Articles

Accueil > Actualités > L’histoire des immigrations enfin légitimée ?

 

L’histoire des immigrations enfin légitimée ?

23 septembre 2013

Le réseau Histoire Mémoire des Immigrations et des Territoires lance sa seconde biennale, qui se déroule de septembre à décembre 2013 dans toute la région. Fédérant plus de 120 structures, cette biennale, est animée et coordonnée par Approches Cultures et Territoires. Elle programme une centaine de manifestations comme des tables-rondes, conférences, rencontres, débats, projections, expositions, spectacles vivants…Chercheurs, historiens, artistes, animateurs sociaux, militants, bibliothécaires, archivistes témoins, passionnés… tous mettent en exergue, à leur façon, la mémoire des immigrations, en partant de l’histoire locale, de rues, de quartiers, de villes. Labellisée MP13, cette biennale concoure à légitimer ces recherches et ces mémoires.


 

JPEG - 50.1 ko
Jacques Roger et Ramzy Tadros

Rendre légitime et « lisible » l’histoire des apports des immigrations successives en France et notamment en Paca, voici l’une des missions que s’est donné le Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations (RHMIT). Ce dernier « participe ainsi activement à la reconnaissance des immigrations et des territoires comme partie intégrante de l’histoire et de la société française. »
De fait, l’histoire de notre région est pleine de ces histoires individuelles ou collectives de population immigrée. Souvent, peu visible, parfois inconnue, cette mémoire fait heureusement l’objet d’un travail important de chercheurs, artistes, ou autres, depuis de nombreuses années. Cette biennale est donc aussi un hommage aux diverses structures qui ont travaillé à cette reconnaissance, parfois dans l’ombre, sur notre territoire.
Si cette biennale coïncide avec MP13, « c’est une possibilité de plus de valoriser tout ce qui se fait », explique le directeur d’ACT, Ramzy Tadros, qui n’y voit pas qu’ « une coïncidence de calendrier, mais également une coïncidence de thématiques ». « On se souvient bien que dans les arguments de candidature de Marseille, la question de la mémoire des migrations et de l’exil était un des axes fondamentaux », explique-t-il.

La biennale trouve son origine dans « un collectif constitué d’associations, de chercheurs, d’équipements patrimoniaux et culturels comme les archives et les bibliothèques qui s’est créé pour valoriser l’histoire multiple de notre région, à travers plusieurs actions ». Fin 2009, le collectif a confié à Approches Cultures et Territoires (ACT), la coordination du réseau RHMI, Histoire Mémoire des Immigrations et des Territoires à travers la biennale, les rencontres territoriales et le site internet. Les initiatives de structures multiples et variées, membres du réseau, comme les associations, centres sociaux, cinémas, bibliothèques… sont donc désormais rassemblées sous une même empreinte. Le 16 octobre, une rencontre entre les différents réseaux régionaux et des institutions nationales est prévue afin d’intensifier les échanges. A cette occasion, la Marche de 1983 pour l’égalité et contre le racisme, partie de Marseille, sera évoquée pour illustrer « l’importance du régional dans l’histoire nationale ». « C’est un moment professionnel, mais aussi c’est ouvert au public. », rappelle Ramzy Tadros.

Pour son second opus, la biennale s’est considérablement enrichie. Elle s’est développée sur le territoire de PACA, avec 6 départements participants, 31 villes, même si les Bouches-du-Rhône et Marseille notamment, sont les plus impliqués. « Cette fabuleuse diversité de manifestations en 2013 donne une image très riche de ce qui se passe sur la région et notamment à Marseille », estime Ramzy Tadros, qui tient à souligner « l’extrême largesse des thématiques abordées », « que ce soient la culture, l’histoire, l’exil, la musique, le monde ouvrier, la question des Roms et des tziganes et bien d’autres ».
Grâce à cela, des histoires d’immigration souvent occultées ou ignorées remontent enfin à la surface. Et le public pourra découvrir ou redécouvrir des trajectoires de migrations multiples. Asiatiques, Européennes, Africaines, Maghrébines, nombreuses sont les populations, souvent issues de l’empire colonial français, qui sont venues ici.

Les Sans voix indochinois


En témoigne, l’exposition, « Indochine de Provence, le silence de la rizière », à Valréas, dans le Vaucluse, qui met en lumière « les conditions de vie, de travail, les inégalités matérielles et culturelles rencontrées par les travailleurs indochinois, ces sans voix ». De la même façon, à la médiathèque de Miramas, l’exposition « Immigrés de force » exhume des oubliettes coloniales le sort tragique « des 20 000 paysans vietnamiens recrutés de force au Vietnam en 1939 ». « Utilisés comme main d’œuvre dans des ateliers d’armement », ils subiront un exil forcé de 13 ans et ne seront jamais payés.

Avec cette biennale, des histoires passées sous silence, longtemps sous-médiatisées s’étalent enfin au grand jour. L’ancien journaliste Jacques Roger, secrétaire de l’association Mémoire vivante qui fête ses 15 ans et est partie prenante du projet rappelle, à ce propos que : « Si l’objectif de Mémoire vivante est de travailler sur la mémoire et l’histoire contemporaine de Marseille et sa région, nous mettons surtout l’accent sur l’histoire cachée, ce que les édiles ne veulent pas dire, ce qu’on ne trouve pas dans les livres d’histoire ». En prenant l’exemple du travail de l’historien Emile Témime à qui la biennale rend hommage, il se souvient que « ce dernier avait trouvé dans les archives départementales un carton oublié avec plus de 300 lettres de Républicains espagnols qui étaient cantonnés dans un bateau au large de Marseille. » Des lettres jamais envoyées que l’historien a révélées. « Tout le monde le savait, mais personne ne disait rien. A Mémoire vivante, nous sommes là pour cela », explique-t-il.

Autre population, celle des tziganes. Une exposition du photographe Mathieu Pernot proposé par l’atelier de Visu, se pose la question de « désignation et de représentation de la communauté tzigane ». Le 30 octobre à la Villa Méditerranée, une conférence publique « Mémoire et culture roms dans les itinéraires culturels du Conseil de l’Europe » visera à « renforcer les connaissances sur l’histoire, la culture, les valeurs et les conditions de vie des Roms, d’encourager la contribution des Roms à la vie culturelle européenne et de favoriser ainsi une image positive des Roms ».
De son côté Cinémémoire et le département Civilisation et Histoire de l’Alcazar proposent « des explorations postcoloniales », à travers projections, films documentaires, fictions, ciné-concerts et tenteront, entre autres, de décrypter « l’image des colonisés ».

De son côté, L’association Paroles errantes, reviendra sur l’histoire des Comoriens à Marseille. Afin de « mieux comprendre la diaspora comorienne d’aujourd’hui », l’association se penchera sur « les trois tragédies collectives qu’ont subies les Comoriens dans leur parcours migratoire : la persécution et refoulement des Comoriens de Zanzibar dans les années 60, le massacre et le rapatriement des Comoriens de Majunga (Madagascar) en 1977 et le crash de l’Airbus A310 de Yemenia Airways en juin 2009 au large des Comores ».

L’histoire de Beausoleil ou l’histoire des quartiers nord de Monaco

Autre population, autre histoire. Celle des migrations qui ont traversé la ville de Monaco seront également analysées avec un colloque sur le quartier de Beausoleil, « ville modelée par les phases successives des migrations nécessaires à l’édification et l’essor de la Principauté de Monaco ». Et une exposition « L’immigration dans les Alpes-Maritimes au XXème siècle » qui éclairera un pan refoulé de « L’histoire de cette région qui est un peu partiale généralement », comme le note Ramzy Tadros. « Quand vous regardez l’histoire de Beausoleil, c’est un peu l’histoire des quartiers Nord de Monaco, là où habitent tous les gens qui travaillent à Monaco, dans les hôtels, les grands palaces. On a créé cette commune exprès pour loger toute la population qui œuvre pour Monaco. Beaucoup d’étrangers, qui venaient de partout, des Russes notamment, des Italiens, entre autres ont contribué au foisonnement de la ville. »

Programme complet

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard