Articles

Accueil > Actualités > James Pollard quitte l’Angleterre pour la France, il nous dit pourquoi et (...)

 

James Pollard quitte l’Angleterre pour la France, il nous dit pourquoi et nous dévoile sa vision des choses

10 septembre 2010

Alors qu’une partie des français rêve de rejoindre l’Angleterre, là où il est « plus facile de trouver un emploi », comme il est de coutume de dire, James Pollard, lui, fait l’inverse. Cet ancien conseiller municipal de la ville de Milton Keynes a décidé de quitter son pays natal pour rejoindre la France dans le but de s’y installer définitivement et ce, malgré les tensions qui règnent actuellement dans le pays. Ce « sujet de la reine » comme il n’aime pas être nommé, aimerait être un « citoyen » et apprécier le mode de vie des français, loin du système ultra libéral des anglo-saxons. Malgré son niveau de vie décent, il a choisi de quitter l’Angleterre et il nous dit pourquoi. De la diversité à la discrimination en passant par la culture, la crise économique et l’Europe, cet anglais âgé de 36 ans, nous dévoile également sa vision des choses et ses analyses pour l’avenir en nous dépeignant un tableau peu reluisant de l’Angleterre tout en en gardant un certain optimisme sur l’avenir de la France.


 

JPEG - 64 ko

Vous venez à peine de débarquer en France (Aix-en-Provence) et vous souhaitez vous y installer définitivement pendant qu’une partie des français, victime de discrimination notamment, rêvent de vivre en Angleterre. Pourquoi venir à une période où il n y a jamais eu autant de tension et quelles sont vos motivations ?

Je suis venu m’installer en France parce que j’aime la culture de ce pays, j’aime la langue française, je rêve d’être bilingue. J’ai tout quitté pour ça, c’est une histoire d’amour en quelque sorte. De plus je trouve qu’il est de plus en plus difficile de vivre en Angleterre. Les conditions sociales sont très difficiles. Il m’est par exemple de plus en plus insupportable de travailler dans les bureaux qui sont des lieux difficiles. Je trouve qu’on est un peu obsédé par le travail en Angleterre.

Et puis, il est plus facile de s’exprimer en France. Ce n’est pas un crime d’avoir des idées alternatives, un mode de pensée alternatif. En Angleterre il faut être poli, ne pas se plaindre et rester silencieux en ce qui concerne les problèmes sociaux par exemple. La société anglaise est une société très fermée, on ne se parle pas, il est difficile de se faire des amis et il y a une tendance à se renfermer sur soi même. En France c’est très différent. Il y a une sorte de culture d’entraide, il y a des mains tendues et les gens sont plus chaleureux et ouverts.

Je crois que les racines du mal en Angleterre sont l’obsession de l’argent et le consumérisme. C’est cela qui génèrent tous les problèmes. Le modèle anglais (libéralisme, ndlr) n’est pas un modèle très humaniste. Plutôt que de se focaliser sur l’économie je préfère mettre en avant l’aspect humain afin de construire la civilisation. Or pour cela il faut promouvoir les cultures et des modes de pensée alternatifs. Je crois que nous sommes en train d’empêcher le renouvellement des idées.

Les jeunes français, victimes de discrimination en particulier, espèrent trouver en Angleterre l’emploi qu’ils n’ont jamais eu en France. L’Angleterre étant pour eux l’eldorado. Qu’en pensez-vous ?

C’est une image d’Epinal parce que le gouvernement a tendance à exploiter les étrangers pour doper l’économie. Il est vrai que l’Angleterre est un pays très ouvert envers les étrangers mais c’est seulement pour servir les entreprises multinationales, c’est un calcul assez cynique. Ce n’est pas par esprit d’ouverture et de tolérance que l’on accueille les étrangers. C’est purement et simplement une stratégie économique.

Il est vrai aussi qu’il y a des discriminations en Angleterre. Mais je dirais qu’il y a une différence avec la France où les discriminations sont plus évidentes qu’en Angleterre où elles sont plus cachées et plus sournoises. C’est aussi pourquoi la société anglaise n’est pas forcément une société plus accueillante. J’y vois tous les jours le racisme et la discrimination. Je pense qu’il est plus facile de lutter contre les discriminations en France car elles sont plus visibles et parce que les gens sont davantage mobilisés. Chose qui n’est pas possible en Angleterre où il est difficile de mobiliser les anglais. Il y a une espèce de repli sur soi c’est-à-dire qu’en cas de difficulté c’est chacun pour sa peau. Les gens ont du mal à faire la grève par exemple, c’est presque un crime de faire grève en Angleterre. « Il faut continuer à travailler ! ». En France, il est plus facile de bouger les choses et je trouve ça plus démocratique. La société anglaise n’est pas démocratique, en réalité, il y a deux partis de droite. Le parti travailliste transformé par Tony Blair est un parti qui prône désormais le modèle néolibéral.

Il y a donc une vision à court terme qui explique l’engouement de ces français discriminés pour l’Angleterre et puis il y a une vision à long terme et je crois que ces personnes auront des difficultés à long terme. Je dirais que les problèmes ne sont pas immédiatement identifiables. Il est vrai qu’à court terme on peut trouver du travail mais de là à dire que la société anglaise est plus accueillante, il y a effectivement de la marge sinon un abîme.

En effet, il y a une espèce d’hypocrisie qui est caractéristique de cette société. On est toujours très poli et la politesse c’est une façon de cacher la vérité. J’imagine que les anglais sont très polis avec les étrangers mais il y a quand même un côté condescendant dans tout ça. Je pense que c’est une autre forme de discrimination.

Il est difficile pour tout le monde. Il y a toujours des restructurations, c’est difficile de trouver un boulot qui tient la route et pour en trouver un de qualité c’est encore plus difficile. De plus on a un marché du travail qui est plus flexible donc les salaires ont tendance à diminuer. Il faut vraiment trimer pour gagner sa vie et cela va s’aggraver avec les réformes mises en œuvre pour réduire les interventions de l’Etat. Il y’aura des coupes sombres dans les services publiques. On aime cette idée de laisser faire. L’Etat est une institution qui ne doit pas intervenir dans la société anglaise car il y a toujours cette idée de devenir entrepreneur. Parce qu’on n’aime pas payer les impôts en Angleterre c’est pour ça qu’on n’aime pas vraiment les services publics, on préfère le secteur privé mais c’est une idée très dangereuse.

Cela tend à devenir similaire en France ...

Oui mais je pense que la majorité des français aime cette idée d’avoir des services publics qui marchent et qui sont là pour tous. Tandis que nous, les anglais, nous avons tendance à regarder les services publics comme étant une sorte d’entreprise, or les entreprises ne sont là que pour faire des bénéfices...

De plus, c’est une société anxiogène qui génère le stress et beaucoup de gens dépriment. C’est plus triste en Angleterre parce qu’on a tendance à être refoulé, on ne peut pas s’exprimer ouvertement. Les gens ont de plus en plus des problèmes psychiatriques et il est difficile prendre la mesure de ce problèmes.

Il y a aussi cette idée de citoyenneté que j’aime en France, en Angleterre on est des sujets de la reine. Cela tient au fait qu’on a encore la famille royale, c’est pourquoi il est très difficile de mobiliser les anglais, de concevoir société alternative et de développer des idées qui ne sont pas forcément conventionnelle. Ils ne s’intéressent pas à la politique, ils préfèrent les choses pragmatiques. Je dirais que la seule politique c’est l’économie. C’est étouffant.

Vous êtes en train de dire qu’il y a un prix à payer pour vivre en Angleterre ?

Oui il y a un prix à payer lorsqu’on choisit de vivre en Angleterre. En effet, il n’ya pas de dialogue, on ne se parle pas et il est très difficile de se faire des amis là bas et cela est doublement difficile pour les étrangers qui ont davantage l’habitude d’aller vers les autres et favoriser les rencontres. Or, il n’y a pas vraiment cette idée de vivre ensemble en Angleterre mais plutôt une conception individualiste. Margareth Thatcher avait déclaré un jour (en 1987, ndlr) : « la société n’existe pas. Il y a seulement des hommes, des femmes et des familles ». C’est une idée qui domine d’une manière et d’une autre. Il faut vraiment avoir un amour de l’argent pour décider de vivre là bas.

Il n’y a pas d’espaces fermés en Angleterre, les populations se côtoient ...

Il y a des enclaves mais on n’a pas vraiment ce problème de quartiers difficiles et de banlieues. Les gens sont un peu plus éparpillés, il y a certain brassage. C’est possible de vivre ensemble car justement il y a une espèce de politesse qui fait office de garde fou mais ce n’est pas une politesse très positive car derrière ça il y a de l’hypocrisie. Je pense qu’à l’avenir il y’aura davantage de difficultés, exacerbées par une probable hausse du taux de chômage vu les réformes qui sont en train d’être appliquées. On est actuellement en train d’essayer de réduire les déficits budgétaires, cela rime avec la suppression de postes. Autant dire qu’on est en train de créer le chômage. Il va y avoir du grabuge ...

Le pal de sauvetage du secteur bancaire a couté cher. Maintenant se sont les citoyens qui doivent payer la note. En réalité c’est un problème européen. J’aime beaucoup l’idée d’Europe et du brassage des cultures mais l’Europe a été gâchée pat les entreprises multinationales qui ont un pouvoir de lobbying. Cette idée de l’Europe a été changée par la pensée unique. C’était autrefois une idée solidaire aujourd’hui c’est « un cheval de Troie » (virus, ndlr). L’Europe n’est plus ce qu’elle était à l’origine.

Quel est l’actualité française qui vous a le plus interpellé ?

Le fait qu’on est en train de détruire les institutions françaises m’inquiète énormément ainsi que cette espèce de dérive sécuritaire car cela risque de créer des difficultés sociales, la société devient violente. Je crois que cela vient du fait que les gens sont de plus en plus seuls et stressés....

Ce qui se passe actuellement avec les Roms me choque également. En Angleterre on agit d’une façon plus discrète, on a tendance à concevoir des lois qui sont vraiment alambiquées, Cela revient au même en quelque sorte. Cette forme de dérive n’existerait jamais en Angleterre. De toute façon, il y a très peu de Roms en Angleterre. Nous sommes une île, c’est beaucoup plus difficile de voyager.

Je pense que tout ça est un épiphénomène, ce sont des problèmes qui vont être résolus à l’avenir car il y a toujours cette mentalité française qui consiste à avoir l’énergie de dire non à certaine chose pour faire valoir une certaine idée de la justice sociale. On a tendance à résister en France. Tous les problèmes tiennent au fait que Sarkozy est en train de changer la société française en fonction d’un modèle anglo-saxon.

Craignez-vous cette politique ?

J’ai de la chance, je suis anglais, je n’aurai pas de difficulté. Mais il se trouve que je n’aime pas ces réformes. Je trouve cela très barbares. C’est une manière de tuer la civilisation. Je préfère une société plus humaine, plus ouverte.

François Mitterrand, lui était un grand homme, un intellectuel très cultivé, Nicolas Sarkozy est du genre à sortir des phrases du style « casses toi pauvre con », ce n’est pas la meilleure façon de donner le ton, ce n’est pas une « façon française » de se comporter. La société française est marquée par l’élégance, la culture et une certaine ouverture. Il a une façon très américaine de se comporter mais tout ça est une stratégie électoraliste. Ces mises en scènes n’existent pas vraiment en Angleterre, c’est complètement différent. On utilise davantage les techniques du marketing.

Quel est le rapport des anglais avec la notion de diversité. Cette notion existe-t-elle en Angleterre ?

La diversité existe mais ce n’est pas forcément quelque chose qui est promu. Il se trouve que la société est diverse, là encore on peut voir un laisser faire mais il n’y a pas forcément, à mon sens, une idée de diversité ; cela existe, c’est comme ça, c’est un fait. Par contre, je pense que la globalisation est en train de tuer la diversité. On essaie de mettre en avant un modèle de management, c’est pour ça qu’on peut observer beaucoup de mots anglais dans langue française. Je crois que la globalisation est un vecteur pour les valeurs des entreprises. Trop de cultures empêchent les entreprises de travailler efficacement, il faut donc standardiser pour faire du marketing.

Quels sont vos projets ?

Je souhaite rester ici en France car je rêverais de devenir bilingue et avoir deux cultures. Je vais suivre une formation à l’Institut d’Etudes politiques d’Aix. Je cherche un domaine dans lequel je peux être libre de penser et d’écrire car j’aime l’écriture. Je cherche un métier qui va me permettre de m’exprimer librement ce que je ne peux pas faire en Angleterre où on est vite isolé. Je trouve ça très deshumanisant et très arbitraire c’est pour ça que j’ai du mal à travailler dans une entreprise ou dans un bureau où l’on devient un prisonnier. Mais je suis surtout venu parce que j’aime la culture.

Une culture qui est de plus en plus menacée en France ...

Oui parce que les réformes sarkoziennes menacent la culture et parce que la culture ne se monnaie pas. On peut prendre l’exemple d’un bouquin. Si on essaie d’écrire un bouquin pour se faire de l’argent, ce n’est pas vraiment de la littérature, ça devient une espèce d’entreprise. L’économie tue donc les cultures.

J’ai découvert la France à travers la radio, les films, journaux. C’était une découverte tout à fait culturelle à travers la langue notamment. J’aime les films français car il y a une conception du cinéma en France qui n’existe pas vraiment en Angleterre. On le voit par exemple lorsque l’état est prêt à subventionner le cinéma, chose impossible en Angleterre. Les français, eux, ont tendance à mettre la culture au cœur de la société.

« Liberté, Egalité, Fraternité » est une devise qui existe toujours en France même s’il est vrai qu’elle rencontre des difficultés aujourd’hui, mais je crois qu’elles sont temporaires et que la France va s’en sortir car il y a toujours cette idée de culture au cœur des valeurs françaises.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard