Articles

Accueil > Actualités > « Le Contact Club : béquille pour le centre-ville et levier pour les jeunes (...)

 

« Le Contact Club : béquille pour le centre-ville et levier pour les jeunes »

21 août 2011 - Dernier ajout 22 août 2011

Si les structures de quartiers doivent redoubler d’ingéniosité l’été afin d’occuper au mieux les jeunes, les centres d’accueil et de loisirs du centre-ville ne sont pas reste. Face à un hyper-centre grouillant de tentations, ils doivent souvent faire preuve d’ingéniosité pour séduire des adolescents et éviter qu’ils ne tombent dans l’économie parallèle. Depuis plus de 50 ans, le Contact Club propose aux jeunes loisirs et activités sportives. Loin de relâcher ses efforts durant la période estivale, considérée comme risquée pour les adolescents, l’association met tout en œuvre pour organiser manifestations et séjours spécifiques. L’occasion d’occuper les esprits et de sonder les problèmes.


 

Considéré comme un pilier de l’hyper-centre-ville, chaque jour, une trentaine de jeunes franchit les portes des centres de loisirs du Contact club, une association créée en 1959 qui se donne comme objectif la prévention de la délinquance. Située rue des Carmelins, l’association s’adresse aux jeunes de 12 à 25 ans, des 1er et 2e arrondissements de Marseille, proposant loisirs et écoute. Cette structure aussi atypique que marginale accueille environ 300 jeunes par an. Rencontre avec son directeur, Slimane Boughanemi.

Med’In Marseille : Que signifie prévenir la délinquance, quelles sont les missions de l’association ?

Slimane Boughanemi : Notre but est de suivre un jeune au quotidien, dans son environnement. Il arrive souvent à 12, 13 ans et reste jusque 16, 17 ans. On travaille avec les collèges, les familles, on les oriente et on accompagne ceux qui sont le plus à la marge. On peut les prendre en charge quand ils sont renvoyés de l’école ou quand ils ne trouvent pas d’établissement pour les accueillir. L’avantage de l’association est qu’on possède une grosse amplitude d’ouverture, on est ouvert le soir, après les cours, les jeunes peuvent venir jusque 20h30. On possède une équipe d’une vingtaine d’éducateurs et d’animateurs qui sont des professionnels et qui ont une capacité de diagnostic.

Le travail le plus important est ensuite de créer des liens et d’activer un levier pour cette jeunesse. La prévention de la délinquance passe par l’accueil, l’accompagnement, la prise en charge, le suivi scolaire, il s’agit de travailler avec les collèges et lycées, tout comme de proposer des animations culturelles, sportives ou sociales. Tous les mercredis, on organise des matchs de foot avec des jeunes de tous les quartiers, ils se retrouvent dans le centre pour un mini-championnat, ils s’auto-arbitrent, on observe, on accompagne. On travaille aussi sur différents projets pour que les jeunes s’impliquent sur des missions. On a des jeunes qui ont travaillé dans une maison de retraite de Belsunce par exemple. On se greffe également sur différents évènements, comme la Fête du vélo ou autre, on est toujours preneurs ! Après on met en place des activités telles qu’un labo photos, du théâtre.... en somme : des animations de rue, des loisirs et de la culture pour éviter les déviances !

Les défis sont-ils les mêmes l’été ?

Toute l’année, le Contact Club offre tout un panel d’activités. L’été elles se poursuivent et on organise en plus des séjours, des évènements pour sortir les jeunes du quartier. Dès que les vacances arrivent, dès qu’il y a du temps de libre, c’est un moment fragile pour les ados, donc il n’y a pas de relâche, ce sont les périodes les plus intenses pour nous. On possède trois clubs de prévention qui deviennent des centres de loisirs : un rue des Convalescents, près de la gare, un autre à l’espace Velten, Porte d’Aix et un dernier espace Trinquet, boulevard des Dames. Cet été on a aussi mis en place des camps de vacances. Quatre séjours ont été organisés, dans les Hautes-Alpes, dans les Pyrénées Orientales, en Allemagne, dans le cadre d’un échange.... L’été c’est un peu comme un challenge : on voit si ce qu’on a entrepris toute l’année, si tout cet investissement est pertinent. On a la réponse en observant le comportement des jeunes dans un camping ou autre, c’est un défi, on voit si on a un retour. Un des soucis, ce sont aussi les périodes de ramadan, où les gamins se privent sans connaissances de la religion et sans informations sur les autres piliers. Certains se privent de plage, restent en ville et on craint certaines dérives ou récupérations.

Quelle différence pouvez-vous établir entre votre association installée en centre-ville et les structures de loisirs et d’accueil situées en périphérie ?

La particularité du centre-ville de Marseille est qu’il est lui même constitué de quartiers : Noailles, la Porte d’Aix, la Joliette, sur lesquels on se focalise. Le centre-ville est bien sûr aussi un pôle économique, c’est un enjeu de tous les instants car il offre beaucoup de tentations. Le véritable challenge est de savoir comment motiver ces adolescents et éviter qu’ils ne tombent dans l’économie parallèle. Il faut arriver à fidéliser un public très volatile, qui bouge beaucoup. Ici, à la différence des centres sociaux, les jeunes viennent d’eux mêmes, le fonctionnement de l’association repose sur la libre adhésion. Il y a, de plus, peu de structures en centre-ville : pas de stades, de piscines,... au niveau infrastructures, c’est maigre ! L’été, les contrats aidés de 20h qui travaillent à l’association passent à 45h, sans que leur contrat ne change. C’est sûr qu’on doit faire preuve de professionnalisme mais aussi, je pense, d’un certain militantisme ; parfois certains animateurs ouvrent le dimanche ! On est vraiment différent des lieux d’accueil comme les maisons pour tous ou les centres sociaux, l’état d’esprit n’est pas le même, ici c’est plus familial, on est plus petit. Mais il manque peu de choses pour que nous soyons considérés comme un centre social. La différence est qu’un centre social doit prendre en compte toute la population, il doit être un lieu d’accueil parents-enfants, nous, nous travaillons sur ce territoire auprès des jeunes et non auprès de toute la famille. L’association est ici comme une béquille pour le territoire sur lequel on travaille.

On a d’ailleurs également développé un volet insertion. On a pu en effet remarquer une évolution parmi les jeunes de 16 à 20 ans qui se retrouvent de plus en plus souvent largués au lycée, après une mauvaise orientation au collège. C’est souvent au lycée que ça capote et ils arrêtent les cours. On a donc décidé de continuer avec les jeunes plus longtemps, de les accompagner jusque 25 ans. On a également noté l’apparition ces dernières années d’une pauvreté endémique et sociale, les jeunes vivent de plus en plus dans des économies de survie. Quand on rentre en lien avec les familles, on découvre qu’il y a un mille-feuilles de problèmes, d’où l’importance d’un travail à réaliser en partenariat avec les Maisons de la Solidarité, les Points d’Animation Prioritaires Emploi Jeunes ou les services sociaux, sinon on risque de perdre ces jeunes. Souvent les partenaires associatifs, la Ville, les lycées jouent heureusement le jeu. Sans réseau, il serait difficile de faire face à cette kyrielle de problèmes dans lesquels baignent ces jeunes.

Contact Club

1 rue des Carmelins

Mail : contact-club.marseille@fondation-auteuil.org

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard