Articles

Accueil > Actualités > L’Islam à la française, version américaine

 

L’Islam à la française, version américaine

31 octobre 2011

L’Islam peut-il être français ? Vaste et récurrente question alimentant les débats sur la laïcité et à laquelle tente de répondre l’anthropologue américain, John Bowen, dans son ouvrage « L’Islam à la française », sorti en août dernier. Tordant le cou à l’idée de la soi-disante impossible intégration des musulmans en France, l’auteur va ici au-delà de cette question de l’intégration, proposant plutôt quelques pistes pour une meilleure cohabitation. Fort de son œil extérieur, le chercheur passe en revue différentes pratiques de l’islam dans l’espace public et politique en France à travers une série d’entretiens et d’observations. Ce dernier présentait son ouvrage à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris cette semaine. Au centre de ses recherches : le concept d’ « adaptation », leitmotiv des « acteurs publics islamiques » qui tentent de façonner un Islam à la française...


 

JPEG - 37.9 ko

Peut-on emprunter de l’argent avec des intérêts ? Où prier ? Un mariage civil est-il valide aux yeux de l’Islam ? Le chercheur américain effectue une plongée au cœur des mosquées, des quartiers et des écoles, partant à la rencontre des « acteurs publics islamiques » qui s’efforcent d’adapter l’Islam au contexte français. Et le constat est assez rare pour être souligné, il est plutôt positif ! Rompant avec les traditionnelles analyses portant sur l’intégration des musulmans en France, le chercheur s’intéresse aux processus d’ « adaptation » des musulmans, mettant en lumière l’importance de « banaliser et de normaliser » l’Islam.

A travers son ouvrage, le chercheur dresse plusieurs constats, au premier rang desquels, le fait que les musulmans s’adaptent surtout en tant qu’immigrés : « Les musulmans ont fait la même chose que les immigrés arrivés avant eux, ils ont aussi effectué les mêmes démarches que les juifs ou catholiques, adoptant les mêmes trajectoires : ils ont proposé des écoles religieuses, formé des associations culturelles et cultuelles, instaurant une présence publique et physique. Ils défilent, revendiquent, cela fait partie du processus d’intégration, mais paradoxalement, plus on est visible, plus on présent, plus on est perçu comme une menace en France ! ». Une attitude en effet souvent pointée du doigt et qualifiée de « communautariste ». John Bowen souligne pourtant que toutes les religions ont adopté cette attitude, s’organisant et se regroupant au sein d’associations, notamment depuis la loi de 1905 relative à la séparation de l’Église et de l’État.

JPEG - 138.8 ko

Accommoder les normes islamiques avec les lois françaises

Second constat dressé par l’anthropologue, l’adaptation des musulmans de France sur le registre de la pensée : « Les musulmans recherchent la logique de la meilleure interprétation possible de leur religion pour la vie en société », pointe le professeur. Un atout pour celui-ci qui juge que les acteurs publics islamiques ont fait un effort pour façonner des institutions musulmanes, et pour repenser l’islam dans un contexte français. Ici se dessine toute la question de l’adaptation de la norme au contexte français : comment ancrer, instaurer sa pratique dans le paysage, sans renoncer à la tradition ? Des « acteurs publics islamiques », éducateurs, savants, imams, tentent ainsi de répondre à cette question, essayant de construire un islam à la française, à travers le concept d’accommodement raisonnable. Cette notion, née au Québec, est destinée à concilier au mieux les normes islamiques et le droit, par l’assouplissement d’une loi, afin de ne pas entraîner de discrimination.

Proposant un panorama de la vie quotidienne d’un musulman français, l’auteur se focalise sur les questions récurrentes que se posent les musulmans en France : la question de l’interdiction du prêt dans l’ islam, le mariage halal ou le divorce, mettant en avant une absence de structures pédagogiques de diffusion du savoir : « Le problème pour les musulmans est de trouver de bons imams en France. Ils ont souvent un niveau de formation insuffisant en Europe. Résultat :on assiste à un manque de repères chez les jeunes qui vont souvent consulter internet et les forums afin de trouver une réponse à leurs questions . Les jeunes cherchent une meilleure source de repères dans leur quotidien. Ils ne vont pas consulter l’Arabie -Saoudite à chaque fois qu’ils ont un souci ! ».

JPEG - 156.1 ko

La question centrale du livre est donc celle de l’enseignement de l’Islam en France, avec d’un côté, une population musulmane qui ne connaît pas bien sa religion et qui a des besoins et de l’autre, des intellectuels qui sont là pour expliquer. Pour Solenne Jouanneau, maître de conférences en sciences politiques à l’IEP de Strasbourg, l’ouvrage montre qu’il faut faciliter les pratiques islamiques par des adaptations et une clarification de la notion de jurisprudence islamique . Or, regrette la sociologue, les propositions pour adapter l’islam ne font pas toujours l’unanimité parmi les acteurs. Différents courants correspondant aux grandes tendances de l’Islam, comme le malikisme, le salafisme ou l’orientalisme s’affrontent. Néanmoins défendent les chercheurs, les populations arrivent à trouver un compromis, fabriquant au quotidien des règles à la lisière des normes françaises et islamiques .

Savoir si les valeurs musulmans sont en adéquation avec les valeurs françaises est ainsi un non sens. Pour John Bowen, l’enjeu réside dans la cohabitation entre l’islam et la société française. Et loin de dresser une image noire, le chercheur se réjouit au contraire du cadre laïque offert par la France qui permet, selon lui, de se façonner une vie religieuse, avec la possibilité d’avoir des mosquées, des écoles religieuses, ou encore des abattoirs. L’État devrait ainsi davantage aider les musulmans dans leur vie quotidienne, conclut le chercheur, en proposant des solutions pragmatiques à des problèmes comme celui de l’alimentaire, ou de parvenir à trouver un bon imam.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard