Articles

Accueil > Actualités > En Tunisie le chômage et la répression laminent l’optimisme et l’espoir nés de (...)

 

En Tunisie le chômage et la répression laminent l’optimisme et l’espoir nés de la révolution

5 mars 2011 - Dernier ajout 7 mars 2011

A Tunis l’ambiance n’est plus à la fête, mais à la réflexion et à l’inquiétude. Après l’immense énergie déployée par le peuple tunisien pour exiger le départ de l’ex-président Zine El abidine Ben Ali, les Tunisiens semblent ne plus avoir le moral, déçus par la tournure des évènements. Chômage et précarité semblent avoir repris le dessus sur l’optimisme et l’espoir nés de ce soulèvement populaire. La réalité est tout autre... Nous étions à Tunis la semaine dernière. Ambiance.


 

JPEG - 69.1 ko

 

JPEG - 87.4 ko

A peine arrivée dans la capitale, les traces et les stigmates de la révolution sautent aux yeux. Nombreux sont les drapeaux qui flottent au dessus des immeubles comme un écho fait aux courage des martyrs tombés au cours de cet évènement historique. Les murs content aussi cette nouvelle page de l’histoire tunisienne et rappellent l’immense énergie déployée par les Tunisiens pendant cette révolution. Les slogans ne manquent pas : « Ben Ali Out », « RCD dégage », « le pouvoir est au peuple », « Vive la liberté » etc.

JPEG - 52.2 ko

L’avenue Bourguiba s’est transformée en champs de bataille. Les militaires et leurs tanks veillent à la sécurité des institutions quadrillées par des barbelés. Le ministère de l’intérieur est tout proche. Malgré tout la rue prend vie. Il n’est pas rare de voir des groupes se former pour débattre avec véhémence et passion autour d’un sujet jusqu’alors tabou : « la politique » et ce face au ministère de l’intérieur. Les Tunisiens semblent désormais prendre leur destin en main. Des jeunes, nostalgiques de la révolution, se réunissent chaque jour par petits groupes pour manifester afin de réclamer le départ de Mohamed Ghannouchi.

JPEG - 88.3 ko

 

JPEG - 66.4 ko

« Game Over Ghannouchi », « Ghannouchi dégage ! », « le peuple veut ta démission » crient-ils sous le regard des policiers pour lesquels une grande majorité des Tunisiens n’ont plus d’estime. « Vous êtes racistes » lance un vieux manifestant aux policiers situés derrière les barbelés. Et à un jeune de justifier : « ce sont eux qui ont servi la répression du régime de Ben Ali. Aujourd’hui plus personne ne les respecte ». Une fois n’est pas coutume, les tunisiens se lâchent, les policiers ne bronchent ... plus et semblent même terrorisés. « Nous ne sommes pas tous corrompus. Les manifestants mettent tout le monde dans le même sac sans avoir d’esprit critique » nous dit en aparté l’un des policiers situé derrière les barbelés.

JPEG - 73.5 ko

Si certaines personnes se réjouissent de cette libération de la parole, d’autres s’inquiètent ou ne savent pas comment prendre part au débat. La peur de s’exprimer est encore très présente sauf lorsqu’il s’agit de dénoncer la précarité et la misère qui sévit au quotidien dans la vie des tunisiens. Le taux de chômage a atteint des sommets. Plus d’un million et demi de chômeurs, la plupart des jeunes diplômés tiennent les murs, faute d’emplois.

JPEG - 60.5 ko

 

JPEG - 59.8 ko

« Je ne sers à rien, mon diplôme ne sert à rien. J’ai perdu mon honneur »

Dans le marché situé sur la « place Barcelone », chacun tente de trouver un job pour survivre s’exclame un sans abri. Les jeunes rasent les murs en attendant de trouver preneur de leur « matière grise » ou de leur diplôme. Accaparé par la caméra, chacun vient raconter son histoire, ses déboires et ses soucis. Mohamed lui, est diplômé en informatique appliqué à la gestion mais est au chômage depuis 10 ans. Mourad D. ayant un diplôme de physique est désabusé et déçu. « Je ne sers à rien, mon diplôme ne sert à rien. J’ai perdu mon honneur » nous explique-t-il. En attendant, il vend des vêtements sur le marché. Pour un autre, il se voit dans l’obligation d’arrêter ses études car sa bourse ne lui est plus versée.

JPEG - 71.4 ko

 

JPEG - 52.5 ko

Comme lui, de nombreuses personnes font les marchés, leurs diplômes en main pour tenter de trouver une éventuelle embauche. Autant dire que la tâche n’est pas facile surtout pour les orphelins. C’est le cas de cette femme qui n’a droit ni à une pension, ni de travailler. Son seul tord, que ses parents soient décédés. « Ça dépasse l’entendement. En attendant je suis hébergée chez celui qui veut bien m’accueillir. Si j’avais été un homme j’aurais pu travailler dans les travaux publics mais je ne peux pas » s’indigne-t-elle.

JPEG - 59.9 ko

« Nous perdons patience. Nous n’avons pas confiance en ce gouvernement qui n’est qu’une copie de l’ancien régime. Ce gouvernement ne va rien changer à la situation des chômeurs, des étudiants et des personnes dans la précarité. Il n’arrangera que les riches » peste un jeune homme pointant du doigt Mohamed Ghannouchi, premier ministre de transition. « Il n’a qu’à nous montrer son programme pour qu’on puisse lui faire confiance. On veut plus de transparence, plus d’informations. Qu’on nous montre ce qu’ils sont en train de mettre en place. Qu’on nous en dise davantage sur ces fameux billets » (prés de 21 millions d’euros retrouvés dans le palais de l’ex-couple présidentiel à Sidi Dhrif, ndlr).

JPEG - 65.3 ko

Craignant de se voir confisquer cette révolution, les jeunes n’hésitent pas à organiser des manifestations dont l’objectif est de réclamer le départ de Mohammed Ghannouchi. Les manifestants réunis samedi 26 février, sur l’avenue Bourguiba n’ont pas perdu le nord. Aux cris de « Ghannouchi dégage ! », ils ont défilé avec l’ensemble des drapeaux des pays ayant suivi le soulèvement populaire. Les drapeaux égyptiens et lybiens flottent au dessus de la foule ainsi que celui de la Palestine comme pour nommer cette révolution, « l’intifada arabe ».

JPEG - 60.6 ko

Mais la déception est à la hauteur de la portée de cette révolution semble dire un jeune étudiant ayant ardemment participé à cet évènement historique et encore présent dans la foule samedi dernier pour exiger le départ du premier ministre de transition. Un sujet qui fait débat entre les tunisiens. Il y a ceux qui ne font pas confiance à celui qui a servi le président déchu et ceux qui pensent que seul Mohamed Ghannouchi a la possibilité de remettre le pays sur pied. C’est un débat passionné qui ne cesse d’animer les cafés et les commerces de la capitale et qui ne cesse de diviser les tunisiens inquiets pour l’avenir de leur pays.

JPEG - 58 ko

Samedi dernier, des affrontements entre membres des forces de l’ordre et des manifestants ont dégénéré en plein centre de Tunis. La manifestation pacifique qui avait eu lieu toute cette journée a dégénéré devant le ministère de l’intérieur situé dans l’avenue Bourguiba.

Gaz lacrymogène et « cartouches » lancés par des policiers postés sur le toit de l’immeuble abritant le ministère de l’intérieur ont traversé la foule des manifestants qui a répliqué à coup de pierres qui ornaient le rond-point de fleurs où est située la Grande horloge au bout de l’avenue. Trois personnes sont mortes dans les affrontements et « plus de 100 personnes ont été arrêtées ce samedi » a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

« Nous sommes inquiets. La révolution n’a servi à rien. Nous assistons toujours à cette même répression. On nous surveille, on nous intimide. L’ombre de Ben Ali plane toujours sur la Tunisie » s’indigne une jeune femme qui attribue cette répression à des policiers en civil ayant fait alliance avec des casseurs.

JPEG - 67.9 ko

N’ayant pas réussi à gagner la confiance de l’opposition, et ne pouvant faire face à la pression populaire, Mohamed Ghannouchi a pris la décision de démissionner dimanche 27 février. C’est désormais Béji Caïd Essebsi, premier ministre du gouvernement provisoire qui le remplace.

En attendant le centre ville est quadrillé par les hélicoptères de l’armée tunisienne et ce week-end s’annonce chargé et crucial.

Un jeune étudiant va même jusqu’à dire que « la révolution n’est pas terminée. Nous en sommes même qu’à la première phase ». Voilà qui en dit long sur l’état d’esprit dans lequel se trouvent les Tunisiens. Le chemin s’annonce tortueux. En attendant, les prochaines élections qui pourraient avoir lieu au mois de juillet prochain, les tunisiens tentent de prendre leur mal en patience.

JPEG - 53.8 ko

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard