Articles

Accueil > Actualités > L’EPRA : « une banque de programme unique en son genre »

 

L’EPRA : « une banque de programme unique en son genre »

13 mai 2010

Le Groupement d’Intérêt Public (GIP) EPRA (Echanges et Productions Radiophoniques) entreprend depuis 1992 à mettre en œuvre une banque de programmes radiophoniques. Ces programmes produits par les radios adhérentes (150), sont destinés le plus souvent aux radios associatives locales (des radios d’expression multiculturelle, des radios en milieu scolaire et des radios universitaires). A travers ces médias des diversités, l’EPRA contribue à la promotion de la diversité et de l’égalité des chances, à la lutte contre les discriminations et à la valorisation de son fonds d’archives sur la mémoire et l’histoire de l’immigration. L’EPRA participe ainsi au développement de la communication de proximité dans les quartiers en difficulté où il favorise la production et la diffusion des programmes radiophoniques. Joël Rakotomalala, directeur du GIP EPRA nous en dit davantage sur cet organisme et sur ces médias des diversités. Entretien.


 

JPEG - 66.3 ko

Rappel :

En 1989, le Fonds d’Action Sociale pour les travailleurs immigrés et leurs familles (FAS) a cessé de subventionner RFI, qui produisait alors des émissions visant l’intégration des travailleurs immigrés en France. Émerge aussitôt une dynamique de projets visant les radios associatives autour du thème de l’intégration. Le FAS est alors sollicité par des banques de programmes mais aussi par de nombreuses radios associatives dont les projets sont multiples. Face à cette effervescence, le FAS a souhaité regrouper ces projets tout comme l’État, qui appréciait l’idée de la création d’un diffuseur public de programmes vers les radios locales. Un projet « d’agence sonore » nait d’abord en 1992 sous forme associative puis se transforme en Groupement d’Intérêt Public, en septembre 1993. ( http://www.gip-epra.fr )

Aujourd’hui, le GIP EPRA est financé par l’Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des Chances (ACSÉ), qui agit en matière de prévention et de lutte contre les processus de discrimination dans les institutions publiques ou privées.

Un tel organisme (GIP EPRA) est-il unique en France ?

Joël Rakotomalala : Effectivement, un tel organisme est unique en France aussi bien dans ses objectifs que dans son fonctionnement. Ce dernier est basé d’un côté sur le dynamisme des radios adhérentes présentes sur l’ensemble du territoire et de l’autre par la confiance de nos tutelles. Nos radios adhérentes bénéficient indirectement d’un soutien financier en rapport avec la qualité de leur travail. Ce modèle économique permet au GIP EPRA de valoriser toutes les actions diverses et multiples de ses radios adhérentes, et de mutualiser des programmes sur des thématiques prédéfinies afin de constituer une banque de programmes unique en son genre.

JPEG - 67.8 ko

L’EPRA a-t-il évolué au fil des années ?

Joël Rakotomalala : L’évolution du GIP suit la définition de ses missions et/ou "toilettage institutionnel", au moment de la rédaction de sa convention constitutive et du renouvellement de cette dernière. La dernière évolution notable de la vie de l’EPRA est la réorientation en 2009 de la grille des programmes vers des thématiques « politiques de la ville ».

Aujourd’hui, l’EPRA doit disposer d’un fonds sonore important. Ces archives sont-elles exploitées par la suite ?

Joël Rakotomalala : L’EPRA dispose effectivement d’un fonds d’archives riche et unique. Plus de 30 000 émissions : portraits, entretiens et reportages. Nous bénéficions actuellement des financements du Ministère de la Culture, du Ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, et de l’ACSÉ pour que cette richesse soit accessible au grand public. A ce jour, près de 8 000 émissions sont disponibles sur le site et 3 500 de plus seront en ligne à la fin de l’année 2010. Je précise que l’accès est gratuit.

L’EPRA a un regard privilégié sur les médias des diversités. Quel est le regard que vous portez sur ces médias ? Comment ont-ils évolué au cours des années ?

Joël Rakotomalala : L’EPRA est un réseau constitué de 150 radios associatives. Ces dernières sont en grande partie considérées comme médias dits de diversité du fait de la nature même de leurs activités et/ou du contenu de leurs programmes. Les radios associatives peuvent être considérées comme pionnières dans ce secteur car quelques unes ont passé le cap du trentenaire.

Malgré les difficultés récurrentes, liées à la pérennisation des financements, elles arrivent à renouveler leur projet et à continuer de travailler sur le terrain. Le manque de moyens stimule parfois même l’ingéniosité.

JPEG - 110.4 ko

Les Médias des diversités sont de plus en plus nombreux, comment l’expliquez-vous ?

Joël Rakotomalala : Les sujets à couvrir dans ce domaine sont de plus en plus nombreux. On peut aussi dire que les médias grand public ne peuvent pas tout traiter. De plus, la place de la communication a pris de l’ampleur ces dernières années. Et pour terminer, la nouvelle technologie de l’information et de la communication y est certainement pour quelque chose. Aujourd’hui, avec très peu de moyens, on peut créer son support média sur internet : blog, journaux, radio et télé. Mais les règles et les bases du métier doivent primer dans tous les cas de figure.

Quelle place occupent les médias de la diversité au sein du paysage médiatique français ? Ont-ils un rôle social particulier à jouer dans un pays où l’actualité porte souvent la focale sur les populations immigrées et issues de l’immigration souvent stigmatisées ?

Joël Rakotomalala : La diversité des médias est plus importante que la place occupée par tel ou tel média. Le plus important est de bien identifier sa zone cible et d’avoir une ligne éditoriale claire.

Un média quel qu’il soit a un rôle défini. La différence se situe au niveau du traitement du sujet. A l’EPRA, nous recevons des émissions des radios adhérentes qui sont en grande partie des entretiens et des reportages réalisés sur le terrain. La durée et le format « magazine » permet d’approfondir les sujets. Les producteurs prennent leur temps pour réaliser leur document et laisse de l’espace aux échanges constructifs ou encore à la valorisation des actions abordées et des acteurs invités dans les émissions.

Rôle social ? Tous les médias assument ce rôle, à plusieurs niveaux peut-être, mais c’est l’essence même d’un média de partager les informations et/ou les savoirs. Mais le public a aussi un rôle non négligeable. Il a le droit d’aller voir, lire et écouter ailleurs à sa guise. D’où l’importance de la diversité des médias.

Est-il vrai que les médias des diversités sont plus proches du terrain (et donnent davantage la parole aux citoyens) que les médias traditionnels ?

Joël Rakotomalala : Je ne suis pas sûr qu’être qualifié "média des diversités" signifie toujours proche du terrain. C’est le travail des journalistes et des producteurs qui doivent qualifier si tel ou tel média est proche ou non du terrain.

Est souvent reproché aux médias des diversités « un manque de professionnalisme », comment l’EPRA agit à ce niveau là ? Y’a-t-il une formation dispensée par l’EPRA ?

Joël Rakotomalala : Le manque de professionnalisme n’est pas endémique ni aux « médias des diversités », ni aux radios associatives. Cela touche les médias tout simplement. Un média est bon ou mauvais. Un journaliste est bon ou mauvais. Un producteur est bon ou mauvais. Voilà tout. Au sein du réseau de l’EPRA, nous avons d’excellents producteurs et des radios adhérentes, qui fournissent un travail de qualité et digne de passer sur les médias grand public. D’ailleurs, des anciens producteurs œuvrent aujourd’hui sur les médias grand public.

Enfin, nous avons un dispositif d’accompagnement des producteurs et nous dispensons régulièrement des formations sur la conception et la réalisation de magazine radiophonique aux radios qui en ont besoin et qui en font la demande.

http://www.gip-epra.fr

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard