Articles

Accueil > Actualités > La Madrague drague les Rroms : tremplin vers l’insertion ou « centre de (...)

 

La Madrague drague les Rroms : tremplin vers l’insertion ou « centre de rétention » ?

23 août 2011 - Dernier ajout 24 août 2011

Sur la grosse centaine de Rroms accueillie depuis une dizaine de jours à l’Unité d’Hébergement d’Urgence de la Madrague Ville, une dizaine a déjà quitté Marseille par car. Soixante autres vont embarquer jeudi sur un vol charter en direction de la Roumanie. Le même jour, collectif d’associations et élus manifesteront devant la mairie - qui suite à la promesse d’organisation d’une table ronde oppose désormais un mutisme « inacceptable » selon eux.


 

Il est à peine plus de huit heures, et le soleil n’offre déjà pas de répit. Les premiers Rroms quittent l’Unité d’Hébergement d’Urgence (UHU) de la Madrague pour aller travailler, ferrailler, chiffonner. Qu’importe la chaleur étouffante. Ils avaleront quelques dizaines de kilomètres de bitume encore aujourd’hui, sans avoir le temps de se soucier de demain. Demain, ils seront expulsés du territoire français.

Dans la cour quelques enfants jouent, ou écoutent de la musique. Les adultes dorment encore pour la plupart. D’un sommeil lourd, « presque comateux », commente Maxime Frache, directeur adjoint de l’Armée du Salut qui nous accueille à l’improviste sans s’en offusquer. « C’est comme s’ils récupéraient d’une opération ou d’un grand traumatisme » explique-t-il avec compassion, faisant référence aux mois d’errance forcée, aux expulsions répétées. Certains n’ont pas couché sur un matelas, dans des draps propres depuis des lustres.

JPEG - 76.4 ko

Epuisés par cette traque sans fin, plus de la moitié des Rroms ayant trouvé refuge à la Madrague ont finalement accepté de faire l’objet d’une reconduite aux frontières. Soixante d’entre eux, pouvant prétendre à l’Aide au retour humanitaire (ARH), d’un montant variable allant de 100 à 300 euros prendront un vol charter jeudi en tout début d’après-midi. Direction Timisoara, en Roumanie. Constantin Kovaciu sera l’un des « reconduits ». Il nous présente sa « convocation au départ », résigné. L’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) s’assurera de son acheminement jusqu’à l’aéroport de Marignane, selon la volonté gouvernementale réaffirmée il y a quelques jours par le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, souhaitant voir le nombre d’expulsions en 2011 battre le record de l’année précédente.

«  Désillusion »

Quelques familles, non éligibles à l’ARH, ont déjà pris le chemin de la Roumanie par autobus. C’est ce qu’entreprendront dans une poignée de jours les parents de Raoul et Samuel, adorables jumeaux. Vont-ils revenir ? « Non », murmure la maman en baissant la yeux, à bout de force et d’espoir. Maxime Frache entend cet abattement : « Pour beaucoup, c’est une désillusion énorme vis-à-vis de ce qu’ils pensaient trouver en territoire français ». S’il évoque sans confirmer, de source consulaire, l’existence de « filières de passeurs qui trompent les gens et les abandonnent une fois arrivés en France », le directeur adjoint de l’établissement d’hébergement d’urgence reste réaliste : « les Rroms, mais aussi les Serbes et Roumains que nous accueillons ont tous en commun la volonté farouche de fuir leur pays, la misère, leurs conditions de vie, de se mettre à l’abri ». Il espère leur offrir un peu de sécurité, la possibilité de prendre une douche « à n’importe quelle heure », de « manger équilibré ». D’ailleurs, malgré quelques tensions, la cohabitation à l’UHU s’est relativement bien déroulée, grâce à « un cadre strict, qu’ils ont tous très bien accepté ».

JPEG - 28.9 ko
Maxime Frache, directeur adjoint de l’UHU de la Madrague.

Concernant la quarantaine de Rroms n’ayant pas pris le parti de quitter le pays, Maxime Frache est catégorique : il est hors de question de « les remettre dans un squat. Ce ne sont pas des SDF, mais des migrants », qui contrairement à l’image d’Epinal qu’une majorité de la population en a n’ont pas fait de la vie dans la rue un choix. « Ils n’étaient pas nomades dans leur pays et avaient pour quelques-uns une activité. Ils sont en outre très attachés à un noyau familial et en demande d’un logement, d’un travail, de la scolarisation de leurs enfants ».

Rester, mais pas les bras croisés

Le jeune homme sait l’action du centre d’hébergement par définition limitée à l’urgence et reste tributaire de la volonté de la municipalité pour ce qui est de l’insertion. Il veut croire que «  la mairie a un projet pour eux ». Et se dit « prêt à accompagner les Rroms sur une autre structure, quitte à détacher quelques salariés ». Seulement, élus et associations membres du collectif Rroms de Marseille n’ont « absolument aucune nouvelle de la mairie ». Christian Pellicani, conseiller municipal communiste qui avait participé à la réunion en mairie centrale lors de l’expulsion du campement de la Porte d’Aix est revenu à la charge concernant l’idée d’une table ronde évoquée alors par l’adjointe au maire en charge du Droit des sols et à la Protection des animaux (!) Danielle Servant. Sans résultat. Jean-Paul Kopp, de Rencontres Tsiganes, justifie de ce fait l’initiative d’une nouvelle manifestation sur le quai d’honneur du Vieux-Port, jeudi à 11h : « on veut rappeler à la municipalité qu’ils ont fait une promesse concernant la tenue d’une table ronde et que désormais on exige un calendrier ». Il s’agit surtout de « ne pas laisser retomber la pression et que la mairie se dise "on a évacué le problème, il n’existe plus, il n’y a plus besoin de faire une table ronde" ».

La Madrague surmédiatisée, tous les autres oubliés...

L’acteur associatif s’insurge : « Ce qui se passe à l’UHU, c’est qu’on l’a transformé en centre de rétention ! On ne leur laisse pas le choix, on leur dit "maintenant, vous prenez un avion et vous rentrez chez vous". La plupart de ces familles-là, dans quelques semaines, seront revenues. C’est une politique complètement stupide ».

JPEG - 113.4 ko

Une lettre ouverte*, signée par les différentes organisations partie prenante dans le collectif - Médecins du Monde, Fondation Abbé Pierre, Secours Catholique, Emmaüs, Pastorale des Migrants, Comité catholique contre la faim, Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen - vient tout juste d’être adressée au maire de Marseille Jean-Claude Gaudin et au préfet de région Hugues Parant. Contactée par nos soins, la mairie a indiqué que Michel Bourgat, adjoint au maire à la Lutte contre l’exclusion habituellement en charge du dossier était « absent jusqu’à la fin de la semaine » et que Mme Servant n’était « plus apte à répondre sur ce point ».

Après-demain, une audience sera de nouveau demandée au premier magistrat de la Ville, afin qu’une concertation entre les différentes collectivités soit « enfin concrètement mise en œuvre ». Car la situation - hautement « médiatisée et c’est tant mieux » selon Maxime Frache - de ce qu’il convient désormais de nommer les « Rroms de la Madrague » ne constitue que l’arbre qui cache une forêt de 1 500 âmes.

*
Untitled

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard