Articles

Accueil > Euro med > « Inscrire un droit européen fondamental à la culture »

 

« Inscrire un droit européen fondamental à la culture »

2 juillet 2009

Aujourd’hui et demain a lieu un Grand Forum européen de la Culture à Montpellier. Initiée par l’ADCEI (Association pour le développement culturel européen et international), – tête de proue du projet marseillais Euromed in Culture – cette rencontre constitue le point d’orgue de neuf autres forums régionaux organisés préalablement dans autant de pays européens et méditerranéens partenaires. Il s’agit de retirer des nombreuses propositions existantes une vision commune, afin d’en faire état auprès de la commission européenne. Et ainsi d’impulser dès 2014 une politique européenne de la culture, pour l’instant inexistante. Le tout sur fond de dialogue interculturel et d’ouverture sur la Méditerranée.


 

« A ce jour, il n’y a pas de politique européenne de la culture ». Frédéric Jambu – directeur de l’Association pour le développement culturel européen et international et chef de projet Euromed in Culture – dresse ce constat en toute connaissance de cause. Depuis 2003, sa structure installée à Marseille tente de répondre aux demandes récurrentes des professionnels et acteurs culturels de la région d’être « mis en relation, de nouer des partenariats fiables » dans de multiples domaines et avec diverses régions européennes et de pays voisins.

Missionnée fin 2008 par la commission européenne, l’ADCEI – qui d’entité informelle devrait sous peu se muer en association loi 1901 – planche depuis sur le document produit par l’instance communautaire, à savoir l’Agenda européen pour la culture adopté en 2007. L’idée : « faire débattre des professionnels et des décideurs sur les différents axes de l’Agenda et pouvoir transmettre d’ici la fin de l’année à la commission des premières recommandations et propositions permettant éventuellement à l’horizon 2014, date à laquelle débutera la prochaine programmation des fonds européens, de faire ressortir une politique européenne en faveur de la culture ».

Pour cela, l’ADCEI, avec l’aide de pays partenaires, organise les 2 et 3 juillet un Grand Forum Européen de la Culture à Montpellier. Cette manifestation est l’aboutissement d’un travail mené durant plusieurs mois à l’échelle européenne. En effet, huit autres forums régionaux ont eu lieu précédemment en divers points : Allemagne, Espagne, Portugal, Malte, Grèce, Belgique, Grande-Bretagne,... Et bien sûr en France. Un neuvième pays s’est joint « spontanément » à la dynamique de travail, en organisant un forum local : il s’agit de la Tunisie.

Vers un visa culturel ?

L’objectif de ce Grand Forum de Montpellier est de faire la synthèse de toutes les propositions qui ont émané des rencontres antérieures et d’en faire remonter la substance à la commission européenne. Les participants se sont d’ailleurs réunis il y a une dizaines de jours à Munich, afin de dégager des propositions communes. Et chacun a pu constater que des lignes force sont ressorties des débats, faisant l’unanimité, ou satisfaisant du moins plusieurs partenaires. Ainsi, tous se sont accordés sur la nécessité « d’inscrire un droit européen à la culture et à l’éducation » applicable à l’ensemble des pays membres. « Faciliter, aider à la mobilité des professionnels et des artistes sur le plan européen et euroméditerranéen » semble également faire consensus. Dans ce sens la création d’un « visa culturel » pourrait être bénéfique, argumente Frédéric Jambu.

Un questionnaire sur les enjeux de la construction européenne et sur la place que devait y occuper la culture a d’ailleurs été lancé, dans une optique plus large de travail. Et les retours ont été nombreux, puisque entre 600 et 700 réponses sont en cours d’analyse.

Cette étape de travail que constitue le Grand Forum de la Culture devrait permettre d’établir à terme une politique européenne en la matière. Pour l’instant, ce volet fait cruellement défaut, comme le confirme Frédéric Jambu : « aujourd’hui, toute décision dans ce domaine requiert que les 27 soient d’accord. Il n’y a pour le moment que quelques initiatives et programmes très modestes ». Pourtant, dans une Europe dont la construction semble par trop dictée par le tout économique, la culture peut constituer un véritable ciment entre les peuples, un vecteur « de paix », idée qui primait lors de son lancement au sortir de la seconde guerre mondiale. Le dialogue interculturel reste une priorité pour l’ADCEI, qui n’envisage pas l’Union européenne autrement qu’en prenant en compte sa dimension méditerranéenne. « En terme de position géographique et stratégique, il est impossible de penser l’Europe sans ses voisins de la Méditerranée, ou de l’est », analyse le directeur de l’association, qui compte sept pays bordant la Grande Bleue parmi ses partenaires.

Un « appauvrissement inquiétant »

Le problème demeure qu’en cette période de crise financière, la culture apparaît comme le parent pauvre des perspectives européennes, nationales, et même locales et les politiques la favorisant ne sont entreprises qu’à la marge. Ainsi à Marseille, pourtant désignée Capitale européenne de la Culture à l’horizon 2013, le budget consacré à la culture voté lundi dernier en conseil municipal a largement été revu à la baisse. Une situation que déplore Frédéric Jambu, « inquiet » de savoir que « l’un des nerfs de la guerre » culturelle faisant défaut, cela pourrait entraîner un « appauvrissement des actions mises en place » dans cette perspective, qui pourtant constituera une « vitrine non seulement pour Marseille et la région, mais aussi pour tout le pays ».

En attendant de savoir à quelle sauce sera cuisinée la culture à Marseille Provence dans quatre ans, plus de 600 participants, venus de quatorze pays partenaires, devraient débattre et échanger au Corum de Montpellier, dans le cadre de ce Grand Forum de la Culture. Parmi eux de nombreux responsables de collectivités territoriales, de décideurs, d’artistes, mais aussi de « simples citoyens ». Sont notamment attendus Jorge Sampaio, ancien président du Portugal et actuel chef de file de l’Alliance des civilisations, André Azoulay, conseiller historique du roi du Maroc et président de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue interculturel et MichelAngelo Pistoletto, grand artiste plasticien, dont la participation ne sera pas physique vu son grand âge… Bernard Kouchner, le ministre des Affaires Etrangères et Renaud Muselier, en charge du volet culturel de l’Union pour la Méditerranée, dont la présence était initialement prévue, ne seront finalement pas de la partie.

Si vous aussi vous souhaitez participer, n’hésitez pas à vous rendre, après inscription, au Corum de Montpellier pour faire entendre votre voix, et tenter de faire infléchir l’Europe dans le sens d’une politique culturelle commune.

Consultez l’ensemble de la programmation du Grand Forum sur le site de l’ADCEI.

Pour les retardataires, il est encore temps de s’inscrire en remplissant le bulletin disponible sur le site d’Enjoy Montpellier ou en contactant le 04.67.61.67.61. Vous pouvez également le télécharger ici :

PDF - 86.8 ko

Grand Forum européen de la Culture
Les 2 et 3 juillet
Le Corum - Palais des congrès
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier

 

 

Autres articles Euro med

 

Brèves Euro med

  • Octobre 2016

     

    L’image insolite du jour : La rue du confort à Tunis

    Cette rue à l’appellation quelque peu originale est confortablement installée dans le quartier de Monome à Tunis Sud :

     

  • Juillet 2015

     

    Les événements survenus à Ghardaia sont-ils un feu isolé ou le début de l’embrasement ?

    L’Algérie vient de vivre des affrontements ethniques dramatiques entre arabes et berbères, on parle de dix huit morts à Ghardaia dans la capitale du Mzab. Cette région qui a été relativement épargnée par la dernière guerre contre les terroristes dans les années 90 semble voir naître le spectre d’un conflit sur des bases raciales, ce qui dans un pays comme l’Algérie peut conduire au pire des scénarii, souvenons-nous des années 80 et du printemps berbères prélude à la situation révolutionnaire de 1988 qui enfanta le multipartisme, la liberté de la presse et le FIS, rien n’est parfait surtout dans un régime post-soviétique à la sauce du Maghreb. Chaque fois qu’une crise a secoué ce pays le clivage entre arabes (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Les grecs ont répondu non au référendum

    Le laboratoire de vivisection des peuples va fermer, les grecs ont répondu non au référendum et la troïka vient de perdre un patin du traîneau. Dimanche noir chez les prédateurs de la finance internationale. Les usines d’armements allemandes et leurs banquiers doivent se faire du soucis pour le recouvrement de certaines créances, référendum gros malheur. Et le couple franco-allemand se demande qui va régler l’addition. Règlement de compte à euroland et peut-être l’amorce d’une guerre politique entre les pays du nord et du sud de l’Union. Les portugais et les espagnols doivent commencer à avoir des idées. Les islandais qui ont mis en prison quelques banquiers et refusé la dette doivent savourer ce nouvel (...)

     

  • Mars 2013

     

    Débloquez la libération de George Ibrahim Abdallah. Courrier de Pierre Dharréville au Ministre de l’Intérieur

    Monsieur Manuel Valls Ministre de l’intérieur Place Beauvau 75800 Paris Cedex 08 Monsieur le ministre, La justice vient d’accepter, le 10 janvier 2013, la neuvième demande de mise en liberté de Monsieur Georges Ibrahim Abdallah, assortie d’une expulsion vers le Liban. Militant communiste et révolutionnaire libanais, membre du Front populaire de libération de la Palestine dans les années de guerre du Liban, c’est l’un des plus vieux détenus du monde. Cela fait 29 ans que ce prisonnier politique est incarcéré alors qu’il était libérable depuis 1999. A ce jour, il ne manque que votre signature pour rendre la liberté à cet homme condamné avant tout pour ses convictions et ses combats pour (...)

     

  • Janvier 2013

     

    El-Watan livre des détails sur la composition des otages de In Aménas : Il y aurait 2 français.

    El watan : "Une attaque terroriste perpétré tôt dans la matinée de ce mercredi 16 janvier dans la base vie de l’association Sonatrach-BP-Statoil, à Tiguentourine (In Aménas), dans la wilaya d’Illizi, a fait deux mort et six blessés parmi les employé de cette société. Les terroristes de la katiba des Moulathamine « les signataires par le sang », auteur de cette attaque, ont investi la base vie de Sonatrach et ont pris en otage, selon une source sécuritaire contacté par elwatan.com, 41 ressortissants étrangers dont 7 américains, 2 français, des britanniques et des japonais...Cinq otages sont retenus dans l’usine alors que les 36 autres se trouvent sur la base-vie de la société." La suite sur le site d’El (...)

     

  • Mars 2012

     

    Lettre ouverte aux dirigeant-e-s du Parti du mouvement Ennahdha

    Cette lettre ouverte, qui sert de support pour une pétition, nous a été transmise par Tarek Ben Hiba de la FTCR : Des Tunisiens et Tunisiennes à l’étranger demandent à Ennahdha de cesser d’entretenir l’ambigüité et de clarifier publiquement sa position concernant les salafistes. Mesdames, Messieurs, Nous, Tunisien(ne)s résidant à l’étranger – militant(e)s associatif(ve)s, acteurs et actrices de terrain au sein de l’immigration, intellectuel(le)s –, portons à votre connaissance cette lettre ouverte, et attirons votre attention sur les préoccupations qui sont les nôtres. La Tunisie est aujourd’hui à la croisée des chemins, et les Tunisien(ne)s vont devoir choisir le destin qui sera le leur et qui engage (...)

     

  • Janvier 2012

     

    Michel Vauzelle a reçu vendredi le Secrétaire d’Etat Tunisien aux affaires étrangères.

    Michel Vauzelle, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a reçu vendredi 13 janvier, Monsieur Hedi Ben Abbes, Secrétaire d’Etat tunisien aux Affaires étrangères. L’occasion de faire un point les projets soutenus par la Région PACA afin de contribuer à la reconstruction de ce Pays qui doit se remettre des sacrifices qu’il a dû consentir pour sa révolution. Michel Vauzelle a également exprimé son souhait d’une « plus grande implication de la France » dans la coopération avec la Tunisie. Rappelons qu’aujourd’hui samedi 14 janvier les franco-tunisiens et les tunisiens de France célébrerons avec espoir mais également avec quelques inquiétudes l’anniversaire de la chute de Ben Ali. A Marseille le (...)

     

  • Décembre 2011

     

    Le drapeau turc flotte sur le site de www.valerie-boyer.fr

    Selon plusieurs infos qui circulent ce sont des hackers qui n’en pouvaient d’être les têtes de turcs de valerie-boyer.fr : Selon des traductions, sous le drapeau turc, ces cybermilitants dénoncent l’instrumentalisation clientéliste d’une histoire qui ne concerne pas la France. Mise à jour : Vers 17 heures sur le site de la député UMP, le drapeau turc ne flottait plus, mais le site toujours hors service.

     

  • Novembre 2011

     

    Tunisie : Marzouki (CPR) à la Présidence, Ben Jaafar (Ettakatol) à l’assemblée et Jebali (Ennahda) chef du gouvernement.

    Les vainqueurs des dernières élections Tunisiennes ont trouvé un accord pour désigner les responsables des trois principales institutions du Pays : la présidence de la République est attribuée à Moncef Marzouki (CPR), la tête de l’Assemblée constituante à Mustapha Ben Jaafar (Ettakatol) et le Gouvernement sera dirigé par Hamadi Jebali (Ennahda). La composition du gouvernement est attendue lundi.

     

  • Novembre 2011

     

    En vertu de quelle riposte Israël frappe le consul de France et sa famille ?

    Ce qui est triste c’est que non seulement le consul est blessé, que sa femme enceinte a perdu son bébé mais c’est qu’en France médias et politiques saluent la libération d’un soldat colon mais ne condamnent pas fermement Israël pour ses crimes. Les médias appellent cela des ripostes. Pour le consul de France à Gaza Israël a-t-elle riposté au "oui" français pour l’entrée de la Palestine à l’Unesco ?

     

Articles récents

Articles au hasard