Articles

Accueil > Actualités > Histoire de l’immigration : « la France est extrêmement en retard (...)

 

Histoire de l’immigration : « la France est extrêmement en retard »

20 septembre 2010

Dans le cadre des journées du patrimoine, la DRJSCS PACA (Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale), avec le soutien du Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires en PACA (RHMIT) accueillait vendredi, dans l’auditorium du Musée d’Histoire du Centre Bourse, des historiens-chercheurs venus évoquer les enjeux de l’histoire et de la mémoire des immigrations en PACA ainsi que les représentations qu’elle suscite et les questionnements qu’elle soulève aujourd’hui. Cette histoire de l’immigration reste malheureusement un champ d’étude « peu valorisé », voire « marginalisé » et qui fait pourtant partie du patrimoine de l’histoire de France confiait Pascal Blanchard, historien, spécialiste « du fait colonial » et des immigrations des Suds et co-directeur de l’édition de 8 ouvrages sur « Un siècle d’immigration des Suds en France » (www.coffret-immigration.com). Ce dernier était invité aux côtés de Stéphane Mourlane, historien-chercheur au laboratoire Telemme/MMSH et Yvan Gastaut, chercheur au Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine.


 

JPEG - 55.7 ko
Yvan Gastaut, Stéphane Mourlane et Pascal Blanchard

« L’histoire de l’immigration est fondamentale pour comprendre la société française » rappelait monsieur Chapelet, directeur de la DRJSCS PACA, en préambule de cette conférence. Et elle l’est d’autant plus importante dans la région PACA, traversée, plus que d’autres, par des vagues d’immigrations diverses qui font d’elle le « carrefour de l’immigration des Suds ». Ce que le regretté Emile Témime avait déjà saisi et dont les travaux d’une extrême richesse, ont permis de faire avancer la recherche dans un champ d’étude qui n’intéressait quasiment personne. Si pendant toutes ces années le travail fourni par les historiens-chercheurs a permis de défricher cette histoire de l’immigration, il reste encore de nombreux terrains en chantiers qui font de cette histoire, une « histoire émiettée ».

« Une histoire en miette qu’on a essayé de rassembler pour faire sens »

C’est aussi pour pallier à ce manque que la DRJSCS PACA a fondé en 2009, le Réseau pour l’Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires en PACA (RHMIT) et dont font notamment partie Stéphane Mourlane et Yvan Gastaut. Ce dernier a notamment été coordinateur du rapport « Histoire et mémoires des immigrations en région PACA ». L’objectif de ce rapport, commandé par l’Acsé, est de « faire un inventaire de tout ce qui a été produit sur l’histoire de l’immigration en PACA ». La base de ces données bibliographiques ne s’adresse pas qu’aux chercheurs, le public est invité à s’approprier ces sources qui seront mises en ligne d’ici la fin de l’année sur le site : http://www.rhmit-paca.fr .

JPEG - 64.6 ko
Yvan Gastaut

Ce réseau ne déroge pas à la règle qu’il s’était fixé il y a deux ans. Aujourd’hui, il permet de défricher un certain nombre de terrains d’études au niveau local, souvent délaissés au profit de l’histoire national. « On est à un point de l’historiographie de l’immigration qui nécessite cette approche régionale » explique Yvan Gastaut, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Nice. [...]. C’est aussi une autre manière de regarder la France de l’immigration en la regardant par le terrain, le quartier, l’immeuble, le jardin » insiste t-il, pensant notamment à l’étude de l’immigration au sein des chantiers navals à la Seyne-sur-mer. Car « envisager l’immigration dans des échelles plus localisées, débouche également sur des sources et des réflexions nouvelles [...] et ce notamment au profit des citoyens désireux de comprendre là où ils vivent. Le but est aussi de « se servir du passé à des fins d’accompagnement social ».

L’immigration : un champ de l’histoire marginalisé

Pour Stéphane Mourlane l’objectif est de « donner à chacun l’opportunité de prendre connaissance de ce passé et de se l’approprier ». Ce que s’attache à faire Pascal Blanchard depuis de nombreuses années, en valorisant notamment cette histoire de l’immigration des Suds, « peu diffusée ».

JPEG - 55.1 ko
Stéphane Mourlane

Pascal Blanchard regrette en effet le manque de vulgarisation sur ces questions. Cet historien, chercheur associé au CNRS, spécialiste de l’histoire des immigrations coloniales, des immigrations des « Suds » en France et directeur du Groupe de recherche ACHAC (Association pour la connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine) depuis 1989, affirme que la France est un « pays est extrêmement en retard par rapport à d’autres pays, comme les Etats-Unis ou l’Angleterre où ce champ de l’histoire n’est pas marginalisé ». Le fait qu’il ait fallu de nombreuses années pour avoir un musée de l’immigration (Cité Nationale de l’histoire de l’immigration à Paris), est un signe de retard. Sans oublier de souligner qu’ « il n’y a même pas de musée d’histoire coloniale ce qui est encore un signe de difficulté à gérer et à digérer ce passé » regrette-t-il. Le recrutement des chercheurs est à ce titre révélateur. Ce qu’on appelle les « postes coloniaux » en France n’existent pas en termes de recrutement. « Notre génération de chercheurs qui travaillaient sur les questions postcoloniales, la diaspora et la culture métissée, n’ont pas fait carrière en France. [...] Ils sont tous partis à l’étranger (USA, Suisse, Allemagne) pour produire ce savoir. En France le CNRS en a recruté zéro alors qu’aux USA ce sont 70 postes par an » fait-il savoir.

Ce retard serait également dû à la posture idéologique de ceux qui travaillaient, il y a 30 ans sur l’histoire de l’immigration. « Ce n’était pas une histoire neutre, or pour la transmettre, il est nécessaire qu’elle soit d’abord neutralisée. Et puis, les sources n’étant pas valorisées, ne sont pas accessibles » explique ce spécialiste « du fait colonial ». Il n’y a qu’à observer la qualité des ouvrages pour s’en rendre compte. « L’Histoire de l’art est couverte de très beaux livres qui valorisent l’art en tant que tel à travers la qualité même des ouvrages. Alors que quand vous regardiez la plupart des ouvrages évoquant l’immigration, ils ne devaient pas être beaux puisqu’ils n’étaient pas destinés à devenir une source de savoirs, ni prestigieux puisque par définition ils étaient destinés à un public qui aurait été acheté ces livres. C’est complètement stupide. C’est comme imaginer que les livres sur Napoléon ne concernent que ceux qui ont fait la campagne de Russie » ironise Pascal Blanchard.

JPEG - 49.8 ko
Pascal Blanchard

« Comment faire pour que cette histoire rentre dans quelque chose de légitime ? »

La transmission de cette histoire de l’immigration serait donc freinée par des facteurs sociologiques. Alors pour attirer d’autres publics, Pascal Blanchard n’a pas hésité pas à réaliser des documentaires audiovisuels après qu’il ait notamment publié ou codirigé une trentaine d’ouvrages sur la question des immigrations. Parmi ces documentaires télévisuels, on compte : «  Les Zoos humains » (2002) ; « Paris couleurs. Un siècle d’immigrations en image à Paris » (2005) ; « Des noirs en couleur. L’histoire des joueurs afro-antillais et néo-calédoniens en équipe de France de football » (2008).

« La culture permet de faire ce que l’historien est incapable de faire »

Le président de l’ACHAC est convaincu : le champ de la culture est un puissant vecteur pour valoriser cette histoire. « Il permet de faire ce que les historiens ou les sociologues sont incapables de faire ». Les films traitant ces questions - (« Indigènes » de Rachid Bouchareb) - ou encore les grandes expositions « sont en train de faire entrer ces questions de métissage, de cosmopolitisme, de culture partagée, dans le langage commun de la société » se réjouit Pascal Blanchard. Mais « c’est un travail de transmission extrêmement dur à faire » confie-t-il « car nous vivons un retard en termes de connaissance. Il faut pratiquement tout rebâtir. C’est-à-dire qu’il faut expliquer la complexité de ces histoires et il faut arriver à les inscrire pleinement dans le champ du patrimoine ». Plus difficile à dire qu’à faire. Ce chercheur associé au CNRS de Marseille affirme en effet que « sur les 92 archives départementales avec lesquelles nous avons travaillées, seules quatre avaient l’entrée « immigration ». Cela veut dire que ce n’est pas considéré comme de la culture. Faire entrer dans la tête d’un conservateur qu’une photo sur l’immigration c’est du savoir et que ça peut être beau, je vous assure que c’est une longue conversation dans les archives » confie-t-il. Comme il est aussi difficile pour un historien d’arriver à convaincre un maire ou un président du conseil Régional à faire un livre sur l’histoire de l’immigration dans lequel il ne fera pas la préface pour récupérer des voix. « Parce qu’en politique, on pense que l’immigration, c’est d’abord un investissement électoral et non pas un travail de mémoires de la ville pour l’ensemble des citoyens » souligne-t-il.

« Un siècle d’immigration des Suds en France » : 10 ans de travail, 150 chercheurs et un récit de 8 volumes concernant 20 régions

Persuadé de l’importance des images dans l’étude de l’histoire des immigrations, Pascal Blanchard n’a pas hésité à les utiliser pour les 8 volumes de « Un siècle d’immigration des Suds en France ». Ces ouvrages ont été élaborés par plus de 150 chercheurs en relation avec 75 partenaires institutionnels, associatifs ou universitaires pour un récit concernant vingt régions de l’Hexagone. Plus de 4000 documents iconographiques ont été reproduits, allant de la photographie à l’affiche, de la carte postale à l’extrait de film. Ce travail a débuté en 1999 lorsqu’un collectif de chercheurs issus du groupe de recherche Achac lançaient un programme de recherche intitulé « Un siècle d’immigration des Suds en France ». Après 10 ans de recherches et de réalisations d’expositions itinérantes en région, le résultat est aujourd’hui à la hauteur. Ce véritable panorama de l’histoire de l’immigration doit notamment permettre de valoriser les territoires d’immigration français et lier les mémoires entre les générations. « Pour chaque livre, c’est 20 000 documents sortis » souligne l’historien pour qui les images sont les premières sources d’enseignements qui cassent les idées reçues et révélatrices de la vision de citoyens de l’époque. « L’absence d’image de maghrébins dans les rues de Marseille en 1930 est une réalité quantitative. On photographie le tirailleur sénégalais, on photographie l’arménien et pas le maghrébin. L’absence d’image fait sens » tient-il à souligner.

L’histoire de l’immigration reléguée par le Ministère de l’Education nationale

Ces questions restent cependant très difficiles à aborder à l’école provoquant parfois des tensions entre parents, élèves et professeurs. Comment arriver à appréhender ces questions sous leurs faces problématiques ? Pour le président de l’ACHAC, un travail de formation à destination des enseignants est nécessaire pour pallier au déficit actuel. Encore faut-il que le ministère de l’Education Nationale y accorde une importance et daigne soutenir les enseignants qui éprouvent des difficultés à aborder ces sujets en classe. En effet, selon Stéphane Mourlane, « la question de l’immigration devait figurer comme un élément essentiel du programme mais a été reléguée par le ministère dans un très large préambule sur les populations européennes ».

Le processus de transmission de cette histoire est donc loin d’être achevé. A parier que la nouvelle génération de chercheurs permettra de changer la donne en s’emparant notamment de nouveaux champs d’études et en tentant d’ancrer l’histoire de l’immigration dans le patrimoine. Et la tâche a son importance car « on ne peut pas se rendre compte des enjeux d’aujourd’hui sans les relier aux enjeux d’hier » et il y va du bien vivre ensemble.

La DRJSCS PACA et le RHMIT vous invitent à découvrir l’exposition « Marseille-Provence Porte des Suds » du 20 au 24 septembre au Hall du Centre Bourse de Marseille. Cette exposition offre un récit exceptionnel d’un siècle d’histoire coloniale et d’immigration à Marseille et en Provence. Une exposition qui s’appuie sur l’ouvrage « Marseille, Porte Sud », témoignage sur la relation à l’Empire Colonial et l’immigration des Suds.

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard