Articles

Accueil > Actualités > Journalist(m)es en crise

 

Journalist(m)es en crise

29 mai 2008 - Dernier ajout 18 septembre 2008

On savait la « corporation » des gens des médias dans une mauvaise passe. Débouchés limités, déséquilibre financier des entreprises de presse, déstabilisation par les gratuits et le « tous journalistes » des nouveaux média,... Désormais, les symptômes d’une crise profonde et durable s’étalent à longueur de grève, de dégraissage salarial et de conflit avec le pouvoir. No future ?


 

A qui, ou à quoi, la faute ? C’est la première question, aux multiples réponses, qui s’impose aux observateurs, journalistes, et aux lecteurs. Aux lecteurs, parce que la presse écrite semble touchée de plein fouet par la « récession » – des ventes, des recettes publicitaires, de la confiance – alors que l’audiovisuel paraît (seulement) plier mais ne pas rompre.

La presse écrite

L’alarme est tirée depuis bien longtemps. Ce n’est un secret pour personne, le quotidien des quotidiens n’est pas un long fleuve tranquille. Celui des magazines plus, à la rigueur. Mais voir les plumes du Monde poser le stylo, à plusieurs reprises, pour manifester leur désapprobation du plan adopté par la direction pour « sauver » le journal français de référence, impliquant la suppression de nombreux postes ; voir les invisibles de l’AFP descendre dans la rue, pour rugir contre les attaques répétées de Nicolas Sarkozy et ses affidés et leur vœu de contrôler l’information ; voir la télévision (bientôt mobile) et Internet grignoter sagement des parts aux canards ; voir le secret des sources remis en cause par un projet de loi entouré de trop rares précautions… Et même le quotidien sportif l’Equipe, pourtant si populaire, que l’on voit au bord de l’asphyxie ! Tout cela n’augure rien de bon pour l’avenir de la presse et de ses gratte-papier.
L’avènement des « gratuits » reste plus ou moins hors de cause dans cette dégringolade : Metro, 20 Minutes et autres Direct Soir et Sport ne piquent apparemment pas les lecteurs assidus de la presse payante, mais n’en attirent pas non plus vers elle, pour approfondir l’info brute délivrée. Leur financement « Girardiniste » [1], où règne le tout publicitaire, porte néanmoins un coup aux revenus de la presse dite traditionnelle qui autrefois se partageait seule le marché restreint de la propagande commerciale.
A cela s’ajoute une perte inextinguible de confiance. Tandis qu’il ne touchait guère que les plumitifs peu soucieux de livrer une information qui, faute d’être strictement objective, ne se plierait pas aux injonctions d’investisseurs (industriels par exemple), le manque de crédibilité gagne toutes les instances du journalisme. L’hebdo Le Nouvel Obs et la radio Europe 1 en tête de gondole : l’histoire du SMS de Nicolas à Cécilia, alors que Carla était déjà là, puis des propos orduriers sur les journalistes attribués « par erreur » au chef de l’Etat pour l’un, et l’annonce prématurée du décès de Pascal Sevran pour l’autre… Véhiculer la rumeur, plutôt que la vérifier, ne pas se détourner de la Sarko-sainte vie privée : de quoi faire passer le plus sérieux des média pour du papier toilette peoplesque auprès des lecteurs/auditeurs/téléspectateurs (et ce, même s’ils en sont friands).
Leur désamour s’en trouve accentué, et ils tournent leurs yeux et leurs oreilles davantage encore vers les petits écrans – de la télé et de l’ordinateur. Pour la défense des journalistes, notifions des conditions de travail de plus en plus pénibles, et une pression temporelle et sensationnelle accrue.

L’audiovisuel

Côté audiovisuel, la situation tourne aussi vinaigre. Le privé se porte plutôt bien – quoique l’ouverture à la concurrence publicitaire liée à l’arrivée de la TNT, et bientôt de la télévision mobile – entraîne une redistribution des recettes. « Heureusement », l’annonce par le gouvernement de la potentielle suppression de tout ou partie de la réclame dans l’audiovisuel public, a fait flipper les annonceurs qui se sont illico reportés sur les chaînes hertziennes ne dépendant pas de l’Etat. TF1, M6 et Canal + se sont quand même constituées en une association de « défense des droits et intérêts des chaînes privées », au cas où.
Sans pub, comment faire vivre l’audiovisuel public ? La question fait toujours l’objet d’études et de débats (ce qui aurait dû constituer un préalable à toute annonce éthérée). La commission Copé, sensée se pencher sur la question du financement de l’audiovisuel public rame complètement. Principal point d’achoppement : la redevance télé. Dans ses premières conclusions rendues le 21 mai, la commission n’exclut pas de rehausser la redevance ? Le 27, sur RTL, Nicolas Sarkozy dément : il n’est pas question d’y toucher. Et les membres socialistes participant à la réflexion de claquer la porte, devant tant d’incohérence et de manque de concertation.
Pour signifier son ras-le-bol, le microcosme de l’audiovisuel public appelle à la grève, le 18 juin prochain. Celle lancée par France 3 récemment n’a été que peu suivie. Est-ce à dire que les personnels sont résignés ?
Il y en a qui ne le sont absolument pas, résignés. Ce sont les partenaires étrangers de TV5 Monde. Car, autre « étourderie » présidentielle, l’annonce d’une fusion de l’audiovisuel français de l’extérieur (RFI, France 24, TV5) en une entité unique appelée France Monde a causé bien des remous. D’abord France Monde, ce n’est pas possible. Déjà pris. Nous avons donc désormais droit à l’appellation malsonnante de « société de l’audiovisuel extérieur de la France ». Ensuite, TV5 Monde ne constitue pas à proprement parler une société strictement… franco-française, mais francophone. Rebuffade, donc, des partenaires suisses, belges et canadiens. Qui finissent par obtenir gain de cause, sous la forme d’un accord fraîchement paraphé, leur assurant une certaine indépendance financière et éditoriale.

Et le Web dans tout ça ?

Sur Internet, la pratique du journalisme prend une tout autre dimension. Sans refaire le débat sur « Qu’est-ce qu’être journaliste », « Journalistes et blogueurs, la guerre ? », ou encore « Internet, le média du futur ? », on peut admettre quelques faits.
Un, Internet a effectivement bouleversé les journalistes, et le journalisme, notamment sur la forme [2]. Deux : certains journaux papier trouvent un écho favorable sur le net. Leur site surpasse souvent en terme d’audience leur diffusion réelle et constitue en outre un moteur, une vitrine indéniable. Ainsi, Lemonde.fr affiche une santé de fer, alors que sa maison mère prend l’eau. Volonté du premier, les deux rédactions sont d’ailleurs distinctes.
Tertio, l’éloquente pluralité des contributions webistiques confère à la Toile un aspect « démocratisation de l’information ». Cette même pluralité conduit cependant à une masse informe de news, dont il est malaisé de délier le vrai du faux.
Quant aux journalistes (non strictement blogueurs) officiant sur le Web, ils n’ont pas trente-six solutions : soit ils en vivent (néanmoins extrêmement rares sont les sites d’information à rémunérer – décemment s’entend, pas en reversant quelques roupies tirées du nombre de clics sur les bannières commerciales – leurs rédacteurs), soit ils travaillent par ailleurs. Même les sites les plus visités, comme Rue89, MediaPart, Bakchich,… ne publient que des textes écrits « bénévolement ». Passe encore quand on est étudiant stagiaire (les grands média traditionnels eux aussi ne rémunèrent pas ou peu leurs stagiaires. En contrepartie, l’étudiant affiche un CV brillant, se disent-ils). Dès lors que ce stade est franchi, difficile de joindre les deux bouts en ne se nourrissant que d’encre et de papier – ou plutôt de clics et de frappe sur le clavier. Enfin, le flou gouvernant aux statuts des sites informatifs, gouverne également au statut des journalistes y travaillant.

Alors…

Alors il est temps de prendre des décisions. Nicolas Sarkozy (on ne peut nier une certaine… omniprésence), s’étant invité à l’improviste aux 2es Assises du Journalisme [3] qui ont eu lieu du 21 au 23 mai à Lille, a prôné la tenue d’« Etats généraux de la presse » [4]. Pour lui, outre le Web [5], ce qui tue à petit feu la presse réside dans un problème de distribution : insuffisance des points de vente et du portage à domicile. Faux, rétorque vertement le SNJ (Syndicat National des journalistes) [6].
Tant qu’à s’immiscer dans la vie des média, Jean-François Kahn, le père de Marianne, invite le président de la République à intervenir en faveur du maintien à flot du Monde. Dans un Point de Vue publié par l’hebdomadaire (en date du 17 mai et intitulé « A ceux que ne révolte plus l’assassinat possible de la presse quotidienne »), JFK le révolté ne dicerne pas dans « l’asservissement croissant » des média une raison suffisante pour « laisser crever les quotidiens ». Pour lui, « la disparition, ou la mise sous tutelle du Monde constituerait un crime contre la République ». On est d’accord. Pour l’occasion, l’interventionnisme étatique ne ferait pas de mal. Toutefois il est inimaginable de maintenir sous perfusion de fonds publics une entreprise de presse.
Programmée, la mort du journalisme de presse écrite, du journalisme complètement indépendant de tous business ou public angels ? Condamnés, les journalistes, à être mal-aimés, à servir du scoop chaud-bouillant ? Le SNJ espère encore un sursaut de la qualité de l’information offerte, une confiance retrouvée. Sera-ce suffisant pour enrayer la marche vers toujours plus de fusions, de monopoles, de productivisme, de discrédit, de précarité ? Laissez-moi en douter…

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard