Articles

Accueil > Actualités > "La Galère" autour de la rénovation urbaine

 

"La Galère" autour de la rénovation urbaine

7 septembre 2011

La seconde édition du festival de Radio Galère 88.4 se tenait ce week-end à la Belle de Mai. Au menu, concerts, animations, expositions, rencontres, mais aussi des débats. Associations, collectifs et habitants ont pu notamment se glisser derrière le micro pour aborder le thème de la rénovation urbaine et des inégalités autour du logement. Partage d’expérience, coups de coeur et coups de gueule ont fait vibrer les ondes de la célèbre radio marseillaise. Retour sur un échange orchestré, poing levé, par Etienne Bastide et Yeter, deux animateurs emblématiques de la station.


 

Galère de l’accés au logement, galère de la rénovation, galère des loyers ou galère des expulsions locatives, la radio éponyme a placé ce forum participatif sous le prisme des luttes. Habitants et associations ont pu faire part de leurs expériences et partager leur engagement. Et c’est avec un premier focus sur la porte d’Aix que le débat s’est ouvert. Retour sur le feuilleton rocambolesque de l’été : affaire du parking, expulsion des Roms, cette porte, point d’entrée et de sortie de la ville, mais aussi lieu d’accueil de différentes manifestations, est maintenant placée sous le joug des CRS. Tout un symbole de rassemblement et de résistance désormais effacé pour Nouredine Abouakil de l’association Un centre-ville pour tous. « En 2005, la marche mondiale des femmes y est passée. Beaucoup de choses se passent là-bas et maintenant, ce sont les fourgons de CRS qui cernent l’arc de triomphe ».

JPEG - 205.3 ko

Un symbole envolé, mais surtout un préalable à la rénovation urbaine, souligne Sarah, étudiante en urbanisme : « On envoie les CRS porte d’Aix et on déblaye ; et maintenant c’est au tour du marché aux puces. On dit aux populations : regardez comme c’est insalubre et puis, on sort ces discours sur la dégradation du quartier, sur la sécurité, des discours qui servent de faire-valoir à cette rénovation ». Des indices qui ne trompent pas pour les associations. Celles-ci s’inquiètent du devenir du marché aux puces de la Madrague, voyant les vendeurs de l’extension du marché se faire confisquer leur marchandise depuis quelques semaines. Ce haut lieu de la consommation marseillaise devrait en effet être rayé de la carte et transformé en un "marché des 5 continents". une menace pour tout le quartier des Crottes et de Bougainville, pour lesquels ce marché représente une importante source d’activités, selon les militants.

Euromed en ligne de mire

Egalement dans le viseur des associations et des habitants : la rénovation menée rue de la République, qui habite encore tous les esprits. Locataires chassés de leurs logements, méthodes de voyous, Nouredine Abouakil ne mâche pas ses mots : « on a vidé des appartements pour en tirer une rentabilité plus forte, les familles ont résisté et des méthodes de voyous ont été employées pour faire partir les habitants. Ce n’était qu’une première étape de la rénovation urbaine, le projet de la rue de la République n’appartient ni à Euromed 1 ni 2, mais a été livré à la spéculation financière, sans encadrement juridique public. »

JPEG - 169.2 ko

Même constat sur toutes les lèvres quant à Euromed : ce projet est bien loin de servir les intérets des habitants. Le second volet, Euromed 2, est en effet perçu comme une simple spéculation immobilière, représentée par des quartiers qui accueilleront des résidences à haute qualité environnementale, des hôtels, des bureaux. Pour Sarah, il s’agit simplement de prendre l’écologie comme argument pour augmenter les loyers. « Déjà avec Euromed 1, la mixité sociale était vue à l’envers, on rénovait en gentryfiant le quartier », commente la jeune femme. Ce programme de rénovation urbaine, censé être le plus grand d’Europe, a perdu tout son sens pour cette dernière : « On est dans une logique de concurrence entre les grandes villes européennes, on en arrive à une économie de résidentilisation : il faut attirer les centres de commandement et donc séduire par des bureaux, du tertiaire,... Il n’y a aucun discours social dans ces projets, ce n’est qu’une opération de séduction pour les classes montantes ».

JPEG - 174.4 ko

Manque d’information des populations autour du projet, manque de concertation, intimidations, tous les travers d’Euromed ont été passés à la loupe et partout, le même constat : derrière ce projet se dessine l’ambition non avouée de reléguer les plus pauvres en périphérie. Jean-Marc Ega du comité Mam’Ega témoigne : « on est dans une logique de reconquête du centre-ville, on repousse les populations paupérisées vers le nord de Marseille. La mixité sociale n’existe plus : dans les quartiers des XIIIe et XIVe arrondissements, avant, il y avait de la mixité, une dynamique de quartier, une diversité au sein de la population représentée par différents métiers, car il y avait des possibilités de travailler autour du port. Cela n’existe plus, il n’y a plus que deux communautés ghettoïsées : maghrébine et comorienne. Il y a un total désengagement du service public, des petites associations, il n’y a pas de prévention politique, il y a là un énorme chantier ».

Le recours aux tribunaux comme moyen d’action

Si le manque de concertation est clairement pointé du doigt par les associations, les militants misent aussi sur leur propre détermination à se faire entendre et ceci, par tous les moyens. Dans ce sens, pour Alain Laval de la Confédération syndicale des familles, la lutte entreprise par les habitants de la Savine est exemplaire. « Les bailleurs sociaux ont juste reçu le loyer et laissé dans l’abandon les locataires », s’insurge le militant. Pour Jean-Luc Duriez, autre membre du syndicat : les bailleurs n’ont pas pris leurs responsabilités : « ils ont mal géré, attendu, et résultat : c’est le public et l’ANRU qui doivent intervenir. »

Pour faire face aux marchands de sommeil et aux spéculations, les militants sont désormais prêts à se tourner vers la justice et ils l’ont déjà prouvé, notamment à travers les actions entreprises par l’association Un Centre-ville pour tous. Nouredine Abouakil rappelle que grâce à une action en justice, la société Marseille République a fini par être condamnée pour avoir abandonné un immeuble. Jean-Luc Duriez met ainsi en avant l’importance de former les militants afin qu’ils soient capables de décoder les textes juridiques.

JPEG - 205.3 ko

La parole citoyenne du début semble bien s’être transformée, depuis, en parole militante, avec au centre, des associations prêtes à rallumer la mèche. « On obtiendra des résultats par la mobilisation de tous : par des manifestations, par le recours au juridique, par le squat des sièges des bailleurs, s’il le faut, tout est possible », prévient Alain Laval. Des moyens d’action indispensables qui éviteront peut être l’apparition de bidonvilles, souligne Nouredine Abouakil : « Les bidonvilles n’existeront pas à Marseille, mais il y aura des logements précaires, des taudis si on laisse faire ». Une existence conjuguée au futur ? Pas si sûr, pouvait-on entendre murmurer du côté du public. Pour vérifier, il suffit en effet simplement de se pencher sous quelques passerelles d’autoroutes. A chacun ensuite de décrire avec ses propres mots ce qu’il y voit. Une chose est sûre : la rénovation urbaine n’est pas encore passée partout et pour tous, parole de galère !

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard