Articles

Accueil > Actualités > En Tunisie le chômage et la répression laminent l’optimisme et l’espoir nés de (...)

 

En Tunisie le chômage et la répression laminent l’optimisme et l’espoir nés de la révolution

5 mars 2011 - Dernier ajout 7 mars 2011

A Tunis l’ambiance n’est plus à la fête, mais à la réflexion et à l’inquiétude. Après l’immense énergie déployée par le peuple tunisien pour exiger le départ de l’ex-président Zine El abidine Ben Ali, les Tunisiens semblent ne plus avoir le moral, déçus par la tournure des évènements. Chômage et précarité semblent avoir repris le dessus sur l’optimisme et l’espoir nés de ce soulèvement populaire. La réalité est tout autre... Nous étions à Tunis la semaine dernière. Ambiance.


 

JPEG - 69.1 ko

 

JPEG - 87.4 ko

A peine arrivée dans la capitale, les traces et les stigmates de la révolution sautent aux yeux. Nombreux sont les drapeaux qui flottent au dessus des immeubles comme un écho fait aux courage des martyrs tombés au cours de cet évènement historique. Les murs content aussi cette nouvelle page de l’histoire tunisienne et rappellent l’immense énergie déployée par les Tunisiens pendant cette révolution. Les slogans ne manquent pas : « Ben Ali Out », « RCD dégage », « le pouvoir est au peuple », « Vive la liberté » etc.

JPEG - 52.2 ko

L’avenue Bourguiba s’est transformée en champs de bataille. Les militaires et leurs tanks veillent à la sécurité des institutions quadrillées par des barbelés. Le ministère de l’intérieur est tout proche. Malgré tout la rue prend vie. Il n’est pas rare de voir des groupes se former pour débattre avec véhémence et passion autour d’un sujet jusqu’alors tabou : « la politique » et ce face au ministère de l’intérieur. Les Tunisiens semblent désormais prendre leur destin en main. Des jeunes, nostalgiques de la révolution, se réunissent chaque jour par petits groupes pour manifester afin de réclamer le départ de Mohamed Ghannouchi.

JPEG - 88.3 ko

 

JPEG - 66.4 ko

« Game Over Ghannouchi », « Ghannouchi dégage ! », « le peuple veut ta démission » crient-ils sous le regard des policiers pour lesquels une grande majorité des Tunisiens n’ont plus d’estime. « Vous êtes racistes » lance un vieux manifestant aux policiers situés derrière les barbelés. Et à un jeune de justifier : « ce sont eux qui ont servi la répression du régime de Ben Ali. Aujourd’hui plus personne ne les respecte ». Une fois n’est pas coutume, les tunisiens se lâchent, les policiers ne bronchent ... plus et semblent même terrorisés. « Nous ne sommes pas tous corrompus. Les manifestants mettent tout le monde dans le même sac sans avoir d’esprit critique » nous dit en aparté l’un des policiers situé derrière les barbelés.

JPEG - 73.5 ko

Si certaines personnes se réjouissent de cette libération de la parole, d’autres s’inquiètent ou ne savent pas comment prendre part au débat. La peur de s’exprimer est encore très présente sauf lorsqu’il s’agit de dénoncer la précarité et la misère qui sévit au quotidien dans la vie des tunisiens. Le taux de chômage a atteint des sommets. Plus d’un million et demi de chômeurs, la plupart des jeunes diplômés tiennent les murs, faute d’emplois.

JPEG - 60.5 ko

 

JPEG - 59.8 ko

« Je ne sers à rien, mon diplôme ne sert à rien. J’ai perdu mon honneur »

Dans le marché situé sur la « place Barcelone », chacun tente de trouver un job pour survivre s’exclame un sans abri. Les jeunes rasent les murs en attendant de trouver preneur de leur « matière grise » ou de leur diplôme. Accaparé par la caméra, chacun vient raconter son histoire, ses déboires et ses soucis. Mohamed lui, est diplômé en informatique appliqué à la gestion mais est au chômage depuis 10 ans. Mourad D. ayant un diplôme de physique est désabusé et déçu. « Je ne sers à rien, mon diplôme ne sert à rien. J’ai perdu mon honneur » nous explique-t-il. En attendant, il vend des vêtements sur le marché. Pour un autre, il se voit dans l’obligation d’arrêter ses études car sa bourse ne lui est plus versée.

JPEG - 71.4 ko

 

JPEG - 52.5 ko

Comme lui, de nombreuses personnes font les marchés, leurs diplômes en main pour tenter de trouver une éventuelle embauche. Autant dire que la tâche n’est pas facile surtout pour les orphelins. C’est le cas de cette femme qui n’a droit ni à une pension, ni de travailler. Son seul tord, que ses parents soient décédés. « Ça dépasse l’entendement. En attendant je suis hébergée chez celui qui veut bien m’accueillir. Si j’avais été un homme j’aurais pu travailler dans les travaux publics mais je ne peux pas » s’indigne-t-elle.

JPEG - 59.9 ko

« Nous perdons patience. Nous n’avons pas confiance en ce gouvernement qui n’est qu’une copie de l’ancien régime. Ce gouvernement ne va rien changer à la situation des chômeurs, des étudiants et des personnes dans la précarité. Il n’arrangera que les riches » peste un jeune homme pointant du doigt Mohamed Ghannouchi, premier ministre de transition. « Il n’a qu’à nous montrer son programme pour qu’on puisse lui faire confiance. On veut plus de transparence, plus d’informations. Qu’on nous montre ce qu’ils sont en train de mettre en place. Qu’on nous en dise davantage sur ces fameux billets » (prés de 21 millions d’euros retrouvés dans le palais de l’ex-couple présidentiel à Sidi Dhrif, ndlr).

JPEG - 65.3 ko

Craignant de se voir confisquer cette révolution, les jeunes n’hésitent pas à organiser des manifestations dont l’objectif est de réclamer le départ de Mohammed Ghannouchi. Les manifestants réunis samedi 26 février, sur l’avenue Bourguiba n’ont pas perdu le nord. Aux cris de « Ghannouchi dégage ! », ils ont défilé avec l’ensemble des drapeaux des pays ayant suivi le soulèvement populaire. Les drapeaux égyptiens et lybiens flottent au dessus de la foule ainsi que celui de la Palestine comme pour nommer cette révolution, « l’intifada arabe ».

JPEG - 60.6 ko

Mais la déception est à la hauteur de la portée de cette révolution semble dire un jeune étudiant ayant ardemment participé à cet évènement historique et encore présent dans la foule samedi dernier pour exiger le départ du premier ministre de transition. Un sujet qui fait débat entre les tunisiens. Il y a ceux qui ne font pas confiance à celui qui a servi le président déchu et ceux qui pensent que seul Mohamed Ghannouchi a la possibilité de remettre le pays sur pied. C’est un débat passionné qui ne cesse d’animer les cafés et les commerces de la capitale et qui ne cesse de diviser les tunisiens inquiets pour l’avenir de leur pays.

JPEG - 58 ko

Samedi dernier, des affrontements entre membres des forces de l’ordre et des manifestants ont dégénéré en plein centre de Tunis. La manifestation pacifique qui avait eu lieu toute cette journée a dégénéré devant le ministère de l’intérieur situé dans l’avenue Bourguiba.

Gaz lacrymogène et « cartouches » lancés par des policiers postés sur le toit de l’immeuble abritant le ministère de l’intérieur ont traversé la foule des manifestants qui a répliqué à coup de pierres qui ornaient le rond-point de fleurs où est située la Grande horloge au bout de l’avenue. Trois personnes sont mortes dans les affrontements et « plus de 100 personnes ont été arrêtées ce samedi » a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

« Nous sommes inquiets. La révolution n’a servi à rien. Nous assistons toujours à cette même répression. On nous surveille, on nous intimide. L’ombre de Ben Ali plane toujours sur la Tunisie » s’indigne une jeune femme qui attribue cette répression à des policiers en civil ayant fait alliance avec des casseurs.

JPEG - 67.9 ko

N’ayant pas réussi à gagner la confiance de l’opposition, et ne pouvant faire face à la pression populaire, Mohamed Ghannouchi a pris la décision de démissionner dimanche 27 février. C’est désormais Béji Caïd Essebsi, premier ministre du gouvernement provisoire qui le remplace.

En attendant le centre ville est quadrillé par les hélicoptères de l’armée tunisienne et ce week-end s’annonce chargé et crucial.

Un jeune étudiant va même jusqu’à dire que « la révolution n’est pas terminée. Nous en sommes même qu’à la première phase ». Voilà qui en dit long sur l’état d’esprit dans lequel se trouvent les Tunisiens. Le chemin s’annonce tortueux. En attendant, les prochaines élections qui pourraient avoir lieu au mois de juillet prochain, les tunisiens tentent de prendre leur mal en patience.

JPEG - 53.8 ko

 



 

  • "Handala est le témoin de cette ère qui ne mourra jamais"

    On ne dit pas Algériens de France ou en France car ils sont français.

    par Danièle Dubreuil le Août 2014 à 16h46
  • 3es rencontres nationales des luttes de l’immigration (1/4) Saïd Bouamama : « L’impérialisme existe encore »

    Faire des conférences c’est bien mais...
    S Bouamama, un sociologue engagé ? quand on tape son nom sur internet et qu’on voit le nombre de fois qu’il s’est "engagé" en étant.... payé, c’est impressionant. beaucoup de ses travaux sont des réponses à des commandes publiques
    On ne peut pas se dire engagé et en même temps solliciter des fonds publics pour le faire. Ce pseudo sociologue engagé est en rélaité engagé pour ses fins de mois et pendant ce temps, nous on pointe au chômage

    par Hakim le Janvier 2015 à 10h09
  • Marseille : la Ville communique sur sa lutte contre l’habitat indigne

    bjr il suffit de venir au parc kalliste voir dans quel l’etas sont les appartement de marseille ,ils les laisse se dégrader ,ils n’ont méme pas pris la peinne de fermer les volets de certain d’entre eux sachant qu’ils risque de tombé a tous moment surtou quand le vent souffle ,puis apres c’est facile de demander de classé le batiment en carence !!!!mdr !!!

    par delaval le Décembre 2014 à 10h36
  • Les Algériens de France veulent créer leur lobby

    la question est : pourquoi Algérien en France alors que chacun pense que l’union du Maghreb est une bonne idée pour ces pays, même si cela ne marche pas actuellement.

    ce serait un bon signe des Maghrébins de France, non ?

    par Said le Octobre 2007 à 09h11

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 8 août

     

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, 9 août

    Rassemblement devant les vestiges de la Corderie, à Marseille, prévu pour mercredi 9 Août à 18h. Les défenseurs de l’Histoire et du Patrimoine de Marseille appellent à se rassembler devant les vestiges de la Corderie à Marseille. Démontrant être toujours aussi mobilisés pour la sauvegarde totale des vestiges, la poursuite des fouilles et l’abandon définitive du projet d’immeuble. Interview dans le journal de France Culture du vendredi 4 août 2017 à Alain Nicolas était Conservateur en chef des Musées Nationaux de France, créateur du Musée d’Histoire de Marseille. docteur en archéologie. (...)

     

  • 8 août

     

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis

    Aide aux migrants : Cédric Herrou condamné en appel à quatre mois de prison avec sursis "La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné le militant Cédric Herrou, mardi 8 août, à quatre mois de prison avec sursis. L’agriculteur de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), visage de la solidarité et de l’aide apportée aux migrants qui traversent la frontière italienne par la vallée de la Roya, est plus sévèrement sanctionné qu’en première instance." En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/08/08/poursuivi-pour-aide-a-l-immigration-clandestine-cedric-herrou-attend-son-jugement-en-appel_5169880_1654200.html#dw62oCLAdEcDgVtS.99 En savoir plus sur (...)

     

  • 2 août

     

    3 août, Rassemblement sur site archéologique Corderie contre Vinci

    Suite au début de travaux entrepris ce matin par Vinci sur le site archéologique de La Coderie, qui doit être classé par Madame Nyssen ministre de Culture, demain jeudi 3 aout 2017 à 18h, un rassemblement devant le site archéologique au bd de la Corderie à Marseille est organisé par le CIQ St Victor, association " Laisse béton" et les marseillais.

     

  • 2 août

     

    Soutien à Cédric Herrou, Cour d’appel d’Aix le 8 Août

    Soutien à Cédric Herrou la Ligue des Droits de l’Homme Aix auquel s’associe Attac, appelle au soutien à Cédric Herrou. Le mardi 8 août à 08H00 : Rassemblement devant la cour d’appel à Aix-en-Provence, 20 Place Verdun. Pour avoir pris en charge des migrants sur le sol italien et les avoir aidés à transiter en sécurité vers la France. Cédric Herrou avait été condamné en février dernier à 3000 € d’amende avec sursis ; en appel, le 19 juin dernier, le procureur a requis 8 mois de prison avec sursis. L’arrêt de la Cour sera rendu le 8 août. NOUVEAU FILM : FESTIVAL DU DROIT D’ASILE DE CANNES par le Collectif Roya Solidaire : (...)

     

  • 1er août

     

    Calais : le conseil d’Etat oblige l’Etat à installer points d’eau et sanitaire pour les migrants

    Le rapporteur du Conseil d’Etat a recommandé vendredi de contraindre l’Etat à installer des points d’eau et des sanitaires à Calais pour les centaines d’exilés présents dans la ville. Depuis plusieurs semaines, un bras de fer oppose d’un côté les associations d’aide aux migrants, et de l’autre le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais. La décision du Conseil d’Etat est attendue très prochainement. Elle devrait suivre les recommandations de son rapporteur http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/31/migrants-le-conseil-d-etat-demande-au-gouvernement-d-installer-des-points-d-eau-et-des-sanitaires-a-calais_5166938_3224.html

     

  • 11 mai

     

    Patrick Mennucci : "Mélenchon a choisi l’affrontement, il va l’avoir"

    Au micro de BFMTV ce mercredi, Patrick Mennucci a réagi à l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans sa circonscription de Marseille pour les législatives. "C’est la cinquième fois qu’il change de lieu de vote, on va devoir discuter de tout ça, en même temps qu’il nous explique ce qu’il connaît du centre-ville de Marseille, à paris le Vieux-Port un jour de soleil et de meeting". Et dans un communiqué, Patrick Ménucchi critique ce parachutage parisien : "Jean-Luc Melenchon a fait le choix d’être candidat à Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, circonscription dont je suis le député sortant et candidat pour un second mandat. C’est une clarification. Il clarifie la (...)

     

  • 10 mai

     

    Benoît Hamon lancera son propre mouvement transpartisan le 1er juillet

    Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a annoncé mercredi 10 mai, sur France Inter, vouloir lancer, le 1er juillet 2017, son propre mouvement, transpartisan. "Le 1er juillet, je lancerai un mouvement, large, qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, a-t-il déclaré, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, un travail sur ces idées nouvelles". Ce mouvement n’a pas encore de nom, a-t-il (...)

     

  • 10 mai

     

    Législatives : Jean-Luc Mélenchon candidat à Marseille face au PS sortant Patrick Mennucci

    "Le chef de file de La France insoumise a informé ses adhérents de son choix. Il confirmera sa décision lors de sa visite à Marseille jeudi 11 mai. Jean-Luc Mélenchon devrait être candidat aux législatives à Marseille dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le chef de file de La France insoumise, qui, mercredi 10 mai au matin sur l’antenne de RMC-BFM-TV, a estimé qu’il serait « probablement » candidat à Marseille, a confirmé son choix dans la journée dans une lettre adressée aux « insoumises et insoumis » marseillais, que Le Monde a pu consulter". En savoir plus sur (...)

     

  • 10 mai

     

    Anne Hidalgo, Christiane Taubira et Martine Aubry lancent un mouvement politique, "Dès demain"

    Ils s’adressent à "tous les humanistes qui croient encore en l’action". Des figures politiques comme les maires PS de Paris et Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, et l’ex-ministre de la justice Christiane Taubira, ainsi que des intellectuels et des artistes, parmi lesquels Yann Arthus-Bertrand ou Jacques Higelin, cosignent une tribune publiée dans Le Monde, mercredi 10 mai. Ils y annoncent le lancement d’un mouvement politique baptisé Dès demain." http://www.francetvinfo.fr/politique/anne-hidalgo-christiane-taubira-et-martine-aubry-lancent-un-mouvement-politique-des-demain_2184369.html#xtor=CS1-746

     

  • 5 mai

     

    CONSOLAT VS US BOULOGNE : L’affiche du prochain match à domicile ce samedi 6 mai à 15h

    Contacté par Rachid Tigilt, un des fervent supporter du GS CONSOLAT nous relayons volontiers l’affiche du prochain match contre l’US Boulogne. En effet, encore une fois le club Marseillais évoluant en National fait une remarquable saison : il est 6ème à 7 point du leader ! Aussi pour saluer encore une fois les exploits du staff et de l’équipe du président Mingalon nous vous informons qu’il s’agit de l’avant-dernier match de la saison à domicile ( Stade La Martine) se jouera ce samedi, à 15h, Venez nombreux ! et hou ha allez Consolat (...)

     

Articles récents

Articles au hasard