Articles

Accueil > Actualités > La Journée sans immigrés : absents de la vie de la cité

 

La Journée sans immigrés : absents de la vie de la cité

18 février 2010

« Faudra faire sans nous ! » annonce le slogan. La consommation étant le moteur de la croissance, le collectif « La journée sans immigrés » a décidé de l’utiliser comme levier de son action. Ce mouvement apolitique appelle tous les immigrés, les sympathisants à cesser de travailler et de consommer le 1er mars. Une initiative inédite en France qui affiche par leur absence, la nécessité de leur présence dans la vie de la cité.


 

JPEG - 55.3 ko
Des jeunes de l’école EXXECC dévoilent le principe, "ne pas travailler, ne pas consommer" lors de la journée sans immigrés.

« Nous, immigrés, descendants d’immigrés, citoyens de toutes origines et de toutes convictions, nous savons l’apport essentiel de l’immigration à la prospérité de notre pays. Nous en avons assez des propos indignes tenus par certains responsables politiques. Et nous voulons qu’elle ne soit plus stigmatisée ou criminalisée mais reconnue à sa juste valeur. Nous voulons nous réapproprier et réhabiliter le terme d’immigré, devenu péjoratif par la force de l’instrumentalisation politique » énonce le manifeste de l’association « La journée sans immigrés ». L’appel est lancé pour faire du 1er mars une journée historique.

« Assez d’être stigmatisés »

Cette action citoyenne, indépendante, plurielle entend mettre en exergue la participation active de chacun à la vie de la cité. Pendant 24 heures, ils préconisent la non-activité économique. « L’immigration n’est pas une charge pour l’économie mais un apport » souligne l’artiste belge Djam Deblues, coordinateur « La journée sans immigrés » de Marseille. La personne immigrée « n’est pas obligée de tout accepter : des propos insultants, le mépris. N’est pas obligée de baisser la tête. Cette journée est une façon pacifique de relever la tête », explique le musicien Djam Deblues. Le collectif dénonce « un problème d’image, de reconnaissance des immigrés par beaucoup de gens, notamment des élus. On (la société) n’a pas envie de les valoriser » précise-t-il.

JPEG - 51.4 ko
Djam Deblues, coordinateur entouré de Louisa et de Nouriati

Une grande lassitude, des USA à l’Europe

L’été dernier, plusieurs citoyens de France, lassés par un récurrent discrédit de l’immigration lancent sur Internet un appel à redresser la tête. Nadia Lamarkbi, journaliste du Courrier de l’Atlas est à l’origine de cette « Journée sans immigrés », devenue très vite un mouvement d’ampleur nationale. Environ quarante comités régionaux existent en France. Depuis, une charte, axée sur les fondements du manifeste du collectif a été rédigée afin de développer les réseaux et la motivation dans une dynamique citoyenne, et en corollaire de mettre en place l’événement du 1er mars. L’idée s’inspire de l’exemple américain. Le 1er mai 2006, les défenseurs des droits des immigrés appellent au boycott, demandant de s’abstenir de tout achat, de ne pas travailler. L’action s’est avérée spectaculaire, beaucoup de « latinos » sont descendus dans les rues. L’Europe suit aujourd’hui le chemin des USA. Après la France, le mouvement a fait des émules en Espagne, en Grèce et en Italie. A Marseille, le coordinateur recense 500 inscrits sur le site Facebook et estime à 1 500, le nombre de personnes dans la rue, le 1er mars. Djam Deblues observe davantage « de réactions de la part de la communauté africaine et maghrébine car la population est peut-être plus fragilisée en ce moment ». Le mouvement marseillais mobilise une majorité de jeunes. Une classe de l’école de communication EXXECC est impliquée dans la démarche.

1er mars : code des étrangers

Le jour s’imposait tout logiquement. En effet, le 1er mars 2005, le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, communément appelé le code des étrangers entrait en vigueur. La loi stipule une immigration choisie sur critères économiques. Le collectif rappelle le parcours chaotique des étrangers en France sur son site Internet. Début des années 70, l’Etat met en oeuvre une politique de « maîtrise des flux » migratoires, renforcée par la crise économique, due au choc pétrolier. Depuis, seuls les individus, concernés par le regroupement familial et les demandeurs d’asile sont autorisés à s’installer en France. Aujourd’hui, les inégalités entre français et immigrés sont probantes. En 1999, près de la moitié des actifs étrangers sont ouvriers contre un quart des français de naissance. En 2002, le chômage touche 8.3 % des français, un quart des actifs non ressortissants d’un Etat de l’Union européenne sont demandeurs d’emploi. Le taux de chômage s’élève à 36 % pour les jeunes issus de l’immigration.

JPEG - 66.4 ko
Lors de la conférence de presse le 17 février

« Un climat de suspicion »

Le collectif se focalise sur « La journée sans immigrés ». Mardi dernier, une demande d’autorisation de manifestation a été déposée en Préfecture. Un rassemblement aux couleurs de la France devrait avoir lieu devant la mairie de Marseille le 1er mars, de 12h à 14h. Dans l’immédiat, peu d’actions ont été engagées dans les quartiers, auprès des associations ou encore des réseaux sociaux. L’an prochain, cet engagement dans un tissu militant, associatif sera probablement une priorité devant « un ras-le-bol » ambiant.

Les personnes immigrées sont dans une logique de reconnaissance selon Djam Deblues. Mais, actuellement, « le climat n’est pas très fraternel dans ce pays, nous sommes dans un climat de suspicion. Le débat sur l’Identité nationale en est symptomatique. Quelle est cette nation qui cherche son identité ? ». Autant de raisons qui tendent à montrer la pertinence de cette « Journée sans immigrés ».

« La journée sans immigrés » du lundi 1er mars. Le mouvement sur Internet : site :http://www.lajourneesansimmigres.org/fr ; blog : http://blog.lajourneesansimmigres.org  ; forum : http://forum.lajourneesansimmigres.org

Facebook national : http://facebook.com/group.php?v=wall&gid=126193638638

A Marseille, contact LJSI-Marseille@hotmail.fr

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard