Articles

Accueil > Actualités > Emploi : l’e-réputation, le nouveau CV

 

Emploi : l’e-réputation, le nouveau CV

18 janvier 2012 - Dernier ajout 19 janvier 2012

L’un des premiers réflexes des recruteurs de nos jours ? Filer regarder le profil d’un impétrant sur internet, sitôt sa candidature reçue. Voilà pourquoi il est impératif d’effectuer régulièrement une veille de son identité numérique. Et, si besoin, de la « nettoyer » ou encore de l’améliorer. Surtout quand on est jeune, et adepte de la totale transparence. Pour « devenir l’entrepreneur de votre vie  », conseils avisés de Fadhila Brahimi, dirigeante de FB associés, spécialiste du Personal Branding et co-auteur de Moi 2.0.


 

De quoi parle-t-on lorsque l’on évoque la protection de son identité sur la Toile ?

Dans le domaine de la protection il y a plusieurs choses en fait : il y a la protection des données personnelles, comme la protection de ma sphère. En réalité d’ailleurs, il faudrait plutôt parler d’intimité que de sphère personnelle. Pour la simple et bonne raison que nous avons tous des profils sociaux sur le web qui englobent le personnel comme le professionnel. Question intimité, on met le curseur où on veut : c’est ma relation sentimentale, c’est ma famille, c’est peut-être ma santé,...

La jeune génération, très connectée, doit rester particulièrement vigilante ?

La grande difficulté pour cette génération c’est qu’ils sont dans une philosophie de vie qui tourne autour de la transparence. Sans émettre de jugement tout fait, leur génération c’est « je dis ce que je pense, je dis ce que je fais ». Ils ont besoin d’être hyper connectés, c’est presque viscéral. Des études l’ont montré ; on a fait des tests. Il y a une nécessité pour cette génération de savoir ce que les autres font en temps réel, de pouvoir communiquer en temps réel avec son réseau, d’avoir l’info. La notion qui lui échappe le plus aujourd’hui la première c’est l’intimité. Comment je remets un cadre, comment je me protège. On n’est pas obligé de dire les choses à la terre entière !

JPEG - 21.8 ko
Fadhila Brahimi, experte ès Personal Branding

On imagine que ça peut poser problème dans la vie professionnelle...

Effectivement. L’autre élément qui peut être difficile sur la partie protection c’est l’utilisation extrême, et notamment par les jeunes, des media sociaux. Des outils qu’ils connaissent, contrairement à tout ce qui est dit par les parents et autres : ils savent très bien ce que tagger une photo veut dire, ou comment créer des listes d’amis. Je force un peu le trait, mais c’est une réalité. Ce qu’ils ne savent pas c’est que ces outils-là ne sont pas que des outils amicaux et de socialisation, mais aussi des outils professionnels. Ils ne savent pas qu’il y a Viadeo et Linkedin [des réseaux sociaux davantage tournés vers un contexte professionnel]. Comment arriver à distinguer dans l’ensemble de ces outils qu’il y a une utilisation sociale et personnelle et une utilisation plus professionnelle ? Et quand j’en ai une utilisation professionnelle, quel discours tenir ? Pas le même qu’avec ses amis ou sa famille. La difficulté consiste à adapter sa communication, son vocabulaire, sa syntaxe. Il faut savoir que sur ces réseau, on peut être en train de parler en ligne avec quelqu’un qui, aujourd’hui copain de la maison voisine, sera peut-être demain une relation professionnelle.

Quelques conseils donner, pour bien séparer sphère privée et professionnelle ?

Ils faut que les plus jeunes comprennent que Facebook, ça doit rester perso. On peut par exemple prendre un pseudo ou bien fermer son mur. Il faut également être attentif à la gestion de listes de personnes susceptibles de voir telle ou telle information. Je préconiserais, et c’est assez banal quand on ne sait pas faire le distinguo, d’avoir deux adresses e-mail différentes. Avec des profils associés à chacune. Je vois dans certains CV une adresse mail du type « monsieur67@hotmail.com ». En termes d’image aussi, cette distinction doit se faire, cela me paraît essentiel. À partir de là, tout le reste doit être adapté : la photo ou le vocabulaire, la manière dont on se présente. Sur un profil pro, je vais mettre une photo plus posée. Pas une photo de moi en vacances.

Y-a-t’il des choses à éviter à éviter à tout prix ? Parler de politique par exemple ?

Nous sommes en pleine phase de changement, on ne peut pas échapper à des interprétations. On peut tout savoir sur Internet à un moment donné. Si vous souhaitez camoufler des choses, vous avez intérêt à faire un sacré boulot, à être dans une situation de contrôle absolu en amont. Certains donneront leur couleur en se disant « je ne vais pas me cacher ». C’est plus facile dans certaines professions et dans certains domaines que dans d’autres.

Comment se protéger vis-à-vis d’un tiers qui publierait des informations susceptibles de nuire à sa e-réputation ?

La protection doit s’effectuer en amont. Prévenir la personne lorsque des photos sont prises, créer un groupe fermé pour les photos de famille, etc. Facebook pose de loin de le plus de soucis, mais la firme à fait quelques efforts de ce côté : vous pouvez demander à refuser d’être identifié, ou encore être notifié d’une publication vous concernant, pour pouvoir la retirer. On peut aussi signaler une photo, une attaque ou une atteinte à sa personne. Le problème reste que Facebook relève du droit américain. Le droit français ne s’applique pas.

Peut-on à l’inverse valoriser son profil numérique ?

Tout à fait. Une des façons de se protéger justement, c’est d’être proactif. Soit on gère son anonymat et là c’est un vrai boulot : de scruter en permanence, d’être sous pseudo, de tout fermer, de tout verrouiller... Où on opte pour l’autre stratégie, la stratégie d’abondance : je vais parler de moi, c’est moi qui vais prendre la parole et occuper l’espace. Et donc construire mon identité, mon image.

JPEG - 22.8 ko

Je ne parle pas d’inventer mais on peut utiliser des techniques de valorisation. Comme parler d’une petite expérience, ce que ça nous a apporté, quel était l’enjeu. J’ai l’exemple de quelqu’un qui a tout refait dans une maison ; il avait géré une équipe, sur un projet qui était de rénover un appartement, ce qui a permis à cet appartement de prendre de la valeur. Ce travail nécessitait de gérer un budget, d’organiser le temps de travail. Ce sont des compétences extraprofessionnelles transférables à une entreprise, que l’on peut faire apparaître habilement sur son profil, et mettre en avant lorsque l’on postule. Une autre façon de montrer quelle est sa personnalité, c’est de ne pas négliger ce qui concerne ses centres d’intérêt, ses passions, ses performances sportives...

L’identité numérique et la présence sur les réseaux deviennent incontournables dans le monde professionnel ?

A la fin des années 40, on tapait à la porte de l’entreprise pour être embauché. Puis on a appris à faire un CV. Ensuite on a du apprendre à faire une lettre de motivation. Puis passer par des bilan de compétence. Eh bien aujourd’hui dans la gestion de carrière, la gestion de sa présence digitale s’intègre complètement non seulement au processus d’employabilité, mais aussi pour aller vers des dépassements de soi. Et c’est important puisque nous allons vers des métiers qui sont de plus en plus difficile à cerner, à double ou triple compétences.
Il faut savoir que les médias sociaux jouent aussi un rôle d’apprentissage. L’entreprise est en train d’évoluer et d’intégrer les médias sociaux en interne. Cette entreprise n’aura pas le temps de former les gens sur ces réseaux donc tous ceux qui sont en train d’apprendre à partager des vidéos etc. sont en réalité en train de se former à communiquer, interagir. C’est une compétence de plus en plus demandé, dans la vie professionnelle. Les Viadeo et les Linkedin sont les futurs job boards pour moi. Nous avons fait une étude : les personnes que les recruteurs avaient le plus envie de rencontrer étaient les personnes ayant un profil bien rempli, actif, à jour. Où la personne parlait de ses centres d’intérêt, participait à la réflexion de groupes... Et ça, ça ne se voit pas dans un CV.


- Pour « nettoyer » son identité numérique, et parfaire sa e-réputation, vous pouvez vous adresser directement aux éditeurs du site, blog, statut pour leur demander de retirer l’information gênante vous concernant.
Si vous n’y parvenez pas, ou si vous préférez tout simplement déléguer, il existe une multitude de « nettoyeurs » d’e-réputation sur le net. Ils se chargent de se mettre en contact avec l’éditeur pour lui indiquer qu’il contrevient à la loi et ce qu’il encoure, par mise en demeure par courrier recommandé si nécessaire. En général cela suffit pour voir l’information retirée. Lorsque le nettoyeur ne parvient vraiment pas à faire disparaître la photo ou le propos litigieux, il « noie » l’information, afin de la rétrograder dans les pages de résultats des moteurs de recherche. Il vous en coûtera entre 75 et 150 € environ pour chaque lien effacé.

- Pour les cas plus complexes, il ne faut pas hésiter à saisir la CNIL, qui a pouvoir de sanction. Le web n’est pas (totalement) une zone de non droit. La loi informatique et liberté de 1978 s’applique, ainsi que la Loppsi 1 et 2.
En parallèle, vous pouvez également déposer une plainte au pénal. Là où ça se gâte, c’est lorsque l’information compromettante ou diffamatoire a été publiée à l’étranger, où le droit français ne s’applique pas. C’est le cas de Facebook, qui relève de la justice américaine. Et aux Etats-Unis, la liberté d’expression est sacrée. Contacter un avocat spécialiste du droit 2.0 peut s’avérer une bonne option. Il cherchera alors une faille, comme jouer sur la notion de propriété intellectuelle par exemple.

- Les principaux réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Viadeo, Linkedin,...

 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • 17 octobre

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • 16 octobre

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • 9 octobre

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • 6 octobre

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit d eretrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • 4 octobre

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • 4 octobre

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • 25 septembre

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

  • 25 septembre

     

    Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches".

    Réforme fiscale : "Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres" note Oxfam Selon la porte-parole de l’ONG Oxfam, Manon Aubry, avec les réformes fiscales engagées, "le gouvernement offre 24 milliards d’euros de cadeaux fiscaux aux plus riches". L’ONG de lutte contre la pauvreté Oxfam publie lundi 25 septembre, un rapport critique sur le projet de loi de finances 2018, intitulé Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé. Selon le rapport, les ménages les 10 % plus riches bénéficieront "d’une hausse de revenus au moins 18 fois plus importante que les 10 % les plus pauvres", alors que les 10% les plus riches possèdent déjà "56% des richesses (...)

     

  • 20 septembre

     

    CONTRE LA SUPPRESSION BRUTALE DES CONTRATS AIDES, RASSEMBLEMENT unitaire DEVANT LA PREFECTURE LE MERCREDI 20 SEPTEMBRE A 13H.

    Depuis la rentrée, l’annonce par le gouvernement de la fin programmée de tous les emplois aidés a réactivé la colère dans l’éducation, premier employeur de ces contrats. Les associations de parents d’élève se sont jointes à l’intersyndicale 1er degré en cette rentrée car elles sont bien conscientes des difficultés tant sur le plan humain que dans la dégradation de l’accueil des familles dans les écoles où les AADE sont devenues indispensables au bon fonctionnement. Le second degré de l’éducation, touché aussi par ces suppressions se joindra aussi à notre action le mercredi 20 septembre à 13h devant la Préfecture, à Marseille et l’action s’élargit en interprofessionnel. L’intersyndicale a demandé à être (...)

     

  • 14 septembre

     

    Emmaüs Pointe Rouge lance une collecte de dons pour les migarnts

    La Collecte de dons alimentaires pour les migrants de la Vallée de La Roya, est ouverte. départ du camion lundi 16 octobre. Le camion d’Emmaüs partira le lundi 16 octobre. Voir sur le site emmaus-pointerouge.com

     

Articles récents

Articles au hasard