Articles

Accueil > Actualités > L’Opéra, triste décorum pour une opération anti-Roms

 

L’Opéra, triste décorum pour une opération anti-Roms

30 novembre 2010 - Dernier ajout 1er décembre 2010

Pour se mettre à l’abri du froid, plusieurs familles Roms ont décidé il y a quelques jours de quitter le squat de la Porte d’Aix pour s’installer dans un immeuble abandonné appartenant à la municipalité, tout près de la place de l’Opéra. Depuis, elles font l’objet d’intimidations tant en provenance de la police, que du voisinage. Ce matin, elles étaient assignées à comparaître au tribunal d’instance. L’expulsion a finalement été prononcée dans l’après-midi : femmes, enfants et personnes âgées, dont la santé est particulièrement dégradée, risquent de se retrouver de nouveau à la rue, sous une tente de fortune.


 

La justice peut parfois se montrer foncièrement véloce. Occupant depuis un peu plus d’une semaine un immeuble abandonné jouxtant la place de l’Opéra, des familles Roms auparavant installées dans le campement de tentes établi précairement en retrait de la Porte d’Aix ont immédiatement fait l’objet d’une mise en demeure du propriétaire du « squat » ouvert : la mairie de Marseille. Saisi trois jours après l’entrée de la trentaine de personnes dans les locaux, le juge des référés au tribunal d’instance de Marseille, M. Jean-Yves Cuzin, a choisi de faire comparaître les parties dès ce matin. « Vingt-deux adultes et sept enfants mineurs dont des jumeaux de 13 mois ont été assignés, ce qui est assez remarquable ! annonce Me Sophie Semeriva, avocate des familles. Ce qui change dans la procédure, c’est que le propriétaire a saisi en extrême urgence le juge en référé d’heure à heure et qu’on a été entendus immédiatement à 8h30, alors que les audiences débutent toujours à 9h. Et le magistrat a décidé de rendre sa décision dans un délai extrêmement court, c’est-à-dire cet après-midi ». Et Jean-Yves Cuzin, connu pour ses positions radicalement tranchées, n’a pas cillé. Juste après 14h, l’expulsion était ordonnée.

JPEG - 110 ko
©Anne-Aurélie Morell/Med’in Marseille

Pourtant, Me Semeriva avait plaidé l’octroi d’un délai de quatre mois, en regard à la situation des familles, comptant nombre d’enfants en bas âge et malades, et du froid qui s’est abattu sur la ville. Se basant sur des textes du droit de la construction et la jurisprudence en la matière, elle espérait gagner quelques mois, correspondant à la trêve hivernale, même si celle-ci ne s’applique pas en matière de squat. De surcroît, « la mairie de Marseille, en tant que personne publique, poursuit normalement une mission d’intérêt général et de service public du logement. Cet immeuble est vacant depuis de très nombreuses années. Il n’y a aucun projet à court ou moyen terme et la municipalité possède un parc immobilier conséquent. L’octroi de délai n’aurait pas obéré sa situation financière », explique l’avocate.
Du côté de la mairie, on justifie la demande de référé du fait de «  l’état de délabrement avancé de l’immeuble », ce que tendent à confirmer des associations contactées. « Nous n’avons aucun élément sur la dangerosité de l’immeuble qui n’est, sauf erreur de ma part, frappé d’aucun arrêté de mise en péril ni d’aucun arrêté d’insalubrité », contredit Me Semeriva.

Retour à la case départ : un campement de tentes offertes au vent, sans eau ni électricité

L’expulsion peut être décidée de façon immédiate. Et c’est ce qu’escompte la Ville, qui assure que le délai entre la signification du jugement et le recours à la force publique sera réduit à sa plus simple expression. « On aura la possibilité de contester en référé suspension » le recours préfectoral, espère encore l’avocate en charge de la défense. Un bien maigre espoir. Framboise, avec son association Action pour la vie, connaît bien les familles de la rue Molière. Elle les suit depuis plusieurs années pour certaines, qui s’étaient rassemblées au campement de la Porte d’Aix après leur expulsion de divers squats. D’autres ont fait l’aller-retour en Roumanie : à l’époque, aucun n’a bénéficié du « geste humanitaire » consistant en une somme de 300 euros et un billet d’avion. Par ailleurs, « lorsqu’une personne profite de ces facilités pour un "retour volontaire", elle est fichée et ne bénéficie plus jamais de cette aide, malgré les rumeurs qui ont attisé la haine raciale cet été », tient à préciser Framboise.
A Opéra, « dès le premier jour, la police est venue. Le deuxième, ils ont procédé à des contrôles d’identité. Le quatrième jour, nous avons pris connaissance du référé. Le cinquième, l’immeuble et ses habitants étaient gazés » (voir notre encadré). Selon elle, « aucune commission n’est venue constater l’insalubrité » des lieux. Des agents de la sûreté publique passent quotidiennement au squat. « La police a dit : nous, on protège le quartier des terroristes, des attentats, donc vous ne pouvez pas rester », relate la militante.

JPEG - 80.4 ko
©Anne-Aurélie Morell/Med’in Marseille

Isa, « citoyenne solidaire », dit simplement : « nous sommes alertés depuis plusieurs semaines de la situation de familles installées extrêmement précairement à la Porte d’Aix. Ils demandent à se mettre à l’abri, parce qu’ils ont des tout-petits, des bébés malades ». Assertions confirmées par Framboise, qui a accompagné différents membres du foyer à l’hôpital : la petite Madalina, sept mois, sort à peine d’une coqueluche ; les jumeaux Samuel et Raoul, âgés de 13 mois, ont des problèmes de bronches ; leur maman a du subir une IVG médicamenteuse, et consécutivement trois jours d’hémorragie, un curetage en urgence et est désormais suivie pour anémie ; une femme fait de la tachycardie depuis la mort son mari il y a à peine un mois et élève seule ses deux grands enfants. Un des hommes présents dans l’édifice partiellement muré a sa femme en prison depuis huit mois, condamnée pour avoir ouvert deux squats, voie de fait assimilée à une effraction pour vol, même si les maisons sont en réalité vides et abandonnées lorsqu’elles sont investies.

JPEG - 78.5 ko
©Anne-Aurélie Morell/Med’in Marseille

Demain, si ces familles sont expulsées, elle retrouveront le seul endroit qu’il leur reste : la Porte d’Aix. Un agglomérat de tentes cachées derrière des rochers et offertes aux intempéries. Là où se rassemblent tous ceux qui n’ont nulle part où aller. Pas d’eau. Pas d’électricité. Pas de toilettes, sinon les abords de l’autoroute...
Que font les pouvoirs publics, peuvent-ils laisser des êtres humains, des femmes, des bébés, des vieillards, encourir le risque de mourir de froid, comme cette femme de 40 ans retrouvée le week-end dernier à Marseille ? Que font les associations, habituellement saisies de ce genre d’affaire ? Médecins du Monde, la Fondation Abbé Pierre, le Secours Catholique et l’Ampil font partie des ultimes maillons de la chaîne. « Les associations font ce qu’elles peuvent, avec le peu de moyens dont elles disposent » admet Framboise, qui ne peut que constater « le manque d’appui concret sur le terrain, surtout Porte d’Aix ». Tout donner pour la vie de concitoyens européens.

Où l’on gaze les « indésirables »…

« C’était la police. Ils ont mis du gaz ». Florentina, 8 ans, raconte comment trois hommes casqués, débarqués en moto, ont dispersé vendredi en fin d’après-midi du gaz lacrymogène dans l’immeuble que lui et sa famille occupent depuis quelques jours. Sur leur veste était inscrit le mot « POLICE ». Toutefois, il paraît difficilement concevable qu’il s’agisse des forces de l’ordre, qui ont par ailleurs vivement contesté leur implication. Dans le même temps, un billet posté par un blogueur de MediaPart parle d’une situation semblable à Lyon, où des agents auraient gazé des garages occupés illégalement. A Marseille, si ce n’est pas la police qui a commis le forfait, qui alors ? « Personne ne peut le savoir », déplore la militante Framboise. Mais la présence de ces Roms, inopportune où qu’ils se posent, et singulièrement dans le centre-ville, en a dérangé plus d’un dans le quartier de l’Opéra, où regorgent les bars à hôtesses. Ce mardi, des agents assermentés sont passés au squat afin de prendre les dépôts de plaintes des personnes gazées.

Plusieurs associations de défense des droits des Roms appellent à une réunion citoyenne le vendredi 3 décembre à 18h30 à la Maison Méditerranéenne des Droits de l’Homme au 34, cours Julien 13006 Marseille.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard