Articles

Accueil > Actualités > Flottille pour Gaza : la France et la Grèce devront rendre des (...)

 

Flottille pour Gaza : la France et la Grèce devront rendre des comptes

9 juillet 2011

La flottille de la paix en route pour Gaza va t-elle pouvoir maintenir le cap ? Partie dans le but de briser le blocus de Gaza et d’apporter une aide humanitaire à 1, 5 millions de Gazaouis, la flottille internationale de la liberté s’est retrouvée prise au piège dans les filets grecs. Parmi les embarcations, deux bateaux français, le « Louise Michel » et le « Dignité Al-Karam » ont également mis le cap vers Gaza et après un long jeu du chat et de la souris, le « Dignité », seul navire qui avait réussi à quitter les côtes grecs, a été rattrapé. A Marseille, les militants continuent de soutenir ce dernier bateau et dénoncent l’attitude de la France et de l’Union européenne à qui ils demandent des explications.


 

JPEG - 77.1 ko

Pour la troisième fois en moins d’une semaine, les militants solidaires du bateau pour Gaza se sont rassemblés, jeudi, sur le Vieux-Port avant de se diriger vers la préfecture, pour dénoncer l’attitude française et grecque. Car ce n’est pas vents et marées que la flottille en route pour Gaza a dû affronter, mais c’est à un rocher grec aussi dur que du béton que les bateaux se sont heurtés. Une tentative restée vaine : les autorités grecques sont restées de marbre, interdisant aux navires de cette nouvelle flottille pour Gaza d’appareiller pour la Méditerranée orientale en arguant de la sécurité des militants à bord. Un seul bateau, le Dignité El-Karam, le seul de la "Flottille de la liberté" à avoir réussi à échappé à la police grec et à avoir mis le cap pour Gaza est bloqué depuis jeudi dans l’ile de Crête, attendant une autorisation administrative de la France pour repartir.

Une déception pour les militants marseillais qui peinent à dissimuler leur indignation et qui n’avaient de cesse, depuis samedi, de manifester afin d’apporter leur soutien à la flottille. Pour Catherine Lecoq représentant « Le collectif 13 un bateau pour Gaza » et qui devait embarquer sur le Louise Michel, « c’est le deuil d’une démocratie. Vêtue symboliquement de noir, la militante a déclaré : « La souveraineté des peuples n’existe plus. On a vécu dix jours avec des atermoiements permanents de la part des autorités grecques. Aujourd’hui c’est un vif malaise, une nausée que l’on ressent , raconte cette dernière, avant d’ajouter, révoltée : On ne s’attendait pas à cela. Le capitaine s’attendait et était prêt à se voir retirer sa licence en Israël mais pas en Grèce, pas au sein de l’Union européenne ! ». Une colère et un ressentiment d’autant plus forts à l’encontre de l’Europe que les passagers de différents aéroports se sont vus bloquer l’accès à leurs avions, jeudi et vendredi, alors qu’ils souhaitaient se rendre à Tel Aviv pour soutenir le peuple palestinien.

Un mariage à la grec avec Israël

Les associations dénoncent unanimement l’attitude de la France mais aussi de l’Union européenne et des États- Unis qui feraient pression sur la Grèce et se soumettraient aux injonctions israéliennes. « La Grèce, l’an dernier, était favorable à la Palestine, puis, suite à cette situation économique que connaît ce pays, le gouvernement a pris une décision indigne de stopper la flottille », estime Pierre Stambul, membre du bureau national de « l’Union juive française pour la paix ». Pour le collectif13, cette nouvelle amitié entre la Grèce et Israël n’est sans doute pas dépourvue de tout intérêt économique. Régine Fiorani de l’association « Grandir à Gaza » ajoute : « L’Union européenne a failli, elle ne respecte pas la Charte des Nations-Unies et le droit international. La libre circulation est bafouée par la Grèce : Papandréou prend ses ordres d’Israël ! ».

« Faux », répond la Consul général d’Israël à Marseille, Simona Frankel, qui tente de justifier la position grecque : « De quelle pression sur la Grèce parle t-on ? C’est un pays ami qui a compris qu’il s’agissait d’ un acte de provocation. C’est un acte politique que mènent les militants ! ». Forcer le blocus reste bien sûr symbolique aux yeux des activistes, mais suite à la réaction d’Israël et de la Grèce, le combat s’est déplacé sur la scène politique englobant et concernant désormais toute l’Union européenne, alors qu’il ne l’était pas au départ, jugent les activistes.

JPEG - 65.8 ko

La France devra prendre ses responsabilités

L’Etat français avait déconseillé aux membres de la flottille de se rendre à Gaza. Même son de cloche, par ricoché, du côté de la préfecture, qui n’a pas souhaité recevoir le collectif 13 du mouvement de la paix, arguant qu’il s’agissait d’une question « privée » et « individuelle ». Une position que Pierre Stambul juge scandaleuse : « Une expression citoyenne et un acte humanitaire pour aider une population ont été bafoués et voici ce qu’on nous répond ! » scande le militant. L’organisation mondiale de la santé s’inquiète en effet notamment de la hausse des indicateurs de malnutrition et demande la levée du blocus au vue de la situation sanitaire. Une situation que Simona Frankel relativise, elle souhaite en effet rappeler qu’ il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza : « Les marchandises passent par le port israélien d’Ashdod. Le blocus concerne seulement les armes, il est maritime et non terrestre et si ces bateaux transportent des marchandises humanitaires, on peut même les acheminer sans souci par des ports israéliens » , tient à souligner la diplomate. Une solution aussi proposée par les autorités grecques que les militants ont refusée, arguant que l’objectif était aussi de briser le blocus de Gaza.

Sans en découdre une seule seconde, les manifestants ont annoncé qu’ils feraient porter la responsabilité de cet échec à France et à l’Union européenne. Une plainte va d’ailleurs être déposée contre la Grèce et la France pour entrave à la circulation maritime dans l’espace Schengen. Tony Orengo du « Mouvement de la Paix », qui était également sur le Louise Michel, a prévenu qu’il poserait toutes les questions nécessaires aux députés de PACA et aux responsables politiques de la région. Le député communiste du Havre, Jean-Paul Lecoq, qui a aussi participé à la flottille, aurait déjà commencé à demander des comptes à Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères.

Une victoire à la Pyrrhus pour Israël, un triomphe de l’opinion pour les militants

Pour le collectif, Israël ne peut se targuer que d’une piètre victoire. Pour Pierre Stambul, en revanche c’est « la victoire de l’ opinion publique ». Le militant rappelle que 600 000 € de dons ont été récoltés pour l’achat des deux navires au pavillon tricolore et l’envoi de matériel aux habitants de Gaza. Une soixantaine d’associations de défense des droits de l’homme se sont engagés autour de ce projet rassemblant 300 militants de 22 nationalités . Cf Med-in-Marseille : http://www.med-in-marseille.info . « c’était inespéré de voir la flottille composée d’autant de sénateurs, d’élus et de personnalités : même un député UMP s’est joint au cortège », souligne le militant. « Politiquement on a marqué des points, on a ouvert un angle de vue aux populations, même si les bateaux n’ont pas pu partir. On sera de plus en plus nombreux, ça ne peut pas s’arrêter là », prévient Catherine Lecoq. Quant à l’aide humanitaire composée de vivres, de médicaments et de matériaux de construction, les associations demandent au gouvernement qu’elle soit acheminée par l’intermédiaire de militaires français, « puisqu’ Alain Juppé voulait que ce soit fait par d’autres moyens que la flottille », indique Catherine Lecoq.

Tous les regards se tournent désormais vers le Dignité-El Karama, coincé en Crête. Et c’est sur l’ambassade de France que tous les espoirs se fondent, le bateau attendant l’accord de cette dernière pour pouvoir reprendre la route vers Gaza ou devoir rentrer vers la patrie des droits de l’homme.

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard