Articles

Accueil > Tribunes (archives) > L’Europe sans le Peuple ?

 

L’Europe sans le Peuple ?

16 juin 2009

Tribune de Quartiers Nord/Quartiers Forts

Le 7 juin dernier nous avons été quelques uns à sacrifier une ou deux heures au grand rituel de la liturgie républicaine en allant voter. Nous militons depuis des lustres contre l’abstentionnisme et pour une citoyenneté active des habitants des quartiers populaires.
Force est de constater que le travail est encore immense mais que la difficulté majeur n’est pas ou n’est plus dans une sorte de rejet des institutions mais dans le ressenti (légitime ?) de nombreux concitoyens de ne plus « être utile » dans le schéma démocratique actuel !


 

Du Principe de Désignation/Résignation

60% d’abstention lors de ce scrutin, c’est sans conteste, la seule donnée tangible susceptible d’être analysée, quels enseignements peuvent être tirés de cette défaite de la démocratie européenne ? à tort ou a raison, les électeurs ne se sont pas sentis concernés par les Européennes 2009. A tort parce que le parlement européen s’arroge de nouvelles prérogatives et que ces pouvoirs augmentent, et que donc un parlement représentatif de l’ensemble de la population européenne pourrait à terme devenir un outil essentiel de contre pouvoir face aux politiques ultra-libérales de la commission et du conseil de l’union. A raison parce que de guerre lasse, les citoyens qui ont cru aux vertus et au respect de la Démocratie, mesurent à quel point le traité de Lisbonne qui va leur être imposé relève de l’arbitraire oligarchique, et que la souveraineté démocratique du peuple (Vox Populi, Vox Dei) n’est plus qu’une comptine soporifique que l’on ressort pour amuser la galerie et grimer la dérive autoritaire d’atours démocratique. Le 21 Avril, le 29 Mai et le 7 Juin sont autant de dates qui jalonnent désormais les « pics critiques » de la fièvre démocratique qui mine la 5ème République : le 21 Avril fut le paroxysme du vote contestataire dans sa version la plus hideuse, la plus xénophobe ; Le 29 Mai correspond à un sursaut populaire, une tentative désespérée de ré appropriation du débat public ; Le 7 juin et le « non vote » de près des 2/3 du corps électoral sonne comme un glas institutionnel. Si un débat national, sur les institutions et sur la condition du citoyen dans notre démocratie, n’est engagé c’est l’entièreté du pacte républicain qui sera à très court terme remise en cause. La réflexion doit être profonde et englober l’ensemble des problèmes de fonctionnement et « d’ordonnancement » de la chose publique, le mode de désignation des représentants doit être revu pour permettre une vraie représentativité des minorités visibles et de la majorité sociale (pas un seul ouvrier à l’assemblée nationale…). Le pacte entre les élus et les électeurs doit lui aussi être refonder pour signifier aux premiers que les seconds ne sont pas que des données arithmétiques qu’il s’agit d’empiler pour « peser » politiquement et que l’essence même de leur fonction réside dans la relation de confiance et dans le respect des promesses électorales, le temps de l’incompétence, du cynisme, l’arrivisme et du clientélisme touche à sa fin. Cette réflexion engagera nécessairement celle sur le statut de l’élu et sur le rôle des partis dans notre république, le vote de Dimanche dernier met aussi en cause l’organisation de notre vie politique autour de la structure partidaire. Crise sociale, économique et démocratique voilà où nous en sommes, le cocktail est hautement explosif, de la résignation au désespoir et à la révolte il n’y a qu’un pas.

De la Tectonique des « plaques politiques »

Encore une fois s’il est un chiffre à retenir c’est celui de l’abstention, 60% des électeurs n’ont pas souhaité s’exprimer, c’est la formule consacrée des lendemains d’élections et si au contraire l’abstention massive était devenue l’ultime expression populaire d’un désaveu, d’une désaffection voir d’un mépris de la politique (et non pas du politique).
Pour autant cette soirée électorale aura été marquée par le maintien de l’UMP et par l’auto satisfecit révoltant des ténors de la droite qui tire hâtivement la conclusion que les français leur ont signifier par ce vote leur confiance et de fait leur octroient un blanc seing pour poursuivre les politiques nationales et supra nationales de déréglementation, de casse et de régression sociale…Il faut un certain toupet pour se réjouir de cette victoire à la Pyrrhus : 30% de 40% du corps électoral soit 3 électeurs sur 25 ont réellement fait confiance à la majorité présidentielle, inutile de vous faire un dessin sur le poids réel des autres formations en lice à cette élection. Pour remettre en perspective les résultats de la soirée il faut les comparer, toute comparaison étant subjective choisissons par exemple de les comparer au nombre de voix obtenues au 1er tour de la présidentielle de 2007 et c’est la que le concept de victoire ou de défaite prend tout son relief ; ainsi par rapport à cette élection l’UMP perd plus de 6 millions de voix. Le PS, plus de 5 millions. Le Modem, le FN perdent aussi des électeurs, les listes d’Europe Ecologie sont les grandes bénéficiaires de ces élections, le Front de Gauche réussi à tirer son épingle du jeu en faisant 400000 voix de plus que le PC en 2007.
Faut il encore regretter que le NPA n’ai pas fait partie de ce Front de Gauche ? La réponse est clairement oui, les scores cumulés du NPA et du FDG donne une moyenne nationale voisine des 11%, cette réalité complètement occultée par les commentateurs est une donnée a prendre en compte sur l’ensemble de l’échiquier politique, si les mouvements les plus spectaculaires se sont organisés entre les listes du Modem, du PS et d’Europe Ecologie, la « volatilité » de ce vote empêche toute projection sérieuse sur le vrai rapport de force politique entre ces protagonistes, en revanche la gauche de la gauche peut déjà considérer que, dans un contexte très défavorable du fait de la grande démobilisation des quartiers populaires, la progression et l’enracinement du vote progressiste et anticapitaliste encourage et oblige les appareils des différentes organisations a revoir leurs stratégies personnelles et a imaginer une nouvelle redistribution de la donne politique.
Le paysage politique français après ce 7 juin peut être succinctement et très subjectivement dépeint comme tel : Une droite conservatrice et ultralibérale stable (30%) capable de mobiliser son électorat sans faire campagne et sans avoir de projet, une extrême droite réduite à sa partie congrue électoralement narcoleptique mais idéologiquement vivace, ses thématiques de prédilection serve de socle aux politiques sociales et internationales (immigration, sécurité…) du gouvernement. Une gauche sociale-démocrate (ou sociale-libérale ?) très affaiblie (16%) en panne d’orientation, d’identité, vérolée par les luttes intestines et les égos qui tiennent lieu de programme. Un Modem siphonnée par la vague écologiste et victime de l’obsession présidentielle de son leader (8.5%)…Le centre existe-t-il vraiment ? Une Gauche écologiste grande bénéficiaire du vote de l’émotion (16%), nous en reparlerons plus bas ; Enfin une gauche anticapitaliste qui pèse 13% des voix exprimées et dont nous consacrons un autre chapitre ci-dessous.

De l’Ecologie Politique au Capitalisme Vert

La grande, l’énorme surprise est donc venue des listes emmenées par le trio improbable mais efficace, Dany Cohn Bendit, Eva Joly et José Bové. Nous ne pensons pas que Europe Ecologie fut la seule à parler d’Europe, ou la seule a avoir un projet, ces allégations catégoriques et enthousiastes convaincront peut être a force d’être martelé, mais très humblement nous pensons que le succès de ces listes tient à l’ère du temps, au besoin de renouvellement et de fraicheur politique dont une grande partie de la classe moyenne appelait de ses vœux. Ce vote nous est éminemment sympathique mais il n’est pas un vote d’adhésion, de conviction et de détermination (mis a part pour les Verts politisés) ; La peur du lendemain planétaire apocalyptique, la certitude de faire partie de la dernière génération « bienheureuse » et inconsciente, le traitement médiatique permanent autour de la question climatique et environnementale, l’irruption dans le débat public de la gestion des déchets, de l’épuisement des ressources fossiles, des grandes questions de santé publique ; mais aussi (il faut en dire un mot) le succès des films d’Al Gore ou de Yann Arthus-Bertrand sont les ingrédients de la réussite d’Europe Ecologie. C’est un vote de l’émotion, de la préoccupation, c’est un vote convenu très « politiquement correct », un vote citoyen (comme disent certains) traduction directe de l’angoisse existentielle qui étreint tous les Homo Sapiens de ce début de 3ème millénaire. Le projet d’Europe Ecologie parle de conversion ou de transformation écologique de l’économie et le pêché est peut être déjà là à l’ origine même de ce « D-Day » de l’écologie politique, tout comme la social-démocratie le projet de Cohn-Bendit ne remet pas en cause le capitalisme, il tente de le transformer, d’en minorer les impacts sociétaux et environnementaux, en somme il confirme le capitalisme comme unique alternative, remisant pour l’heure des débats de fonds nettement moins « lisse » sur la décroissance ou le nucléaire, sur la place qu’occupe le volet social dans le projet politique global de l’écologie politique.
Nous sommes convaincus que l’écologie politique est un humanisme et qu’il est par essence indubitablement anticapitaliste, DCB et ses amis devront trancher ces questions au risque de se désavouer…Un mot sur la forme de ce succès, nous nous réjouissons particulièrement de l’élection à la députation de Mme Benarab-Attou et de Mme Delli, si nous étions cyniques nous pourrions penser que cette élection fut une surprise totale…même pour l’état major d’Europe Ecologie (si ils avaient penser faire un tel score, ces personnes auraient elles figurées en si bonne place ?), mais bon accordons le bénéfice du doute aux verts qui en matière de « Diversité » n’ont de leçons à recevoir de personne ! L’émergence de cette sphère écologiste dans le paysage politique permet aussi de contester de manière plus nette encore l’hégémonisme du PS, en effet le parti de la rose ne pourra pas empêcher les velléités d’autonomie de ces partenaires habituels, la configuration politique de la gauche plurielle a vécu, le PS n’est plus le centre de gravitation de la gauche française. Les combinaisons seront a géométrie variable mais c’est le fond du débat et la confrontation des divergences qui régleront l’architecture stratégique des alliances.

Du Front de Gauche et de l’extension de l’unité

Plus qu’une analyse, c’est par un appel réitéré à l’unité des forces de la gauche anticapitaliste que nous terminerons, pour reprendre en partie la démonstration de JL Mélenchon sur le cumul des résultats du FDG et du NPA, imaginez un instant que dans notre circonscription du Grand Sud-Est , 12% des voix en ne tenant compte que de la logique arithmétique et en ne préjugeant pas d’un effet de dynamique quelconque, la gauche anticapitaliste aurait obtenue un euro député de plus et aurait barré la route de Strasbourg à Jean Marie Lepen, quelle victoire symbolique c’eut été ! Hortefeux aussi serait résté à la maison etc. Avec des si vous savez tout ce qu’on peut faire, mais les débats d’hier sur l’unité d’action et l’unité électorale sont ils encore de mise ? D’autres échéances se profilent et (jusqu’à preuve du contraire) la seule façon de modifier le cours des choses en démocratie c’est de remporter des élections et d’appliquer d’autres orientations ; La vraie question, presque « métaphysique » qui se pose a la gauche anticapitaliste c’est : voulons nous vraiment changer les choses ? La formulation peut paraître brutale mais la question n’en reste pas moins essentielle. La convergence des luttes et des objectifs, l’ampleur de la crise et l’échec global de la gauche nous met face à nos responsabilités individuelles et collectives. Le temps de la contestation et du folklore protestataire doit laisser place au temps de la construction et de la transformation de cette immense aspiration populaire à un autre présent et a un autre avenir. Pour être clair et moins emphatique il faut une traduction politique au mouvement social et au frémissement salutaire obtenu dans les urnes par les listes du FDG et du NPA, sans quoi ces deux projets si proches ne resteront que de utopies sans lendemains et nous serons donc aussi en partie responsable de la marche en avant du néolibéralisme dévastateur que nous subissons et qui par nature ne cessera d’avancer (lui). Nous avons participé en tant que soutien du FDG lors de cette campagne, mais plus que jamais nous renouvelons nos appels à un élargissement de ce front pour construire ensemble un projet de société alternatif recentré autour de l’humain et non du capital, un projet dont les piliers seraient la solidarité, la justice sociale, la défense des travailleurs et des acquis sociaux, la lutte pour le maintien de services publics de qualité et accessible à tous. Nous exhortons avec détermination nos camarades du NPA et du FDG à discuter et à trouver une issue à cette trop longue désunion, débarrassez vous de la lourdeur de vos appareils respectifs et engageons nous ensemble dans ce formidable projet d’Union de la Gauche, héritier en ligne directe du temps où la gauche essayait de changer le monde.
L’Europe ne peut pas se faire sans le peuple, le monde et la France non plus, les abstentionnistes ne reviendrons que si nous en valons la peine.
Ne les décevons pas !

 

 

Autres articles Tribunes (archives)

 

Brèves Tribunes (archives)

  • Avril 2014

     

    Romuald Dzomo, le fin mot du 7 avril : Rwanda, Borloo, Valls...

    Paul Kagame dit que le Génocide Rwandais il y a 20 ans, c’était la France sous Vichy : de la collaboration participative. Du coup Taubira ne voyage plus ! « faut pas fâcher, on s’amiser ». Après Paris a décidé que le changement, c’est maintenant ! L’ambassadeur y sera quand même, comme tous ses médias. Jusqu’à Borloo renonce à la renonciation. On ne le voyait plus parce que malade. Soigne toi bi...en. Pendant ce temps, Manuel Valls a Fouks pour le vote de confiance au parlement ; Que de la com a dit Duflot. Stephane sera le GPS de Valls pendant sa « Matignonade ». Il drague les écolos et les verts. Les femmes gagnent en moyenne 24% moins chère que les hommes sauf sur Facebook. Elles ont plus de photos et (...)

     

  • Avril 2014

     

    "Allez Paris ! Sans Zlatan ! 3 contre 1 contre « #ETOO."

    Allez Paris ! Sans Zlatan ! 3 contre 1 contre « #ETOO. Pour éviter qu’elle ne croit pas que c’est un #poisson_d_avril, on a dit à Fleur de partir en pèlerinage un 02 avril. Jusqu’à le jeune Mohammed est entré dans du béton à #Roubaix pendant qu’à #TOURS une jeune noire s’est faite tabassée par un policier dans un BUS. Bigre 22 ans après, elle retrouve l’écologie et la pension alimentaire. Le problè...me de #SEGO ce n’est plus son homme. Par contre celui de #Poutine c’est Lioudmila. Ils sont officiellement divorcés. C’est un CRIME (é).Tweet a dû s’étrangler. Heureusement que #SAPIN s’était éloigné à BERCY. D’ailleurs « monte au bout » lentement sinon le « Sapin » t’attend. Le Cameroun est formidable…vivons (...)

     

  • Mars 2014

     

    Municipales 2014, La synthèse en deux mots par Romuald Dzomo :

    La France a « #LEPEN » en poupe. Enfin, le racisme et les discriminations s’assumeront dans les exécutifs municipaux. C’est vraiment pas « LA PEN » d’en appeler au Front Républicain. #Marseille : le PS voulait #Menucci, peut être #GHALI aurait fait mieux. NKM en tête au premier tour. C’est du PUT IN violent. Comme un bizutage Les autres souffrent encore du CRIME-é. Ils redeviennent #G7 pour éviter le retour. C’est comme pour CANAL+, BING lui demande de plus en plus de se déculotter pour prendre des fessées. Les Qataris veulent en faire une (...)

     

  • Février 2014

     

    Romuald Dzumo : "CAMEROuN(ais), Mballa Mballa n’entre pas chez CAMERON, pourtant Dieudonné est français"

    #Bouygues et #SFR se marient pour tous en réseau. C’est pour gêner la liberté (#FREE). CAMEROuN(ais), Mballa Mballa n’entre pas chez CAMERON, pourtant Dieudonné est français. Tchuippp Encore un refus de VISA dans l’espace Schengen pour un ASU ZOA. Jusqu’à Hollande met en scooter son "projet de loi famille". C’est Gagnet (gagné) pour les partis du thé (Manif pour tous). Mais ça reste « Tweetweiller » (perdu) pour Menucci avec un Pape qui s’appelle #Diouf à Marseille. Il va dire "moi candidat". Ce n’est pourtant pas François, pas celui du Vatican, mais celui de l’Élysée qui a tenté de l’en dissuader. Depuis quelques temps en France ils organisent des « lancer » de chiens, de chats. Woody lui organise des lancer (...)

     

  • Novembre 2013

     

    Michel Bonneli tribune du 14/11 : "Si nous voulouns faire nation..."

    Sortons vite de l’affaire Taubira, que la justice passe et que les juges condamnent s’il y a lieu. Les plaisantins de mauvais goûts avec leur raccourci zoophile ne sortiront pas grandi de cet épisode. Mais si j’étais mauvaise langue, je me souviendrais du temps ou cette même dame sympathisante de formations politiques extrémistes dans sa région de naissance ne disait mot quand ces leaders invitaient les populations locales à faire comme en Algérie sur les blancs des Antilles. Oublions vite cela. De même il est facile de nous sortir que l’identité est multiple, belle parole, mais au quotidien nous avons des français d’origine algérienne ou des résidents en France qui célèbrent novembre aidant les (...)

     

  • Octobre 2013

     

    Le fin mot de Romuald Dzomo. 28-10-2013

    NOUS MÊMES LÀ. Dis donc ! Laisse nous avec ton PHD Mokolo là. Dis même que je suis jaloux, je m’en fous. Parce qu’il faut absolument être inscrit dans une fac pour reconduire son "titre de séjour étudiant" d’un an, tu as enfin soutenu un doctorat "en machin chose" sans conviction. Toi même tu ne sais pas donner son titre. 30 ans mon frère ! Même tes parents ne se souviennent plus du nom de ta bourse obtenue dans les années 90 pour la prestigieuse Sorbonne en France. " quelqu’un est quelqu’un derrière quelqu’un dit l’humoriste camerounais" Tu avais alors 20 ans à ton arrivée, une fiancée au cameroun laissée enceinte. Aujourd’hui l’enfant né derrière toi a lui, soutenu une thèse. Yeuch ! Tu l’as vu une fois. (...)

     

  • Septembre 2013

     

    S. Barles (EELV) et N. Haïdari (PS) : "M. Valls la chasse verbale au Roms ça suffit !"

    Monsieur le Ministre de l’interieur la chasse verbale au Roms ça suffit ! Le ministre de l’intérieur Manuel Valls s’est encore une fois démarqué par une sortie des plus contestables sur la situation des populations Roms. En affirmant : « qu’il était illusoire de penser qu’on règlera le problème des populations Roms à travers uniquement l’insertion et d’ajouter qu’il fallait reconduire ces populations à la frontière (sic), le ministre de l’intérieur a sciemment poussé les portes de la rhétorique du front national. Ces propos à caractères discriminatoires déshonorent le gouvernement et déshonorent une partie de la gauche française qui ne supporte plus l’instrumentalisation des situations humaines au combien (...)

     

  • Septembre 2013

     

    Tunisie : Le journaliste Zied El Heni Libéré sous caution, communiqué de la FTCR.

    LE JOURNALISTE ZIED EL HENI LIBÉRÉ SOUS CAUTION LE JOURNALISTE ZIED EL HENI VIENT JUSTE D’ÊTRE REMIS EN LIBERTÉ VERS LA FIN DE MATINÉE APRES LE VERSEMENT D’UNE CAUTION. IL RESTE POURSUIVI POUR SES ACTIVITÉS DE JOURNALISTE APRÈS SA LIBÉRATION IL A REJOINT LA MANIFESTATION DE PROTESTATION ORGANISÉE CE JOUR A LA PLACE DE LA KASBAH SIÈGE DU GOUVERNEMENT POUR PROTESTER CONTRE L’ÉTOUFFEMENT DE LIBERTES PAR LE GOUVERNEMENT D’ENNAHDHA ET DE SES ALLIÉS. NOUS DEVONS MAINTENIR LES MOBILISATIONS QUI SONT LE VRAI REMPART POUR PROTEGER LES JOURNALISTES ET LA PRESSE LA MANIFESTATION DE DEMAIN A PARIS EST MAINTENU POUR DÉNONCER LES ATTAQUES DU GOUVERNEMENT D’ENNAHDHA CONTRE LA PRESSE LIBRE ET LES JOURNALISTES (...)

     

  • Septembre 2013

     

    L’Edito de Romuald Dzumo : Election, laicité au Cameroun...

    Élections municipales au Cameroun…les listes Ndongo Essomba dans la LEKIE…enfin ! les listes RDPC font jazzer jusqu’en Allemagne où ils viennent d’obliger les jeunes filles musulmanes à participer en bikini aux cours des natations. La laïcité se niche dans les détails, comme la prose (lire pause) fiscale. Tellement Mosco se perd dans ses nouveaux impôts qu’il a mis dans le lave-linge le rose et le vert. Du coup ça tangue au diésel. Il y a du « Aurelie Filipéti » dans l’air. Ils ont osé critiquer le budget. On va voir ce qu’on va voir. Même Vladimir Poutine, n’est pas content. Il a écrit dans le New York times pour être le plus proche possible de l’ovale d’OBAMA sur la Syrie. Cahuzac quant à lui les yeux dans (...)

     

  • Août 2013

     

    PCF 13 : Non à la vente du centre de la Sécu à Kléber !

    PCF 13 : Non à la vente du centre de la Sécu à Kléber ! Nous apprenons l’intention de la direction de la Caisse primaire centrale de l’assurance maladie (CPCAM) des Bouches-du-Rhône de se débarrasser du centre Kléber, dans le 3ème arrondissement de Marseille. Au prétexte d’un site inadapté et d’un environnement dégradé, la CPCAM abandonnerait donc un pan du patrimoine financé par les cotisations sociales des assurés sociaux pour s’installer dans un immeuble neuf, vraisemblablement en location, au cœur d’Euroméditerranée. Abandonner un centre de proximité dans un quartier populaire au profit d’une vitrine au cœur du secteur qui symbolise les affaires et la spéculation immobilière est un mauvais signal. Car (...)

     

Articles récents

Articles au hasard