Articles

Accueil > Actualités > L’Aïd sacrifiée… Mais par qui ?

 

L’Aïd sacrifiée… Mais par qui ?

19 novembre 2010

Petite devinette : à qui incombe le fiasco venu ternir la célébration de l’Aïd ce mardi à Marseille, le site des anciens abattoirs n’ayant pas ouvert ses portes au public ? 1) A la mairie ? 2) Au Comité des Chevillards ? 3) A la préfecture ? 4) A la communauté musulmane ? Bien malin celui qui saura y répondre de manière tranchée. En revanche, nous avons été à la rencontre de tous les acteurs de cette véritable pièce vaudevillesque, afin qu’ils s’en expliquent. Et demandé à chacun à quoi l’on pouvait s’attendre pour l’année prochaine…


 

Voilà, clap de fin pour l’Aïd 2010. Après deux jours de fête pour les musulmans pratiquants de Marseille, avec le traditionnel sacrifice de mouton, nous désirions revenir sur l’embrouillamini qui a entouré jusqu’au dernier moment la mise à disposition, ou non, du site d’abattage sis aux anciens abattoirs de Saint Louis. Durant plusieurs mois, les protagonistes de l’affaire se sont livrés à une véritable partie d’échecs, dont on ne sait qui est sorti gagnant ou perdant. Seule certitude : la communauté musulmane marseillaise a éprouvé bien des difficultés pour sacrifier à la tradition.
Les forces en présence : la mairie de Marseille, avec Martine Vassal, adjointe au maire en charge des emplacements, de l’espace public et de la qualité de la ville ; Salah Benmessaoud, président du Comité des Chevillards de Marseille (CCM) ; la préfecture, qui chapote chaque année l’organisation de la fête, afin qu’elle réponde à des normes sanitaires strictes ; et bien sûr les musulmans de Marseille, intéressés au premier chef.

Piqûre de rappel historique :

Depuis 1989, la mairie de Marseille s’associe avec le CCM, afin de lui assurer un soutien logistique pour l’organisation de la célébration. Plus de vingt ans donc, que le site des anciens abattoirs accueille ponctuellement une chaîne d’abattage à cette occasion. Jusqu’il y a deux ans, un bâtiment plus ou moins à l’abandon servait à l’abattage traditionnel, quelques jours par an. La simplicité même, selon la préfecture, puisque subsistaient «  une sorte de bergerie, des couloirs le long desquels les gens pouvaient choisir leur mouton, et une chaîne d’abattage ». Or, en 2008, alors que Martine Vassal vient d’obtenir la délégation de l’espace public marseillais, une étude pousse la mairie à prendre un arrêté de mise en péril. « Le toit s’effondrait », avance l’adjointe au maire. Lors de la destruction du bâti, l’élue fait «  conserver la dalle, pour permettre beaucoup plus facilement la récupération des déchets », résultant du dépeçage de la bête. Le rituel se déroule cette année là, puis en 2009, sous des auvents, installés provisoirement, et sous lesquels sillonne la chaîne d’abattage. Ce dispositif semblait satisfaire, vaille que vaille, toutes les parties.
Mais voilà que la construction de la future grande mosquée s’annonce. La mairie lui réserve l’emplacement (notons en passant que la grande mosquée reste depuis une coquille vide). La municipalité désire cette fois « s’y prendre à l’avance », d’autant qu’un permis de construire est déposé ; en juin 2010, la Ville publie donc un communiqué de presse à l’attention des chevillards, indiquant que le terrain de Saint-Louis ne pourra leur être affecté en novembre. Selon Martine Vassal, « les chevillards ont souhaité que l’on mette à leur disposition un autre site, plus pérenne ». Trois endroits sont pressentis : le premier, appartenant à l’Etat est finalement et « malheureusement » vendu ; le second « ne faisait pas le bonheur de tout le monde, notamment des élus du 15e arrondissement », argue l’adjointe au maire ; la proposition d’un troisième et dernier terrain, situé en contrebas du centre commercial Grand Littoral, n’aurait pas appelé de réponse de la part du CCM. « Nous n’avons jamais entendu parler de ce site ! », proteste Salah Benmessaoud.

Epreuve de force

Le bras de fer commence, fait de communiqués officiels, de réponses par voie de presse. En septembre, la demande de permis de construire déposée sur le site des anciens abattoirs est rejetée. La mairie revire de bord et annonce aux chevillards que le terrain pourra leur être alloué pour l’Aïd. « Là, j’ai eu l’impression de mettre les pieds dans le plat, explique Martine Vassal. Ca ne les intéressait pas du tout de faire l’Aïd en vérité, et je crois que c’est ça le fond du problème ». Salah Benmessaoud s’érige contre ces allégations, décrivant l’organisation à mettre en place durant un tel événement. « Impossible de préparer en quinze jours une grande manifestation pareille, où 8 à 10 000 personnes se rendent ». Trois semaines avant l’événement, la municipalité estimant qu’aucune réponse ne leur parviendra, Martine Vassal fait voter une subvention de 30 000 euros au CCM, afin de couvrir – comme à l’accoutumée – les frais de logistique. Selon elle, il ne fallait plus attendre : « il faut trois semaines pour passer un marché public à procédure simplifiée. Alors j’en ai parlé au maire, qui m’a réaffirmé que son soutien [à la manifestation] était toujours entier. La subvention a été votée à l’unanimité des élus municipaux. Et nous leur prêtions le site des anciens abattoirs ». Salah Benmessaoud garantit de son côté que « jamais nous n’avons demandé à ce qu’une subvention nous soit votée ».

Ping Pong

Dans un communiqué passablement corrosif, la Cobema (Communauté arabo-berbère de Marseille) met en accusation la municipalité, attaquant frontalement son adjointe en charge de l’espace public : « à moins de deux semaines de l’Aïd les problèmes commencent à poindre et rien n’a été préparé. […] la mairie veut imposer son désordre mais il semble, pour notre plus grand plaisir, que le CCM ne veuille plus s’y soumettre ». Ce à quoi répond Martine Vassal : « je me réserve le droit de porter plainte ». Les uns accusent les autres, qui de ne pas s’être présenté à une réunion de conciliation organisée par la préfecture, qui de ne pas satisfaire à la plus mineure des requêtes.

Martine Vassal : « Le Comité des Chevillards s’y prend toujours à la dernière minute ».
Salah Benmessaoud : « Nous sommes déçus car nous avions vraiment confiance. Ils n’ont pas respecté la communauté ».
M.V. : « Si j’ai un mur devant moi, je ne peux pas aller au-delà ».
S.B. : « On ne demande pas grand-chose, seulement que l’on nous octroie un site ».

Pas de dialogue, pas de communication, pas d’abattage de moutons. Et allez démêler le vrai du faux.

D’autres sites d’abattage existent, rappelle Mme Vassal. En effet, douze ont reçu un agrément de la préfecture. Néanmoins, un seul d’entre eux se trouve sur la commune de Marseille – au marché aux puces – les autres étant éparpillés dans le département. Pour la communauté musulmane, et notamment pour les « vieux » qui ne sont pas véhiculés, il relève de l’exploit de s’y rendre. Le risque, selon le président du Comité des Chevillards, c’est « un retour quarante ans en arrière, avec des abattages clandestins, et tous les risques sanitaires que cela implique ».
Par ailleurs, la communauté musulmane ne devrait-elle pas s’organiser et financer seule cette partie du culte ? C’est ce que tendent à dire le CCM et la Cobema. « Si nous avons un terrain, nous n’avons pas besoin d’aide logistique », assure Salah Benmessaoud. « En 2008 […] sans aucune aide de la mairie, sans aucune subvention, nous avons réussi, grâce à la mobilisation d’amis et d’adhérents, à dresser un chapiteau de 80 m² pour protéger les visiteurs des intempéries », rappelle la Cobema.

Que « cent sites d’abattage fleurissent »

Finalement, Martine Vassal renvoie la balle à la préfecture. « Il faut savoir que c’est la préfecture qui est responsable de l’abattage des moutons et tout cela se fait sous son égide », affirme l’élue. Côté préfecture, ce n’est pas le même son de cloche : « Nous n’avons pas fonction d’organisateur de l’Aïd, qui est une fête religieuse, et qui sur ce volet plus particulièrement a un caractère commercial ». L’institution ne dispose en outre d’aucun pouvoir coercitif. Elle ne fait qu’avaliser des projets, selon la qualité du dossier. Cependant, notre correspondant estime que « plus il y a de sites agréés, mieux c’est » et souhaite que « cent sites d’abattage fleurissent » si ça peut permettre que la fête se déroule dans des conditions satisfaisantes et décentes.
Alors quid de l’avenir ? L’adjointe au maire n’avance aucun pion, laissant le choix aux chevillards : « c’est à eux qu’il faut le demander ». Le CCM se dit prêt à s’asseoir à la table des négociations pour l’organisation de l’Aïd 2011. La préfecture ne peut mieux faire que de réunir toutes les parties prenantes « dès le printemps ».
L’intérêt général, et celui de la communauté musulmane pratiquante en particulier prévaudra-t-il l’an prochain, loin des bisbilles et manœuvres des uns et des autres ? La suite, au prochain épisode…

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard