Articles

Accueil > Actualités > L’émergence d’un féminisme islamique décolonisé ?

 

L’émergence d’un féminisme islamique décolonisé ?

30 mars 2011 - Dernier ajout 31 mars 2011

L’association des musulmanes de Marseille (ASMMA) dont la présidente n’est autre que Fatima Tamtam, organisait samedi dernier au Théâtre Mazenod, une conférence/débat dans l’air du temps. Intitulée « Musulmanes de France : Quels enjeux ? Quels défis ? », cette conférence a eu le mérite de balayer les clichés coloniaux dont sont victimes les musulmanes de France et de dénoncer l’instrumentalisation politique et médiatique de la cause des femmes. Les interventions d’Asma Lamrabet, Directrice du centre des études féminines en islam au sein de la Rabita Mohammadia des ulémas du Maroc, Houria Bouteldja, Porte parole du Parti des Indigènes de la République, Ismahane Chouder, Présidente du Collectif des Féministes Pour l’Egalité, n’ont laissé personne indiffèrent.


 

JPEG - 153.9 ko
Houria Bouteldja, Ismahane Chouder, Asma Lamrabet et Fatima Tamtam

C’est l’incroyable nombre de stéréotypes et de préjugés qui se sont accumulés autour de la thématique « femmes musulmanes » qui a poussé de jeunes musulmanes de Marseille à créer l’association ASMMA. La crainte est aussi que le prochain « débat sur l’islam » (5 avril prochain) accentue cette tendance ainsi que l’instrumentalisation politique de cette thématique. Selon Asma Lamrabet, Directrice du Centre des Etudes Féminines en Islam au sein de la Rabita Mohammadia des ulémas du Maroc, l’on assiste même à la construction d’un discours prédominant qui instrumentalise la peur en alimentant les clichés réducteurs sur la femme musulmane et en opposant toutes les valeurs de la modernité à l’islam. L’un des adages les plus admis dans les consciences occidentales est que « la femme musulmane est opprimée par l’islam ». Les discours sur la musulmane voilée ne sont autre que des reproductions d’une vision colonialiste expliquent Asma Lamrabet. Or, les médias et les politiques sont les premiers vecteurs de ces clichés. En effet, « la thématique des femmes est otage d’une vision conservatrice » maintenue par « le tapage médiatique et islamophobe qui nous empêchent de voir la réalité des choses car tout est présenté sous l’angle de l’affectif et de l’émotion » résume Asma Lamrabet, aussi coordinatrice d’un groupe de recherche et de réflexion sur la femme musulmane et le dialogue interculturel. Les musulmanes étant, selon elle, victimes d’un ethnocentrisme intellectuel qui absout les femmes non musulmanes de toutes discriminations. Or, « il y a universalité de la discrimination envers les femmes. Pour exemple, le patriarcat et le libéralisme accentuent la précarité et les femmes en sont les premières victimes. Donc cela n’a rien avoir avec la religion ou la culture » résume-t-elle. A cela s’ajoute l’instrumentalisation de cette thématique pour des intérêts géopolitiques. Cette obsession de la libération de la musulmane a par exemple, servi de prétexte pour légitimer la guerre en Afghanistan ou soutenir le régime Ben Ali en raison de son modèle d’émancipation de la femme, « alors que derrière, ce modèle opprimait les hommes tunisiens et ce, au nom de la démocratie ».

De telles ingérences occidentales, motivées par des intérêts divers, font passer l’islam pour une religion « totalitaire et machiste » et appuyant l’idée qu’il existe deux modèles. Celui de la femme occidentale libérée et celui de la musulmane recluse et opprimée. Un discours ayant toujours servi d’alibi aux puissances impérialistes occidentales insiste-t-elle.

Or cette dernière affirme que « ce n’est pas l’Islam qui discrimine et dévalorise la femme mais plutôt ce que l’on a fait du Coran à travers des siècles de lecture et d’interprétations sexistes envers la femme. Ces interprétations rigoristes et immuables ont légitimé cette « culture de discrimination ». Mais insiste sur le fait qu’il est nécessaire de combattre l’idée qui prétend que le Coran serait la première source de discrimination à l’encontre des femmes. Il est en effet important de « prendre en compte le contexte historique de la révélation coranique et de différencier entre le fait culturel et l’essence de la religion ».

JPEG - 133.7 ko
Asma Lamrabet

« Réduire le discours islamique au voile, c’est porter atteinte à cette éthique coranique »

Elle ajoute également que le constat d’une culture discriminatoire envers les femmes est rarement admis dans les pays musulmans qui tentent alors sans cesse de se justifier en affirmant que « la religion musulmane donne des droits à la femme ». Or selon Asma Lamrabet c’est un discours qu’il faut absolument dépasser car il conforte l’idée que les femmes musulmanes ont des droits et des statuts particuliers. « Ce discours a même marginalisé l’universalité du message de l’islam » s’indigne-t-elle. Un avis que partage également Ismahane Chouder membre du Collectif « Une école pour tou-te-s » et du Collectif des féministes pour l’égalité. Pour cette féministe musulmane, il manque aux musulmans de France « les outils qui vont leur permettre de se défendre. Nous développons un discours dans la réactivité, dans le mode : « je défends l’islam ». Nous avons intérêt à déplacer le curseur » ajoute-t-elle.

A cela s’ajoute la façon dont les musulmans évoquent la question du voile. « Nous parlons de ça comme étant les principes de l’islam. [...] Il faut revoir notre façon de véhiculer notre message islamique. On le réduit à un mode vestimentaire alors qu’il faut privilégier l’honnêteté intellectuelle que nous enseigne la religion musulmane pour éviter de passer à côté de l’universalité de l’islam » résume Asma Lamrabet. Elle appelle également à replacer la thématique des femmes au cœur du message coranique dont les fondamentaux sont la raison, la justice et la liberté. En effet, « le message islamique a permis à ses débuts, d’instaurer une véritable dynamique de libération des femmes mais cela va s’estomper au profit d’une lecture purement juridique vidée de son éthique spirituelle » tient-elle à préciser. C’est pourquoi, aujourd’hui, de nombreuses intellectuelles et universitaires musulmanes essaient de se réapproprier leur destinée en tentant de prendre la parole au nom de leur engagement spirituel. Et Asma Lamrabet fait partie de ces intellectuels. Présidente du GIERFI (Groupe international d’études et de réflexion sur femmes et Islam - http://www.gierfi.com) elle travaille actuellement à la « relecture des sources » dans une vision égalitaire à partir d’une perspective féminine comme le faisait les femmes musulmanes après la révélation. Ibn Hajjar qui est l’un des plus grands savants de l’islam a répertorié 300 femmes enseignantes en sciences islamiques au 3ème siècle de l’hégire. « Où sont passés leurs écrits » s’interroge-t-elle. Akram Nadwi, chercheur à Oxford, a quant à lui répertorié 8000 femmes savantes spécialistes en fatwas, critique des hadiths, exégèse etc. Le but est de « contredire les lectures religieuses littéralistes masculines et qui ont notamment été responsables de la marginalisation des femmes ».

Asma Lamrabet pense que cette nouvelle lecture de l’islam, à partir d’une lecture féminine, pourra réduire les mésententes idéologiques avec l’occident. En effet, le fantasme de la femme soumise étant encore très puissant en Occident. Or, « des années de tentative d’émancipation de la femme selon un modèle occidental érigé en modèle universel se sont soldées par un échec ». Pourquoi ? « Le choc de la colonisation dans le monde musulman explique en partie le rejet de certaines valeurs occidentales notamment celles liées à l’émancipation féminine, perçues comme un projet colonialiste ».

Houria Bouteldja : « Féminisme islamique McDonald ou féminisme islamique décolonisé ? »

Toujours selon la Présidente du GIERFI, on ne peut pas imposer aux musulmanes d’accéder à la modernité ou de se fondre dans la société par la seule et unique porte de l’occidentalisation. C’est ce que dénonce également Houria Bouteldja, porte parole du Parti des Indigènes de la République (PIR) pour qui « il faut mettre en avant cette résistance culturelle et religieuse dans la perspective d’une construction d’un féminisme islamique décolonisé. « Que veulent les femmes musulmanes en termes de « respect », en termes de « social » et surtout ce qu’elles pensent du discours idéologique qui stigmatise les hommes de leur communauté ». Les femmes musulmanes de France doivent impérativement se poser les bonnes questions car selon Ismahane Chouder, d’autres se donnent la peine et l’énergie de nous définir comme des « victimes ».

JPEG - 138.6 ko
Houria Bouteldja

Ce n’est que depuis une dizaine d’années que l’on assiste à l’organisation d’un mouvement qui va allier un engagement militant à une réflexion théorique pour présenter une autre image de la femme musulmane. La loi contre le foulard à l’école (mars 2004) a favorisé la création du « Collectif Une école pour tou-te-s », dans lequel Ismahane Chouder s’est facilement retrouvée. « Nous y avons développé un discours féministe de résistance citoyenne et d’organisation politique. Cette prise de parole nous a été facilitée dans le cadre de cet espace » explique-t-elle. Un cadre essentiel pour « décoloniser les pratiques et discours féministes » car il y a aussi « un rapport de domination entre femmes et c’est ce discours matriarcal que nous devons déconstruire » explique-t-elle. Le travail est de taille. En effet on assisterait, selon Houria Bouteldja à la naissance d’un « Féminisme islamique McDonald ». C’est ce que laisse apprécier un article paru dans « ELLE Magazine féminisme islamique intégrationniste » et intitulé « Femmes voilées mais Funky ». « Ce magazine qui a fait campagne contre le voile, ouvre aujourd’hui ses colonnes aux femmes musulmanes qui disent : « notre voile n’est qu’un accessoire [...] « Se fondre dans la société c’est faire des concessions en termes de foi et de dignité » s’indigne la porte parole du PIR.

Le prochain débat sur l’islam n’est pas pour arranger les choses. Pour Ismahane Chouder, on est passé d’une analyse politique à une analyse culturelle qui aboutit à la création d’un nouvel ennemi culturel : le musulman et la musulmane. Cela passe par la création de lois contre le voile et la burqa, qui pour Houria Bouteldja, ne sont rien d’autre que des trahisons de la loi de 1905 car une « personne ne peut pas être laïque, mais que se sont les institutions et les agents de l’Etat qui le sont ». En somme, « nous cherchons l’application égalitaire de la laïcité » poursuit Ismahane Chouder.

« S’organiser politiquement » ?

A cela s’ajoute « cette volonté politique qui consiste à nous enfermer dans des débats périphériques au lieu de privilégier des débats économiques, écologiques etc. Aujourd’hui, « nous sommes contraints de décontaminer le débat qui se cristallise sur la visibilité de l’islam » s’indigne l’ancienne vice-présidente du Collectif des féministes pour l’égalité. Pour Houria Bouteldja, on assiste même à l’élaboration, par les élites françaises, de diverses stratégies qui ont cette volonté de neutraliser les musulmans. Selon elle, cela passe par la création d’officines qui contrôlent les musulmans à l’image du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) ou cela passe encore par le développement d’une bourgeoisie musulmane qui se désolidariserait de la masse populaire. « Le but est de vider l’Islam de sa substance et désamorcer cette force politique que pourraient représenter les musulmans de France. « Si cette force démographique considérable -(entre 6 à 10 millions de musulmans en France) - s’organise, cela pourrait faire du mal » explique la porte parole du PIR. Or, aujourd’hui les musulmans de France ne semblent plus être respectés dans leur dignité, dans leur croyance. A l’image de ce manque de courage politique de Martine Aubry, Premier secrétaire du Parti socialiste. Cette dernière a retiré sa signature de l’appel lancé pour l’annulation du débat-procès sur l’islam sous l’affront de Jean-François Copé (UMP), juste au prétexte que Tariq Ramadan en était l’un des signataires. « Elle a plutôt craint d’offusquer l’électorat de base que les musulmans parce qu’on n’existe pas politiquement » s’indigne Houria Bouteldja. Chose que ne partage pas forcément Ismahane Chouder pour qui « il y a des pré-requis avant de s’organiser politiquement. Il nous faut d’abord savoir qui nous sommes ».

JPEG - 128.8 ko
Ismahane Chouder

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard