Articles

Accueil > Actualités > La Journée sans immigrés : absents de la vie de la cité

 

La Journée sans immigrés : absents de la vie de la cité

18 février 2010

« Faudra faire sans nous ! » annonce le slogan. La consommation étant le moteur de la croissance, le collectif « La journée sans immigrés » a décidé de l’utiliser comme levier de son action. Ce mouvement apolitique appelle tous les immigrés, les sympathisants à cesser de travailler et de consommer le 1er mars. Une initiative inédite en France qui affiche par leur absence, la nécessité de leur présence dans la vie de la cité.


 

JPEG - 55.3 ko
Des jeunes de l’école EXXECC dévoilent le principe, "ne pas travailler, ne pas consommer" lors de la journée sans immigrés.

« Nous, immigrés, descendants d’immigrés, citoyens de toutes origines et de toutes convictions, nous savons l’apport essentiel de l’immigration à la prospérité de notre pays. Nous en avons assez des propos indignes tenus par certains responsables politiques. Et nous voulons qu’elle ne soit plus stigmatisée ou criminalisée mais reconnue à sa juste valeur. Nous voulons nous réapproprier et réhabiliter le terme d’immigré, devenu péjoratif par la force de l’instrumentalisation politique » énonce le manifeste de l’association « La journée sans immigrés ». L’appel est lancé pour faire du 1er mars une journée historique.

« Assez d’être stigmatisés »

Cette action citoyenne, indépendante, plurielle entend mettre en exergue la participation active de chacun à la vie de la cité. Pendant 24 heures, ils préconisent la non-activité économique. « L’immigration n’est pas une charge pour l’économie mais un apport » souligne l’artiste belge Djam Deblues, coordinateur « La journée sans immigrés » de Marseille. La personne immigrée « n’est pas obligée de tout accepter : des propos insultants, le mépris. N’est pas obligée de baisser la tête. Cette journée est une façon pacifique de relever la tête », explique le musicien Djam Deblues. Le collectif dénonce « un problème d’image, de reconnaissance des immigrés par beaucoup de gens, notamment des élus. On (la société) n’a pas envie de les valoriser » précise-t-il.

JPEG - 51.4 ko
Djam Deblues, coordinateur entouré de Louisa et de Nouriati

Une grande lassitude, des USA à l’Europe

L’été dernier, plusieurs citoyens de France, lassés par un récurrent discrédit de l’immigration lancent sur Internet un appel à redresser la tête. Nadia Lamarkbi, journaliste du Courrier de l’Atlas est à l’origine de cette « Journée sans immigrés », devenue très vite un mouvement d’ampleur nationale. Environ quarante comités régionaux existent en France. Depuis, une charte, axée sur les fondements du manifeste du collectif a été rédigée afin de développer les réseaux et la motivation dans une dynamique citoyenne, et en corollaire de mettre en place l’événement du 1er mars. L’idée s’inspire de l’exemple américain. Le 1er mai 2006, les défenseurs des droits des immigrés appellent au boycott, demandant de s’abstenir de tout achat, de ne pas travailler. L’action s’est avérée spectaculaire, beaucoup de « latinos » sont descendus dans les rues. L’Europe suit aujourd’hui le chemin des USA. Après la France, le mouvement a fait des émules en Espagne, en Grèce et en Italie. A Marseille, le coordinateur recense 500 inscrits sur le site Facebook et estime à 1 500, le nombre de personnes dans la rue, le 1er mars. Djam Deblues observe davantage « de réactions de la part de la communauté africaine et maghrébine car la population est peut-être plus fragilisée en ce moment ». Le mouvement marseillais mobilise une majorité de jeunes. Une classe de l’école de communication EXXECC est impliquée dans la démarche.

1er mars : code des étrangers

Le jour s’imposait tout logiquement. En effet, le 1er mars 2005, le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, communément appelé le code des étrangers entrait en vigueur. La loi stipule une immigration choisie sur critères économiques. Le collectif rappelle le parcours chaotique des étrangers en France sur son site Internet. Début des années 70, l’Etat met en oeuvre une politique de « maîtrise des flux » migratoires, renforcée par la crise économique, due au choc pétrolier. Depuis, seuls les individus, concernés par le regroupement familial et les demandeurs d’asile sont autorisés à s’installer en France. Aujourd’hui, les inégalités entre français et immigrés sont probantes. En 1999, près de la moitié des actifs étrangers sont ouvriers contre un quart des français de naissance. En 2002, le chômage touche 8.3 % des français, un quart des actifs non ressortissants d’un Etat de l’Union européenne sont demandeurs d’emploi. Le taux de chômage s’élève à 36 % pour les jeunes issus de l’immigration.

JPEG - 66.4 ko
Lors de la conférence de presse le 17 février

« Un climat de suspicion »

Le collectif se focalise sur « La journée sans immigrés ». Mardi dernier, une demande d’autorisation de manifestation a été déposée en Préfecture. Un rassemblement aux couleurs de la France devrait avoir lieu devant la mairie de Marseille le 1er mars, de 12h à 14h. Dans l’immédiat, peu d’actions ont été engagées dans les quartiers, auprès des associations ou encore des réseaux sociaux. L’an prochain, cet engagement dans un tissu militant, associatif sera probablement une priorité devant « un ras-le-bol » ambiant.

Les personnes immigrées sont dans une logique de reconnaissance selon Djam Deblues. Mais, actuellement, « le climat n’est pas très fraternel dans ce pays, nous sommes dans un climat de suspicion. Le débat sur l’Identité nationale en est symptomatique. Quelle est cette nation qui cherche son identité ? ». Autant de raisons qui tendent à montrer la pertinence de cette « Journée sans immigrés ».

« La journée sans immigrés » du lundi 1er mars. Le mouvement sur Internet : site :http://www.lajourneesansimmigres.org/fr ; blog : http://blog.lajourneesansimmigres.org  ; forum : http://forum.lajourneesansimmigres.org

Facebook national : http://facebook.com/group.php?v=wall&gid=126193638638

A Marseille, contact LJSI-Marseille@hotmail.fr

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard