Articles

Accueil > Actualités > La diversité toujours zappée à la télévision

 

La diversité toujours zappée à la télévision

28 novembre 2011

L’égalité de représentation dans le monde des médias et de l’audiovisuel, ce n’est pas encore pour demain, mais petit à petit, l’oiseau fait son nid, résume en substance le club Averroès, invité des premières Assises de la Diversité organisées à Paris par l’hebdomadaire « Témoignage chrétien » et le mensuel « Salam news ». L’occasion pour ce club informel, œuvrant à la promotion de la diversité dans les médias, de faire le point sur le poids des minorités à la télévision. Le constat est sans appel : pour avoir son minois sur le petit écran, mieux vaut montrer patte blanche !


 

PNG - 15.9 ko

Deux phénomènes ont pu être observés en matière de diversité dans les médias, analyse Mohamed Nassim, porte-parole du club Averroès : une sous-représentation et une mal-représentation des minorités. Deux tendances qui sont désormais chiffrées : des organismes tel que le CSA publient en effet des analyses en matière de diversité. Le nombre de personnes issues des minorités que l’on voit aussi bien à la télévision que dans les publicités, est ainsi chaque année précisément calculé. Une avancée importante pour le porte-parole du club : « Il y a 10 % de minorités présentes à la télévision, un chiffre qui n’a pas bougé depuis des décennies malgré les actions du CSA. Dans la publicité, c’est 12 %, un chiffre qui reste également stable », commente Mohamed Nassim.

Le défi du club : améliorer ces chiffres grâce à ces données concrètes qui permettent aujourd’hui, à la fois, de mettre en avant les évolutions et de révéler les limites, au premier rang desquels, le poids des préjugés. Les minorités sont souvent assignées à certains stéréotypes, regrette le porte-parole : « Quand on voit dans la pub un noir, c’est souvent un sportif qui fait la promotion d’une marque de sport, quand c’est un Maghrébin, il fait la promotion d’un voyage à Marrakech ! Il n’y a pas de minorités qui soient présentes pour promouvoir des marques ou des produits de façon intelligente. Dans la promotion de l’industrie automobile, on ne verra jamais un Maghrébin ou un Asiatique ! Idem dans le domaine bancaire : c’est rare de voir des conseillers en patrimoine issus des minorités, ou alors, ils passent juste dans l’image : il y a une réelle sous- représentation et mauvaise assignation identitaire ».

« Tout ce qui ne passe pas à la télé n’existe pas »

JPEG - 95.6 ko

Pour ce dernier, il existe une réelle distorsion entre la France telle qu’elle est aujourd’hui et la France fantasmée par les patrons des médias et les publicitaires : « Les patrons de chaîne voient encore la France comme elle était dans les années 50, or la France a beaucoup changé, que ce soit dans les campagnes ou dans les villes. Ils ont du mal à s’adapter, mais il faut qu’ils s’adaptent car si on veut avoir un bon vivre ensemble, toute la population doit être représentée à la télévision. » Faisant allusion à l’adage populaire : « tout ce qui ne passe pas à la télé, n’existe pas », le professionnel souligne que si certaines populations ne se voient pas à la télévision, elles n’arriveront pas à se projeter dans la société française : « Si un enfant noir ne voit jamais un banquier présenter des produits à la télévision, il ne pourra pas s’imaginer dans ces métiers là ». Ce dernier juge que beaucoup de problèmes d’exclusion ou de repli observés au sein de certaines communautés sont liés à cette marginalisation dans les médias : certaines populations ne se sentent pas assimilées car elles ne se voient pas dans les médias.

Une marginalisation dont les explications sont à chercher du côté des patrons de presse : « On voit pas mal de dirigeants qui disent on ne peut pas mettre des gens issus des minorités dans des feuilletons ou les médias car les gens vont zapper ! ». Faux répond Mohamed Nassim qui souligne que lorsque Harry Roselmack est devenu joker à TF1, l’audience est restée la même : « Au contraire, les gens veulent voir des minorités à la télévision, si on se penche sur des fictions comme ’La journée de la jupe’ ou ’Aicha’, on constate que les Français aiment ce genre de programmes. Si on regarde ce qui marche au cinéma aujourd’hui, on a en première ligne le succès fulgurant du film ’Intouchables’ avec un acteur noir, Omar Sy, à l’affiche. Si on considère encore le baromètre des personnalités préférées des Français, élaboré par le JDD, on voit que ce sont des personnalités telles que Yannick Noah, Jamel Debbouze ou encore Mimie Mathy , une autre incarnation de la diversité, qui occupent le haut du podium. Les Français plébiscitent ces minorités ».

« Sur l’écran : on nous inflige des désirs qui nous affligent ! »

Mohamed Nassim prend encore l’exemple des séries américaines qui présentent énormément de diversité et occupent une grande partie de l’antenne en France. Cette diversité américaine est bien intégrée sur les grilles de programmes, par contre la diversité française, les gens de télévision n’en veulent pas, « ils bloquent », lance encore Mohamed Nassim. « J’aime souvent citer le fameux refrain de cette chanson bien connue : ’on nous inflige des désirs qui nous affligent’ : je pense que c’est le cas pour la plupart des Français, aujourd’hui, quand ils regardent la télévision ! », commente avec humour l’analyste.

L’essentiel du travail du club est de travailler avec les médias sur ces questions : organisation d’évènements, conférences, dîners-débats avec les patrons de chaines, le club échange et aide les dirigeants à améliorer la diversité dans leurs chaines respectives. S’élevant contre le principe d’autorégulation, le club Averroès mise sur le législatif : « on a réussi à changer la loi de 1986 sur l’audiovisuel, désormais, France-télévision doit rendre un rapport annuel au parlement sur ses initiatives en matière de diversité et toutes les chaines doivent également remettre un rapport au CSA, où ils indiquent leurs objectifs dans ce domaine, pour l’année suivante. Tous les ans, le CSA détermine si les objectifs présentés ont été atteints, et si non des amendes tombent ! ».

JPEG - 34.1 ko

Pour Mohamed Nassim, différents éléments doivent être mis en œuvre pour améliorer la visibilité des minorités dans les médias : les patrons et les décisionnaires doivent tout d’abord se trouver en première ligne, ce sont eux qui doivent pousser à l’ émergence de la diversité, juge le club. La diversité doit également devenir un objectif mesurable dans chacun des médias. Elle doit aussi être un composant stratégique de l’entreprise et non une variable d’ajustement. Dernier prés-requis indispensable pour le club : la lutte contre l’endogamie prédominante dans les médias : « ces derniers doivent recruter ailleurs que dans leur petit cercle restreint », recommande le club.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard