Articles

Accueil > Actualités > Jacques Vergès, ou la mort de l’Occident

 

Jacques Vergès, ou la mort de l’Occident

24 octobre 2011

Akli Mellouli est responsable départemental et national du parti socialiste, élu local à Bonneuil-sur-Marne, et engagé depuis de nombreuses années sur la thématique de la diversité. A la suite de la loi du 23 février 2005, il fonde « l’espace franco-algérien ». Il est alors en lutte notamment contre l’article 4, qui reconnait dans les programmes scolaires le rôle positif de la présence française en outre-mer et en Afrique du Nord, et accorde aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. Il veut que la colonisation soit dénoncée, premier pas vers l’arrêt de « l’injonction intégratrice » pour les immigrés post-coloniaux et leurs familles. L’avenir est commun, à condition de dire l’histoire. De sortir de l’oubli. A l’occasion du cinquantenaire des massacres du 17 octobre 1961 à Paris, qui mieux que Jacques Vergès, avocat du FLN, pouvait dire cette histoire et poser cette question du crime colonial ? Il était l’invité, le 19 octobre dernier, de l’espace franco-algérien à Paris. Plongée au cœur d’un débat passionnant, avec l’un des personnages français les plus controversés de ce siècle.


 

JPEG - 53.5 ko
Akli Mellouli et Jacques Vergès, juste avant le débat organisé à Paris par l’espace franco-algérien

Le 17 octobre 1961, Jacques Vergès n’est pas à Paris. Il est à Alger, et vit ses horreurs quotidiennes, ses tortures et ses morts au nom du colonialisme. Aujourd’hui, il dresse un parallèle entre ces tortures perpétrées lors de la guerre d’Algérie et la terrible répression organisée à Paris en ce funeste 17 octobre. Un mode répressif qui aurait « révélé », sur le sol français, le vrai visage du colonialisme de l’époque.
Ce qui s’est passé le 17 octobre à Paris est intéressant car il montre aux français ce qu’était le régime colonial. A cette époque, j’étais en Algérie. Un jour, j’ai été voir le secrétaire général à la police à la préfecture d’Alger, Paul Teitgen : les paras avaient arrêté un enfant de 12 ans, et ses parents étaient morts d’inquiétude. Il m’assure qu’il aura des nouvelles dans les 48h : « J’annoncerai que vous êtes son avocat, ça va peut-être calmer ses bourreaux. Mais je ne pense pas qu’il ait subi de sévices pour l’instant, je connais tous les lieux de torture d’Alger ». Toute la ville était couverte de lieux de torture, comme le visage d’un variolé couvert de bubons. Je lui ai dit qu’il les connaissait d’autant mieux que c’est lui qui assignait à résidence les prisonniers dans ces lieux. Comme giflé, il m’a répondu que s’il ne les assignait pas, les prisonniers seraient tout de même dans ces lieux. Alors à quoi rimaient ces assignations ? Il m’a répondu : « c’est une arithmétique macabre : quand j’assigne 20 personnes et que 15 sont présentées au juge, je sais que 5 sont mortes sous la torture ». Les paras frappaient sur les blessures des prisonniers, qui s’infectaient et tournaient en abcès purulents. Le médecin commis parlait d’abcès tuberculeux pour des personnes qui ne l’étaient pas. Un abcès devant, et un derrière, symétriques ! Voilà l’atmosphère d’Alger à cette époque-là. J’y ai vu le colonialisme dans son aspect le plus brutal. A travers le 17 octobre 1961, les français ont pu voir que ces méthodes s’étaient introduites en France.

Jacques Vergès dénonce une apparente hiérarchie des mémoires en France. Il convoque le cas Papon. Poursuivi et jugé pour ses responsabilités dans la déportation de français juifs lors de la seconde guerre mondiale, il conserve une totale impunité vis-à-vis de son orchestration du massacre du 17 octobre 1961. Pourtant nul ne peut minimiser l’horreur de l’holocauste. Jacques Vergès s’avance sur le terrain glissant de la concurrence de la souffrance. Peut-être est-il plus sage de s’en tenir à l’exigence de la responsabilité. La France doit reconnaitre ses torts et ses crimes coloniaux, même si cela est compliqué et prend du temps. Assumer et dire l’histoire, car le passé colonial a joué et joue toujours le rôle d’une chape de plomb sur le travail de mémoire.

Monsieur Papon est condamné à Bordeaux en 1998 pour sa participation à la déportation des juifs en tant que sous-préfet. En 1961, il est super préfet à Paris. C’est lui qui organise la répression du 17 octobre. Des algériens sont blessés, jetés dans la seine, d’autres achevés à coups de matraque dans le métro. Il est à l’initiative des ratonnades, des noyades. Il n’est pas poursuivi. Voilà donc deux poids et deux mesures. Manifestement, la souffrance d’un algérien n’est rien par rapport à celle d’un français juif. Au procès de Monsieur Barbie à Lyon, j’ai dit, et cela a choqué beaucoup de monde, que Barbie n’avait pas fait pire que le général Aussaresses à Alger. Celui-ci a même avoué ce qu’il avait fait, mais n’a pas été poursuivi. Dans ses mémoires, il décrit comment ils ont tué Larbi Ben M’hidi par exemple : ils essaient de le pendre, la corde se casse, ils rient, ils recommencent. Ces crimes-là n’étaient pas commis par des subalternes. Aussaresses écrit aussi qu’il faisait tous les matins un rapport au général Massu, ainsi qu’au ministre-résidant Robert Lacoste, transmis ensuite au ministre de la justice à l’époque : Monsieur Mitterrand. Ces tortures, ces atteintes aux droits de l’Homme étaient couvertes par les autorités officielles en France. Et ça, on refuse toujours de l’admettre. De toute évidence, il y a en France une hiérarchie des mémoires. Qui se souvient de cette photo de ces paysans de Setif et Guelma qui courent, poursuivis par des soldats, le vent gonflant leur djellaba ? Et ce petit garçon qui lève les bras ? On ne parle pas de lui, et pourtant il est le pendant du petit garçon de la photo du ghetto de Varsovie. Seulement lui, l’arabe, n’a pas droit à l’attention.

JPEG - 59.2 ko
Jacques Vergès lors du débat

Jacques Vergès pointe du doigt « le paradoxe français ». La France, cette patrie des droits de l’homme qui a perpétré les pires atrocités de la colonisation. Alors que 2012 sera marqué par les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie, l’auto-critique est difficile, mais nécessaire pour demain.

Il y a deux Frances. La France de Montaigne, de Diderot, de Voltaire, de la Commune, de la Révolution. Et la France de la colonisation. Elles sont deux choses entièrement différentes. Il faut que cette France progressiste reconnaisse qu’elle n’a pas à se solidariser avec la France des colonialistes. Il ne s’agit pas de repentance, mais de lucidité. On parle de la reconnaissance d’évènements historiques. Quelqu’un qui fait son autocritique ne se diminue pas, au contraire, il acquiert une dignité plus grande. Alors quand on voit Monsieur Sarkozy sommer les turcs de reconnaitre ce qu’ils ont fait aux Arméniens en 1915, on croit rêver. Lui qui ne sait pas reconnaître ce que les français ont fait en 1945 et ensuite de 1954 à 1962 en Algérie. C’est invraisemblable. En 2007, Angela Merkel, rendant hommage à Jérusalem aux victimes juives du nazisme, déclarait « L’humanité grandit en assumant la responsabilité du passé ». Et nous, en France ? Bien sûr, François Hollande a participé aux commémorations du 17 octobre sur le pont de Clichy. Mais pas le président de la république. Le maire de Neuilly fait toujours du négationnisme. Il est crucial pour le pays de reconnaitre les faits et d’en tirer les conséquences. Des centaines d’algériens ont été jetés dans la Seine, tués. Leurs familles doivent être indemnisées. Ce serait un premier geste concret.

Interventions militaires en Côte d’Ivoire, en Lybie : Jacques Vergès y lit une tentative de recolonisation française. Le positionnement anti-ingérence de l’avocat est bien connu, et il le relie avec force à l’actualité, sans aucun compromis, sans aucun doute. Et cela même lorsque les dictateurs crient au bain de sang pour les révoltés…

En Côte d’Ivoire, l’occident a annoncé Ouattara vainqueur. Mais dans le nord du pays, les élections étaient contrôlées par des militaires rebelles putschistes, les mêmes qui ont commis les pires crimes, reconnus par l’ONU. J’ai vu de mes yeux des procès-verbaux d’élection affichant : 500 inscrits, 520 votants, 520 pour Ouattara. Et on voit l’armée française débarquer à Abidjan et tirer au canon sur la présidence de la république pour imposer son candidat. Puis on voit arriver le premier ministre, suivi d’une horde d’industriels. C’est quoi, selon vous ? J’appelle cela la recolonisation. Savez-vous comment le président Gbagbo a été arrêté ? Il y a un couloir qui unit l’ambassade de France à la présidence de la république. On a lancé par ce couloir de la fumée et des gaz. Le président a dû sortir, et on a lancé sur lui les hélicoptères et le GIGN. On est en présence d’un conflit électoral dans un pays indépendant : qu’est-ce qui autorise l’occident à venir intervenir et prendre parti ? En Lybie, Total a réussi à décrocher 35% du marché du pétrole. Pour cela, on est intervenus dans une guerre civile qu’on a suscitée. Ce qui se passe en Lybie, ce n’est pas ce qui s’est passé à Tunis ou au Caire, ce n’est pas un mouvement populaire qui a renversé l’Etat. En Lybie, on a chassé le pouvoir légal en bombardant avec des avions de l’OTAN. Pour protéger des populations civiles, on a tué des civils, bombardé des hôpitaux. Et ces tentatives de recolonisation s’habillent de grands mots, tels que « les droits de l’homme ». On était déjà dans une démarche de recolonisation au temps des dictateurs. N’oublions pas qu’alors que Ben Ali est renversé, la ministre des affaires étrangères française est en Tunisie, soi-disant en train d’aider son père à faire une opération immobilière minable. N’oublions pas non plus qu’alors que les égyptiens occupent la place Tahrir, François Fillon est l’invité de Moubarak. Et à peine sont-ils renversés, on saisit leurs biens en France, on joue les professeurs de vertu, alors qu’on ne cherche qu’à perpétuer les anciennes pratiques : à faire du Ben Ali sans Ben Ali, à faire du Moubarak sans Moubarak.

Jacques Vergès, lors du débat avec l'espace franco-algérien

Jacques Vergès diagnostique un occident malade, mourant, accumulant les horreurs et les crimes pour maintenir tant bien que mal son pouvoir branlant. Géant aux pieds d’argile ? L’avocat voit cependant au bout du tunnel un nouveau monde émergent, porteur peut-être de plus de bonheur. Quitte parfois à jeter le bébé de la démocratie, du droit de la femme, de la liberté d’expression avec l’eau du bain colonialiste occidental.

Quand un monde meurt, il accumule les erreurs et les crimes. Et l’avenir, déjà, ne lui appartient plus. Nous assistons à la fin d’un monde qui a semé le désastre sur la terre entière. Qu’est-ce que l’Europe a fait en Amérique ? Elle a tué les peaux-rouges, détruit la civilisation des Aztèques au Mexique, des Incas au Pérou. En Afrique du Nord ? Elle a conquis les pays, nié leurs tradition, culture, langue. En Afrique noire ? Sous prétexte de combattre l’esclavage, elle a établi le travail forcé. Mais aujourd’hui, cet occident-là n’a plus la force de maintenir son pouvoir. Je le compare à la situation d’un syphilitique en stade tertiaire : il est atteint de paralysie générale et a le délire des grandeurs. Monsieur Bush voulait remodeler le Moyen-Orient, et il a semé le désordre partout. Monsieur Sarkozy veut remodeler l’Afrique, et il est en train d’y semer l’anarchie. Je reviens d’Abidjan. Sur le site de l’ambassade de France, on peut lire «  au cas où on vole votre sac, votre voiture, si on vous attaque, téléphonez à cette adresse ». Regardons la situation en Lybie. Le comité des insurgés n’est pas complet, il y a divisions, des conflits. Le général qui commandait les troupes au départ a été tué, on n’essaie pas de savoir par qui. L’occident aujourd’hui a la possibilité de renverser les gouvernements en place, mais il n’a plus la possibilité d’instaurer un ordre. D’ailleurs, sur quel modèle serait fondé cet ordre ? L’occident est marqué par ses scandales immobiliers, ses trafics, ses porteurs de valises, ses hommes politiques prenant des bains dans les piscines des hommes d’affaires. Ses commissions et rétro-commissions touchées sur les ventes d’armes. Ses médias en collusion avec les politiques. De quel droit va-t-on en Afrique ou au Maghreb en énonçant la bonne façon d’agir ? C’est un peu comme la prostituée qui dirait à la jeune fille dont la jupe est un peu courte : « reste sérieuse, ma fille ». Un autre monde émerge, et l’occident se débat avec furie pour reconquérir son pouvoir, comme un animal blessé. Il y a 20 ans, qui aurait pensé que les chinois diraient aux européens « écoutez les enfants, nous sommes prêts à vous aider, mais soyez sérieux ». La Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud émergent, et tous se lèvent contre la pratique de l’ingérence. Il y a de l’espoir.

JPEG - 60.1 ko
la remise du Tee shirt et de la casquette par l’association AMAL

A l’issue du débat, l’association AMAL s’avance. En arabe, Amal signifie « espoir ». En français, c’est le sigle pour désigner « l’association pour la mémoire algérienne ». Une association de jeunes franco-algériens donc, qui ont repris le flambeau de la mémoire, et qui se battent notamment pour que ce crime d’Etat du 17 octobre 1961 soit reconnu officiellement. Ce sont eux qui sont à l’origine de la commémoration collective de 8 maires de la banlieue parisienne, le 17 octobre dernier. Ils s’avancent pour remettre à Jacques Vergès un Tee-shirt et une casquette spécialement conçus à l’effigie du cinquantième anniversaire des massacres. Emu, l’avocat accepte le cadeau, avant de lancer : « Demain, je prends l’avion pour Pau, pour rendre visite à George Ibrahim Abdallah. En arrivant, j’ouvrirai mon veston pour lui montrer le tee-shirt. Je pense qu’il appréciera ».

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard