Articles

Accueil > Actualités > Du vécu au récit, des archives aux planches de BD, Jacques Ferrandez raconte (...)

 

Du vécu au récit, des archives aux planches de BD, Jacques Ferrandez raconte l’Algérie à Aix

1er mars 2010

Toujours autant évoquée dans l’actualité, l’Histoire de l’Algérie ne cesse de susciter des débats et des polémiques. Au début du mois de février, cent-vingt-cinq députés des différents partis politiques algériens, dont le FLN, se sont prononcés pour la criminalisation du colonialisme français (1830-1962). Si cela a provoqué de nombreuses réactions en France, Jacques Ferrandez, né à Alger et auteur des « Carnets d’Orient » n’a jamais souhaité prendre parti, racontant l’histoire de l’Algérie coloniale, de la conquête à l’indépendance, sans se proposer de juger. Après vingt années, Jacques Ferrandez a achevé en 2009 sa saga « Carnets d’Orients » (Casterman) en terre algérienne avec la parution du 10ème et dernier tome. Une fresque réaliste et sans parti pris, qui fera l’objet d’une exposition originale au centre aixois des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, organisée en partenariat avec l’Office du tourisme d’Aix et « Les rencontres du 9ème art ».


 

JPEG - 57.8 ko

Avec le soutien scientifique de l’historien Jean Jacques Jordi, Jacques Ferrandez a été invité à fouiller dans les archives départementales pour nous proposer de mettre en regard planches originales et documents historiques. Une façon originale d’évoquer l’histoire de l’Algérie. Cette exposition permet de retracer plus d’un siècle de colonisation sans polémique « ni parti pris ». Un travail de documentation et de création illustré par des documents d’époque et d’anciennes illustrations.

JPEG - 104.5 ko

Cette exposition prend ainsi comme base, le travail de Jacques Ferrandez à travers ses Carnets d’Orient qui lui a valu une reconnaissance immédiate et de nombreuses distinctions. En 1987, Casterman publiait le premier tome des « Carnets d’Orient » mais personne ne se doutait alors, qu’une aventure de 20 ans était en train de voir le jour. Chaque album se déroule dans un contexte historique bien précis. Tout commence avec l’album « Djemilah » couvrant la conquête française de l’Algérie et évoquant l’Emir Abdel-Kader et la résistance pour se poursuivre jusqu’à l’album titré « Le centenaire » évoquant l’installation des colons, la révolte Kabyle et le début des revendications nationalistes. On y lit ainsi une histoire de l’Algérie coloniale, depuis les derniers temps de la conquête, en 1836, jusqu’à la célébration du centenaire de l’Algérie française en 1930. La seconde partie commence en 1954 et comporte quatre tomes, « Le cimetière des princesses », « La guerre fantôme », « Rue de la Bombe », « La fille du Djebel Amour ». Y sont évoqués, la défaite française en Indochine, les débuts de l’insurrection du FLN, la bataille d’Alger notamment. Le dernier tome « Terre Fatale » évoque quant à lui, les dernières années de colonisation et la proclamation de l’indépendance en 1962. Il s’appuie ici sur plusieurs une de journaux, mêlant à la fois fiction et imaginaire.

JPEG - 126.8 ko

Lorsqu’il évoque l’histoire coloniale, l’auteur fait preuve d’une certaine neutralité à l’image de son graphisme car il n’est surtout pas question de « régler des comptes » ou de « juger » explique l’artiste, qui a gardé des images fortes de ses racines. Jacques Fernandez est né en Algérie Française en décembre 1955, au début de la guerre d’Algérie. A cette époque, les Français d’Algérie étaient un million. Ses parents quittèrent très tôt le pays en 1956, pour atterrir dans le sud de la France. Ce départ anticipé lui a ainsi permis « d’avoir du recul » et de ne pas « subir la douleur de l’exode forcé ». Abordant ainsi sa démarche avec sérénité : dessiner l’histoire coloniale en Algérie à travers la mise en scène de personnages attachants qui, au fil du temps, sont liés les uns aux autres : « du tome 2 au tome 8 se succèdent ainsi quatre générations de pieds-noirs ».

Inspiré par la peinture orientaliste

Une des inspirations de Ferrandez, est sans doute la peinture orientaliste française. Au début du 19ème siècle, un certain nombre d’artistes sont attirés par « l’Orient ». Les peintres Horace Vernet, Eugène Delacroix, Jean-Etienne Liotard ou encore Etienne Dinet, avaient un intérêt marqué pour les cultures du Maghreb, turque et arabe. « Ce moment de l’histoire de l’art européen est le point de départ choisi par Jacques Ferrandez. Ses esquisses portent la marque de l’orientalisme du XIXe siècle : une façon de rendre la beauté des paysages de cette Afrique à laquelle il est tant attaché ».

JPEG - 115.7 ko

Des œuvres pédagogiques ?

Les œuvres de ce natif d’Algérie sont très documentée Ferrandez permettant aux plus jeunes notamment de découvrir un peuple, une culture, une page de l’histoire de France trouble et peu évoquée dans les manuels scolaires. Il est en effet important de souligner la valeur pédagogique de ces « Carnets d’Orient » pour les scolaires. Ce sont des albums facilement lisibles. Sa vision objective de l’Histoire permet la réflexion et l’analyse. Les relations entre les personnages de la BD permettent de travailler sur divers thèmes. Les rapports entre « Arabes et colonisateurs européens », la rencontre des civilisations mais encore la construction du rapport colonisé et colonisateur et les relations entre les différentes composantes de la population, (Européens, Juifs, Arabes). On voit ainsi dans le tome 3, intitulé « Les fils du Sud », comment s’installent des comportements qui génèrent haine et conflits. En effet, si l’Algérie était bien intégrée à la métropole, sous la forme de quatre départements, elle n’en constituait pas moins un cas à part, en ce que la population colonisée, appelée à l’époque : « indigène » et qui ne bénéficiait pas des mêmes droits que la population des colons français. Les Arabes n’eurent jamais le droit de voter. Seuls les Juifs d’Algérie, par le décret Crémieux de 1870, obtinrent la citoyenneté française.

JPEG - 118.1 ko

En suivant l’histoire de l’Algérie française, Jacques Ferrandez donne aussi à voir toute la galerie des figures de l’histoire coloniale. En stigmatisant la brutalité de certains chefs militaires qui usèrent de la torture dans les années 1960 et mettant aussi en avant la part d’humanité de certains soldats qui s’opposèrent à la torture pendant la guerre d’indépendance. Ce fin connaisseur dessine ainsi « avec subtilité une histoire sensible de l’Algérie coloniale qui échappe aux caricatures ». Maïssa Bey dans la préface du dernier album « Terre Fatale » commente ainsi : « Jacques Ferrandez ne propose pas de réponse. Il ne juge ni ne condamne. Il se fait l’écho des anonymes qui ont traversé une histoire bruissante du tumultes mêlées. »

Informations : « L’Algérie, Archives et récits » du 16 mars au 29 mai 2010 au Centre aixois des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 25 allée de Philadelphie - 13100 Aix-en-Provence - entrée gratuite.

A la Cité du Livre, dans le cadre des Rencontres du 9ème art, une autre exposition est proposée avec Jacques Ferrandez autour de son travail d’adaptation de la nouvelle l’Hôte, texte philosophique et poignant d’Albert Camus. En collaboration avec le Centre Albert Camus, le festival, « Les Rencontres du 9ème art », propose de croiser documents originaux de l’écrivain et planches de la BD.

L’hôte - « Jacques Ferrandez & Albert Camus »
Cité du Livre, 8/10 rue des allumettes du 22 mars au 24 avril 2010

 



 

 

Autres articles Actualités

 

Brèves Actualités

  • Novembre 2017

     

    Projet de loi sur la Sécurité Sociale adopté : 4,2 milliards de restrictions demandés

    L’Assemblée nationale a adopté, mardi 31 oct 2017, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. La gauche de l’Hémicycle a voté contre, dénonçant une attaque sans précédent contre le système de protection sociale. https://www.humanite.fr/le-budget-de-detricotage-de-la-securite-sociale-ete-vote-644835

     

  • Novembre 2017

     

    Violences sexuelles faites au femmes, plan d’urgence demandé à Macron

    VIOLENCES SEXUELLES - Louane, Alexandra Lamy, Tatiana de Rosnay... 100 femmes demandent à Macron "un plan d’urgence contre les violences sexuelles" Elles sont les premières signataires d’une pétition en ligne pour en finir avec les violences sexuelles. "Ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser". Une centaines de personnalités féminines de la société civile, artistes, comédiennes, réalisatrices, écrivaines, journalistes, médecins... ont signé une tribune adressée au président Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche ce 5 novembre, demandant "un plan d’urgence contre les violences sexuelles". Cet appel, initié par des militantes féministes, dont Caroline de Haas, a également été (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Concert de musique arabe et européenne en soutien à SOS Méditerranée dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence

    La série de concerts solidaires exceptionnels inaugurée en 2016 au profit de SOS MEDITERRANEE, se poursuit cet automne, sur l’initiative de Bernard Foccroulle, directeur du festival d’Aix-en-Provence et organiste, et membre du comité de soutien de SOS Méditerranée. Le prochain concert aura lieu - Vendredi 17 Novembre à 20h45 - Eglise St Jean de Malte à Aix-en-Provence "Les couleurs de l’Amour et de l’Exil" Concert de musique arabe et européenne Bernard Foccroulle Orgue Alice Foccroulle Soprano Moneim Adwan Chant et Oud Compositions de Francisco Correa de Arauxo, Alessando Grandi, François Couperin, Dietrich Buxtehude, Bernard Foccroulle, Abou Khalil El-Kabani, les frères (...)

     

  • Octobre 2017

     

    La ville de Marseille a voté un plan à 1 milliard d’euros de reconstruction des écoles, par des partenariat public-privé

    Un plan massif, à un milliard d’euros, pour reconstruire les écoles de Marseille Régulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d’un montant d’un milliard d’euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l’opposition. "Le projet que nous nous apprêtons à lancer est considérable, c’est un véritable plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille ni dans aucune autre ville", a vanté le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, devant le conseil municipal. Le plan prévoit la destruction de 31 établissements obsolètes des années 1960, et leur remplacement par 28 nouvelles écoles, (...)

     

  • Octobre 2017

     

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité à Marseille lance une pétition

    MARSEILLE POUBELLE LA VIE Collectif citoyen contre l’insalubrité lance une pétition en ligne, avec une lettre ouverte à Jean-Claude Gaudin " Nous nous sommes mobilisés pour vous apporter les preuves de ce triste constat à travers le Livre Noir de Marseille : Etat des lieux de chaque quartier de la cité. Vous y observerez les rats que côtoient les usagers chaque jour. Ils s’attaquent aux câbles des voitures et pénètrent chez nous. Leurs cadavres trainent dans les rues et dans les parcs….Leur prolifération est vectrice de maladie comme la leptospirose…La gale et la teigne sont revenues dans nos parcs et nos écoles !" (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry, lundi 9 oct

    Lundi 9 octobre 2017 Droit de retrait reconduit ce jour au lycée Saint-Exupéry Pour la troisième journée consécutive les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait, les conditions de sécurité n’étant toujours pas assurées, ni pour nos élèves, ni pour nous. Dans un communiqué, les professeurs et personnels, leurs sections syndicales, FSU, CGT, FO, SUD, CFDT précisent :"Vendredi, la direction académique a dit réfléchir à la possibilité d’affecter à l’année 4 ou 5 AED supplémentaires sur notre lycée pour la vie scolaire. Il y a urgence ! Nos élèves doivent pouvoir reprendre les cours au plus vite, dans des conditions de sécurité restaurées. Il nous est insupportable d’être une nouvelle fois (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Lycée Saint exupéry, les enseignants font valoir leur droit de retrait, suite à des violences

    DROIT DE RETRAIT AU LYCEE SAINT-EXUPERY DE MARSEILLE "La rentrée chaotique du lycée continue … En grève le 5 septembre, les personnels dénonçaient déjà les conditions de travail fortement dégradées suite à la perte de 30 contrats aidés (CUI), assurant notamment l’encadrement des élèves et l’entretien des locaux. De façon prévisible, les 10 postes reconduits n’ont pas suffit à assurer la sérénité du travail dans l’établissement. Depuis un mois seulement, les incidents se multiplient, les actes de violence sont récurrents :- 315 exclusions de classe- 6128 absences d’élèves- 490 passages à l’infirmerie- 9 évacuations par les pompiers … Suite à une bagarre d’une violence extrême ce mercredi, l’ensemble des (...)

     

  • Octobre 2017

     

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13, Marseille. dimanche

    Fête de l’Automne soutien au Manba, migants 13 Un repas de soutien au collectif Al Manba , soutien migrant-es 13 ; est organisé aux jardins partagés de l’Annonciade, quartiers nord, les Aygalades, à partir des récoltes. Discussions, musique, buvette, chaleur humaine par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba dim 12:00 · Chemin de la Mûre, 13015 Marseille Page FB Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

     

  • Octobre 2017

     

    Recours au Conseil d’Etat , contre le gel des contrats aidés

    Emplois aidés : La justice va-t-elle suspendre le gel décidé par le gouvernement ? TRAVAIL Le Conseil d’Etat examine mardi 03 octobre, un recours déposé par des élus écologistes et plusieurs associations contre la remise en cause des contrats aidés décidée par l’exécutif... http://www.20minutes.fr/economie/2143331-20171003-emplois-aides-justice-va-suspendre-gel-decide-gouvernement

     

  • Septembre 2017

     

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées.

    La Ville de Marseille lance une enquête sur des « comportements supposés répréhensibles » dans les musées Depuis plusieurs semaines, des agents des musées dénoncent dans des courriers anonymes des passe-droits, voire les emplois fictifs dont bénéficieraient d’autres agents. La Ville a décidé de diligenter une enquête interne de l’inspection générale des services. A lire sur marsactu https://marsactu.fr/avis-de-tempete-dans-les-musees-de-marseille/

     

Articles récents

Articles au hasard