Articles

Accueil > Une Histoire, Cent Mémoires > Inauguration par François Hollande d’un nouveau mémorial en souvenir des (...)

 

Inauguration par François Hollande d’un nouveau mémorial en souvenir des combattants musulmans : Que doit-on en penser ?

24 février 2014 - Dernier ajout 21 mai 2014

Mercredi 12 février 2014, invité par Dalil Boubakeur, François Hollande a inauguré à la Mosquée de Paris, un nouveau mémorial en souvenir des combattants musulmans des grandes guerres.
Le premier avait été inauguré par Nicolas Sarkozy en 2012 pour rendre hommage aux soldats de la première guerre mondiale.
Cependant comme pour la précédente, cette inauguration s’est faite juste un mois avant des élections qui s’annoncent être difficile pour le camp politique du gouvernement : alors est-ce juste une coïncidence du calendrier électoral qui note un acte sincère ou un acte délibéré de manipulation et d’hypocrisie ?


 

La question se pose, et d’autant plus, lorsque l’on sait que le climat en France est plutôt porté vers une « légitimité » de l’islamophobie ; « Le problème de la religion musulmane » étant souvent repris par les politiques ; et que l’on approche d’élections qui semblent vouloir être boudées par de nombreux français. C’est pourquoi, nous avons décidé d’interroger différents représentants politiques ainsi que des citoyens Français de tout horizon pour jauger le sentiment général face à cet événement.

Face à la polémique que cette inauguration peut provoquer, Akli Mellouli, élu PS de Bonneuil sur Marne (94) et président du PS local a été le premier a bien vouloir répondre à nos questions. Pour lui cet hommage est avant toutes choses « un message de paix, un message d’apaisement et de réconciliation fort du Président de la République, qui reconnait par cet acte, les musulmans comme héritiers et acteurs de l’histoire de France et qui permet à de nombreux combattants, et leur famille, de ne pas voir leur nom tomber dans l’oubli. » Par cette reconnaissance, l’élu estime que le chef d’état dit aux musulmans : « la France vous appartient aussi », et voit la polémique naissante autour de ce mémorial comme le « fait d’éternels insatisfaits qui trouveront toujours matière à critiquer ce qui est fait, comme à contrario, ce qui ne l’est pas, plutôt que de féliciter et de se féliciter d’un avancement, d’un geste positif et constructif quand il a lieu ». Il dénoncera le « populisme ambiant de la classe politique dans son ensemble, cette lutte des places où bons nombres manquent de valeurs et ne défendent que leurs propres intérêts, sans être capable de dépasser leur égo, alors que l’intérêt général devrait être le moteur pour tous et de tous. ». Monsieur Mellouli réaffirmera que cet hommage est bel et bien une reconnaissance faite par la France via son Président aux musulmans français en tant qu’enfant de la République. C’est là, l’acte « d’un Président responsable envers des citoyens souvent jetés en pâture ».

Interrogé lui aussi, Ali Aissaoui, élu FDG de Reims (51), est bien moins convaincu des bonnes intentions de François Hollande. S’il reconnait qu’il « était temps qu’un hommage solennel soit rendu à ces soldats envoyés à la boucherie, dans ces temps troubles où la parole se libère et où l’Islam et les « arabes » sont la cible de propos racistes, l’on ne peut pas pour autant être dupe : cet hommage intervient juste avant des élections municipales qui s’annoncent difficiles pour le camp PS. » C’est donc, pour lui, un rattrapage de celui qui avait promis le droit de vote aux étrangers. Quant à la lutte contre les discriminations évoquée par le Président, Monsieur Aissaoui préfère en rire : « Avec Manuel Valls au commandes, il y a de quoi douter. » A cela, l’élu dénoncera la stigmatisation faite par cette différenciation d’ordre religieuse : « Ils étaient Africains, avant tout, du Maghreb ou de l’Afrique de l’Ouest ou de l’Est. Les honorer ainsi revient à les séparer du reste des soldats morts lors de ces 2 guerres. Cette séparation mémorielle et religieuse est inappropriée et insultante pour les descendants de ces soldats car elle les communautarise. ». Et même, s’il ne peut s’empêcher de repenser aux massacres perpétrés en Algérie, à Guelma Skikda ou Kénitra, le 8 mai 1945 lors des célébrations de la victoire contre les nazis, il est pour lui plus juste d’accorder « la reconnaissance à tous les soldats, indigènes, pieds-noirs, Français de souche ou naturalisés, d’origine européenne, qu’ils soient musulmans, juifs, chrétiens ou athées et qui ont risqué leur vie ou sont morts pour la liberté. »

Son homologue FDG, Madjid Messaoudène, élu à Saint-Denis (93), partage également cet avis quant à cette distinction de « soldats musulmans », c’est pour lui, « une insulte puante supposant que tous les noirs et tous les maghrébins sont musulmans. Cette notion religieuse remet en évidence l’esprit français sur la notion de musulman d’apparence. ». L’élu de Seine-Saint-Denis s’insurgera contre ce qui est « sans aucun doute possible, un coup de communication, une tentative de manipulation, une opération séduction de la communauté musulmane orchestrée un mois avant les élections municipales, et qui est un réel mépris fait aux familles et à la mémoire de ces soldats morts ». Il argumentera son avis en rappelant que « cette inauguration, et les propos qui y ont été tenus, ne sauraient être sincère lorsque l’on sait que, depuis des années, le PS n’a fait que voter et mettre en place des lois islamophobes ». Monsieur Messaoudène reviendra sur « le 2 poids, 2 mesures flagrants » existant en France et que l’on peut voir sur le traitement des affaires de violences faites aux musulmans et sur l’infamie de la position des dirigeants politiques notamment sur la question Palestinienne, avec au summum « l’immonde communiqué de presse du PS rendant hommage à Ariel Sharon, un criminel sanguinaire, lors de sa mort ». Ainsi et de tout cela, l’élu conclura en disant que : « Si le recteur de la Mosquée de Paris joue au musulman de service du pouvoir en place, les musulmans, eux, ont compris que le PS ne les aimait pas, et tenter de les amadouer de la sorte est une insulte à leur intelligence qui ne peut que les inciter à voter contre le PS ».

FADILA Mehal, vice-présidente du Modem et seconde tête de liste dans le 18ème arrondissement de Paris, se rangera, elle-aussi, du côté de l’avis des élus FDG et notera que : « Les musulmans commencent à en avoir l’habitude, depuis 1981, avant chaque période électorale, certains agitent les chiffons rouges des musulmans. Sauf qu’aujourd’hui, personne n’est dupe et ces apprentis sorciers jouent avec le feu ». Elle déplorera qu’ « en ces temps difficiles, alors qu’on aurait besoin d’une France rassemblée et unie, on essaie de mettre en avant les différences ». L’élue insistera sur le fait que « nous avons à construire une communauté de destin, où tous les Français auront un rôle à jouer. Chrétiens, juifs, musulmans, libres penseurs et athées, tous Français, nous devons tous tirer dans la même direction. Il ne peut y avoir de surenchère mémorielle ou religieuse. Notre pays a besoin d’unité et de concorde. ». Elle finira par dire que : « les musulmans de France ont montré leur maturité, ils savent qu’ils vivent dans un pays laïc, ils en acceptent la règle en droits et en devoirs.
Aussi, les musulmans et les Français issus de l’immigration n’ont pas besoin d’avocats, ils ont besoin d’amis sincères et loyaux qui leurs parlent en égaux, en dignité respectée. Pour juger et voter, ils s’en tiennent aux faits et, en la matière d’égalité le compte n’y est pas. L’intégration est en panne tout comme l’ascenseur social et les escaliers sont encombrés. Pour toutes ces raisons, gardons-nous des polémiques inutiles et des anathèmes pour remettre en question l’intégration paisible et réussie des musulmans de France. Et enfin, que le PS se garde d’attiser les passions et les haines, qu’il arrête de penser qu’il est existe un "vote communautaire" et qu’il est en sa faveur et dont il serait propriétaire, lui dont le sigle est si décrié dans les quartiers populaires, pour avoir tellement déçu depuis deux ans, après avoir.... tant promis ».

En ce qui concerne les retours des citoyens français « lambdas », français dits de souche ou issu de l’immigration, musulman ou non, on peut noter une uniformité des retours, un avis général qui ne connait aucunes disparités liées à une origine ou appartenance religieuse. Si tout au plus, certains pourraient accorder au Président le « bénéfice du doute », dans la globalité, tous dénoncent, un « discours faux et hypocrite » et une différenciation religieuse qui ne peut qu’ « attiser les rancunes et maintenir les différences », et qui semblent être une stratégie de campagne électorale, car pour tous : « La reconnaissance ne doit pas être fonction de la confession, la guerre, cette guerre ne se préoccupait de cette étiquette avant de tirer du canon. Toute personne luttant contre la terreur a droit à la reconnaissance, toute personne subissant la terreur à droit aux secours. Peut être serait il bon de reconnaître globalement tous les soldats, tous les résistants, tous les martyrs de cette guerre sans distinction d’opinion ou de confession ».
Les musulmans, quant à eux, pour beaucoup se demandent « pourquoi avoir attendu si longtemps pour reconnaitre ces soldats africains qu’on mettait en première ligne et qui servaient de chair à canon ? ». A d’autres d’ajouter que « la communauté musulmane veut passer de la mémoire à l’histoire : on ne veut pas d’une pierre tombale pour nos anciens, on veut que ce soit inscrit dans les manuels scolaires qui traitent de l’histoire de France... Au service de l’éducation patriotique de notre jeunesse ». Beaucoup dénonceront « une odieuse manipulation électorale » et disent ne pas vouloir d’une « stèle qui se brisera au premier séisme » mais demandent « juste du respect et de la reconnaissance sincère ». Et de conclure unanimement : « Au PS, il n’y a plus d’idées depuis longtemps : il n’y a que de la com... C’est pareil qu’avec Sarkozy ».

Quoiqu’il en soit stratégie ou pas cette inauguration ne semble pas avoir été accueillie positivement par l’ensemble des français, politiques ou pas, de souche ou non, et ne semble pas avoir non plus convaincu la communauté musulmane.

PNG - 153 ko
Pour exemple ce genre de photomontage qui circule sur FaceBook

 

 

Autres articles Une Histoire, Cent Mémoires

 

Brèves Une Histoire, Cent Mémoires

  • 29 mai

     

    Topo historique du Cours Julien d’hier et d’aujourd’hui

    En 1960 la ville de Marseille décide de déplacer le lieu d’échanges commerciaux de fruits et légumes qu’était alors le Cours Julien pour le regrouper en un seul et même site, le quartier des Arnavaux. Un déménagement qui se terminera en 1971. La relocalisation des grossistes en 1972 a libèré de vastes locaux. Le Cours Julien devient alors un lieu de promenade, de brocante et de culture. Depuis, le Cours Julien est devenu l’un des lieux culturels le plus connu de Marseille. L’Association Cours Julien qui réunit depuis 1992, habitants, associations et commerçants, organise tout au long de l’année des manifestations diverses tel que la journée des plantes, vide-greniers, marché paysan, Sardinade, salon (...)

     

  • Novembre 2015

     

    Il y a 11 ans, YASSER ARAFAT nous quittait ! Rappel du parcours de ce résistant hors normes par Azzedine Taïbi, Maire de Stains.

    Il y a 11 ans, YASSER ARAFAT nous quittait ! Le 11 novembre 2004 Abou Ammar plus connu sous le nom de Yasser Arafat s’est éteint à l’hôpital militaire de Percy de Clamart, suite à un empoisonnement au Polonium. Il est et restera le plus grand leader du peuple palestinien et un symbole de la cause palestinienne. J’ai eu le grand honneur de le rencontrer à trois reprises, à Gaza et à Ramallah, grâce à mon cher ami et frère Fernand Tuil, qui nous a malheureusement aussi quitté le 24 décembre 2013. Voici quelques lignes sur le parcours du grand leader palestinien : Yasser Arafat, né à Jérusalem le 4 août 1929 d’autres disent qu’il est né le 24 août 1929 dans la ville du Caire en Égypte. Yasser (...)

     

  • Juillet 2015

     

    Souvenir

    Ce matin en entendant les commentaires des médias sur la Grèce, je me suis souvenu de mon arrière grand-père boiseur dans les mines du sud tunisien, un français méditerranéen qui n’avait jamais vu la France et mon grand-père né à Bizerte en 1905, maçon anarchiste. Alors j’ai eu envie d’écouter une nouvelle fois Brel... Paroles de Jaurès Ils étaient usés à quinze ans Ils finissaient en débutant Les douze mois s’appelaient décembre Quelle vie ont eu nos grand-parents Entre l’absinthe et les grand-messes Ils étaient vieux avant que d’être Quinze heures par jour le corps en laisse Laissent au visage un teint de cendres Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? Pourquoi (...)

     

Articles récents

Articles au hasard