Articles

Accueil > Actualités > « L’Occitan nous enterrera tous ! »

 

« L’Occitan nous enterrera tous ! »

6 janvier 2012 - Dernier ajout 9 janvier 2012

Le 20 décembre dernier, Philippe Martel, historien et professeur d’Occitan à Montpellier était l’invité de l’Université Populaire et Républicaine. Il donnait une conférence sur l’Occitan à la Maison de la Région sur la Canebière. Rencontre avec le grand spécialiste de l‘Occitan, des langues minoritaires en France et président de la FELCO, Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc qui regroupe les associations régionales d’enseignants d’occitan de l’Education nationale.


 

Un tournant au 19ème avec le renouveau de l’Occitan : le Félibrige et Frédéric Mistral

Au XIXème, un mouvement de renouveau de l’occitan se nomme Le Félibrige avec à leur tête le poète Frédéric Mistral. Dans un article de 2008, Philippe Martel revient sur cet épisode. « Le Félibrige qui « se donne pour objectif la défense et l’illustration du provençal, langue du peuple méridional » réunit les ingrédients (peuple, langue, territoire, passé glorieux du Moyen Age occitan) d’un discours nationaliste s’appuyant sur une revendication linguistique pour déboucher sur un projet politique. Au départ, Mistral utilise souvent les concepts de peuple, race, voire nation et nationalité. Après 1870, on passe de l’affirmation quasi-nationaliste à un discours plus modéré, régionaliste ».

Le félibrige : concept nationaliste ?

Dans son article, Philippe Martel s’interroge sur la revendication nationaliste du mouvement pour conclure :

« Entre les formulations du début, et celles d’après 1870, on mesure le repli. Les mêmes mots reviennent – « race, peuple, nation, patrie » – mais ils n’ont plus le même sens, ou plus exactement ne désignent plus les mêmes réalités. Le Félibrige ne donne pas naissance à un mouvement nationaliste, mais finit par s’arrêter au stade d’un régionalisme purement littéraire, bardé de déclarations de loyauté à la patrie française. Au mieux, certains de ses éléments les plus jeunes et les plus actifs se risquent à rêver d’un système fédéral, peut-être étendu à l’échelle de toute l’Europe – mais sans remise en cause brutale de la France »
« Mistral n’est par ailleurs pas lui-même un vrai nationaliste. Même dans ses moments les plus enthousiastes des années 1860, il garde de sa jeunesse républicaine le respect absolu de la Nation française comme porteuse de liberté »
« Nacioun, naciounau : nous avons rencontré ces mots dans les statuts évoqués plus haut. On pourrait compléter la série avec un autre mot de la même famille, mais lourd de sens dans l’Europe du 19e siècle : naciounalita, « nationalité ».
« En employant ces mots, Mistral et ses amis entendent donc bien signifier que leur Midi n’est pas seulement une province disposant d’un dialecte particulier, mais bien un peuple, un pople, une raço avec sa langue, son caractère et ses intérêts propres. »

Et la sociologie des adhérents au félibrige semble être un facteur qui attenue les revendications séparatistes du mouvement : « Les félibres pour l’essentiel représentent une petite bourgeoisie éduquée, sortie du peuple effectivement, mais qui n’a d’impact et d’audience ni auprès de ce peuple, ni auprès des vraies élites du pays, tournées vers Paris. De tels hommes ne peuvent concevoir qu’une action culturelle (…) Il n’y a pas là de quoi bâtir l’armature d’une avant-garde en marche vers la libération de sa « nationalité ».

« Socialement situés dans l’entre-deux, on peut comprendre qu’ils soient restés dans l’entre-deux dans la définition de leur projet : ni véritable nationalisme, porteur de conflit avec la France, ni vraie résignation à un statut de simple dialecte du terroir, pittoresque et modeste. Assez pour permettre la survie d’une littérature, pas assez pour porter un vrai message politique. »

Et Philippe Martel de comparer avec ce qui se passe au même moment en Catalogne : « Ses quelques centaines d’adhérents ne représentent ni les classes dominantes du Midi, l’équivalent de celles qui en Catalogne à la même époque vont se lancer dans l’aventure du catalanisme politique, ni les classes populaires occitanophones, qui ne rêvent alors que d’accéder au français, sésame de la promotion sociale. »

Origine du Félibrige : en Provence et non à Marseille

« Le Félibrige nait en Provence parce que c’est alors la région qui fournit la majorité des titres qui s’impriment en occitan (72 % entre 1850 et 1860). Mais il ne nait pas dans la véritable capitale de cet écrit d’oc, Marseille. Autant dire qu’on a affaire au départ à un petit groupe marginal, doublement provincial, à l’échelle de la France bien sûr, mais aussi à celle de la Provence elle-même. C’est pourtant ce petit groupe de jeunes qui va bientôt incarner la renaissance d’oc dans sa quasi totalité, à partir du moment où Mistral voit son poème Mirèio consacré par la critique parisienne. » (…) « L’ambition implicite est de regrouper l’élite de l’intelligentsia méridionale dans son ensemble, même si c’est la poésie qui est au poste de commande. »
Dans les premiers statuts on peut lire, au premier article les buts de l’association : « Garder toujours [à la Provence] sa langue, sa couleur, sa liberté de tournure, son honneur national et son beau rang d’intelligence, car, telle qu’elle est, la Provence nous plait. Par Provence, nous entendons le Midi tout entier »
« Au total, la vocation assignée au Félibrige est celle d’une avant-garde destinée à sauver la culture du pays d’oc, au prix d’un incontestable élitisme (…) Avec une ambigüité constante : ce qui est en jeu ce n’est pas seulement la langue et la culture, mais aussi et au-delà, l’âme – on dirait aujourd’hui « l’identité » – d’un pays ayant ses intérêts propres. Où l’on dépasse le seul champ littéraire.

Les félibres de la fin du 19ème : Retrouver la gloire du midi du 12ème siècle

« Un héritage qui vient des débuts du siècle, avec la redécouverte – à Paris d’ailleurs pour l’essentiel – des gloires du Midi médiéval : la poésie des troubadours, modèle pour la lyrique de l’Europe toute entière au 12e siècle, et la croisade des albigeois, présentée par un certain nombre d’historiens libéraux de la Restauration comme l’égorgement par un Nord barbare d’un Midi civilisé, tolérant et démocratique . »

« C’est ce souvenir valorisant qui justifie la stratégie des félibres dès le départ : redonner à leur langue, par un travail d’épuration graphique et linguistique, et par un travail littéraire ambitieux, le niveau et le statut qui avaient été les siens au 12e siècle. Ce qui bien entendu heurte de plein fouet les représentations ordinaires de la langue d’oc dans la France du temps. »

« Les intellectuels libéraux avaient bien pu sous la Restauration chanter la gloire de ce Midi des troubadours et des Albigeois, mais leurs successeurs immédiats, historiens comme Michelet dès 1833 et historiens de la littérature corrigent vite le tir. Et ni les uns ni les autres n’établissent de rapport entre la langue des troubadours et les « patois » dégénérés de leurs contemporains du Sud – des contemporains… au surplus assez généralement considérés comme violents, incontrôlables, assez peu civilisés somme toute. »

Langue française du Nord « empesée » contre « parole vive » des Provençaux

« Née sous un climat pluvieux , la langue française transportée en Provence Née, empesée à l’étiquette des cours, façonnée avant tout à l’usage des classes élevées, cette langue est naturellement, et le sera toujours, antipathique aux libres allures, au caractère bouillant, aux mœurs agrestes, à la parole vive et imagée des Provençaux »

« Suit un raisonnement destiné à prouver qu‘au surplus, le français, langue sèche et conventionnelle, convient certes à la science et à la philosophie, mais ne peut plus être un authentique outil de création poétique. »

« Une idée-force dans ce manifeste : il y a un lien indissoluble entre le caractère national de l’homme du sud, façonné par son milieu et son histoire, et sa langue. Le français est dès lors un intrus, à jamais. ….Dans l’immédiat, ce qui se lit dans ces lignes de Mistral, c’est un refus tranquille de considérer le français comme la langue normale du Sud. »

Parenté avec les Catalans et les langues du Sud

« En 1861, Mistral dédie à ces poètes catalans dont il vient de découvrir l’existence une ode assez explicite. Il y affirme la parenté par delà la frontière entre ces « Espagnols » et les « Français » que sont les Provençaux. Il y rappelle, en des termes très classiques, les gloires médiévales – troubadours, villes libres attachées au droit et à la liberté – et l’égorgement par les « noirs corbeaux » venus du « septentrion » aux temps de la croisade. »

« En mai 1878, à l’occasion d’une fête littéraire internationale réunissant des poètes venus de tous les pays « latins » : là, Mistral présente le Midi comme une sorte de carrefour entre les sept nations latines – il le range donc, avec la Catalogne, au côté des cinq États de langue romane, Espagne, Portugal, Italie, Roumanie, France. Mais cette audace, ballon d’essai pour suggérer l’idée d’une grande confédération latine face à l’Allemagne victorieuse, reste en réalité bien timide, et bien allusive. »

La transmission de la langue

« Mistral se garde bien de réclamer l’enseignement de la langue pour elle-même, et insiste au contraire sur le profit que l’école primaire pourrait retirer d’une prise en compte de l’acquis linguistique des petits Occitans. Son dernier discours de Santo Estello, en 1888, traite précisément du « provençal à l’école », en s’appuyant sur des remarques opportunes du linguiste Michel Bréal qui militait, à sa façon, pour l’utilisation du « patois » dans l’enseignement du français. »

- Référence de l’article : Philippe Martel, « Le Félibrige : un incertain nationalisme linguistique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 74 | 2004, mis en ligne le 24 avril 2008, consulté le 05 janvier 2012. http://mots.revues.org. CNRS / Université Paul-Valéry, Montpellier 3.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard