Articles

Accueil > Actualités > « Invictus » ou comment prendre les rennes d’un pays qui garde en mémoire (...)

 

« Invictus » ou comment prendre les rennes d’un pays qui garde en mémoire l’Apartheid

27 janvier 2010

Pour son 30ème long métrage, l’infatigable réalisateur américain âgé de 82 ans, nous offre un voyage en Afrique du Sud post-apartheid. Après son chef d’œuvre, « Gran Torino », Clint Eastwood met en scène, avec « Invictus », les débuts de Nelson Mandela, remarquablement incarné par Morgan Freeman. Dans « Invictus », où l’émotion est à son comble, les cinéphiles sont plongés dans un pays qui tente de construire « une nation « arc-en-ciel » via le sport.


 

JPEG - 61.1 ko

Quand la légende Clint Eastwood évoque une autre légende : Nelson Mandela, cela donne un film émouvant. Sorti le 13 janvier dernier, « Invictus » fait toujours autant parler de lui. Le film raconte l’histoire d’une stratégie politique et humaine qui consiste à réconcilier une nation à travers le sport. Elu en 1994 à la tête d’une nation tout juste sorti de l’apartheid, Nelson Mandela décide de réconcilier Noirs et Blancs à travers le Rugby. En 1995, l’Afrique du Sud devant accueillir la Coupe du monde, il mise sur l’équipe des Springboks, ayant alors un faible niveau et détestée des Noirs… Le pari du président est osé et dangereux.

JPEG - 29.1 ko

Il souhaite en effet que les Springboks deviennent le symbole de la réconciliation du pays en gagnant la coupe du Monde qui a lieu à Johannesburg. Le hic, c’est que l’équipe n’est composée quasiment que de blancs et d’un seul joueur black, « Chester » qui incarne cette nation « arc-en-ciel ». L’équipe est haïe par la majorité noire du pays, qui préfère soutenir les nations adverses lors des confrontations. Les instances sportives du Congrès national africain (ANC) tentent même de rebaptiser l’équipe de rugby perçue comme étant celle des « Blancs » et symbolisant toujours dans les esprits, l’apartheid et le régime récemment aboli. Mandela prend même le risque de s’opposer à la dissolution des Springboks et donc au souhait de sa propre formation politique. Pour ce dernier, la réconciliation ne pouvant passer que par ce sport, si prisé par les Afrikaners et refuse donc de leur retirer ce qu’ils affectionnent. Une stratégie politique pour ne pas avoir à subir un repli des blancs qui contrôlent l’économie du pays mais aussi une stratégie humaine qui consiste à faire du capitaine de cette équipe, François Pienaar (incarné par Matt Damon), le symbole d’une « Rainbow nation ». Le scénario remet au goût du jour des souvenirs de 1998. Une coupe du monde, une victoire en finale contre la meilleure équipe du monde et une équipe adulée pour une nation réconciliée.

JPEG - 30.3 ko

Les matchs et les victoires s’enchainent alors. L’Australie, la France puis une rencontre face aux All Blacks menés par le terrifiant Jonah Lomu. La fin ? On la connait d’avance ; la joie envahit le stade, les rues et les bidonvilles. Jamais le sport n’a été aussi justement retranscrit avec des séquences qui ont de quoi troubler l’œil du plus aguerri des passionnés de Rugby. Puis, il y a cette image où l’on voit une Coupe du monde levée au ciel par le capitaine blanc et le seul joueur black de l’équipe. Même si les clichés sont tenaces, Clint Eastwood arrive tout de même à atténuer ces imperfections en misant sur l’émotion et la prestation de Morgan Freeman à la fois sage et espiègle face à un François Piennar, parfaitement incarné par Matt Damon.

Clint Eastwood a ainsi préféré traiter de la difficulté de réunir un peuple après des décennies d’oppression et d’injustices. Même si on pourrait lui reprocher son approche partielle de l’Apartheid, on ne peut que saluer la manière dont il a tenté de montrer l’intelligence et la sagesse d’un homme, celles de Nelson Mandela, qui, après 27 ans d’emprisonnement dans les geôles de Robben Island, a souhaité rassembler et fonder une nation où Noirs et Blancs vivraient à l’unisson. Un homme doté d’un sens politique aiguisé qui a su faire en sorte que le maillot « vert et or » des Afrikaners soit finalement soutenu par une nation toute entière, malgré une histoire aux plaies ouvertes.

JPEG - 38.9 ko

Dans « Invictus », comme dans la plupart de ses films, (Gran Torino, Million Dollar Baby...) Clint Eastwood ne déroge pas à la règle en mettant systématiquement l’humain au centre, ce qui donne des séquences où les émotions envahissent le spectateur. Avec des images bouleversantes où l’on voit les Springboks pénétrer pour la première fois dans un ghetto pour initier une jeunesse qui pourtant ne jure que par le foot. Ils découvrent par la même occasion ce peuple noir d’Afrique du Sud, qu’ils ont toujours eu sous leur nez mais qu’ils n’avaient jamais cherché à connaitre et à comprendre. Comme ces scènes drôles et émouvantes où le service de sécurité de Mandela, composé de Blancs et de Noirs apprennent malgré la méfiance à cohabiter, à s’apprivoiser et à se connaitre.

JPEG - 30.2 ko

L’histoire est bien servie par le talent du cinéaste et les prestations de Morgan Freeman et de Matt Damon. Les films de Clint Eastwood gardent toujours cette même empreinte teintée de scènes intimes et chargée d’émotions. Avec une scène en particulier, au cours de laquelle François Pienaar découvre la cellule que Mandela a occupé durant 27 années avec en fond sonore, le poème qui a donné son nom au film et que la voix de Mandela clame, laissant aux deux derniers vers la puissance de faire frissonner les spectateurs. Un poème qui lui aura donné la force et le courage de supporter l’enfermement pendant tant d’années. « Je suis le maitre de mon destin, je suis le capitaine de mon âme », extrait du poème « Invictus » de William Ernest Henley, poète, critique littéraire et éditeur britannique né en 1849.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard