Articles

Accueil > Actualités > « L’Économie Sociale et Solidaire peut être un modèle alternatif (...)

 

« L’Économie Sociale et Solidaire peut être un modèle alternatif »

21 novembre 2011

En ce mois de novembre, place à l’Économie sociale et solidaire (ESS) ! Un secteur qui a le vent en poupe car il permet de concevoir l’économie autrement, une alternative d’autant plus précieuse en cette période de crise. En PACA, ce secteur représentait en 2009 13,6 % de l’emploi privé réparti au sein de 43 586 entreprises. Pour cette 9ème édition, 40 manifestations sont organisées en PACA pour découvrir ces acteurs engagés « pour une autre économie ». Comment trouver un job utile, acheter responsable, épargner solidaire, ou encore se déplacer écolo, autant de questions auxquelles ces initiatives vont tenter de répondre. Entretien avec Jean-Louis Cabrespine, Président du Conseil National des Chambres Régionales de l’Économie Sociale et organisateur du Mois de l’ESS.


 

JPEG - 58.8 ko

Med’In Marseille : Comment définir l’Économie sociale et solidaire ? Qu’englobe aujourd’hui ce secteur ?

Jean-Louis Cabrespine : C’est un ensemble d’entreprises qui possèdent des statuts spécifiques : il peut s’agir de mutuelles, de coopératives, d’associations ou encore de fondations. Historiquement, seuls ces types de structures relevaient de l’ESS, mais depuis un an ou deux ans, il y a aussi des entreprises dites « sociales », qui ne sont pas estampillées ESS, mais qui se reconnaissent dans ces valeurs et les mettent en œuvre.

Trois critères doivent être appliqués au sein de l’entreprise pour qu’elles soient identifiées comme telles : ces entreprises doivent utiliser les modes de gouvernance de l’ESS, c’est à dire mettre en place une démocratie interne : un homme, une voix. En un mot : les salariés doivent avoir droit au chapitre sur les grandes orientations de l’organisation en question. Deuxièmement, les excédents de gestion ou les bénéfices doivent être réinvestis dans l’entreprise et ne doivent pas aller dans les poches des actionnaires. Ces entreprises sont également généralement toutes inscrites dans le développement local : elles sont très présentes et rayonnent dans les territoires où elles sont implantées et ne sont pas délocalisables. Enfin, l’ESS sous-entend avant tout la réunion d’un groupe de personnes autour d’un projet commun. Ces dernières doivent donc d’abord se mettre d’accord sur le type de gouvernance et sur la façon de réinvestir les bénéfices.

Il faut cependant désormais faire attention car il y a par exemple des entreprises lucratives qui viennent se positionner dans des secteurs de l’ESS assez précis, comme l’accompagnement à la personne ou l’ éducation. La question aujourd’hui est de savoir jusqu’où iront-elles dans leur démarche ? Les dirigeants d’Acadomia vont-ils par exemple accepter que les salariés aient droit au chapitre ? Aujourd’hui encore, les bénéfices de cette entreprise vont dans les mains des actionnaires, donc elle ne relève pas de l’ESS, même si elle se situe dans le secteur de l’éducation. Si une entreprise souhaite s’inscrire dans cette perspective, il existe des organismes qui peuvent l’ accompagner dans sa démarche comme les unions régionales, les coopératives ou les Chambres Régionales de l’Économie Sociale. Des dispositifs locaux d’accompagnement peuvent aussi être mis en place.

Med’In Marseille : Les entreprises appartenant à ce secteur semblent mieux résister à la crise. Comment l’expliquer ?

Jean-Louis Cabrespine : Dans l’ESS, on est obligé de conserver les excédents de gestions . Dans les grands groupes, quand les actionnaires touchent moins d’argent, en règle générale, on coupe dans la masse salariale car ça permet aux actionnaires de ne pas perdre une partie des dividendes. Dans l’ESS, on réinvestit les bénéfices dans l’entreprise : ils sont préservés pour atténuer les coûts. Le choix des entreprises, ces dernières années, a été d’utiliser les excédents de gestion pour conserver les salariés. Après ça ne peut pas durer trop longtemps non plus car ces excédents ne sont pas infinis.

Med’In Marseille : Est-ce un modèle d’avenir pour l’économie ? Comment l’ESS peut-elle gagner des parts de marché ?

Jean-Louis Cabrespine : Je pense que oui car c’est une véritable alternative aux sociétés capitalistes. Certains affirment d’ailleurs que plus qu’une alternative, elle représente une complémentarité. Il est incontestable qu’on ne peut pas supprimer toutes les entreprises du CAC 40, mais ce qu’on voit, c’est qu’une des grandes forces de l’ESS est d’être un modèle où chacun des citoyens est impliqué. J’ai tendance à penser que sur une modification économique, que sur une crise, ça peut être un modèle alternatif crédible.

Avant tout, ce secteur doit davantage se faire connaître car il répond réellement aux attentes de la population. Selon un dernier sondage effectué auprès des jeunes et relatif à leurs motivations pour entrer dans une entreprise, 70 % répondent qu’ils souhaitent d’abord que leur travail ait un sens et que leur entreprise respecte de vraies valeurs, avant d’évoquer le facteur rémunération. Donc on se dit saisissons cette opportunité, on est capable de répondre à cette demande ! Il faut aussi que les acteurs politiques considèrent que c’est un modèle faisable et vivable. Ils n’ont qu’une vision de l’économie libérale et capitaliste, ce système est le plus prégnant. C’est difficile pour l’ESS d’émerger si elle a des partenaires qui ne s’ouvrent pas à cette autre manière de travailler.

Med’In Marseille : Quelles sont selon vous les limites de ce modèle ?

Jean-Louis Cabrespine Il existe des limites à ce modèle, mais ce n’est, selon moi, ni une question de secteur ni de taille : l’ESS s’implante dans tous les secteurs, coopératif, industriel... Là où ça peut poser problème, c’est que ce sont souvent des associations, donc elles sont par définition très fragiles. Ce secteur souffre car il est soit en accompagnement, soit en substitution des politiques publiques comme dans le secteur de l’éducation ou du médico-social. On demande à ces associations d’effectuer les mêmes prestations qu’auparavant mais avec moins de moyens.

On se penche en ce moment beaucoup sur ces questions pour faire en sorte que les associations continuent à vivre dans les territoires. On s’entretient avec l’État et les collectivités pour leur dire stop, car s’il n’y a plus de moyens pour les associations, la population va en pâtir et on perdra cette notion de justice républicaine. Les associations représentent la plus grosse part de l’ESS et elles touchent à tout, y compris aux politiques d’insertion. On travaille, par exemple, beaucoup avec le réseau des radios associatives, c’est un haut parleur extraordinaire, on doit défendre ce vivier associatif. L’ESS aujourd’hui a vraiment beaucoup de sucés. Il nous faut maintenant trouver la capacité de pouvoir mener de vraies politiques territoriales et partenariales car la population commence à bien savoir et comprendre ce que représente ce secteur. Il faut encore miser davantage sur ce développement.

Pour découvrir le programme du mois de l’Economie Sociale et Solidaire en PACA : http://www.cresspaca.org

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard