Articles

Accueil > Actualités > Félix Pyat se mobilise pour la mémoire du jeune Yassin Aibeche

 

Félix Pyat se mobilise pour la mémoire du jeune Yassin Aibeche

15 février 2013 - Dernier ajout 16 février 2013

Récit d’un lendemain de drame, vécu par une famille ordinaire, dans une cité populaire.

« Nos jeunes ne sont pas citoyens ce sont des cibles ! » En une phrase Dalila Boudjellal résume le drame de son neveu Yassin Aibeche, un jeune marseillais de 19 ans, tué mercredi soir par un policier "alcoolisé". Pas le temps d’encaisser le choc, la tante, accompagnée d’une amie, Yamina Bennechenni, prennent en charge la mère du jeune homme assassiné. Nous sommes en voiture direction l’Evéché, l’inconsolable Madame Fatiha Aïbeche, la maman, est obligée de faire face, y compris à des formalités de police que l’on ne peut comprendre dans ces cas-là. La discussion se poursuit, « Yassin était gentil, connu de tous, aucun brin de violence en lui… ». C’est que les premières infos sur le drame heurtent la famille : « La police a toujours la même stratégie : diaboliser la victime ». Mais en dépit de leur douleur, elle sont décidées à ne pas laisser salir la mémoire de leur enfant si souriant, qui ne demandait qu’à vivre !


 

Yacine Aïbche-Soulilah, Reproduction strictement interdite pas la famille et la rédaction de Med'In Marseille. Veuillez nou contacter pour toute reproduction.
Pour cela elles ont reçu les médias, donné d’autres éléments à certains journalistes réputés pour leur professionnalisme. Au fil de la journée, l’information se rétablie, des éléments apparaissent comme le fait que ce policier avait des problèmes avec l’alcool. De notre côté, les témoignages, recueillis auprès du voisinage adulte, indiquent que cet homme était connu pour différentes agressions de jeunes dans le quartier. C’est justement ce que reproche Dalila, toujours lucide « Si cet homme avait été mieux suivi par son administration on aurait pu éviter ce drame » : « Certaines personnes entrent dans la police de façon subie, ce n’est pas vraiment par choix… elles n’ont pas les épaules assez larges pour effectuer leur mission ». « Y a des flics qui tuent ou agressent des jeunes et qui sont toujours en poste (Voir affaire Ajimi ndlr) » et de pointer des dysfonctionnements « Dans certains métiers ils font des contrôles avant de confier le volant ou les commandes d’un avion, pourquoi ne pas faire de contrôles psy, d’alcoolémie etc. avant de confier des armes ? »

Les éducateurs sont présents, certains sont venus en renfort pour l’apaisement, ils connaissent bien les jeunes, arrivent à trouver les mots justes. Quelque fois leur présence suffit. En aparté ils se prennent la tête : Cet assassinat détruit tout leur travail éducatif, mais le mot d’ordre c’est "ne rien lâcher". Plus qu’un travail, aider ces jeunes est pour eux une vocation. De leur côté, les jeunes ont les larmes au yeux, le sentiment d’une profonde injustice se lit dans leur regard. Avec une dignité exemplaire, Karim Aibeche le tout jeune "grand frère" de 23 ans trouve aussi les mots pour contenir l’émotion de ceux qui voudraient transformer leur colère en actes : "Il ne faut pas salir la mémoire de mon frère !". Lui et les amis de Yassin décident d’organiser une grande marche. Plus loin, dans l’appartement familliale, les mamans expriment la même idée…

Il est tard, les jeunes sont inconsolables, Mebarek, le meilleur ami de Yassin est présent, nous lui tendons notre micro pour qu’il lui rende hommage… il reste sans voix, la gorge nouée par la tristesse. Il est temps de les laisser en paix. Nous leur promettons de relayer l’information pour la prochaine Marche. Ainsi, comme leurs aînés, ils pourront répéter, encore et toujours le même slogan : « plus jamais ça ! »

Plus jamais ça ? il y a trente ans, à l’arrivée d’une autre Marche, la fameuse « Marche pour l’Egalité et contre le Racisme de 1983 » un journaliste posait cette question à Hanifa Boudjellal : "avez-vous espoir en un monde meilleur" Elle lui avait répondu « Oui je crois que cette marche vas servir à quelque chose... On ne demande qu’à vivre ! » En 2013, trente années plus tard on l’a retrouve à préparer le couscous "pour la mort du jeune Yassine". Elle n’en peut plus !

Mise à jour du 16 Février : Hier soir la famille a été reçue par le Préfet de Police, déjà une victoire, ce geste important a été bien accueilli du côté de la cité Felix Pyat. Le ministre de l’intérieur Manuel Valls a téléphoné a la famille, lui a assuré que justice allait être rendue. Echaudée, la famille, avec le sens collectif qui ne se vit plus que dans les quartiers populaires, exige que le jeune Tahar, gardé à vue pour avoir conduit Yassin à l’hôpital sans permis, soit vite relaché. Quant à la promesse d’équité, elle maintiendra la pression sur Valls et les autorités : Les ainés de la famille et l’entourage ont vécu et suivi de nombreux drames dont le meurtre de Lahouri Ben Mohamed 17 ans, mitraillé par le CRS Jean-Paul Taillefer. Cet assassin avait été libéré, et n’avait écopé que de 10 mois de surcis. Mais là encore, une satisfaction : le policier est inculpé d’homicide volontaire, affaire à suivre donc.

Pour la Marche, la famille donnera des consignes après les obsèques qui se dérouleront en Algérie. De nombreux jeunes accompagneront dans son dernier voyage leur ami yassin. " Rabih Yarahmou" qu’il repose en paix" les condoléances ne cessent d’affluer... Avec notre ainé le journaliste réalisateur Mogniss, on se disait "Quand est-ce qu’on pourra finir d’écrire Plus jamais ça !"

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 6 novembre

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • 6 novembre

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • 30 octobre

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard