Articles

Accueil > Actualités > Expulsés, deux fois dans la même journée

 

Expulsés, deux fois dans la même journée

12 août 2011 - Dernier ajout 13 août 2011

Suite à la décision de justice ayant approuvé mardi le référé engagé par la municipalité demandant l’évacuation du campement de la Porte d’Aix, et malgré une manifestation retentissante au pied de l’Hôtel de Ville mercredi soir, plus d’une centaine de Rroms a été expulsée tôt jeudi matin, sans même avoir le temps de prendre ses affaires. Réfugiés aux abords de la cathédrale de la Major, ils ont de nouveau été délogés par de nombreux CRS deux heures à peine après leur arrivée. Récit d’un exode forcé qui s’est toutefois soldé par une réunion en mairie...


 

Expulsion express. La 90e en moins d’un an, confirme le préfet de police des Bouches-du-Rhône Gilles Leclair. En une paire d’heure, plus de cent personnes ont été contraintes par plusieurs compagnies républicaines de sécurité et policiers en civil de quitter la Porte d’Aix, jeudi aux aurores. Aux Rroms se mêlait une poignée de Tunisiens, immédiatement placés en garde-à-vue.
Si une majorité des « habitants » de la place avaient préparé leurs bagages depuis la veille, d’autres n’ont pas eu le temps de se saisir de leurs affaires et se sont retrouvés sur la route sans rien. Comme cette mamie dont les effets ont fini leur course dans un camion benne de MPM. Elle se désigne, de la tête aux pieds : ses vêtements, voilà tout ce qu’il lui reste.

Direction nulle part

La triste caravane humaine se dirige vers les abords de la Major. A l’abri des regards pense-t-elle, avec le port et la mer pour horizon. Et pourtant si proche, trop proche de l’Evêché. Deux heures plus tard, la cavalerie (re)débarque et (r)embarque des dizaines d’âmes dévastées pour un nouvel exode forcé, direction nulle part.
En réalité, les mots manquent. Tout à été dit. Par les associations, par le maire de Marseille, par le préfet de police et le préfet de région. Par les Rroms surtout, volontaires pour se fondre dans le paysage marseillais. Alors quoi ? Les idées se confrontent, la question de l’accueil de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants en grande souffrance économique, sociale, sanitaire, humaine, subsiste. Même les sourds ont le dialogue plus facile. Chacun campe sur ses positions, les uns ouverts au dialogue mais fatigués de jouer les Don Quichotte, les autres hermétiquement fermés, retranchés derrière la loi.

JPEG - 70.9 ko

C’était sans compter sur la fièvre médiatique qui s’est emparée des chaînes télé, des radios et des grands journaux nationaux. Tous ont repris d’une seule voix l’indicible : l’expulsion manu militari sans qu’aucune solution ne soit envisagée.
Sans compter aussi sur la mobilisation massive des associations, des plus petites aux plus costaudes, présentes aux côtés des Rroms depuis des années ou seulement depuis quelques jours. Et enfin le soutien de quelques élus piqués au vif. Avec pour conséquence une manifestation spontanée, mercredi soir, au pied de l’Hôtel de Ville, sur le quai d’honneur. La marque d’une détermination grandissant proportionnellement à mesure que croissait la volonté réaffirmée de la municipalité de bouter ces « intouchables » hors de la ville.

 

Une combinaison du plus mauvais effet pour l’image de la ville : risque de se faire remonter les bretelles par l’Union européenne avertie des multiples infractions au mythique et chimérique « vivre ensemble » marseillais, risque d’enfoncer un peu plus le clou médiatique d’une Marseille déjà bien malmenée par les gratte-papiers, risque de pourrir le climat touristique dont s’enorgueillit tant la commune... Risque, risque, risque. Et menace de voir se prolonger ad vitam æternam les actions coup-de-poing sur le Vieux Port, avec les conséquences sur la circulation que l’on sait.
Quelle que soit la logique qui l’a poussée à le faire, la mairie de Marseille a finalement accepté de recevoir une délégation d’élus, ainsi que le directeur du Samu Social, laissant les associatifs sur le trottoir.

Après la pluie, le « beau temps » ?

Jeudi, 18h : Danielle Servant, adjointe au Maire de Marseille en charge du Droit des sols et des Autorisations de construire reçoit une délégation d’élus de gauche composée de Christian Pellicani (conseiller municipal, PCF), Nathalie Lefebvre (vice-présidente de Région, PCF), Jacques Lerichomme (vice-président du groupe Gauche Unitaire à la Région) ainsi que Me Dany Cohen, avocat des Rroms. A l’ordre du jour : trouver une solution pérenne pour ces êtres humains qui, expulsés de tous lieux et de toutes places, se retrouvent dans les mêmes conditions qu’à leur début, sans rien.
Collectifs, associations et militants n’attendent pas de miracles. Pas de miracles mais une solution qui pourrait laisser le temps aux collectivités d’étudier le problème et calmer l’ardeur des médias. Durant sept jours, 58 personnes vont être « hébergées, nourries et rassurées à l’Unité d’Hébergement d’Urgence de la Madrague », se «  rassure » l’élue au Maire. Les membres de la délégation, sachant pertinemment que l’UHU de la Madrague est exclue pour les mineurs, obtiennent que les familles ne soient pas éclatées.

JPEG - 205.7 ko
Nathalie Lefebvre, vice-présidente Front de Gauche de la région PACA et Christian Pellicani, conseiller municipal de Marseille, groupe communiste républicain et citoyen.

Une solution provisoire a déjà été pêchée, soit. Et sur le long terme ? « La mairie s’est engagée au nom de M. Gaudin à provoquer assez rapidement une table ronde avec les différentes collectivités territoriales (M. le Préfet, M. le Maire, les présidents des Conseils Général et Régional, la Communauté urbaine, ndlr) -, les associations et toutes les personnes pouvant influer sur la question du foncier », annonce l’adjointe au Maire.
La délégation a quant à elle demandé que la durée de sept jours soit revue à la hausse et une meilleure coopération avec les associations, mais se félicite d’« un changement de ton plutôt rassurant ». Et pour la population rrom restante ? « Certains préparent des dossiers pour repartir et pour les autres, nous travaillons avec des associations comme l’Ampil pour leurs trouver un hébergement » assure Danielle Servant « mais nous savons que ça ne va pas s’arrêter là ».

Bernard Eynaud, président de la LDH 13 tient à «  reconnaître la petite avancée même si elle reste minime ». Comme le souligne un militant, « le problème est installé à Marseille depuis quelques années », alors pourquoi cette réaction si tardive de la mairie ? « M. le Maire pensait que certains partiraient au bout de sept jours mais en vain, il a donc pris ses responsabilités de Maire », déclare Danièle Servant. Des responsabilités qui se résument à agir pour mieux réfléchir ? La LDH ne crie pas victoire et même si tout le monde « commence à fatiguer, [leur] combativité sera pleine et entière ! ».
Philippe Dieudonné, vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme des Bouches-du-Rhône prévient d’ailleurs : « c’est le résultat de sept années de lutte pour la prise en compte de cette question. Mais rien n’est encore gagné. Il faudra rester vigilant et se mobiliser de nouveau si on ne voit pas venir cette concertation ». Il pense très certainement aux centaines de Rroms tanguant encore sur le fil du rasoir, toujours expulsables de leurs « lieux de vie ». Les moyens et la manière importent peu. Il n’y a que la fin qui compte.

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

  • 14 septembre

     

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité

    Les piscines publiques de Marseille, indicateurs de l’inégalité Vaste article du New York Times sur l’état des piscines à Marseille... https://www.nytimes.com/2017/09/14/world/europe/marseille-piscines-publiques-inegalite.html?smid=fb-nytimes&smtyp=cur

     

  • 11 septembre

     

    Manifestation contre ordonnance travail le 12 sept Vieux Port

    Rassemblement est prévu au vieux port à 10h30, à l’appel Front social 13. Front Social est composé de syndicats (CGT, Sud, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, la CNT..) et d’associations. "Le programme d’Emmanuel Macron consiste à mettre en œuvre la politique qui a été imposée à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal... Pour la France son projet est de faire baisser les salaires , faciliter les licenciements , supprimer le CDI , réduire au maximum les droits des salariés ,baisser les retraites , baisser fortement les aides sociales , les indemnités chômage, supprimer un maximum de dépenses publiques dans : l’éducation , la santé , les services sociaux ... pour faire en sorte que le travail en France soit moins (...)

     

  • 11 septembre

     

    Préavis de grève lycée Saint Charles Marseille

    Les enseignants du lycée Saint-Charles de Marseille ont déposé un préavis de grève pour ce lundi 11 septembre. Ils sont remontés contre une série de dysfonctionnements au sein de l’établissement parmi lesquels des problèmes d’emploi du temps et des règles de sécurité trop strictes.

     

  • 11 septembre

     

    Ouragan Irma : Air France accusée de gonfler ses prix pour quitter Saint-Martin et Saint-Barthélemy

    Une pétition signée par plus de 40 000 personnes dénonce les prix des billets d’avion d’Air France pour quitter l’île dévastée de Saint-Martin. La compagnie réfute ces accusations et explique à France info avoir mis en place un tarif spécial rapartiement.. http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-air-france-accusee-de-gonfler-ses-prix-pour-quitter-saint-martin-et-saint-barthelemy_2365898.html#xtor=CS1-746

     

  • 11 septembre

     

    Prestations sociales : bavures en chaîne dans la chasse aux fraudeurs

    Alors que le gouvernement prépare une loi sur « le droit à l’erreur pour les entreprises », le défenseur des droits Jacques Toubon réclame la même disposition pour les particuliers. Il l’écrit dans un rapport glaçant sur les abus de la lutte contre « la fraude aux prestations sociales », qui laisse entrevoir une chasse arbitraire à l’usager. Le rapport précise que la lutte contre la fraude aux prestations sociales – qui se distingue de la fraude aux cotisations sociales des entreprises (non traitée dans ce rapport) – s’est considérablement développée depuis la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l’assurance-maladie. : Le journal Le Monde le précise : « Selon la Délégation à la lutte contre la fraude, la (...)

     

  • 8 septembre

     

    Pôle emploi, est aussi en difficulté avec la baisse des Contrats aidés

    Le serpent qui se mord la queue... Selon FO-Pôle emploi, 2 000 contrats aidés seraient supprimés au sein même de l’opérateur public. Le syndicat réclame une pérennisation de leurs emplois.

     

  • 6 septembre

     

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier

    Corderie : la ministre de la Culture confirme le projet immobilier La ministre a tranché. Le périmètre classé de l’ancienne carrière grecque découverte à Marseille sur le site de la Corderie ne sera pas modifié par la loi, a annoncé, le 04/09 par communiqué la ministre de la Culture Françoise Nyssen, alors que plusieurs élus et riverains lui demandaient de...

     

  • 6 septembre

     

    La campagne d’Emmaüs pour dénoncer le drame vécu par les migrants

    Un clip et une traversée à la nage pour interpeller sur le sort des migrants morts en Méditerranée Emmaüs lance une campagne pour dénoncer le drame vécu par les migrants. Outre un clip, une traversée du détroit de Gibraltar est organisée en hommage aux dizaines de milliers de personnes mortes en Méditerranée .Emmaüs a lancé jeudi 31 août une pétition et un nouveau clip intitulé "Article 13 : pour que sur terre aucun être ne soit illégal". Une référence explicite à un article de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui garantit la liberté de circulation pour toutes et tous. Ce droit est refusé aux migrants qui tentent de venir en Europe, selon l’association fondé par l’Abbé Pierre (...)

     

Articles récents

Articles au hasard