Articles

Accueil > Actualités > La « formation » franchit les frontières des pays de la rive Sud

 

La « formation » franchit les frontières des pays de la rive Sud

22 décembre 2009

Les Archives et Bibliothèque départementales Gaston Defferre accueillaient vendredi les IXème rencontres de la coopération en Méditerranée organisée par l’association Medcoop autour du thème de la « Formation, de la coopération et du développement en Méditerranée, entre richesse et diversité ». Ces IXèmes rencontres ont eu pour but de faire le point sur l’état des partenariats dans les divers domaines de la formation initiés par les acteurs de la société civile de la région dans les pays de la rive sud.


 

JPEG - 68.2 ko
Kader Bekkar Jean Fr ancois Lamarche Jena Lousi Canal Jean Marc Buisson

« C’est une question éminemment stratégique dans le contexte actuel car la formation favorise le développement économique dans tous les secteurs et dans tous les pays de la rive sud. Répondre aux défis de l’emploi et du développement, c’est aussi s’interroger sur la pertinence de notre partenariat dans ce domaine » a souligné en préambule Kader Bekkar, délégué général de Medcoop. En effet, Medcoop est à la fois une interface avec les institutions et un lieu d’échange entre les opérateurs. Cette association a pour mission de rassembler les énergies et de développer les initiatives de coopération en Méditerranée dans les domaines économiques, environnementaux et sociaux.

« Au Maghreb, 30% des diplômés sont chômeurs »

Les pays du sud de la Méditerranée ont fait des efforts considérables pour améliorer la scolarisation et la formation. L’écart avec les pays développés a été réduit. Ces politiques ont permis de scolariser des populations qui n’avaient pas accès jusque-là à des formations de base. « Malgré ces efforts, les pays du Sud parviennent difficilement à répondre à tous les besoins de l’après formation ». Le chômage des diplômés reste un problème récurent. « Au Maghreb, 30% des diplômés sont au chômage, en Egypte, c’est 90% » a tenu à rappeler le délégué général de Medcoop. Ceci entraine irrémédiablement la « fuite des cerveaux ». A l’heure actuelle, « il y a plus de médecins Algériens à l’étranger qu’en Algérie ». « La majorité des migrants qui viennent en Europe sont les plus formés. Ce ne sont pas les plus pauvres qui viennent » a fait remarquer un jeune homme qui a notamment le regret de voir que les diplômes étrangers ne sont pas reconnus en France.

JPEG - 70.4 ko
Pierre Lasserre Alain Guinebault Philippe Schmitt Serge Scotto Leo Vincent Michele Vernassaud Directrice du CRIPT PACA

Est-ce que la coopération dans le domaine de la formation sert à quelque chose ?

Medcoop a pour mission de rassembler les énergies et de développer les initiatives de coopération en Méditerranée. Aujourd’hui, la coopération reste indispensable. Les actions de Medcoop « ont montré l’importance de construire un échange, un dialogue entre les acteurs de la région » souligne Jean Louis Canal, vice président du Conseil Régional PACA. Il a également mis en avant la menace du projet de réforme des collectivités territoriales qui pourrait faire entrave aux actions de coopération et aux actions locales.

Il faut savoir qu’au Maghreb, la population analphabète est estimée à 20 millions. « Le sujet aurait tendance à nous dépasser tous » souligne Jean-Marc Buisson, représentant le Conseil Général. « Mais il faudrait aussi poser la question de savoir comment la formation se pose dans ces pays. Les pays du nord font des propositions en disant ce que le sud a besoin. C’est une vision restrictive de la formation » poursuit-il. Jean-François Lamarche, représentant le préfet de la région, Michel Sappin, ajoute : « les projets doivent correspondre aux besoins des pays du sud. Puis, il y a aussi un devoir de non ingérence à respecter ».

Les représentants d’associations, d’institutions, d’école ou de laboratoires de recherches sont quant à eux, venus présenter leurs actions dans le domaine de la formation au cours de ces dernières années. L’institution financière, « Agence Française de Développement » (AFD), est au cœur du dispositif français de l’aide publique en faveur des pays pauvres. «  L’AFD soutient, par des prêts à longs termes, les pouvoirs publics, le secteur privé et les réseaux associatifs locaux pour la mise en œuvre de projets économiques et sociaux divers. Elle intervient ainsi dans cinq continents et dans les collectivités d’Outre-mer » explique Jean Louis Piquemal, Chef de division du Centre d’Etudes Financières, Economiques et Bancaires (CEFEB), un département spécialisé de l’ADF installé à Marseille depuis 1995. « En termes de formation le CEFEB a crée un Master « Maîtrise d’Ouvrage Publique et Privée » qui vise à renforcer et à étendre les bases conceptuelles et opérationnelles indispensables à la prise décision de type « maîtrise d’ouvrage » pour des pays en voie de développement, en transition ou en sortie de crise ».

Pour Léo Vincent, adhérent Medcoop et Président du Réseau Méditerranéen des Écoles d’Ingénieurs (RMEI), « les défis sont nombreux en Méditerranée mais l’enthousiasme que mettent en œuvre les acteurs de la Méditerranée nous encourage pour développer nos formations d’ingénieurs afin de faire des 100 000 étudiants qui sont concernés par le RMEI, des futurs dirigeants du monde économique ». Mais de nombreuses barrières se dressent sur leur chemin. Léo Vincent, a notamment pointé du doigt la difficulté à obtenir un visa pour les étudiants. L’obtention d’un visa n’est pas la même selon que l’on se trouve au nord ou au sud a-t-il fait remarqué. Aujourd’hui, la mobilité des étudiants reste insuffisante.

Nombreux sont les étudiants algériens, futurs ingénieurs, qui viennent finaliser leur études en France dans le cadre du partenariat Hubert Curien (PHC) TASSILI, qui soutient la coopération scientifique franco-algérienne. Ce partenariat est géré par le CMEP, comité mixte d’évaluation et de prospective pour la coopération scientifique franco-algérienne, dont la présidence française est assurée par Philippe Schmitt. Le co-président algérien est le recteur de l’Université d’Alger, Tahar Hadjar. Les projets s’inscrivent dans le cadre de la coopération bilatérale entre la France et l’Algérie et à ce titre sont financés par les deux pays. Ce programme d’action vise en particulier à favoriser l’aide aux jeunes chercheurs, c’est-à-dire des jeunes doctorants algériens qui n’ont pas encore soutenu de thèse et qui viennent la finaliser en France. 200 doctorants sont formés chaque année. Ils deviennent ensuite des enseignants chercheurs en Algérie.

Un débat riche en interrogations

Le débat, modéré par le journaliste et écrivain Serge Scotto, aura été passionné. Une militante des droits de l’homme a notamment mis en avant son regret de voir des migrants refoulés. « La Méditerranée est devenue un cimetière. Est-ce que vous avez des projets en ce qui concerne les migrants ? Un projet où on se reconnait plus humainement ? » A cela, Jean Louis Piquemal répond que l’AFD, en partenariat avec la Banque Africaine de Développement, a commandé une enquête auprès des ménages de quelques pays (Maroc, Sénégal, Mali ...) pour connaître les modes, volumes et types d’utilisation des transferts des migrants. L’AFD s’intéresse également aux liens entre santé et migrations, en particulier à travers une enquête conduite aux Comores.

« Il y a ce mépris par rapport aux pays du sud » poursuit une auditrice. » « L’exemple des agriculteurs me semble problématique en France. Je m’interroge vraiment à ce type de formation que l’on veut donner à nos partenaires du sud. »

D’autres ont mis en garde contre les dangers des représentations mentales. « Des représentations qui sont d’accoler des mots : « immigration et problème », « misère » et « restez chez vous ». Avec un gouvernement qui voulait aussi accoler « bienfait » et « colonisation ». « Il faut faire attention à l’image que l’on donne à ces partenariat entre pays du sud et pays du nord » résume un des membres fondateurs de Medcoop.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard