Articles

Accueil > Actualités > « L’Italien » ou comment l’humour crible de balles les préjugés racistes et (...)

 

« L’Italien » ou comment l’humour crible de balles les préjugés racistes et identitaires

16 juillet 2010

Alors que les français aux appellations d’origines contrôlées subissent encore les dégâts collatéraux d’un débat national démontrant que les citoyens n’étaient pas considérés "Ali dentique" selon leurs prénoms, le film d’Olivier Baroux ne pouvait pas mieux tomber. A travers « L’Italien », le réalisateur et son ami Kad Merad, jouant le rôle principal, rient des travers de cette société pour pousser la réflexion, en pointant du doigt le racisme ordinaire et les contraintes subies par les français issus de l’immigration maghrébine en particulier. C’est sur le ton de l’humour que les deux acolytes nous offrent une comédie sociale bien ficelée sur les préjugées identitaires mais une comédie non dénuée de sens.


 

JPEG - 24.2 ko

C’est dans un contexte où le débat sur l’identité nationale surplombe encore la France et où les affaires de racisme et de discrimination font chaque semaine la une des journaux, que « L’Italien » d’Olivier Baroux est sorti sur les écrans depuis mercredi. « L’Italien » est ici incarné par Kad Merad sous le nom de Dino Fabrizzi, un des meilleurs vendeurs de berlines de luxe sur la Côte d’Azur. Pour Dino, la vie est belle. Il est sur le point de prendre la direction générale de la concession automobile Maserati et est en passe d’épouser Hélène (Valérie Benguigui) qui partage sa vie depuis quelques années. Le hic, c’est que cette « vie de rêve » est construite sur un gros mensonge identitaire. Look, accent, Dino a tout de l’allure d’un italien sauf qu’il ne l’est pas.

En réalité, Dino Fabrizzi n’est autre que Maurad Ben Saoud. N’acceptant plus de subir les discriminations au logement, il a choisi de transformer son état civil pour échapper au racisme ordinaire. En faisant carrière sous un faux nom, il a trompé aussi bien son patron (Roland Giraud) que sa famille à qui il fait croire qu’il travaille en Italie. « Je compose seulement avec une société imparfaite » dit-il à son meilleur ami (Guillaume Gallienne) avec qui il partage son secret. Sa sœur (Safia Azzedine) est le seul membre de la famille à être au courant des balivernes de son frère.

S’enchainent alors des scènes drôles et touchantes qui placent Dino-Maurad au pied du mur, incapable d’aller plus loin dans le mensonge, d’autant plus que son père, d’origine algérienne tombé gravement malade, lui de demande de faire le ramadan à sa place. On assiste alors à des scènes hilarantes au cours desquelles Maurad apprend l’Islam, une religion qu’il avait mise de côté pour effacer sa culture d’origine. Ironie du sort, c’est par le jeûne du ramadan et la prière que Maurad retrouve petit à petit son identité. Une démarche qui n’est pas anodine et qui tend à pousser le spectateur à plus de réflexion. Ici, certes, l’intégration ne se fait pas par le jambon comme aimait à le suggérer une petite dame au petit Amine lors de l’université d’été de l’UMP.

JPEG - 54 ko

A souligner avec un grand étonnement, dans ce long métrage, l’Islam et ses préceptes ont été traités avec respect. Une fois n’est pas coutume au cinéma. Un film auquel un bon nombre de personnes « issues de l’immigration » ... pourraient se reconnaitre. En tout cas, il trouve un écho personnel chez Kad Merad qui a visiblement interprété ce rôle avec force. Son scénario lui rappelle bien évidemment ses origines et les discriminations auxquelles il a dû faire face au début de sa carrière de comédien. Né à Sidi Bel Abbes en Algérie le 27 mars 1964, d’une mère française et d’un père algérien, Kad Merad a débuté sa carrière sous le nom de Kaddour Merad pour enfin être contraint à choisir le diminutif de Kad bien qu’il ait failli choisir le prénom de François pour pallier à son « handicap ». Son père, Mohamed n’a pas hésité l’once d’une seconde lorsque dans les années 60 il francisa son prénom pour mieux se confondre à la masse. Il se faisait en effet appeler Rémi.

« J’ai été confronté à ce problème, dès mes premiers castings. S’appeler Kadour Merad, ça représentait plutôt un handicap. J’ai raté un rôle au théâtre, à cause de mon nom. Et quand j’ai décroché ma première télé, c’était pour un personnage Algérien, nommé Ahmed Ben Mabrouk. Là, je me suis dit que j’étais bon pour interpréter à vie l’Arabe de service, et j’ai pensé à prendre un pseudonyme, François Merad » a-t-il confié au quotidien La Voix du Nord. http://www.lavoixdunord.fr

Aujourd’hui le comédien est bien intégré au box-office du cinéma français puisque qu’il est l’acteur le plus présent sur les écrans avec pas moins de neuf films en deux ans (Mes stars et moi, Safari, Le Petit Nicolas, RTT, L’immortel etc...)

L’un devant la caméra et l’autre à la réalisation. Le célèbre duo comique Kad et O n’a rien perdu de sa verve et de son humour. Un ton humoristique qu’ils ont l’art et la manière de maitriser en duo. On reconnait de suite leurs empreintes dans de nombreuses scènes teintées d’humour et d’émotion.

JPEG - 61.8 ko

En effet, rien de tel que l’humour pour pointer du doigt les évidences flagrantes de discrimination et de racisme qui minent notre société. La réalité passe mieux et rien n’est exagéré. En dressant une sorte d’état des lieux, Olivier Baroux ne fait que refléter à travers ce miroir « L’Italien », la façon dont les « issus de l’immigration » sont traités et que leur intégration ne dépend surtout pas d’eux. Il est tout de même à regretter certains clichés et certaines maladresses dans la dénonciation des travers de notre société face à l’intégration. Mais ce film reste tout de même l’un des rares longs métrages à avoir traité ces questions.

Une comédie sociale qui n’est rien d’autre qu’un miroir de ce qu’est la société française dans ses rapports avec l’étranger. Le scénario du film surfe sur un sujet dans l’air du temps, un sujet qui mériterait davantage d’attention.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard