Articles

Accueil > Actualités > L’Elysée publie les bans du plan Banlieue

 

L’Elysée publie les bans du plan Banlieue

8 février 2008 - Dernier ajout 11 février 2008

Chose promise, chose due. Vendredi 8 février, du palais présidentiel, devant un millier de personnes, Nicolas Sarkozy a prononcé son discours des méthodes à employer pour « briser les ghettos urbains, mais aussi intellectuels, culturels, sociaux, les ghettos psychologiques ».
Retour sur les principaux points de ce plan pour les banlieues.


 

Qu’elle était attendue, cette annonce officielle par le chef d’Etat de ses desseins pour les quartiers « défavorisés » ! Même par les ministres concernés… Le président de la République s’est d’ailleurs entouré d’eux, pour les mettre en avant, ou pour s’en cuirasser. Christine Boutin, Valérie Pécresse, Michèle Alliot-Marie et Xavier Darcos à sa gauche, Fadela Amara – que soutient Jean-Louis Borloo – à sa droite.
Tensions, fatigue, lassitude ? En cette fin de semaine, le ton de Nicolas Sarkozy le tribun semble mis en veille. Cela ne l’a pas empêché de délivrer sa parole anti-morosité des banlieues avec force : insécurité, rénovation urbaine, éducation et réussite, emploi, désenclavement... Des thèmes sur lesquels il faut « réinventer la ville », dit-il, y voyant « un enjeu de civilisation ». Peu de nouveaux dispositifs, mais le renforcement et le redéploiement de ceux existants ; voici en substance ce que Nicolas Sarkozy a annoncé :

La sécurité/l’insécurité
« Le premier devoir de l’Etat c’est d’assurer la sécurité. Le premier droit des citoyens c’est le droit à vivre tranquillement sans se trouver sans cesse menacé par des voyous. Parce qu’avec la peur au ventre, on ne vit pas ». Nicolas Sarkozy ne renie rien de son passé de ministre de l’Intérieur : « j’assume tout ce que j’ai dit et fait par le passé sur le sujet ».
Et pour en terminer avec la « voyoucratie » comme il l’appelle, il propose le déploiement de 4 000 policiers d’ici trois ans par le biais notamment des Unités territoriales de quartiers – résurgence de la police de proximité, supprimée par lui quelques années plus tôt.
Le recrutement de « volontaires citoyens de la police nationale », soit des habitants des quartiers, sera engagé.
La lutte contre l’économie souterraine et trafics en tous genres passera, elle, par le renforcement de « l’efficacité des Groupes d’intervention régionaux ».

Le logement
En accord avec les bailleurs sociaux, la ministre de la Ville Christine Boutin devra présenter au président un « plan complet en faveur de l’accession sociale à la propriété ». Pour que le logement social ne soit pas qu’un parc locatif.

Le désenclavement
Alors que la secrétaire d’Etat à la Ville Fadela Amara avait annoncé à Vaulx-en-Velin une enveloppe d’un milliard d’euros pour le désenclavement des banlieues, grâce notamment à une meilleure desserte des quartiers isolés par les transports en commun, Nicolas Sarkozy a revu à la baisse le budget. Ce seront 500 millions d’euros, qui devraient être prélevés « dans le cadre du Grenelle de l’environnement », sur cinq ans.

JPEG - 49.1 ko
Nicolas Sarkozy annonce le plan Banlieue, entouré de Fadela Amara, Xavier Darcos et Christine Boutin

L’emploi
« C’est plus de 100 000 jeunes que nous allons accompagner vers l’emploi dans les trois prochaines années ». Pour y arriver, Nicolas Sarkozy s’engage leur proposer « un véritable Contrat autonomie ». Il s’agira d’alterner apprentissage des codes propres au monde du travail, périodes de formation et d’emploi, dans des entreprises spécialisées dans l’insertion professionnelle. Le taux de placement des ces dernières conditionnera leur rémunération. Les jeunes passés par ce dispositif bénéficieront d’un suivi, dans les six mois suivant la fin de l’action. 10 000 personnes devraient être concernées d’ici la fin 2008, selon Bercy.
Il est également question de lancer une « réforme de l’aide à la création d’entreprise », afin d’accompagner les jeunes qui souhaitent créer leur propre activité.
De grandes entreprises devront aussi s’engager à recruter des habitants des quartiers, via la signature d’accords (certains le sont déjà).

L’éducation
Pour tous les jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme, sans qualification (soit environ 150 000 chaque année), le chef de l’Etat souhaite qu’ils puissent « être accueillis dans une Ecole de la 2e chance ». Les établissements existants n’accueillent pour le moment que 4 000 élèves. Mais le développement de ceux-ci sera « la priorité de [son] quinquennat ».
Il est question de créer des « internats d’excellence », afin d’extraire les bons élèves d’un climat peu propice au travail scolaire et les faire « échapper à l’attraction de la rue et des bandes ».
Enfin, la pratique du busing, visant à favoriser la mixité sociale en faisant venir les élèves des centres-villes dans les quartiers moins favorisés et vice-versa, devrait être généralisée.

L’administration
Promesse d’une meilleure visibilité de l’Etat, par la présence d’au moins un de ses représentants dans chaque quartier « difficile ».
La fonction publique sera quant à elle « largement » ouverte à la France dans toute sa diversité, dans les cinq ans.
Une meilleure répartition des services publics et de proximité est envisagée.

L’immigration
Une immigration « mal préparée » serait la cause pour le président de la République des exclusions subies par les habitants des banlieues. Et pour faire «  respecter la dignité des personnes accueillies en France », il explique qu’il faut fixer « le nombre d’étrangers à qui la France peut offrir de réelles chances d’intégration ». Revenant sur la loi votée en novembre dernier, il assure qu’on ne peut « s’installer en France […] sans se donner la peine d’écrire et de parler français. Car on ne peut vouloir s’installer en France sans respecter sa culture, ses valeurs et les lois de la République ». « C’est quand on aime la France qu’on devient Français ».

La tâche énorme qui attend le gouvernement, méritait la mise en commun des idées et des moyens. Un conseil interministériel sera donc convoqué régulièrement.
Nicolas Sarkozy s’est également longuement attardé, malgré quelques coupes dans le discours prévu initialement, sur les questions de diversité, de lutte contre les discriminations, d’égalité des chances. « A quoi servirait de briser les ghettos urbains, si les ghettos qui sont dans les têtes devaient perdurer ? ».
Il termine son propos, conscient qu’il n’a pas le « droit d’échouer ».

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard