Articles

Accueil > Actualités > IVG : un droit menacé ?

 

IVG : un droit menacé ?

10 novembre 2010 - Dernier ajout 11 novembre 2010

Plusieurs structures et associations ont appelé à une manifestation nationale, samedi 6 novembre, afin de défendre le droit à l’avortement, selon elles remis en cause. Nous faisons le point avec Claire Ricciardi, présidente du Planning familial de Marseille et responsable du numéro vert* IVG/Contraception en PACA.



 

Comment s’est déroulée la manifestation de samedi ?

En ces temps de contestation de la réforme des retraites (une manifestation unitaire avait lieu le même jour, ndlr), il était difficile de mobiliser. Nous avons donc choisi de faire un point à Marseille : il y a des personnes du Collectif 13 Droits des Femmes qui sont montées à la manifestation nationale, et celles qui n’y sont pas allées ont défilé dans le cortège marseillais contre la réforme des retraites. Nous nous sommes mises sur le pont sous lequel passait la manifestation cours Lieutaud, pour plus de visibilité. Notre mot d’ordre portait bien sûr sur l’IVG, mais également sur les retraites, parce qu’à chaque fois que les droits régressent, les droits des femmes régressent deux fois plus vite.

En quoi le droit à l’avortement vous paraît-il menacé ?

Ce n’est pas tellement en tant que droit qu’il est menacé. Le droit existe, les dispositions aussi. Ce qui commence à poser problème, c’est l’accès. C’est-à-dire que les réformes de la santé, par soucis d’économie, tendent à concentrer les établissements. Et à chaque fois qu’un établissement ferme, que deux établissements – qui concernent notamment la gynécologie obstétrique – fusionnent, cela veut dire aussi qu’il y a un centre d’IVG qui ferme. Ce qui réduit le nombre d’actes potentiellement praticables. Ces concentrations qui visent à réduire les coûts, touchent en premier lieu l’IVG, qui est la partie non « noble », la moins bien rémunérée, des actes chirurgicaux.

JPEG - 112.2 ko
La banderole déployée samedi 6 novembre lors de la manifestation pour la défense du droit à l’avortement. © Planning Familial 13

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot avait promis, à l’occasion de la Journée de la femme en mars dernier, de revaloriser cet acte. Apparemment, les associations de défense du droit à l’avortement ne voient rien venir… Etait-ce un effet d’annonce ?

Il semblerait que la veille de la manifestation de samedi, elle ait dit « je vais le faire ». Je ne sais pas si elle va effectivement en revaloriser la prise en charge, mais c’est vrai que cela fait un moment qu’elle le promet. Si on ne leur rappelle pas leurs promesses, les politiques ne les tiennent pas toujours. Mme Bachelot a toujours soutenu qu’elle restait vigilante au droit à l’avortement, néanmoins, on ne voit rien venir pour l’instant. Sachant que les hôpitaux facturent désormais à l’acte, et ce dans un but de rentabilité, ils indiquent que cet acte est déficitaire. Pourtant, c’est un acte relativement simple, qui nécessite certes un petit bloc opératoire lorsqu’il est fait de manière instrumentale, mais qui peut être pratiqué dans une petite structure.

La loi sur l’hôpital public induit donc une diminution des actes pratiqués ?

Le problème c’est que plutôt que de fermer des établissements pour des questions budgétaires, et se dire après « on verra si on pourra toujours assurer ces actes », il vaut mieux regarder ce qui se fait dans un centre, pour voir comment faire, de manière à ce qu’il n’y ait pas de rupture du service. Nous avons une vraie inquiétude là-dessus. Pour attaquer le droit à l’IVG, il n’est pas besoin de le supprimer ; si plus personne ne le pratique parce qu’il n’est pas rentable et qu’il n’y a pas de centres disponibles, le droit existera toujours sur le papier, mais pas dans les faits. Ce matin j’ai eu au téléphone une dame de Salon-de-Provence qui m’a dit que l’hôpital n’avait pas de rendez-vous avant un mois. Avec le risque pour elle de dépasser le délai légal. L’hôpital de Salon n’est pas en cause, mais ils manquent de personnel. Ils préfèrent assurer les accouchements plutôt que les IVG. Donc c’est ce qui passe à la trappe en premier, parce que l’on dit que ce n’est pas une urgence vitale de faire une IVG.

Ce manque de place et de moyens amène-t-il les praticiens à pousser les femmes vers une IVG médicamenteuse, plutôt qu’instrumentale ?

C’est vrai que beaucoup de praticiens préfèrent l’IVG médicamenteuse, dans le sens où eux-mêmes ne sont pas confrontés à l’acte. Qui plus est, cela ne nécessite pas la mobilisation d’un bloc opératoire, d’un anesthésiste. Ceci étant, les femmes demandent souvent elles aussi à avoir recours à l’IVG médicamenteuse, parce que ça leur paraît moins dramatique. Malheureusement ça ne se passe pas comme, ce n’est pas si facile que ça à vivre. Mais de le vivre avec un médecin en cabinet de ville enlève de la gravité à l’acte. Nous sur Marseille, y sommes d’ailleurs plutôt favorables.

Mais n’y a-t-il pas un risque finalement que quasiment toutes les IVG se fassent de cette manière, faute de place en hôpital ?

C’est vrai que cela peut devenir ennuyeux quand, comme c’est le cas à l’hôpital de Strasbourg, toutes les IVG se pratiquent par voie médicamenteuse, et ce jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée. Là cela devient plus compliqué. Et puis il y a le risque que plus aucun médecin ne sache pratiquer l’acte.

A combien s’élève le nombre de femmes ayant dépassé le délai légal des 14 semaines, se rendant chaque année à l’étranger afin d’avorter ?

Les chiffres varient entre 5 000 et 6 000 femmes. Elles peuvent avoir dépassé le délai légal parce qu’il leur a été difficile dans leur région de trouver un établissement les prenant en charge à temps.

La situation en PACA vous paraît-elle satisfaisante ?

Nous avons mobilisé les acteurs en 2004 afin de remédier à la situation qui était intenable et depuis il y a un mieux. Mais tout dépend des territoires. Sur Marseille, la situation est à peu près correcte. Si vous appelez le numéro vert, on vous trouve une place rapidement. Les deux hôpitaux répondent présents et réservent des créneaux aux personnes un peu limites. Cependant, si la femme a dépassé les 14 semaines, ils ne le font pas à un jour de plus.
Par contre, selon les endroits, comme à Toulon ou à Avignon par exemple, il peut y avoir jusqu’à un mois d’attente. A Toulon, qui est un territoire de l’extrême droite, il n’y aucun médecin qui pratique l’IVG en cabinet de ville, l’hôpital n’ayant passé aucune convention. A Avignon, ils ne vont pas au-delà de 12 semaines d’aménorrhée. Donc après il faut aller ailleurs, dans la Drôme, à Salon,… Les cas qui posent le plus problème, nous tentons de les orienter au mieux, quitte à faire se déplacer la personne dans un autre établissement de la région.

Y a-t-il de la part de la population française un retour à des valeurs morales ou religieuses qui ferait que l’IVG soit plus mal perçue encore qu’auparavant, alors que le nombre d’interruptions de grossesse reste plutôt stable ?

Il y a toujours eu, du temps du vote de la loi, des luttes des femmes, un contre-courant qui disait que l’IVG était un méfait. La preuve encore aujourd’hui : je reviens d’une réunion préparatoire à un colloque sur les grossesses non prévues, et il y en a toujours pour dire que trop d’IVG sont pratiquées, etc. Une grossesse serait toujours merveilleuse, et un avortement quelque chose de contre nature. C’est une vision très répandue en France. Nous avons une stagiaire qui revient du Viet Nam où l’avortement a valeur de régulateur de naissance, faute de contraception.
En France, il y a des avortements inévitables. On peut agir à la marge, faire des campagnes de prévention, des pass contraception, délivrer une meilleure information en post-accouchement, parce que beaucoup de femmes tombent de nouveau enceinte après l’arrivée d’un bébé… Mais les résultats demeureraient faibles. De plus, la pilule n’est pas un moyen contraceptif fiable à 100 %, puisqu’il arrive très souvent de l’oublier. On pense toujours aux jeunes qui seraient inconscientes, qui ne prendraient pas de contraception. Mais une femme dont le mari deviendrait violent alors qu’elle est enceinte, peut avoir recours à un avortement.

Que préconisez-vous, afin que le droit et l’accès à l’IVG soient respectés ?

Nous pensons qu’il faut d’abord former les médecins, puisque pour eux, grossièrement, une femme qui en arrive là est soit bête, soit elle l’a fait exprès. Or les accidents de contraception existent, et il y a des circonstances dans la vie qui font qu’on peut y avoir recours un jour ou l’autre. Il y a un rapport récent de l’Igas (Inspection générale des affaires sanitaires) qui dit que « l’interruption de grossesse est une donnée structurelle de la vie des femmes et donc il faut le prendre en charge de manière normalisée ». Le gouvernement, en plus de revaloriser l’acte, devrait également s’attacher à communiquer autour de la prise en compte de ce fait.

* N° vert pour tout renseignement sur l’IVG et la contraception : 0800.105.105.

Après avoir connu des problèmes majeurs en 2008, notamment liés à l’insalubrité de ses locaux historiques du boulevard d’Athènes, le Planning familial de Marseille a trouvé une nouvelle adresse. Une fois que les travaux seront terminés (le permis de construire n’a pas encore été validé), soit à l’horizon 2011, le Planning familial ouvrira ses portes au public au boulevard national. En attendant, les personnes le désirant sont reçues au 1, rue François Moisson, dans le 2e arrondissement. "La fréquentation a chuté suite à notre départ du boulevard d’Athènes, explique Claire Ricciardi. Beaucoup de gens pensent que nous sommes fermés, alors que pas du tout !"

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard