Articles

Accueil > Actualités > Forum Alternatif de l’Eau de Marseille : des questions, des solutions, des (...)

 

Forum Alternatif de l’Eau de Marseille : des questions, des solutions, des actions.

20 mars 2012

Véritable foire aux solutions nouvelles et aux revendications sur les questions de l’eau dans le monde, le FAME 2012, aux Docks a regorgé de débats-conférences-réflexions. Ressource en eau dans le monde, Palestine, Comores, Afrique, Amérique Latine, débat sur la gestion public-privé en Europe, eaux usagers et écologie, les thèmes de réflexions fourmillent. Petit tour d’horizon, non exhaustif…


 

JPEG - 88.1 ko

Avec 4200 visiteurs aux docks, 130 à Martigues, 300 à Aubagne, 600 aux journées eau, Planète et peuples à la Région et ses 300 bénévoles ainsi que 1500 citoyens de 90 nations qui ont participé au FAME, les coordinateurs du forum peuvent se réjouir du succès du FAME. La déclaration finale du Forum sera dévoilée jeudi prochain. En attendant, voici quelques pistes.

La question des eaux usées

Particularité du FAME, les toilettes du forum étaient, pour l’évènement, des toilettes sèches, une façon de mettre un coup de projecteur sur ces WC écologiques. Car tirer une chasse d’eau avec des eaux épurées est un non sens écologique. Pour l’occasion, elles ont été installées gratuitement par un loueur de toilettes sèches « Marc et Colette » du réseau RAE-intestinal, Réseau de l’Assainissement Écologique. Ce collectif, qui s’étend sur toute la France, d’associations, d’entreprises, de bureau d’études propose des toilettes sèches, des techniques de phyto-épuration, avec des petits bassins de rétention, et des outils pour la potabilisation des eaux de pluie. « Certaines personnes ont des réticences par manque d’informations, nous sommes ici pour débloquer la parole. Nous avons de beaux espoirs de projets. Il y a déjà des structures qui accueillent du public et qui sont équipées de toilettes sèches. L’association Toilette du monde, qui fait partie de notre réseau, propose des formations, pour ce type de projets. Dans le domaine de l’évènementiel, nous travaillons régulièrement avec des collectivités ou des villes importantes, c’est une demande qui se fait de plus en plus, dans le domaine public. », Note Fabien Bruel du Collectif.

La remise en question des grands barrages et des concessions hydrauliques

Comme nous avons pu le voir au FAME, la question de l’eau revêt des problématiques aussi variées que fondamentales. Ainsi, un premier problème soulevé par les Activités sociales de l’Energie, comme le CMCAS de Marseille qui tenait un stand au forum : la déréglementation des concessions hydrauliques, qui concerne 20 % du parc hydraulique français et qui pointe bientôt son nez. Conséquences possibles : la réserve d’eau du parc hydraulique français passerait tranquillement dans des mains privées, et le danger qu’ « au-delà d’une procédure de démocratisation du marché public, il s’agit de confier au secteur marchand la gestion de l’eau, en opposition à l’histoire de notre pays ».
Un focus sur les grands barrages a été organisé lors d’une table ronde qui rassemblait des représentants de la société civile internationale visant à rappeler les luttes locales au Chili, en Colombie, en Turquie, au Brésil, au Pakistan contre les méga projets hydrauliques. Sur la question, qui devient polémique, des grand barrages financés par l’Europe, par le biais de l’hermétique BEI, Banque Européenne d’Investissement, dans les pays du sud de la planète, l’association « Les Amis de La Terre » mettait à disposition des visiteurs une plaquette dénonçant ces projets. Montrant que la construction de ces barrages sert surtout les intérêts financiers de l’Europe et est principalement destinée à des usages industriels, elle estime que ces barrages gonflent le prix de l’énergie pour les habitants qui n’ont souvent pas les moyens d’en profiter, comme en Ouganda. Et ceci, sous couvert de productions d’énergie renouvelable. Sans compter, les effets néfastes de ces barrages pour les habitants avec les déplacements de populations générés par ces barrages, comme au Laos.

JPEG - 82.7 ko

Des problèmes dans le Vaucluse

En se rendant au FAME, on pouvait tomber sur le stand, du Collectif des associations des usagers de l’Eau du Vaucluse. Ce dernier accuse le gaspillage de l’eau par SDEI-Suez, Veolia Eau, SAUR dont dépendent les sociétés locales des eaux, en raison d’un réseau défectueux qui n’est pas rénové. Ils interpellent également le citoyen sur les « comptes d’affermages » qui sont obscurs, car non contrôlés par les élus avec « des énormes bénéfices cachés et des prix qui ne correspondent pas au coût réel de l’eau ». Résultat : 15 tarifs différents de l’eau existent dans 13 communes de la communauté d’Avignon. Soulevant les abus d’une gestion privée et les problèmes de branchement au plomb qui perdurent dans certains endroits, malgré une demande du collectif, ce dernier se bat pour que les jugements rendus par les tribunaux soient respectés.

Gestion de la ressource en eau maîtrisée et confiée au Service public

De nombreuses tables rondes ont porté sur le sujet gestion publique-gestion privée, de l’eau. Pour mettre en exergue les partenariats possibles entre opérateurs publics et populations, partout dans le monde, une conférence était organisée par le réseau Reclaiming Public Water, ACRA (Italie) et la plate-forme pour les partenariats public-collectif des Amériques (For communauty Parternships ).
En France, une requête a été faite, sur la Gestion intégrée des ressources en eau d’un bassin versant. De grandes pistes de réflexions ont été engagées par le MNLE, Mouvement National de Lutte pour l’Environnement. Premièrement : le MNLE insiste sur la nécessité de préserver la ressource, avec assainissement et protection des milieux naturels et adaptation aux changements climatiques. Stipulant que la gestion de l’eau sur un bassin versant suppose de gérer de la source à l’embouchure et donc de dégager des investissements lourds à long terme, le MNLE estime que ceci ne peut être mis dans la seule main du marché. Il en appelle au service public qui « seul peut assurer un égal accès à la ressource avec un tarif unique modelé ». En corollaire, est soulignée l’instauration nécessaire de règles comptables claires, la transparence de la gestion et le contrôle des acteurs de l’eau par le citoyen. Plus précisément, suite à la Rencontre internationale des services publics de l’Eau et de l’assainissement qui s’est déroulée à Martigues en mars 2012, en amont des forums mondiaux de l’eau et organisée par le réseau Homme et nature du MNLE, et la ville de Martigues a été retenue la nécessité d’une gestion démocratisée, et la création d’ un pôle public de l’eau.

Changer la loi européenne sur l’eau

Dans la même mouvance, présente au FAME, l’Initiative Citoyenne Européenne ( ICE) qui est une plateforme d’associations européennes a réitère l’injonction : « Le Droit à l’eau, patrimoine de l’humanité ne se vend pas ». Avec une proposition : changer la loi européenne sur l’eau de 2000. Les objectifs affichés sont les suivants : accroître la possibilité d’information des citoyens sur la gestion de l’eau, et que « Les coûts du droit à l’eau soient couverts par la fiscalité ». Afin de mobiliser, l’association entend recueillir 1 million de signatures pour peser sur la nouvelle politique de l’eau de l’Union Européenne, définie à la fin de l’année.

Les syndicats de Bouches-du -Rhône en action

CFDT, FSU, CGT, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNSA, des Bouches-du-Rhône, dans une déclaration commune, ont asséné que deux multinationales, Suez et Veolia se partagent, en majorité, la distribution de l’eau et l’assainissement, dans le département. Même si certaines communes ont fait le choix d’une régie publique. A Marseille, plus précisément, la Société des eaux de Marseille n’est pas une société publique, mais une filiale de Veolia. De même pour la SERAM, Société d’Exploitation du Réseau d’assainissement de Marseille, qui est une filiale de Suez. Les syndicats, se basant sur un rapport du Commissariat général au développement durable de décembre 2010, estiment que la gestion privée revient plus chère aux usagers.

Le parti EELV, va plus loin et milite pour la suppression de l’Accord Général sur le Commerce et les Services, (AGCS) qui a fait « entrer l’eau dans le domaine marchand et impose aux pays exploités d’avoir recours aux entreprises privées pour bénéficier de l’aide internationale ». Il réclame également une AME, Autorité Mondiale de l’Eau à la place du Conseil Mondial de l’eau, « mis en place par Veolia et la Lyonnaise des Eaux ».

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard