Articles

Accueil > Actualités > « L’aéroport devenait un terrain miné ou il "faut" absolument choisir son camp (...)

 

«  L’aéroport devenait un terrain miné ou il "faut" absolument choisir son camp »

16 juillet 2011

Le 8 juillet, des centaines de militants, défendant la cause palestinienne, se voient refuser l’embarcation pour Tel-Aviv dans différents aéroports européens. Comment peut être ressentie cette journée pour une employée de l’aéroport de Cointrin à Genève qui, à son réveil, imaginait sa journée pacifique et qui une heure plus tard, se sent révoltée au vu d’une réalité ? Med’in Marseille a rencontré cette personne - elle restera anonyme – qui a vécu une journée plutôt perturbante... Témoignage.


 

A l’heure où les autorités grecques ont arraisonné et bloqué les bateaux de la flottille humanitaire pour Gaza, les militants pro-palestiniens ont décidé de contourner le problème. Puisqu’Israël maintient son blocus maritime autour de la bande de Gaza, les sympathisants de la cause palestinienne se sont intéressés aux voies aériennes. Vendredi 8 juillet, près de 600 militants, dont 300 Français, se sont rassemblés dans les aéroports européens pour participer à la mission internationale « Bienvenue en Palestine », organisée par quinze associations palestiniennes. Ainsi, ils pensaient pouvoir affluer vers l’aéroport Ben Gourion, à Tel-Aviv puis rejoindre la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte, point de passage non contrôlé par Israël, ainsi que la Cisjordanie. Dès leur arrivée aux aéroports, le scénario initial devait subir quelques changements, même si les militants s’y attendaient (ndlr : le 5 juillet, le ministre de la Sécurité publique israélien Yitzhak Aharonovitch a mis en garde les militants, qu’il qualifie de « hooligans » : « S’ils embarquent, ils seront expulsés dès leur arrivée à Tel Aviv »). Retour sur cette journée, avec une employée de l’aéroport de Genève, qui a requis l’anonymat.

JPEG - 88.1 ko
Traduction de la Lettre adressée par le ministère de l’Intérieur israélien aux compagnies aériennes, leur demandant de ne pas embarquer des personnes inscrites sur une "liste noire" en direction de Tel Aviv. (SL)

« Ce matin là, je commençais le travail à 6h00. Avant de quitter mon domicile, je me suis connectée sur le site de réseau social. J’aperçois qu’une de mes collègues a « publié sur son mur » que des militants pro-palestiniens sont à l’aéroport en vue d’embarquer sur un vol Easyjet pour Tel-Aviv mais que les autorités israéliennes leurs refusent l’accès au territoire. Je n’avais été mise au courant de rien. A aucun moment l’aéroport ou la compagnie aérienne ne nous a avertis, qu’une telle situation se produirait à l’aéroport. Lorsque je suis arrivée sur les lieux, c’était une vraie pagaille. Les sympathisants ont tenté de forcer les passages de sécurité, il y a eu un effet boule de neige et les autres passagers ne pouvaient plus passer les contrôles de sûreté. Tout était bloqué ! Mais la plupart de ces militants savaient qu’ils n’auraient pas pu voyager, Easyjet les avait apparemment prévenus la veille au soir. Il y avait énormément de tension. Le personnel au sol a assez mal vécu le fait d’interdire l’embarquement des militants, de subir tout de même une pression avec les manifestations et les « sit-in » orientés vers les guichets. L’aéroport devenait un terrain miné ou il "faut" absolument choisir son camp. C’est difficile de rester stoïque et de ne montrer aucune compassion mais c’est ce que nous demande notre métier.

Quelques militants ont réussi à embarquer mais ils ne faisaient pas partie des noms inscrits sur la liste noire – liste de 342 noms, adultes et enfants - transmise par les autorités israéliennes aux compagnies aériennes européennes. En fin de compte, j’ai appris que ces personnes ont été arrêtées dès leur arrivée à l’aéroport Ben Gourion et incarcérées dans les prisons de Ela de Beersheva dans le sud d’Israël et Guivon à Ramleh par « manque de place au centre de détention de l’aéroport » !
Dans les jours qui ont suivi cet évènement, le directeur du service passager de l’aéroport en personne, nous a transmis un communiqué qui expliquait que les vols de la compagnie EasyJet pour Tel-Aviv allaient être traités à l’écart, sur un tarmac de seconde zone.
Cette situation a réellement révolté la plupart du personnel de l’aéroport. Ce n’était pas un bon jour pour travailler ! »

Et maintenant ?

Le 10 juillet 2011, 124 militants de la cause palestinienne étaient détenus dans l’attente de leur expulsion. Selon un communiqué de l’Union Juive Française pour la Paix du 10 juillet, les détenus, notamment Français, n’ont pu voir leur avocat et connaître les charges retenues contre eux qu’après plusieurs jours de détention. A l’heure où nous publions, il semblerait que des partisans de la cause palestinienne soient encore sur le sol israélien.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard