Articles

Accueil > Actualités > L’histoire des immigrations enfin légitimée ?

 

L’histoire des immigrations enfin légitimée ?

23 septembre 2013

Le réseau Histoire Mémoire des Immigrations et des Territoires lance sa seconde biennale, qui se déroule de septembre à décembre 2013 dans toute la région. Fédérant plus de 120 structures, cette biennale, est animée et coordonnée par Approches Cultures et Territoires. Elle programme une centaine de manifestations comme des tables-rondes, conférences, rencontres, débats, projections, expositions, spectacles vivants…Chercheurs, historiens, artistes, animateurs sociaux, militants, bibliothécaires, archivistes témoins, passionnés… tous mettent en exergue, à leur façon, la mémoire des immigrations, en partant de l’histoire locale, de rues, de quartiers, de villes. Labellisée MP13, cette biennale concoure à légitimer ces recherches et ces mémoires.


 

JPEG - 50.1 ko
Jacques Roger et Ramzy Tadros

Rendre légitime et « lisible » l’histoire des apports des immigrations successives en France et notamment en Paca, voici l’une des missions que s’est donné le Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations (RHMIT). Ce dernier « participe ainsi activement à la reconnaissance des immigrations et des territoires comme partie intégrante de l’histoire et de la société française. »
De fait, l’histoire de notre région est pleine de ces histoires individuelles ou collectives de population immigrée. Souvent, peu visible, parfois inconnue, cette mémoire fait heureusement l’objet d’un travail important de chercheurs, artistes, ou autres, depuis de nombreuses années. Cette biennale est donc aussi un hommage aux diverses structures qui ont travaillé à cette reconnaissance, parfois dans l’ombre, sur notre territoire.
Si cette biennale coïncide avec MP13, « c’est une possibilité de plus de valoriser tout ce qui se fait », explique le directeur d’ACT, Ramzy Tadros, qui n’y voit pas qu’ « une coïncidence de calendrier, mais également une coïncidence de thématiques ». « On se souvient bien que dans les arguments de candidature de Marseille, la question de la mémoire des migrations et de l’exil était un des axes fondamentaux », explique-t-il.

La biennale trouve son origine dans « un collectif constitué d’associations, de chercheurs, d’équipements patrimoniaux et culturels comme les archives et les bibliothèques qui s’est créé pour valoriser l’histoire multiple de notre région, à travers plusieurs actions ». Fin 2009, le collectif a confié à Approches Cultures et Territoires (ACT), la coordination du réseau RHMI, Histoire Mémoire des Immigrations et des Territoires à travers la biennale, les rencontres territoriales et le site internet. Les initiatives de structures multiples et variées, membres du réseau, comme les associations, centres sociaux, cinémas, bibliothèques… sont donc désormais rassemblées sous une même empreinte. Le 16 octobre, une rencontre entre les différents réseaux régionaux et des institutions nationales est prévue afin d’intensifier les échanges. A cette occasion, la Marche de 1983 pour l’égalité et contre le racisme, partie de Marseille, sera évoquée pour illustrer « l’importance du régional dans l’histoire nationale ». « C’est un moment professionnel, mais aussi c’est ouvert au public. », rappelle Ramzy Tadros.

Pour son second opus, la biennale s’est considérablement enrichie. Elle s’est développée sur le territoire de PACA, avec 6 départements participants, 31 villes, même si les Bouches-du-Rhône et Marseille notamment, sont les plus impliqués. « Cette fabuleuse diversité de manifestations en 2013 donne une image très riche de ce qui se passe sur la région et notamment à Marseille », estime Ramzy Tadros, qui tient à souligner « l’extrême largesse des thématiques abordées », « que ce soient la culture, l’histoire, l’exil, la musique, le monde ouvrier, la question des Roms et des tziganes et bien d’autres ».
Grâce à cela, des histoires d’immigration souvent occultées ou ignorées remontent enfin à la surface. Et le public pourra découvrir ou redécouvrir des trajectoires de migrations multiples. Asiatiques, Européennes, Africaines, Maghrébines, nombreuses sont les populations, souvent issues de l’empire colonial français, qui sont venues ici.

Les Sans voix indochinois


En témoigne, l’exposition, « Indochine de Provence, le silence de la rizière », à Valréas, dans le Vaucluse, qui met en lumière « les conditions de vie, de travail, les inégalités matérielles et culturelles rencontrées par les travailleurs indochinois, ces sans voix ». De la même façon, à la médiathèque de Miramas, l’exposition « Immigrés de force » exhume des oubliettes coloniales le sort tragique « des 20 000 paysans vietnamiens recrutés de force au Vietnam en 1939 ». « Utilisés comme main d’œuvre dans des ateliers d’armement », ils subiront un exil forcé de 13 ans et ne seront jamais payés.

Avec cette biennale, des histoires passées sous silence, longtemps sous-médiatisées s’étalent enfin au grand jour. L’ancien journaliste Jacques Roger, secrétaire de l’association Mémoire vivante qui fête ses 15 ans et est partie prenante du projet rappelle, à ce propos que : « Si l’objectif de Mémoire vivante est de travailler sur la mémoire et l’histoire contemporaine de Marseille et sa région, nous mettons surtout l’accent sur l’histoire cachée, ce que les édiles ne veulent pas dire, ce qu’on ne trouve pas dans les livres d’histoire ». En prenant l’exemple du travail de l’historien Emile Témime à qui la biennale rend hommage, il se souvient que « ce dernier avait trouvé dans les archives départementales un carton oublié avec plus de 300 lettres de Républicains espagnols qui étaient cantonnés dans un bateau au large de Marseille. » Des lettres jamais envoyées que l’historien a révélées. « Tout le monde le savait, mais personne ne disait rien. A Mémoire vivante, nous sommes là pour cela », explique-t-il.

Autre population, celle des tziganes. Une exposition du photographe Mathieu Pernot proposé par l’atelier de Visu, se pose la question de « désignation et de représentation de la communauté tzigane ». Le 30 octobre à la Villa Méditerranée, une conférence publique « Mémoire et culture roms dans les itinéraires culturels du Conseil de l’Europe » visera à « renforcer les connaissances sur l’histoire, la culture, les valeurs et les conditions de vie des Roms, d’encourager la contribution des Roms à la vie culturelle européenne et de favoriser ainsi une image positive des Roms ».
De son côté Cinémémoire et le département Civilisation et Histoire de l’Alcazar proposent « des explorations postcoloniales », à travers projections, films documentaires, fictions, ciné-concerts et tenteront, entre autres, de décrypter « l’image des colonisés ».

De son côté, L’association Paroles errantes, reviendra sur l’histoire des Comoriens à Marseille. Afin de « mieux comprendre la diaspora comorienne d’aujourd’hui », l’association se penchera sur « les trois tragédies collectives qu’ont subies les Comoriens dans leur parcours migratoire : la persécution et refoulement des Comoriens de Zanzibar dans les années 60, le massacre et le rapatriement des Comoriens de Majunga (Madagascar) en 1977 et le crash de l’Airbus A310 de Yemenia Airways en juin 2009 au large des Comores ».

L’histoire de Beausoleil ou l’histoire des quartiers nord de Monaco

Autre population, autre histoire. Celle des migrations qui ont traversé la ville de Monaco seront également analysées avec un colloque sur le quartier de Beausoleil, « ville modelée par les phases successives des migrations nécessaires à l’édification et l’essor de la Principauté de Monaco ». Et une exposition « L’immigration dans les Alpes-Maritimes au XXème siècle » qui éclairera un pan refoulé de « L’histoire de cette région qui est un peu partiale généralement », comme le note Ramzy Tadros. « Quand vous regardez l’histoire de Beausoleil, c’est un peu l’histoire des quartiers Nord de Monaco, là où habitent tous les gens qui travaillent à Monaco, dans les hôtels, les grands palaces. On a créé cette commune exprès pour loger toute la population qui œuvre pour Monaco. Beaucoup d’étrangers, qui venaient de partout, des Russes notamment, des Italiens, entre autres ont contribué au foisonnement de la ville. »

Programme complet

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard