Articles

Accueil > Actualités > La culture à Marseille : Le Festival du livre de la Canebière se meurt (...)

 

La culture à Marseille : Le Festival du livre de la Canebière se meurt !

18 février 2014 - Dernier ajout 14 février 2014

Couleurs Cactus, l’association qui produit le Festival du Livre de la Canebière depuis 6 ans, se meurt ! Faute de subvention... Résultat : tous les salariés sont au chômage et les dettes s’accumulent... en attendant que bougent les politiques. Pour juin 2014, la direction et l’équipe ont réussi, à reconduire le festival, mais ce sera avec des bénévoles. On peut se consoler et les aider en lisant l’ouvrage que l’association vient de sortir. Ce livre petit format, qui reproduit des photos d’Abel Abidat et une nouvelle de l’écrivain varois Marcus Malte « Je n’étais pas parti pour rester », invités en résidence en 2013. Le court récit de Marcus Malte nous plonge dans un va et vient entre présent et passé, et revient sur les crimes commis contre les Algériens en 1973 à Marseille. Le 15 mars, une dédicace est organisée au comptoir Dugommier, dans le 1er.


 

JPEG - 95 ko
Rencontre sur le kiosque musique avec Marcus Malte et Abed Abidat, juin 2013, festival du livre de la Canebière

Depuis 6 ans, les habitants et passants du haut de la Canebière peuvent venir à la rencontre de livres et d’auteurs de littérature, au mois de juin, sous le kiosque à musique, devant la mairie. Le signe de ralliement de ces trois journées pour tout public en plein air est la fameuse girafe, (qui eut un temps un girafon construit en livres) qui surplombe encore notre belle Cane.. bière. Le Festival du Livre de la Canebière est une manifestation littéraire qui s’ancre peu à peu comme un rendez-vous nécessaire à Marseille, car il lie autant la question du territoire que celle de la culture. Et propose une véritable respiration culturelle pour le centre ville. Ce pari ambitieux et presque utopique, sur ce quartier moribond est mené par Couleur Cactus avec passion et réussite puisque 3000 personnes sont au rendez-vous chaque année. Ce festival est autant une façon de démystifier les livres que de leur donner une visibilité, bien malmenés en ces temps numériques… Et de croiser les publics, les riverains, les sans abris, les passants que le festival retient le temps d’une lecture ou d’une rencontre avec un livre, les habitués, les enfants....

JPEG - 49.2 ko
Valentina Traanova occupe l’espace lors de la performance Frankistan, juin 2013

Temps festif, ponctué d’ateliers d’écritures en tout genre, de happenings artistiques, de concerts, il est aussi l’occasion de faire connaître ou mettre en lumière des auteurs régionaux : comme le Corse Marc Biancarelli, René Frégni ou Marcus Malte, l’année dernière. Ou internationaux tels que le Guinéen Libar Fofana, l’Espagnole Cristina Fallaras et l’Algérien Mustapha Benfodil en 2013.

JPEG - 136.7 ko

Mais cette manifestation est aujourd’hui menacée de disparaître, même si en juin 2014, elle se fera coûte que coûte, même si elle mobilise des bénévoles pour faire exister l’évènement. Mais cela ne pourra pas être pérenne, d’autant plus qu’il est nécessaire de payer les intervenants. « Nous espérons que notre dossier passera en commission de la Région. Pour le Conseil général, on verra bien ! Pour payer nos dettes, notamment de l’Urssaf, on développe des prestations de service, des activités d’animation autour du livre et de la formation et accompagnement de projet, » résume la directrice Cécile Silvestri. Il faut dire que le Festival est devenu, en coulisse, un enjeu pour les politiques, il est estampillé territoire Patrick Mennucci, ce qui ne plaît pas à tous au Conseil Général…
Entre découragement et combativité, l’équipe de Couleur Cactus qui ne veut pas saborder 6 ans de travail, mise aussi sur d’autres sources de revenu, comme des animations et ateliers d’écriture. Cathy, la graphiste de l’association rappelle : « Nous avons les compétences et l’envie, nous ne lâcherons pas le morceau ! ».

JPEG - 107.9 ko

Pour laisser une trace du festival, l’association a monté depuis deux ans une publication, les éditions « à vif », née de courte résidence d’auteurs et d’artistes. En 2012, René Frégni, et le bédéiste Eddy Vaccaro ont donc sorti un ouvrage commun « Les Gabians se lèvent à l’heure », texte de René Frégni et « Sous l’œil de Zarafa », BD d’Eddy Vaccaro. En 2014, ce sera la Marseillaise Marie Neuser, auteure de roman noir et la graphiste Mathilde Chèvre qui se prêteront à l’exercice. L’opus 2013, tirée à 500 exemplaires, qui sort le 15 mars prochain, rassemble la nouvelle de Marcus Malte « Je n’était pas parti pour rester » et la série de photos d’Abel Abidat, intitulée « Debout ». Ce dernier, habitant du quartier, a choisi de livrer des photos de sans domicile fixes qui peuplent la Canebière. « Nous cohabitons avec les sans abri, lors du Festival du livre, non sans mal parfois. Mais, le festival est devenu un rendez-vous que les sans abri attendent, comme les animations du kiosque à musique, ils sont contents de pouvoir y faire des rencontres », décrit Cécile Silvestri.

JPEG - 62 ko
L’écrivain Marcus Malte

Avec la nouvelle de Marcus Malte, la magie de voir que la littérature se fait là, sous nos yeux, est entière. Il y raconte sans complaisance, mais non sans poésie, le centre de Marseille, les petites gens, le cosmopolitisme, son expérience de blanc au milieu de cette population métissée, les prostitués, les SDF, la cour des miracles de Marseille, son étonnement que nous, vivant ici, ne ressentons plus. Son récit situé en 2013 restitue bien l’ironie d’une capitale de la culture qui laisse son centre ville à l’abandon.

En parlant du square Verdun, Marcus Malte écrit : « S’il a un endroit qui porte bien son nom, c’est celui-ci. Le rendez-vous des fracassés. Impressionnant, le nombre d’entre eux qu’on peut croiser. Les victimes de la grande guerre économique, les héritiers de l’autre, celle d’un siècle passé. Ou bien leurs fantômes, leurs spectres, revenant hanter les lieux afin qu’on les oublie pas. »
Sur fond de recherche du passé d’un père, peut-être mêlé ou complaisant des crimes racistes perpétrés à Marseille en 1973, époque d’un sinistre commando d’extrême droite Charles Martel, le récit de Marcus Malte égrène un à un les noms des Algériens assassinés, l’été 1973 et les conclusions des enquêtes de l’époque qui laissent souvent sans suite les meurtres. Revenant au Marseille présent, le narrateur dépeint, une centre de Marseille, ville-monde qui regorge d’une culture que la ville ne veut entendre, mais que l’artiste nous donne à voir, malgré tout.

couleurs-cactus.com

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard