme, c’est par ici (...)

     

  • 4 septembre

     

    Mémoires des Aygalades, Comme une résurgence

    A l’occasion de la journée du patrimoine, exposition photo, "Comme une résurgence" Quartier portes Ouvertes, cité des Aygalades. Cette mise en lumière des photos de familles de la cité des Aygalades est l’occasion de faire ressurgir des récits de vie, des témoignages et des patrimoines enfouis. C’est aussi révéler les valeurs des lieux et des personnes pour les ériger en patrimoines constitutifs de l’histoire de la ville. Le 16 après midi, exposition photos issue de ce travail et le site internet dédié. Les habitants vous accueillent pour en témoigner. Cet événement est associé à la présentation des fresques réalisées à la cité de la Visitation avec l’association We Records pour les Journées (...)

     

  • 4 septembre

     

    Festival international du dessin de presse

    Le Festival international du dessin de presse de l’Estaque se déroulera du 18 au 24 septembre avec des dessins, expositions, concerts, rencontres, débats dans tout le quartier de l’Estaque. L’affiche (nouvelle version) de cette édition 2017 est illustrée par Marilena Nardi, lauréate du prix du public l’an dernier. https://www.instagram.com/fidepofficiel/ FB

     

  • 4 septembre

     

    Cette exposition est une invitation au voyage...

    Cette exposition est une invitation au voyage et à l’aventure, symboles de la vie et de l’oeuvre de Jack London. Mettant en scène de nombreux objets et documents, certains souvent présentés au public pour la première fois, elle donne à revivre l’un des paris les plus audacieux de l’écrivain : son voyage dans les mers du sud entre 1907 et 1909. La présentation s’articulera autour des archipels traversés par l’écrivain : Hawaï, les îles Marquises, Tahiti, Fidji, Samoa, Vanuatu, les îles Salomon..Une sélection d’oeuvres majeures, issues des collections du MAAOA et de grands musées spécialisés dans les Arts Premiers, sera présentée aux côtés des objets rapportés par Jack London lui-même. La scénographie mêlera (...)

     

  • 4 septembre

     

    L’Ombre qui se déplace en faisant des bruits, création Belsunce. La Compagnie

    L’Ombre qui se déplace en faisant des bruits, est une exposition proposée apr La Compagnie, lieu de création et d’exposition artistique situé à Belsunce. La Compagnie propose des situations de créations collectives avec les habitants de Belsunce, enfants et adultes. Art, culture et lien social travaillent avec une équipe constituée d’artistes, privilégiant un travail de reprise de ses perceptions, d’élaboration des représentations. En 2016-2017, La Compagnie a ainsi continué l’articulation et l’ancrage de son projet dans Belsunce et le grand centre-ville, auprès des habitants et avec les structures associatives travaillant avec ces publics. Musique, moteur !, La Compagnie, lieu de création 19, Rue (...)

     

  • 4 septembre

     

    la 4e Biennale du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires, RHMIT)

    Pendant les trois prochains mois, la 4e Biennale du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires (RHMIT) révélera plus d’une centaine d’événements à travers toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Conférences, spectacles, ateliers, balades, colloques, expositions, projections de films... seront autant d’occasions de découvrir la diversité des acteurs régionaux, associatifs ou publics, leur dynamisme et leur engagement sur les questions fondamentales que sont l’histoire des immigrations et des territoires de notre région. Début, le 15 septembre. La photo est une image d’archives Une image d’archives, à deux pas du Vieux Port, fin XIXe siècle. L’hôtel de Jérusalem (traduit (...)

     

  • 1er août

     

    Fête du 4 août, à la belle de Mai, pour fêter la fin des privilèges

    Pour fêter l’abolition des privilèges, le collectif " Fête du 4 août " propose des rencontres avec les acteurs sociaux de terrain ( Eau Bien Commun, Médecins du Monde, Meus, Usagers. Des Transports), des syndicats et des collectifs de lutte ( Solidaires, Front Social 13) et les habitants de ce quartier de Marseille (entre autres, La Fédération des Associations Comoriennes de Marseille ) dans le cadre d’une fête populaire (groupes musicaux, balletti et paella géante). Le vendredi 4 août, la fête sera animée par le groupe Kilimandjaro, et ses rythmes africains, Susie, chanteuse de genre et le Dj. Pour célébrer l’abolition des privilèges de 1789 et appeler à l’abolition des nouveaux privilèges, un (...)

     

  • 30 juin

     

    2017 ça rime avec Africa Fête ! Du 30 juin au 8 juillet...

    Le Festival Africa Fête de Marseille aura lieu du 30 juin au 8 juillet 2017 pour cette édition 2017 (la numéro13) un menu copieux vous attend. Et ce, tant pour l’esprit que pour la fête, c’est ça Africa Fête ! Le programme complet est ici : L’Edito de notre Ami Victor Faye, histoire d’en comprendre les enjeux. En septembre 1956 se tenait à la Sorbonne le premier congrès des écrivains et artistes noirs qui avait comme but essentiel de rehausser aux yeux du monde entier le statut des civilisations noires au même titre que celles des autres cultures. À l’époque, cet événement était considéré comme un tournant décisif pour les peuples de cultures noires du monde entier. Qu’en est-il soixante ans après ce (...)

     

  • 10 mai

     

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995...Exposition MAC Marseille

    HIP HOP : un âge d’or 1970-1995... 13 mai 2017 – 14 janvier 2018 La culture Hip Hop ouvre les portes du musée d’Art contemporain à ceux qui aux États-Unis, en Europe et à Marseille incarnent un phénomène planétaire. Depuis les premières block parties du Bronx jusqu’à l’âge d’or marseillais retrouvez la fièvre qui s’est emparée du monde en trois temps et quatre mouvements : DJing, MCing, Graffiti & Bboying. La formidable énergie et l’inventivité des DJ, des maîtres de cérémonie, des graffeurs et writters, des break dancers et de leurs crews a pris la rue, les clubs et la jeunesse du monde. Émergeant dans le quartier du Bronx, qui connaît les pires conditions économiques, une jeunesse qui rêve d’exister (...)

     

Articles récents

Articles au hasard